Quelques expériences pendant mon voyage à la Conférence de New York en avril 2003

Lorsque je suis parti de l’aéroport de Roissy, ma première pensée était de clarifier la vérité à des personnes dans l’aéroport. Ce qui ne se fit pas attendre, de nombreux groupes de chinois étaient là, et bien qu’ayant peu de tracts à la main, je tentais de baragouiner quelques mots en chinois avec une profonde pensée droite.

Quelles que soient leurs réactions, j’essayais de parler avec bienveillance et de ne jamais me décourager. Je me souviens pendant un moment être entouré d’un grand groupe de chinois qui ne voulait pas m’écouter, mais finalement en voyant ma persévérance à vouloir clarifier, un chinois est venu vers moi, ce qui me permit de lui clarifier la vérité plus en profondeur.

Je devais faire une escale à Amsterdam pendant mon voyage, et à chaque fois que je m’asseyais dans l’avion, je clarifiais la vérité aux gens autour de moi, de nombreuses personnes avaient une forte affinité prédestinée et voulaient même avoir des coordonnées pour pratiquer dans les parcs. J’ai aussi distribué un tract à l’hôtesse de l’air qui en était très contente et le prit avec beaucoup de respect.

A chaque personne rencontrée, mon cœur s’élargissait de plus en plus, et je sentais l’immense compassion du Maître émaner telle une lumière dorée à chaque endroit où je me trouvais.

Je me souviens qu’à l’aéroport d’Amsterdam, après avoir clarifier la vérité à un chinois portant un masque de protection sur le visage (suite au SARS), je me suis dirigé vers une fille asiatique. Pensant qu’elle était chinoise, j’ai commencé à lui parler du Falun Dafa et lui ai distribué un tract. C’était une coréenne faisant ses études en France. Elle était captivée par la méthode et m’a dit : « c’est ce que j’ai toujours cherché, le fait que tu viennes m’en parler n’est pas un hasard. Où peut-on pratiquer ? » En l’espace d’un quart d’heure, je lui ai fait lire Lun Yu (Introduction du livre du Falun Dafa) et je lui ai même fait entendre la musique des exercices et montré la photo du Maître, c’est alors qu’elle me dit : « Ton Maître ressemble à un coréen ! » Elle était très heureuse, et l’ambiance dans la salle d’attente était imprégnée de la musique douce et tranquille du Dafa.

Arrivé à New York, lorsque j’ai pris le bus, j’ai rencontré un Australien à qui j’ai clarifié la vérité. Lui aussi était émerveillé par la méthode, il n’a cessé de me dire à quel point ce que je faisais était bien, et il a insisté pour payer le bus et m’emmener dans le métro pour que je puisse trouver la bonne direction. Dans le wagon du métro, j’en ai profité pour clarifier la vérité aux passagers, l’ambiance dans le wagon devint plus sereine, et chacun prit les tracts avec plaisir, certains m’ont même dit qu’ils souhaitaient assister à la parade.

J’ai aussi distribué un tract à une fille dans la rue qui m’aida à trouver mon chemin, puis elle me dit : « c’est incroyable, cela fait 2 fois en une semaine que l’on me distribue des tracts sur Falun Gong ». Je lui ai dit que c’était l’affinité prédestinée et elle me répondit : « Certainement, je vais venir demain à votre parade, et je souhaite pratiquer ! »

Le lendemain, après une pratique collective de 2 heures dans le quartier de Flushing, nous avons fait une petite parade dans les rues et avons clarifié la vérité aux chinois. Le soleil était radieux, la musique douce se répandait et les gens admiraient le défilé.

Nous n’avons cessé de distribuer des tracts, aussi bien pendant l’heure du repas que pendant que nous marchions dans la rue. De nombreux chinois étaient étonnés qu’un français puisse venir jusqu’à New York pour leur parler du Dafa, alors beaucoup prirent des tracts.

Arrivés à la salle de Conférence, nous avons pu écouter les expériences des pratiquants et des vidéos de clarification de la vérité aussi extraordinaires les unes que les autres. Je me souviens que pendant les moments où l’on voyait les actes héroïques des pratiquants chinois et occidentaux allant sur la Place Tienanmen, ou en voyant Maître Li, tout le monde applaudissait et le cœur des disciples de Dafa résonnait à l’unisson.

Le lendemain (le dimanche), je suis obligé de partir avant la fin de la Conférence. parce que mon travail m’avait précisé que je ne pouvais avoir de congé, en plus mes collègues savaient tous que j'étais un disciple de Dafa, je devais donc respecter mon engagement. J’en ai pu profiter pour clarifier la vérité au garçon chinois qui conduisait la voiture pendant tout le voyage. Tant bien que mal, nous sommes arrivés juste à l’heure à l’aéroport (qui se trouvait loin de la salle de Conférence) et je lui ai dit : « je te donne cet argent pour le voyage, mais je te donne aussi la chose la plus précieuse de ma vie » C’est alors que je lui ai offert quelques tracts pour lui et sa famille. Il était profondément impressionné par cela et me remercia du fond du cœur et me dit que c’était dommage que je ne puisse pas rester plus longtemps à New York.

A l’aéroport, L’hôtesse me regarda et me dit que le poids de ma valise (60kg environ) excédait de beaucoup (le poids autorisé était de25 kg). Je savais que le matériel de clarification de la vérité à l’intérieur était très important, et j’ai émis la pensée droite en me disant que rien ne pourrait m’arrêter. Alors tout en continuant d’émettre des pensées droites, j’ai sorti un petit colis d’à peine 15 kg, je l’ai séparé de la valise de manière à avoir 2 bagages. Malgré l’excès de poids, l’hôtesse accrocha simplement un papier où il était marqué « poids lourd » sur la valise , et non seulement enregistra mes bagages, mais envoya quelqu’un pour m’aider à porter la valise jusqu’à la zone d’embarquement.

Au retour vers Paris, j’ai continué à clarifier la vérité à des chinois dans l’aéroport, certains ont pris des vcd, et étaient heureux de voir un occidental leur parler du Dafa.

Dans mon dernier avion, j’ai rencontré un américain à qui j’ai clarifié la vérité, je me souviens qu’il n’a pas lâché le prospectus pendant l’heure de vol toute entière ! Lui aussi voulait pratiquer et en savoir plus sur le Dafa.

Les gens sont vraiment en train de s’éveiller et attendent qu’ont leur clarifie en profondeur la grandeur du Dafa…

Un petit poème pour terminer :


CE VOYAGE A NEW YORK

M’A OUVERT LE CŒUR

SANS ATTACHEMENT

TOUT EST LIMPIDE

LA FLUIDITE

EMANE DE CHAQUE PRATIQUANT

LA RECTIFICATION DE LA LOI

EST SI EXCEPTIONNELLE

ET POURTANT SI PAISIBLE

SI ON CHOISIT TOUJOURS LE DAFA

LA VOIE EST CLAIRE

L AFFINITE DE MILLIERS D’ANNEES

PEUT ENFIN SE MANIFESTER

AUX YEUX DES BOUDDHAS, DAOS, DIVINITES

LE CHEMIN DU DISCIPLE DE DAFA

EST SI SACRE, QUE CHAQUE PAS

LAISSE UNE EMPRUNTE D’ETERNITE.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.