Falun Dafa à Changchun (4e partie)

1ère partie http://fr.clearharmony.net/articles/201207/61682.html

2epartie http://fr.clearharmony.net/articles/201207/61738.html

3e partie http://fr.clearharmony.net/articles/201207/61822.html
et
http://fr.clearharmony.net/articles/201207/61851.html

IVe partie. Sauvegarder Dafa

Le Maître a écrit dans "Imperturbable au milieu des tribulations" de Hong Yin :


    "La loi juste est transmise,
    Difficultés sur difficultés,
    Dix mille démons font entrave,
    Dangers au milieu des dangers."


Depuis que le Maître a présenté Falun Dafa à Changchun, la transmission de Dafa a rencontré de nombreuses tribulations. Maître, n'a cependant jamais hésité dans ses efforts pour sauver les êtres; et ses disciples jamais cessé de sauvegarder Dafa. Durant les 20 dernières années, protéger Dafa est naturellement devenu partie intégrante de la cultivation des disciples de Changchun.


l'incident du Guangming Daily


En juin 1996, le Guangming Daily, l'un des journaux officiels du gouvernement communiste chinois, publia un éditorial intitulé, "Une alarme longue et puissante doit être sonnée contre la pseudo science," critiquant Zhuan Falun, un best-seller à Pékin, comme étant une "pseudo science."


Le 24 juillet 1996, le Bureau de Publication des Nouvelles de Pékin, qui est sous le Bureau de la propagande du Comité Central du gouvernement communiste chinois, a émis l'ordre interne à toutes les villes et provinces, d'interdire la publication de Zhuan Falun et de Falun Gong de Chine, ainsi que d'autres livres du Falun Gong, en utilisant l'excuse de "Promouvoir la superstition." (http://en.minghui.org/emh/articles/2004/9/26/52823.html#.T9_nSbWXQ-M)


Après la parution de l'article du Guangming Daily, nous savions tous que nous devions nous lever pour dissiper les mensonges. Nous avons décidé d'écrire nos expériences de cultivation personnelle afin de les partager avec les agences concernées. Certains pratiquants âgés qui ne pouvaient pas trouver les mots en ont trouvé d'autres pour écrire leur expérience à leur place, alors que des pratiquants plus éduqués réfutaient les arguments de l'article en question de différents points de vue, historique, religieux, philosophique, et en lien avec la science moderne. Nous peaufinions et modifiions les écrits de chacun comme si nous allions organiser une conférence d'échange d'expériences.


Puis, nous avons envoyé les récits de nos expériences au Guangming Daily, au Bureau de Publication des Nouvelles de Chine, à l'Administration Générale des Sports, au Bureau de la Propagande, et aux médias locaux. Il y avait aussi des pratiquants qui ont écrit à l'Association de Qigong de Chine et à ses sections locales à Changchun et dans la Province du Jilin. Grâce à nos efforts, de nombreuses personnes et de nombreuses organisations ont commencé à avoir une attitude positive envers Dafa. Certaines personnes ont aussi passé la porte de la cultivation de Dafa.


Lettres envoyées au Guangming Daily par les pratiquants


Comme le gouvernement interdisait la publication des livres de Dafa, d'anciens pratiquants en ont transcrit de nombreux exemplaires pour les nouveaux. Le Maître demandait que la publication et les ventes des livres de Dafa suivent la procédure normale et que les centres d'assistance n'aient ni fonds ni réserves. Nous suivions les exigences du Maître, même durant les moments très difficiles.


L'Appel du 25 avril 1999

S'agissant de répondre aux événements qui conduisirent à l'Appel du 25 avril 1999, les pratiquants de Changchun prirent chacun leur propre décision basée sur leur compréhension du Fa. En fait, seulement très peu de personnes avaient appris ce qui s'était passé avant les arrestations de Tianjin ayant conduit à l'Appel du 25 avril, et elles allèrent directement à Tianjin (et plus tard à Pékin) afin de faire appel pour la libération inconditionnelle des pratiquants de Tianjin arrêtés. À l'exception de quelques pratiquants de Changchun qui participèrent personnellement à l'incident de Tianjin et à l'Appel du 25 avril, la plupart des pratiquants de Changchun ne savaient rien au sujet des événements jusqu'à la veille ou au jour même de l'appel.



Le matin du 25 avril 1999, deux conférences d'échanges d'expériences à grande échelle furent organisées à Changchun, l'une à l'est de la ville et l'autre à l'ouest. Pour la première fois, beaucoup de pratiquants prirent connaissance du passage à tabac et de l'arrestation des pratiquants de Tianjin, et nous étions tous sous le choc. Nous décidâmes spontanément d'aller à Pékin faire appel. Quelques-uns réservèrent des billets d'avion, alors que d'autres y allèrent en train. Il y avait même un pratiquant timide d'une vingtaine d'années, qui fit 1000 kms en moto pour se rendre à Pékin.


Cependant, tout le monde n'alla pas à Pékin ce jour-là. Même avant que certains d'entre nous ne s'en aillent, nous avions entendu dire que le problème avait déjà été résolu et que nous n'avions plus besoin d'y aller. Pour ceux qui avaient pris le train pour Pékin, ils firent demi-tour à mi-chemin pour rentrer à Changchun. Il y en avait aussi d'autres qui allèrent à Pékin en autobus et qui furent stoppés à mi-chemin par le maire de Changchun. Une partie des assistants de l'Association de Dafa reçurent cette nuit-là des visites surprise de la police locale.


En fait, même avant l'Appel du 25 avril, nous savions que la police de la Province voisine du Liaoning avait fréquemment interrompu nos sites de pratique et avaient même volé des biens personnels des pratiquants. À Changchun, nous voyions aussi soudain de nouveaux visages sur les sites de pratique ou dans les groupes d'étude de Fa. Malgré la surveillance intensive, nous restions tous très calmes.


Le pratiquant de Falun Gong Shi Caidong


L'un des trois pratiquants qui fut autorisé à entrer dans le bâtiment de Zhongnanhai pour parler avec le Premier Ministre de l'époque durant l'Appel du 25 avril était Shi Caidong, qui commença sa cultivation à Changchun alors qu'il étudiait pour passer son diplôme de master entre 1996 et 1998. Après avoir obtenu son diplôme, il s'inscrivit au programme de doctorat à l'Institut de Géologie et de Géophysique de l'Académie Chinoise des Sciences.


M. Shi a dit : "Lorsque quelqu'un apprend vraiment la vérité, il peut discerner le vrai du faux, et il est libre des mauvaises habitudes. Ses choix ne changeront pas à cause de la pression ou de la tentation. Le 25 avril 1999, je ne pensais pas que j'étais en train de faire une sorte de choix. En de telles situations et circonstances, j'ai fait cela naturellement, car faire appel est totalement volontaire. Si l'histoire me laissait une nouvelle fois le choix, et que la vérité soit calomniée, je me lèverai une nouvelle fois pour sauvegarder le Fa, et j'essaierai de faire en sorte que chacun ait le droit d'être une personne bonne." C'est le souhait sincère de tous les pratiquants de Changchun.
( http://en.minghui.org/html/articles/2010/5/18/117156.html#.T9_nb7WXQ-M )


Par la suite, Maître publia l'article : "Mes quelques réflexions" le 2 juin 1999. Il dit:


    "Je ne fais qu'enseigner à l'homme à s’orienter vers la bonté, en même temps, j’aide les gens inconditionnellement à se délivrer de leurs maladies, pour leur permettre d’atteindre un niveau spirituel plus élevé. Je n'accepte aucune rétribution, ni en argent ni en nature. Ce qui a un effet positif sur la société et le peuple. Amener universellement le cœur de l'homme à s’orienter vers la bonté, élever le niveau moral."

    "En réalité, j'enseigne encore et encore à l'homme à agir en conformité avec le principe fondamental Zhen-Shan-Ren, et naturellement je dois donner l'exemple. Lorsque moi-même et les disciples du "Falun Gong" sommes l'objet de critiques non fondées et subissons des traitements injustes, nous manifestons pleinement l'esprit de grande bonté et de grande patience, nous donnons au gouvernement suffisamment de temps pour qu'il puisse nous connaître, nous le supportons en silence. Mais cette tolérance ne signifie absolument pas que moi et les élèves du "Falun Gong" ayons peur de quelque chose. Il faut savoir qu'une fois que l'homme connaît la vérité et le vrai sens de l'existence de la vie, il donnera sa vie pour cela sans le moindre regret." ("Points Essentiels pour un Avancement Diligent II")

L’Appel du 25 avril fut un événement remarquable dont l’histoire humaine se souviendra.


Le 20 juillet 1999 marque le début de la bataille entre le bien et le mal

Le matin du 20 juillet 1999, la police de Changchun arrêta de nombreux directeurs et de nombreux coordinateurs des centres d’assistance du Falun Dafa. Comme les nouvelles se propageaient rapidement, beaucoup de pratiquants allèrent au Bureau des Appels du Gouvernement de la Province du Jilin pour demander leur libération inconditionnelle.


Le lendemain matin, des policiers armés barricadèrent le centre-ville et arrêtèrent de nombreux pratiquants qui arrivaient dans les parcs pour pratiquer les exercices matinaux. Des cars remplis de pratiquants les emmenèrent aux départements de police, dans les stades et dans les écoles élémentaires.


Malgré la pression, beaucoup plus de pratiquants se rendirent sur différents points de pratique le lendemain. Du Parc de Shengli jusqu'à la Place du Peuple, les trottoirs étaient remplis de pratiquants. L'enceinte de la municipalité, qui se trouve à l'angle de la Rue du Peuple, vit de nombreux pratiquants à proximité. Bien qu'il y avait un grande foule, personne ne créa de troubles. À midi, un camion lançant de l'eau à haute pression arriva et se préparait à faire partir les pratiquants. Nous savions que la situation avait empiré; mais personne ne fut perturbé malgré la tension imprégnant l’atmosphère.


À 15 heures ce jour-là, les chaînes de télévision locales ainsi que les stations de radio commencèrent à diffuser de faux reportages qui calomniaient le Falun Gong. Après avoir souffert pendant 50 ans entre les mains du Parti communiste chinois (PCC), de nombreux pratiquants commencèrent à comprendre que toutes la désinformation venait en réalité de Pékin. À partir de 4 heures du matin, de nombreux pratiquants partirent pour Pékin et commencèrent leur parcours de validation de la Loi.


En réalité, dès le matin du 25 avril un pratiquant de Changchun vit une scène avec son troisième œil : Les divinités protectrices du Fa dans l'univers avaient commencé une bataille contre la perversité dans le ciel, et les disciples de Dafa fait le serment au Maître de faire des sacrifices pour la vérité de l'univers. C'était une déclaration solennelle faite volontairement au Maître, et qui devait être assumée sans se soucier de la vie et de la mort.


L'enceinte gouvernementale de la Province du Jilin


Nous n'avions alors aucune idée de ce qui se produirait par la suite ni de combien de temps il faudrait pour mettre fin à la persécution; mais, en tant que pratiquants de Dafa, nous avions une croyance forte et droite en Maître et en Dafa. Nous avons été fidèles à notre nature originelle, avons compris la responsabilité de remplir notre mission, avions la volonté indestructible d'aller de l'avant sans aucune réserve, et nous étions confiants dans le fait que la rectification de Fa devait réussir. Ainsi, nous avons été capables de prendre les bonnes décisions en choisissant entre les vérités droites de l'univers et le dragon rouge pervers du PCC.


Je serais pour toujours un disciple du Maître

L'Université Normale du Nord-Est comptait un grand nombre de pratiquants parmi son personnel et ses étudiants. Le 20 août 1999, le Comité du Parti de l'Université convoqua ses membres qui pratiquaient le Falun Gong pour une soi-disant réunion de "révélation et de critique". Dès que les près de 60 pratiquants se rencontrèrent, ils ressentirent immédiatement une atmosphère de soutien mutuel, de détermination, et d'encouragement. Lorsqu'on leur demanda de critiquer Dafa, chacun garda le silence.


Puis, un jeune pratiquant se leva et dit avec émotion : "Je déclare ici solennellement que je suis un disciple du Maître, et que je cultiverai jusqu'à la fin." Il fut accueilli par un tonnerre d'applaudissements et chacun se sentit rempli d'énergie.


Puis, une pratiquante se leva, et dit : "Maître sera pour toujours mon Maître et je serais pour toujours sa disciple." Une autre salve d'applaudissements amena les larmes aux yeux de beaucoup de pratiquants.


Puis le secrétaire du Parti éleva sa voix, "C'est une réunion de révélations et de critiques, pas une conférence d'échanges d'expériences du Falun Gong." Personne ne lui prêta attention.


Une jeune femme dit en sanglot : "Je suis une fille obéissante et je ne me suis jamais opposée à mes parents. À partir de maintenant, ils font face à une énorme pression à cause de ma pratique, mais je dois dire que je suis déterminée à pratiquer le Falun Gong jusqu'au bout." Chacun l'acclama.


Le Bâtiment administratif de l'Université Normale du Nord-Est


Au lieu de parler de lui-même, un professeur d'âge moyen posa un grand nombre de questions pertinentes aux officiels du Parti : "Savez-vous pourquoi le Falun Gong est si miraculeux pour soigner les maladies et se maintenir en bonne santé? Savez-vous pourquoi tant de gens à l'intérieur et à l'extérieur de Chine viennent apprendre cette pratique?" La salle était calme, et tous les yeux étaient rivés sur les autorités sur l'estrade. Extrêmement embarrassés, ils se levèrent et mirent fin à la réunion.


Les nouvelles de la réunion se transmirent rapidement à Pékin, où de nombreux pratiquants de Changchun restaient pour faire appel en faveur du Falun Gong. Alors, ils transmirent la nouvelle aux pratiquants des autres régions, qui, à leur tour, en parlèrent à de nombreux autres pratiquants. En un rien de temps, les paroles qui furent échangées lors de la réunion se répandirent dans tout le pays. Les jours suivants, une quantité similaire de réunions de "révélations et de critiques" furent aussi organisées à Changchun, mais les pratiquants purent maintenir leur foi ferme en Dafa.


L'appel sur la Place Tiananmen

Des disciples de Changchun déploient des banderoles sur la Place Tiananmen


Du 20 juillet 1999 jusqu'à la fin de l'année 2001, un groupe de pratiquant après l'autre se rendirent sur la Place Tiananmen pour faire appel en faveur du Falun Gong. La Place fut témoin des efforts de validation de la Loi des disciples de Dafa. Ci-dessous sont quelques exemples sur la façon dont les pratiquants validèrent la Loi à Pékin.


1er exemple

Une dame de 67 ans a dit "Il y avait beaucoup de gens sur la Place Tiananmen lorsque je suis allée là-bas. J'ai vu de nombreux disciples de Dafa, aussi bien que des policiers en civil. Quelques pratiquants distribuaient des dépliants pendant que d'autres déployaient des banderoles. Les policiers en civil et en uniforme couraient dans tous les sens de façon chaotique en essayant soit d'arrêter des pratiquants, soit de confisquer leurs dépliants. Certains pratiquants furent si brutalement battus que leurs visages étaient méconnaissables. J'ai déroulé une banderole où l'on pouvait lire "La Loi rectifie le cœur humain" près du Pont de Jinshui. Lorsque j'ai crié "Falun Dafa est bon et rétablissez la réputation de mon Maître", les passants ont été choqués et ils se sont arrêtés pour regarder. Il est difficile de décrire ce que j'ai ressenti."


2e exemple

"Le Maître continua à me renforcer alors que je me dirigeais vers la Place Tiananmen. Il faisait très froid en décembre. Lorsque nous sommes arrivés au Pont de Jinshui, nous vîmes beaucoup de gens là-bas. Je suis montée à l'endroit le plus haut du pont et j'ai déployé ma banderole bien haute au-dessus de ma tête. J'ai utilisé toute ma force pour crier : 'Falun Dafa est bon! Falun Dafa est la Loi juste ! Rétablissez la réputation de mon Maître !' À cet instant, le temps s'arrêta et je fus pénétrée par un magnifique et puissant champ d'énergie."


3e exemple

"Nous ne sommes pas allés directement sur la Place Tiananmen après être arrivés à Pékin. Mais nous nous nous sommes parlé brièvement entre nous à proximité de la place. Bien que nous venions de différentes régions et que nous ne nous connaissions pas, Dafa nous connecta. Par la suite, deux dames âgées et moi-même, nous nous sommes dirigées vers le centre de la place et nous nous sommes assises afin de pratiquer l'exercice de méditation. Je disais continuellement dans mon cœur, '"Maître, je suis sur la Place Tiananmen pour valider la Loi."' Avec cette pensée, je sentais mon cœur enveloppé d'un puissant champ d'énergie, une sensation extraordinaire que je ne pourrais décrire."


4e exemple

"Nous sommes allés près du mât et nous avons rapidement déployé notre banderole et crié : '"Falun Dafa est bon! Authenticité-Bienveillance-Tolérance sont bons! Maître est bon ! Rétablissez l'innocence de notre Maître."' C'était une belle journée ensoleillée, mais un arc en ciel lumineux apparut aussi dans le ciel. Je sentis nos voix ébranler le ciel et la terre; je me sentais très à l'aise."


5e exemple

Le site Minghui publia un article en 2001, racontant l'histoire d'un pratiquant handicapé ayant perdu la capacité de marcher mais qui se rendit à Pékin pour valider la Loi :


Il a dit: "Le soir du 21 juillet 2001, avec une préparation élémentaire, ma femme m'amena à la gare. pieds nus et n'étant pas sortir de la maison depuis longtemps, j'ai d'abord descendu les escaliers de mon immeuble un par un, m'aidant à l'aide de mes hanches (mon appartement était au cinquième étage). Bien que je fusse très confiant, il me fallut près d'une heure pour arriver au rez-de-chaussée. Après cela, je suis allé dans la rue où les membres de ma famille m'avaient appelé un taxi. Lorsque j'arrivais à la gare, j'étais à environ 100 mètres du guichet de vente des tickets. À cause de mon état, il me fallut deux heures supplémentaires pour arriver là-bas. En regardant en arrière, je pouvais voir une traînée de sang, et davantage de sang près de moi. Malgré cela, je récitais dans mon cœur, "Lorsque c'est difficile à endurer, on peut l'endurer. Lorsque c'est difficile à faire, on peut le faire."



Je suis arrivé à la gare de Pékin le 22 juillet. Chaque pas que je faisais me procurait des douleurs lancinantes parce que je devais bouger mon corps en tournant ma taille et en utilisant mes deux bras pour me soutenir. Tous mes orteils sortaient de mes chaussures usées. En plus de cela, le sang et la chaire se mêlaient et c'était effrayant. Le chauffeur de taxi me déposa sur le trottoir de la Place Tiananmen et je prévoyais de ramper jusqu'à Tiananmen. Peu après, un véhicule de police arriva et s'arrêta à trente mètres de moi. Quelques policiers m'emmenèrent dans leur véhicule. J'ai refusé et crié de toutes mes forces, "Falun Dafa est bon." Mon esprit était vide; la perversité paraissait si insignifiante. Dans l'obscurité, un policier attrapa mes vêtements. Certains tirèrent mes jambes et d'autres saisirent mes cheveux. Ils me jetèrent dans le véhicule de police. J'ai vu que la fenêtre était toujours ouverte, alors j'ai commencé à crier vers le dehors : "Falun Dafa est bon."


Deux policiers m'emmenèrent dans la direction opposée de la Place Tiananmen et me jetèrent dans la rue où il y avait plus de 5 centimètres d'eau de pluie sur le sol. Comme je me déplaçais lentement vers la Place Tiananmen, le sang de mes pieds se diluait lentement dans l'eau de pluie. Comme je ne pouvais pas m'asseoir, je suis allé sur le trottoir et me suis appuyé sur la canopée d'un magasin fermé. J'avais une aspiration supplémentaire que je devais accomplir: déployer la banderole. Je devais déployer la banderole avec mon cœur le plus pur. À ce moment-là, beaucoup de gens marchaient sur la place en attendant le bus. J'ai soulevé la banderole et j'ai fait en sorte que les gens et les véhicules puissent la voir avant que je ne m'en aille. Lorsque je me suis retourné, j'ai vu que de nombreuses personnes s'attroupaient pour la voir. La banderole était seulement à 50 mètres de la voiture de police, mais je n'avais pas peur de quoi que ce soit. Alors qu' il pleuvait et que j'étais quasiment en train de ramper, étrangement, la police ne me trouva pas. Je saignais toujours mais je ne ressentais pas de douleur. Maître endurait pour moi. J'étais complètement sec pendant que j'étais sur la place. Je me déplaçais lentement dans l'eau. En pensant au Maître, je ne pus retenir mes larmes. Comme la pluie continuait à tomber, mon sang et mes larmes se mélangèrent.

(À suivre)


[De l'Appel à contributions pour commémorer le Vingtième anniversaire de la transmission du Falun Dafa]

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.