Royaume-Uni -Plus d’une dizaine de personnalités envoient des lettres de soutien au Falun Gong pour la journée des droits de l’homme

Suite de : Les pratiquants de Falun Gong du Royaume uni appellent à des efforts communs pour faire cesser la persécution à l'occasion de la Journée mondiale des droits de l'homme


Une militante pro-démocratie : "Vérité, Compassion, et Tolérance" bénéficient à la société

S'exprimant au nom de la Division du Front démocratique du RU, Mme Lucy Jin a souligné que la "Charte des Nations Unies" avait été fondée voici 63 ans, établissant que chaque être humain a la liberté de croyance, la liberté de religion, la liberté d'expression et la liberté d'association. Alors que le régime du Parti communiste chinois (PCC) a signé cette charte, il l'a violée par ses actions. Elle a dit : "En Chine continentale, non seulement les pratiquants de Falun Gong sont soumis à une persécution brutale, mais les membres des églises clandestines et tous ceux qui croient en la liberté d'expression sont également persécutés. La persécution sur la base de la conscience ou de la croyance ne peut se justifier. En particulier s'agissant de tels standards (les principes au coeur du Falun Gong) "Authenticité, Bienveillance et Tolérance" qui bénéficient à la société et ne nuisent pas aux autres. C'est la conscience dont la société a besoin. Pourquoi le PCC a-t-il peur de ces personnes ? D'après moi, la propagande du PCC a amené les gens à ne croire qu'au seul communisme, à ne se soumettre qu'à sa violence et sa tyrannie. Aussi n'aiment-ils pas les gens qui ont une pensée indépendante, ni ne leur laissent la liberté de pratiquer sincèrement leurs croyances."


Un spectateur à la conférence de presse : Nous avons juré “plus jamais” suite à l’holocauste, nous devons faire cesser cette persécution inhumaine

Andy, un londonien a pris un imprimé qui dénonçait la persécution du Parti communiste chinois à l’encontre du Falun Gong et notamment le vol d’organes. Il est venu suggérer qu’une pétition soit ajoutée au dos de l’imprimé d’information afin que les gens puissent signer directement. Andy a dit avec indignation : " Après que les crimes nazis dans les camps de concentration durant la Deuxième Guerre Mondiale aient été mis en lumière, les gens ont juré ne plus jamais permettre à de tels crimes de se produire. Aujourd’hui, les atrocités commises contre les pratiquants de Falun Gong sont encore pires ! " Il a dit : " Les gens ne devraient pas se soucier que d’eux-mêmes. Ils devraient apprendre davantage et prêter plus d’attention aux autres choses qui arrivent dans le monde pour empêcher que de tels crimes n’arrivent à nouveau. "

Mme Lesley Grahame, conseillère municipale de Norwich, est passée au moment de la conférence de presse. Ayant appris la persécution du Falun Gong par le Parti communiste chinois et les atrocités de prélèvement d’organes, elle a signé la pétition en faveur du Falun Gong. Elle a dit qu’il devrait y avoir des investigations indépendantes sur les crimes de prélèvement d’organes du PCC pour le profit sur des pratiquants de Falun Gong encore vivants, et qu’il fallait faire cesser de telles atrocités. " Je ne peux pas imaginer que le prélèvement d’organes sur des êtres vivants puisse se produire dans ce monde. Tant de mal est commis au nom du profit. Et voler des organes est le pire des crimes ; " Puis elle a ajouté : " J’ai entendu parler de la persécution du Falun Gong, j’ai également entendu parler des prélèvements d’organes se produisant en Chine. Je ne m’attendais pas à ce que cela arrive aux pratiquants de Falun Gong. " Elle a suggéré d’identifier et de dénoncer toute institution ou entreprise associée à cette atrocité et de boycotter de telles entreprises.

Mme. Lesley Grahame, conseillère de Norwich : Prélever des organes est le pire des crimes


Plus d’une dizaine de personnalités ont envoyé des lettres de soutien au Falun Gong

Plus d’une dizaine de membres du Parlement britannique et du Parlement européen ont envoyé des lettres de soutien pour l’évènement.

Brian Coleman, conseiller municipal de Londres a dit dans sa lettre : "Les pratiquants de Falun Gong doivent être félicités pour leur lutte incessante contre l’oppression par le régime communiste chinois. Bien que faisant face à la violence et à l’emprisonnement, les pratiquants de Falun Gong n’ont jamais failli dans leur lutte courageuse contre les terrifiants abus des droits humains perpétrés par les autorités chinoises. Falun Gong n’offre pas seulement une voix à ses propres adeptes, mais à la plus vaste communauté de dissidents. Je continuerai à offrir mon soutien à leurs efforts."

Richard Howitt, député européen de l’Est de l’Angleterre a écrit : " Merci pour votre récente correspondance attirant l’attention sur les abus des droits humains contre les membres du Falun Gong en Chine. Dans ma capacité d’ancien Vice-président du Sous-comité des droits de l’homme du parlement européen, je ne cesse de promouvoir la question des droits de l’homme à la fois au sein de l’Union européenne et à travers le monde entier, et par conséquent je suis extrêmement concerné par ces cas.

“Je sais qu’Amnesty International a publié des rapports concernant plusieurs adhérents du Falun Gong et demandé à ses membres d’attirer l’attention sur leurs situations. Je crois que l’UE devrait prendre l’initiative sur cette question. Il est essentiel d’établir un dialogue au sein d’un pays tiers et de collaborer avec les organisations régionales concernées, et les ONG afin de s’occuper des abus des droits humains, à la fois en Chine et à travers le monde.

“Merci de votre lettre sur cette question. Soyez assurés que je continuerai à surveiller les développements sur cette situation particulière et à utiliser ma position au sein du Parlement européen pour insister sur les questions des violations des droits humains. "

Lettre du député européen Richard Howitt

Rt. Hon. Andrew Smith, député pour l’Est de Oxford a écrit : "Veuillez transmettre mon fort soutien et mes meilleurs souhaits pour la conférence de presse et pour les activités que les pratiquants de Falun Gong et leurs défenseurs tiendront pour marquer la Journée des droits de l’homme."

Julian Huppert, Député libéral démocrate de Cambridge a écrit : "Pendant maintenant 12 ans, la Chine a systématiquement persécuté les pratiquants de Falun Gong. Cela doit cesser. En dépit des nombreuses démonstrations en Chine et dans le monde, d’innombrables individus ont été détenus et emprisonnés pour la paisible pratique de leurs croyances. La liberté de religion est un des droits humains des plus élémentaires et il est complètement inacceptable que le Gouvernement chinois refuse de le soutenir.

“Il est temps, par conséquent, que le Gouvernement chinois accepte la responsabilité pour les abus des droits humains, libère ces individus qui ont été emprisonnés pour leurs croyances et respecte le droit universel pour tous les peuples de vivre de la façon qu’il choisissent. Dans un monde globalisé où les citoyens ont beaucoup plus de pouvoir, le Gouvernement chinois ne peut pas continuer à emprisonner, torturer et même assassiner sa propre population sans avoir à faire face aux conséquences. J’espère que le gouvernement Chinois prendra des mesures immédiates pour mettre fin à la persécution du Falun Gong et s’amendera pour les terribles abus des droits humains dont nous avons été témoins ces 12 dernières années.”

Marina Yannakoudakis Député conservatrice de la région de Londres, a dit dans sa lettre de soutien : “Veuillez être assurés que je continue à surveiller et alerter sur la situation à laquelle fait face le mouvement Falun Gong en Chine." Elle a posé la question suivante à la Commission européenne :

“La commission est-elle au courant de la lutte du Falun Gong pour les droits humains fondamentaux en Chine ? Si tel est le cas, quelle pression la Commission exerce-t-elle sur les autorités chinoises sur cet aspect ?”

Réponse donnée par la Haut représentante/Vice-présidente Ashton de la part de la commission : "l’UE est préoccupée par le fait que les restrictions étendues imposées sur les membres du mouvement Falun gong, ainsi que sur les autres groupes spirituels ou religieux, sont incompatibles avec la liberté de conscience telle que reconnue sous l’Article 18 de la déclaration universelle des droits de l’homme. L’UE a à répétition fait part de ses préoccupations aux autorités chinoises concernant les rapports persistants d'intimidation, de harcèlements, d'emprisonnements arbitraires et de torture des membres du mouvement Falun Gong. Plus récemment, à la dernière session du dialogue des droits humains UE-Chine le 16 juin 2011, l’UE a soulevé des questions telles que l’emprisonnement généralisé de pratiquants de Falun Gong dans les camps de Rééducation par le Travail forcé, l’imposition de longues peines de prison sur les pratiquants de Falun Gong pour la simple distribution d’imprimés concernant leurs croyances et l’effet de la soi-disant campagne "Frappez fort " à propos du Falun Gong. L’UE continuera à soulever la question du traitement des pratiquants de Falun Gong à toutes les occasions appropriées auprès avec les autorités chinoises. "

La députée européenne Jean Lambert a dit dans sa lettre de soutien : “Bien que 2008 ait marqué le 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits humains, des libertés élémentaires, comme le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, et le droit à la liberté d’opinion et d’expression sont encore hors de portée pour certains, et érodés pour d’autres. Je suis bien consciente que pour les pratiquants de Falun Gong en Chine, ces droits sont tragiquement loin d’une réalité où des milliers de pratiquants sont arbitrairement détenus et persécutés dans le cadre d’une campagne organisée d’intimidation et de persécution. Le groupe des Verts/EFA au Parlement européen, pour lequel je siège en tant que députée européenne est profondément engagé à promouvoir et faire avancer les droits humains pour tous, et croit fortement que le respect pour les droits humains doit être en première place de la politique de l’UE envers la Chine. »

La députée européenne Nikki Sinclaire, Membre du Parlement européen pour les West Midlands a écrit : “Toute persécution et discrimination d’un groupe minoritaire est erronée et devrait être interdite. "

Le député européen Andrew Duff, du Parti libéral démocrate pour l’Est de l’Angleterre, a dit dans sa lettre : “j’attends le jour où la Chine se joindra à la famille des nations dans lesquelles l’état de droit et le respect pour les droits humains sont la fondation essentielle d’une société civile, une Chine où les exécutions, les tortures et les emprisonnements arbitraires seront une chose du passé.”

La députée européenne Fiona Hall a dit dans sa lettre : “Il est vital que ceux d’entre nous suffisamment chanceux pour avoir la liberté de parler ouvertement contre l’oppression le fassent. La persécution incessante et la torture de personnes sur la base de leurs croyances par la Chine mérite la censure la plus forte possible. Pour la Journée internationale des droits humains, nous exprimons notre solidarité avec ceux qui voient leurs libertés restreintes et leurs libertés fondamentales réduites. Nous continuerons à faire la lumière sur les abus des droits humains dans l’espoir de leur faire prendre fin."

Le député européen John Bufton a dit "J’encourage vivement toute action pour faire cesser la torture et la souffrance des pratiquants de Falun Gong en Chine. Qu’est-ce qui pourrait être plus haineusement ironique que l’incarcération, les sévices et la tentative de “rééducation” de gens qui croient en la paix, l’ouverture d’esprit, la liberté et la moralité ? Des atteintes aussi méprisables aux droits humains doivent être arrêtées par la communauté internationale. Chacun mérite la liberté individuelle de vivre en sécurité au sein de son propre système de croyance."

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.