EFIC - Communiqué de presse : La Torture et la Terreur Policière Conduisent au Décès de 16 autres Pratiquants de Falun Gong en Chine



Le "Bâton électrique" est une des tortures les plus courantes utilisées par les policiers et les gardes des camps de travail. Ces bâtons, d'un voltage allant jusqu'à 30 000 V, sont utilisés pour frapper les parties sensibles comme la bouche, les parties génitales, et les seins
Plus sur les méthodes de torture
Ci-dessous sont les dernières informations confirmant le décès de 16 autres pratiquants de Falun Gong, persécutés en Chine pour avoir refusé de renoncer à leur croyance spirituelle.

Des pratiquants de Falun Gong sont souvent attachés, battus, brutalement torturés et même défigurés avec des bâtons en bois et les aiguillons électriques utilisés pour le bétail. Le lavage de cerveau et les tortures mentales sont également intensivement employés, et souvent, des pratiquants sont gavés avec des liquides toxiques, des mélanges d'excréments humains et d'urine, quand ils sont en grève de la faim pour protester de leur détention. Des femmes et les hommes sont sexuellement maltraités et soumis à des atrocités répugnantes.

Pourtant, les pratiquants de Falun Gong continuent à faire appel pacifiquement pour mettre un terme de façon non-violente à la persécution par le régime de Jiang de la croyance en "authenticité- compassion- partience", l'enseignement essentiel du Falun Gong – ces sont ces principes que les pratiquants dont le récit va suivre ont défendu avec leur vie.

Le décès d'au moins 578 pratiquants (liste /récit) a été documenté par le centre européen d'information de Falun Gong, alors que des sources gouvernementales en Chine suggèrent que plusieurs milliers de personnes sont déjà mortes.

Les pratiquants dont la nouvelle du décès est récemment arrivée sont :

Mme. Liu ShuFen, tuée peu de temps après avoir été témoin du tabassage à mort de mme. Zhang Dezhen, également pratiquante de Falun Gong, par la police dans un centre de détention de la province de Shandong

M. Sun Shizong est mort après que les gardes aient ordonné aux détenus du camp de travail de le battre Mme. Ren Hanfen, scientifique dans le domaine astronautique, est morte en tentant d'échapper aux poursuites

Mme. Zhou Wenjie, professeur d'anglais de la ville de Liaoyuan, province de Jilin

Mme. Fu Guilan, de Harbin (province de Heilongjiang), qui était allée à Beijing pour lancer un appel pour la justice

M. Yu Tianyong, torturé à mort dans l'hôpital du camp de travail de Wanjia

Mme Du Guilan de la ville de Hegang, morte dans une incursion de police dans un entrepot

M. Sui Futao, mort après que les coups brutaux dans le camp de travail forcé Chao-yang-gou

Mlle Zhang Zhen, professeur de lycée de 39 ans du comté de Mengyin, province de Shandong

Un pratiquant dont le nom est inconnu, mort au cours de la nouvelle année chinoise en raison du gavage dans un hôpital du comté de Mengyin, province de Shandong

Dr. Zhang Yunyi, un médecin de Beijing, après avoir survécu à des tortures brutales dans un camp de travail forcé, est mort après sa libération lors d'une incursion de la police dans un entrepot

M Peng Fangjian, 45 ans, serait mort sous les coups dans un centre de détention

Mme. Zhang Zhibing, une femme du comté de Qinglong, province de Hebei, battue à mort en décembre 2000

Mme. Wang Fengqin, 36 ans, morte deux jours après avoir été prise par la police de Yantai pour avoir distribué des matériaux de Falun Gong près d'un hôtel local

Mme Wang Shouhu, morte en raison de l'alimentation forcée administrée pendant une grève de faim

Mme. Liu ShuFen a été tuée peu de temps après avoir été témoin du tabassage à mort de Mme. Zhang Dezhen, également pratiquante de Falun Gong, par la police dans un centre de détention du comté Mengyin, dans la province de Shandong, le 29 janvier 2003. Les deux, ainsi que beaucoup d'autres, avaient été arrêtées alors qu'elles distribuaient des prospectus de Falun Gong. Mme. Liu et mme. Zhang ont été mises à part et ensemble cruellement torturées. Mme Liu était le seul témoin de la mort de mme. Zhang aux mains de leurs ravisseurs. Pour cacher leurs méfaits, mme Liu a été battue jusqu'à tomber inconsciente et emmenée à l'hôpital pour une "chirurgie cérébrale". Les autres pratiquants emprisonnés avec mme. Liu rapportent qu'à ce moment, elle respirait toujours normalement, et elle ne semblait pas fiévreuse. Ils ont estimé qu'elle était simplement inconscient à cause des coups, mais les gardes l'ont traînée dehors, et elle est morte tragiquement après son "opération."

M. Sun Shizhong de la ville de Songyuan, province de Jilin, a été arrêté et emmené au camp de travail de Jiutai le 24 mars 2002. Un groupe de détenus, sous les ordres directs des gardes de camp, l'a battu à mort. On rapporte que le garde Lu Changtai est le plus directement responsable de la mort de M. Sun. Il ordonne aux détenus de torturer les pratiquants de Falun Gong, et récompense ceux qui ont le mieux effectué ses directives tordues. Zhang Laoqi, Zhang Dapeng, Xie Yunpu, Wang Bo, Pan Zhaotian et Xue Quan sont d'autres pratiquants pareillement battus. Après la mort de Sun, les gardes ont mis tout le blâme sur les détenus, se comportant comme si la tragédie n'avait rien à voir avec eux. Pour bloquer les informations sur ces atrocités, les prisonniers ont eu l'interdiction de quitter leur quartier, et les appels et les visites avec les familles ont été refusés. Le pratiquant Lu Changtai a également disparu actuellement. Sa situation nous est inconnue.

Mme. Ren Hanfen, un cadre vétéran du Parti âgée de 73 ans et ingénieur en aéronautique, largement respectée et participante active du programme spatial chinois pendant des décennies, a été enlevée de son lieu de travail, l'institut d'aéromécanigue dans la zone Fengtai de Beijing, et soumise à une sentence prolongée de lavage de cerveau parce qu'elle ne renonçait pas à sa pratique de Falun Gong. Sous la coercition, et avec la promesse d'être libérée, elle a finalement signé un rapport promettant de renoncer à la pratique, contre sa volonté . Après sa libération, des agents spéciaux ont fréquemment harcelé mme. Ren, ne lui laissant pas d'autre choix que de quitter sa maison pour éviter davantage de persécution. La police l'a retrouvée dans un appartement qu'elle avait loué et l'a bloquée dedans. Mme. Ren a essayé de s'échapper, attachant une corde de la fenêtre. Elle est tombée et est morte. Après sa mort, les autorités ont essayé de bloquer la diffusion de la nouvelle.

Mme. Zhou Wenjie, un professeur anglais au collège du comté No.2 de Donfeng dans la ville de Liaoyuan, province de Jilin a été persécutée à mort le 26 mai 2002. Zhou avait été complètement guérie de son diabète après avoir pratiqué le Falun Gong. Quand la Chine avait souffert des inondations en 1998, elle avait donné les 25.000 Yuan qu'elle avait économisés pour acheter une maison. Zhou a été condamnée à une année de travail forcé dans le camp de travail pour femmes de Heizuizi, dans la province de Jilin, parce qu'elle avait fait appel pour le Falun Gong en 1999. Le 20 mai 2002, la police de la station de chemin de fer de Changchun l'a enlevée alors qu'elle distribuait des prospectus de Falun Gong. Zhou a refusé de donner son nom et adresse et a protesté de son arrestation en faisant une grève de faim. Elle est morte seulement six jours plus tard.

Mme. Fu Guilan de ville de Harbin est morte tragiquement le 29 décembre 2002. Mme Fu était allée à Beijing faire appel quand la persécution du Falun Gong a commencé en juillet 1999. Elle avait été arrêtée et détenue pendant 9 mois. En avril 2001, la police du commissariat de police de Nangang l'a arrêtée alors qu'elle préparait des prospectus de Falun Gong et l'a condamnée à 2 ans de travail obligatoire. Elle a protesté en faisant une grève de la faim jusqu'à ce que sa vie soit en danger, et elle a été libérée pour raisons médicales. En 2002, la police a encore enlevé mme Fu, cette fois de la maison d'un de ses enfants. Elle a continué à protester par une grève de faim jusqu'à sa mort le 29 décembre 2002.

Mme. Du Guilan a été tuée à la suite d'une récente vague d'arrestations des pratiquants de Falun Gong dans la ville de Hegang. Mi-Janvier 2003, la police de Hegang a fouillé un appartement qui était employé comme emplacement pour le matériel de Falun Gong et a arrêté les pratiquants Fan Chunyan et Han Ru, qui ont depuis lors disparu. 10 jours plus tard, l'emplacement a de nouveau été pillé et la police a confisqué la photocopieuse et tous les matériaux. Du Guilan était dans l'appartement alors, et elle est tragiquement morte en essayant de s'échapper en sautant du deuxième étage.

M. Yu Tianyong est mort "en soins" à l'hôpital du camp de travail forcé de Wanjia. Illégalement arrêté par la police de Taiping le 1er janvier 2001, Yu a été condamné à 10 ans dans une prison de la ville de Harbin. Il a dû être libéré car sa santé déclinait rapidement. Après un rétablissement partiel, et il a été transféré à l'hôpital du camp de travail de Wanjia où il est mort en janvier 2003.

M. Sui Futao de comté de Liuhe, province de Jilin, a été persécuté à mort dans le camp de travail de Chao-yang-gou. Il a été détenu la première fois dans le camp de travail de Tonghua et ensuite transféré au camp de travail de Chao-yang-gou à Changchun en décembre 2001. Pendant les deux premiers jours au camp de travail de Chao-yang-gou, il a été brutalement battu deux fois, jusqu'à ce que son visage soit gonflé, noir et bleu, et il a été incapable de manger pendant des jours. Après celà, à causes des conditions de vie du camp, sa santé a faibli rapidement et il est mort en juin 2002 à l'âge de 30 ans. On rapporte que le surveillant du camp de travail de Chao-yang-gou, Wang Yanwei, est directement responsable de la mort de Sui Futao, cependant dans une tentative d'échapper à la responsabilité de sa mort, les autorités du camp ont dit qu'il était mort d'une crise cardiaque.

Mme. Zhang Zhen était un professeur de lycée de 39 ans, à Jiuzhaixiang dans le comté de Mengyin, province de Shandong. Elle a fait une grève de faim pour protester contre sa détention illégale, et a été envoyée à l'hôpital chinois de médecine du comté de Mengyin pour y être gavée. Elle est morte des suites de cette procédure, au cours des vacances de nouvelle année 2003. Un autre pratiquant de Falun Gong, dont le nom est toujours inconnu, est également mort pendant la même période, dans le même hôpital. Les fonctionnaires de l'hôpital clament que les deux victimes sont mortes d'une crise cardiaque.

Dr. Zhang Yunyi, un médecin d'une trentaine d'années, était un des médecins en chef à l'hôpital occidental et chinois de Beijing, pour la médecine combinée. Le Dr.Zhang a subi un harcèlement fréquent par la police dans sa résidence dans la ville de Fuzhou et a été arrêté quand il distribuait des prospectus de Falun Gong en été 2000, et détenu au camp de travail de Tuanhe, où il a souffert des tortures brutales. Après avoir été libéré, il est revenu à la ville de Fuzhou. En août 2002, la police a pénétré par effraction dans l'appartement où Zhang et quelques autres pratiquants vivaient. Ils ont confisqué un grand nombre de documents révélant la situation vraie de la persécution du Falun Gong en Chine. Zhang a refusé de répondre aux questions et est mort après avoir sauté d'une fenêtre afin d'essayer de s'échapper.

M. Peng Fangjian, 45 ans, de la ville de Suining, dans la province de Sichuan, est mort le 10 février. Le 28 Janvier 2003, Peng a été enlevé de sa maison et emmené au commissariat de police de Renli par les policiers locaux Yuan Xiaolin, Hu Zongcheng et Zhang Kangping. Trois jours plus tard, il a été transféré au centre de détention de Lingquansi où il a fait une grève de faim pour protester contre sa détention illégale. Moins de deux semaines plus tard, le 10 février, Peng est mort en raison des brutalités. Pour cacher les preuves, la police a rapidement incinéré son corps. Les parents ont pu voir son corps avant l'incinération et ont décrit comment les yeux et la bouche de Peng étaient grands ouverts, avec les deux bras dressés et les poings serrés, des contusions sur l'arrière de la tête à la base du crâne.

Mme. Zhang Zhibing, une pratiquante d'une trentaine d'années du comté de Qinglong, province de Hebei, a été battue à mort en décembre 2000. Le représentant du bureau 610 a refusé de discuter des détails du cas avec un journaliste local, niant sa mort et affirmant, "nous avons des règles. Je peux seulement parler de ceci avec des fonctionnaires du comté" Mme. Zhang Zhibing est la soixante-troisième mort confirmée dans la province de Hebei.

Mme. Wang Fengqin, une femme âgée de 36 ans de la ville de Yantai, province de Shandong, est morte au centre de détention suburbain du sud de Zhifu, deux jours après avoir été arrêtée parce qu'elle distribuait des matériaux de Falun Gong proche de l'hôtel de Liuhuangding , le 26 janvier 2003. Quand les membres de sa famille ont été appelés, ils l'ont trouvée avec les vêtements gelés sur son corps, et des marques de menottes aux poignets. Les policiers ont extorqué 1.000 Yuan à la famille de mme. Wang et ont rapidement incinéré son corps.

Mme. Wang Shouhu est morte en novembre 2002 au centre de détention No.3 de Changchun, suite aux tentatives de gavage forcé pendant sa grève de la faim qui protestait contre sa détention illégale.

# # #


Rappel

Le Falun Gong, ou Falun Dafa (about), est une méthode de méditation et d’exercices avec un enseignement basé sur le principe universel « Authenticité – Bienveillance – Patience ». C’est une méthode qui a été enseignée en privé pendant des milliers d’années avant d’être rendue publique en 1992 par Me. Li Hongzhi. Falun Gong prend ses racines dans la culture chinoise traditionnelle, mais est différent du bouddhisme et du taoïsme. Depuis son introduction en 1992, la méthode s’est transmise rapidement de bouche à oreille à travers la Chine, et on la pratique maintenant dans plus de 50 pays.

D’après les estimations du gouvernement, le nombre de pratiquants ayant atteint les 70-80 millions, le dirigeant chinois Jiang Zemin a interdit cette pratique pacifique en juillet 1999(rapport), de peur qu’elle n’ait plus de succès au sein du peuple que le Parti Communiste lui-même. Mais, dans l’incapacité d’ébranler les convictions de millions de personnes qui avaient bénéficié de la pratique du Falun Gong dans leur vie quotidienne, le régime de Jiang a intensifié la propagande pour tourner l’opinion publique contre cette méthode et ainsi pouvoir tranquillement emprisonner, torturer et même tuer ceux qui la pratiquent.

Le Centre d’Information du Falun Dafa a pu documenter 578 cas de morts (rapport / sources) depuis le début de la persécution du Falun Gong en Chine en 1999. Cependant, les dirigeants chinois rapportent que le nombre de morts dépasse les 1 600 et des experts estiment que le chiffre doit être beaucoup plus élevé. Des centaines de milliers de personnes sont détenues, dont plus de 100 000 ont été condamnées aux camps de travaux forcés, souvent de manière arbitraire.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.