Une Chine angoissée s'interroge après le drame de la fillette écrasée

Analyse de l’actualité
 

Yueyue à l’unité de soins intensifs de l’Hôpital général du commandement de l’armée de Guangzhou le 16 octobre. Elle est décédée de blessures graves qui ont atteint d’abord son système respiratoire, et finalement ses autres organes corporels, le 21 octobre. (Epoch Times Photo Archive)

Mise à jour: La petite Yueyue, une fillette chinoise de 2 ans devant laquelle 18 personnes sont passées après qu’elle soit passée sous les roues de deux voitures le 13 octobre, est décédée au petit matin du 21 octobre.

Les Chinois ont beaucoup souffert du déclin des standards moraux en Chine : des industriels laitiers mélangent le lait à de la mélanine chimique industrielle, donnant des calculs aux nourrissons ; des constructeurs bâtissent des écoles avec des matériaux de mauvaise qualité, amenant des milliers d’enfants à être écrasés dans le tremblement de terre du Sichuan ; des autorités s’enrichissent en volant maisons et propriétés et en vendant la terre aux développeurs ; des hommes riches et puissants dans des limousines ramassent des jeunes filles à la sortie du collège pour les utiliser comme maîtresses.

Mais le sort de la petite Yueyue de l'agglomération de Foshan, filmé par une caméra de vidéo- surveillance, vidéo qu’apparemment tout le monde en Chine a pu voir, a touché un nerf comme jamais jusque-là. Le fait que le 13 octobre, 18 personnes soient passées sans venir en aide à la fillette de deux ans, après qu’elle soit passée sous les roues d’un premier mini-bus puis d’un camion de ramassage, a ébranlé la confiance de la nation.

L’acteur Yuan Hong a écrit sur son microblog : “Après avoir regardé la vidéo, j’ai été submergé par un fort sentiment de honte nationale et d’infériorité. Après que 18 personnes aient consécutivement ignoré la fillette blessée, même si plus de dix-huit vaisseaux “Heavenly Palace" étaient lancés dans l'espace, cela n'arriverait pas à remédier à cette profonde honte. "

Yuan est loin d’être le seul. La vidéo de la souffrance de Yueyue a inspiré plus de 4 million de posts microblogs en Chine et en dehors.


Le sort de la Chine

Les citoyens du net chinois voient le sort de la Chine enveloppé dans celui de la petite Yueyue

“Ce qui a été écrasé n’est pas seulement la petite fille, mais la conscience de la société d’aujourd’hui,” a écrit un blogger.

Encore et encore, les bloggers reviennent sur les mêmes questions : Comment la Chine en est-telle arrivée là. Que nous est-il arrivé ?

"Qu’est-ce qui nous a rendus si indifférents ?” a écrit le blogger Ning-Hao. “L’incident de la petite Yueyue montre encore une fois la perte de moralité chez nos citoyens. Chaque personne ayant une conscience ne peut s’empêcher de se demander : quelle est la racine de ces problèmes ?

“Est-ce que l’atmosphère sociale a déjà été détruite, où est-ce l’égoïsme la source du problème ? De quoi les gens manquent ils actuellement ? Est-ce d'un système d’éducation, d'une guidance de l’opinion publique, d'un système juridique, et d’autres aspects justes et raisonnables ? Telles sont les graves questions auxquelles chacun fait face.

Le blogger Shaoye Suanming a demandé : “Comment notre glorieux pays ose-t-il encore s’appeler une “terre civilisée” ? Ces étrangers qui s’enthousiasment pour la Chine ne comprennent pas qu’elle a perdu ses anciennes façons …

“On ne peut pas nous reprocher l’effondrement de la moralité à nous les petites gens. ... ce sont ceux qui sont au pouvoir qui en ont la responsabilité.”

Shenzhen, activiste de la démocratie et fondateur du Chinese Citizen Watchdog “Guo Yongfeng” a dit à la Radio Sound of Hope : “Notre environnement et notre système ont complètement dénaturé l’esprit de chaque personne. Chacun ne se soucie que de lui-même, y compris le conducteur dans cet incident, qui a essayé de se soustraire à sa responsabilité et de se protéger lui-même. À strictement parler, c’est la culture du Parti, la méthode de gouvernement du PCC—la culture totalitaire, trompeuse et violente du Parti.”


L’attaque de la conscience

Erping Zhang, le porte-parole du Centre d’Information de Falun Dafa (CIFD) a dit que le Parti a tout au long de son histoire éradiqué les sources de la moralité en Chine par des campagnes visant la croyance religieuse, les intellectuels, la propriété privée, et tout signe de pensée indépendante.

Mais Zhang voit une connexion directe entre la persécution de la pratique spirituelle Falun Gong (aussi appelée Falun Dafa) par le Parti communiste chinois (PCC) et le récent et vertigineux déclin de la moralité en Chine.

Zhang a fait remarquer qu’au début de la persécution, le PCC s’est lui-même opposé aux principes du Falun Gong – authenticité, compassion et tolérance.

Dans une lettre du dirigeant d’alors, Jiang Zemin, distribuée aux membres du Politburo la nuit du 25 avril 1999, Jiang a dit : “Nous devons nous en tenir à l’éducation des fonctionnaires et de la population avec une perspective correcte sur le monde, la vie et les valeurs. Le Marxisme, le matérialisme et l’athéisme que promeuvent nos membres du Parti communiste pourraient-ils être vaincus par ce que promeut le Falun Gong ? C’est absolument ridicule ! ”

Trois mois plus tard, Jiang ordonnait une campagne pour “éradiquer” le Falun Gong. Commençant le 20 juillet 1999, l’énorme machine du régime communiste s’est tournée avec furie contre les citoyens chinois, estimés à cent millions, qui pratiquaient le Falun Gong. Selon le CIFD des centaines de milliers de personnes sont détenues à tout moment, 3400 cas de morts causées par la torture et les mauvais traitements ont été vérifiés, mais le chiffre réel de morts pourrait atteindre des dizaines de milliers.

Un mois après que la campagne ait commencé, le porte-parole du PCC, l’agence d’actualités Xinhua, publiait un article où on pouvait lire “Le soi-disant principe de “sincérité, bonté et tolerance” prêché par Li [Li Hongzhi, le fondateur du Falun Gong] n’a rien en commun avec l’éthique socialiste et le progrès culturel que nous nous efforçons d’atteindre.”

“Lorsque le PCC réprime et criminalise la sincérité, la compassion et la tolérance, il réprime les vertus qui maintiennent la société,” a dit Zhang. “Et en réprimant le bien, le PCC promeut ce qui est mal. La persécution du Falun Gong affecte chacun, parce qu’elle détruit la bonne moralité dans le cœur des gens.”


La peur des conséquences

Certains commentateurs ont souligné une autre raison pour laquelle ces 18 personnes sont passées devant Yueyue agonisante : la peur des coûts d’être impliqué.

Le cas de Peng Yue de la ville de Nanjing est célèbre en Chine. Lorsqu’une femme âgée est tombée en essayant de monter dans un bus, il est resté pour l’aider. Après qu’elle ait appris qu’elle allait avoir besoin d’une opération pour une hanche cassée, elle l’a poursuivi pour qu'il paie ses dépenses médicales.

La cour de district de Nanjing a légiféré que Peng devrait payer 40 pour cent des coûts médicaux, disant que le comportement de Peng était anormal parce qu’il aurait dû rester sur les lieux et emmener la dame à l’hôpital après que sa fille soit arrivée.

Le problème posé par des incidents comme celui-ci est devenu si prononcé qu’en septembre dernier, le Ministère de la Santé a émis des consignes spéciales concernant l'aide aux personnes âgées qui sont tombées.

Après que ces consignes aient été publiées, le service Sina Weibo, à peu près l'équivalent de twitter, a ouvert un forum demandant si les gens étaient désormais prêts à aider une personne âgée tombée. Sur 5038 réponses, seuls 20 pour cent ont répondu “oui.”

Dans une telle atmosphère, les bonnes intentions sont suspectes. Le Guangzhou Daily a rapporté que les gens critiquaient la ramasseuse d’ordures, Chen Xianmei, qui était venue à l’aide de Yueyue, disant qu’“elle voulait juste se rendre célèbre."

En entendant les commentaires du journal, Chen a demandé “Pourquoi est-ce si dur d’être une bonne personne?”


http://www.theepochtimes.com/n2/china-news/anguished-china-reflects-after-toddler-crushed-63056.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.