L’ancien poète Bai Juyi

Bai Juyi, aussi connu sous le nom de Bai Letian, était un poète célèbre durant la période qui suivit immédiatement l’apogée de la Dynastie Tang. Il vécut de 772 à 846 AD. Les gens les moins éduqués à cette époque pouvaient aisément comprendre le langage utilisé dans ses poèmes, avec leurs thèmes explicites. Ses poèmes coulaient en douceur et son style poétique était si unique qu’il devint une forme littéraire appelée Yuan-Bai-Ti, ou Forme Claire Fondamentale.


Bai était un champion de nouvelles ballades et chansons populaires écrites dans le style de la Dynastie Han. Il développa aussi une structure d’écriture poétique, “Yu Yuan Jiu Shu“ ou “Neuf Principes d’Ecriture Poétique“, hautement estimée et considérée comme pièce maîtresse d’une approche critique de la littérature chinoise. Il excellait dans diverses formes de poésie, en particulier narrative et les longs poèmes. Parmi ses meilleures œuvres figurent “ Chant de l’Ếternel chagrin “, un long poème décrivant l’apogée et la chute de la beauté renommée “Yang Gui-Fei “, et “Chant du joueur de Pipa“ à propos d’un luth chinois en forme de poire. À travers les âges, les critiques poétiques ont fait l’éloge de “ Chant de l’Eternel chagrin “ comme d’un extrêmement beau poème.


Beaucoup d’autres grands poètes dans la Dynastie Tang, tels que Han Yu et Du Fu ne furent reconnus pour leurs poèmes que bien après leur mort. Bai Juyi, lui, fut célèbre de son vivant. On le recherchait, lui et ses oeuvres dans toute la Chine et même à l’étranger. Après sa mort, elles continuèrent à avoir une influence historique substantielle dans le domaine de la poésie chinoise. A l’apogée de son renom, ayant bien duré vingt ans, on voyait les poèmes de Bai Juyi dans différents temples, tombeaux, et kiosques postaux. Les amoureux des poèmes de Bai Juyi comprenaient ausi bien de hauts fonctionnaires que des personnes de bas rang, de la noblesse aux ministres d’état à de vieux paysans et à des bergers. Hommes et femmes des plus jeunes aux plus âgés étaient autant attirés par les poèmes de Bai Juyi. Des gens d’un peu partout transcrivaient souvent ses poèmes en échange de vin ou de thé. Même les Premiers Ministres de pays étrangers demandaient à leurs négociants qui faisaient des affaires dans les cours chinoises d’acheter des poèmes de Bai Juyi au prix étonnant d’une centaine de pièces d’or pour un poème.


Pendant toute sa vie, Bai Juyi écrivit plus de poèmes satiriques que tout autre poète dans l’histoire chinoise. C’est une indication de son authentique sollicitude pour les pauvres et leurs souffrances et une révélation de sa compassion pour les pauvres et les déshérités. Parmi les plus fameux poèmes satyriques de Bai Juyi, “Le Vieux Vendeur de Charbon,” “Regarder la Moisson du Blé,” et “Une Pièce de Soie Fine de Liao.”. Aujourd’hui, en lisant ces poèmes, on peut sentir la compassion contagieuse de Bai Juyi. L’aspect le plus louable du caractère de Bai Juyi est que tout en ayant une profonde sollicitude pour les pauvres il se critiquait souvent lui-même pour la vie luxueuse qu’il menait. Lorsqu’il voyait une femme porter un bébé, et pour soulager sa faim, ramasser chaque grain de blé qu’avaient laissé tomber les moissonneurs dans les champs, Bai Juyi s’admonestait lui-même sévèrement pour avoir reçu 300 boisseaux de riz en salaire officiel. C’était une quantité de riz considérable, qu’il ne gagnait pas en travaillant dans les rizières. Ceci fut consigné dans “Regarder la Moisson du Blé“


Sa compassion l’amena graduellement à cultiver dans le Bouddhisme. Dans ses dernières années, Bai Juyi se dénomma lui-même “L’Hermite de la Montagne Odorante ” et devint un pratiquant cultivant hors du temple. Sa “cultivation “ lui permit de voir le principe que tout dans ce monde est le résultat de relations karmiques. En conséquence, Bai Juyi n’était pas trop concerné ou frappé par la mélancolie comme les gens ordinaires lorsqu’il était confronté aux tribulations. Il ne fut pas trop affligé lorsqu’il fut rétrogradé dans sa capacité officielle et fut envoyé à Jiangzhou pour y servir comme petit fonctionnaire. Il grandissait en détachement du renom et du gain, et avertissait les autres de ne pas se consumer dans de telles recherches ; sans quoi , les moyens utilisés pour atteindre leurs buts ne leur apporteraient que des désastres. Bai Juyi disait aussi sincèrement et sérieusement aux autres que les tribulations étaient un résultat de nos propres paroles et actions. [1] Parce qu’il était capable de se détacher lui-même du renom et du gain, il fit de rapides progrès dans la cultivation et acquérit bientôt une capacité relativement forte de "Suming Tong" [La capacité de voir le futur et le passé d’une personne].


Durant l’apogée de la Dynastie Tang, de nombreux officiels de cour, qui étaient appointés par la royauté, et aussi des érudits, cultivaient le Bouddhisme, et nombre d’entre eux connaissaient leurs vies antérieures. Bai Juyi était l’un de ceux-là. Un de ses poèmes relatait qu’“on racontait que Fang Taiwei était un moine Bouddhiste dans sa vie antérieure, et que le Sous-Officier Senior Wang, ou le fameux grand poète Wang Wei, était un peintre dans sa dernière vie. Lorsque je m’assis en méditation et utilisai la capacité de connaître le passé pour considérer ma vie passée, je vis que dans nombre de mes vies passées, j’avais eu une relation prédestinée sacrée avec la poésie. ”[2]. Là Bai Juyi révélait que son talent poétique était le résultat d’efforts continus, accumulés au cours de ses nombreuses vies. Les déclarations de Bai Juyi fournissent une bonne explication pour des choses comme le talent et la réincarnation pour les occidentaux faisant des recherches sur le sujet. D’après une des études sur la réincarnation, on a rapporté qu’un bambin pouvait conduire un bateau à moteur sans la moindre leçon, une indication d’un don naturel extraordinaire. Plus tard, les chercheurs découvrirent que le bambin avait été capitaine d’un bateau à moteur avec des décennies d’expérience dans sa vie antérieure.


En outre, il apparut être plus éveillé sur la Loi de Bouddha [Loi et principes dans l’école de Bouddha] que la plupart des gens. Dans “Réflexions en lisant les écritures zen“, Bai Juyi écrivit “ on doit garder à l’esprit que la plupart des choses de la vie sont simplement des illusions. Par exemple, ce qui peut vous paraître insuffisant est en fait en surplus. Un discours oublié n’est pas plus important que parler d’un rêve dans un rêve, car rien n’est constant ni réel. Attendre qu’une fleur sans graine produise un fruit est aussi réaliste que de chercher du poisson à minuit. La perturbation est un niveau avancé de méditation, de même la méditation dans l’absolue tranquillité, car la tranquillité de l’esprit est la véritable clé. “


Différentes personnes ayant différentes compréhensions d’un poème Zen, je ne commenterais pas le poème et laisserais le lecteur y pénétrer par lui-même.





Note:
[1] Bai Juyi, “Deux Poèmes impromptus:” “Bonne ou mauvaise chance, infortune ou bonne fortune ont leurs origines, mais le plus important est qu’on ne doit pas s’inquiéter pour elles. [...] Le renom est un serviteur public et ne devrait pas être recherché. Le profit appelle la calamité aussi ne devrait on pas le rechercher. [...] J’ai pour vous un seul conseil; trop de gens sur la terre souffrent parce qu’ils le choisissent.”

[2] Bai Juyi, “Auto éclaircissement:” “Fang était dans une autre vie un pratiquant méditatif cultivant Bouddha, et Wang Dao était un peintre renommé. Durant ma méditation j’ai eu une précognition de mes vies antérieures dans lesquelles j’étais poète.”

On peut trouver tous les poèmes cités dans :
“Bai Xiang Shan Collection,” in “Fundamental Collection of National Studies (four hundred types),” edité par Wang Yun-Wu, et publié par Shang Wu éditeurs de Taiwan, la premier édition ayant été publiée en septembre 1968.
“Deux Poèmes Impromptus” et “Réflexions en lisant les Soutras Méditatifs” fut cité du 65ème volume, et “ Auto éclaircissement ” du 68ème volume.

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.