La police vietnamienne continue à harceler les pratiquants de Falun Gong

Avec sept arrestations et la dispersion d’une activité de groupe dimanche matin, la police de Ho Chi Minh (Saigon) au Vietnam a continué une campagne de harcèlement des pratiquants de Falun Gong instiguée par le régime chinois.

Vers 8h 30 du matin, plusieurs policiers armés sont arrivés au Parc Le Van Tam Park et ont ordonné aux quelques 25 pratiquants de Falun Gong rassemblés là de se disperser. Des policiers en civil étaient aussi présents. Les pratiquants viennent dans le parc tous les dimanches matin depuis des années pour pratiquer les exercices et étudier les enseignements du Falun Gong ensembles.

La police a commencé à répandre de l’eau par terre, a dit un des pratiquants. La plupart des pratiquants se sont alors levés et sont partis, mais sept d’entre eux sont restés. La police a arrêté ces sept personnes, dont certains étaient assis par terre en méditation. Ils ont porté ceux qui continuaient à méditer dans un fourgon de police, et les ont emmenés tous les sept au poste de police.


Une vidéo montrant l’arrestation du dernier pratiquant de Falun Gong au Parc Le Van Tam Park à Ho Chi Minh City dimanche 9 octobre 2011 au matin

Interrogée sur la raison de leur arrestation, la police a répondu que si plus de cinq personnes se rassemblaient, ils devaient demander la permission, a dit la source. Les pratiquants vietnamiens disent qu’en réalité il n’existe pas de telle loi.

Vers 16h, quatre de ceux qui avaient été arrêtés ont été relâchés. L’une d’eux, s’est alors assise devant le poste de police et a commencé à méditer, a dit la source. La police a répondu en lui tordant les poignets et lui tirant les cheveux pour la forcer à partir.

Deux des sept qui ont été arrêtés n’avaient pas leurs papiers d’identité sur eux et la police les a transférés au Centre de protection sociale – une installation utilisée pour loger les sans-abris et les adolescents fugueurs. La situation d’un des sept pratiquants arrêtés reste jusque- là inconnue.

Les pratiquants vietnamiens disent que les détenir dans le Centre de protection sociale est une tactique utilisée par la police pour les harceler. La police traite les pratiquants arrêtés sans papiers d’identité comme s’ils étaient des sans domicile sans les laisser prouver le contraire. Une des pratiquants a dit qu’il y a onze mois, elle a été détenue de cette façon pendant sept jours dans le Centre de protection sociale.

Ce dernier incident au Parc Le Van Tam arrive à la suite d’autres arrestations ayant été conduites dans ce parc et à l’extérieur du Consulat chinois à Ho Chi Min le 6 octobre. Les pratiquants s’étaient rassemblés pour protester pacifiquement contre le procès programmé de deux pratiquants de Falun Gong. Tous les deux avaient été arrêtés par le gouvernement vietnamien à l’incitation de l’Ambassade chinoise pour des diffusions à ondes courtes vers la Chine.

Pendant presque un an, les pratiquants qui se sont rassemblés devant l’Ambassade de Chine à Hanoi pour manifester contre la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine ont rapporté des harcèlements réguliers, y compris des coups, par des voyous qui semblaient travailler de concert avec la police.

La pratique du Falun Gong a commencé à se répandre au Vietnam en 2000 sans rencontrer d’opposition officielle. En 2006, la police a commencé à demander aux pratiquants de ne pas pratiquer les exercices de Falun Gong en public et de ne distribuer ni livres ni documents sur la persécution du Falun gong en Chine. Depuis lors, la pression officielle sur les pratiquants a peu à peu augmenté et s’est intensifiée récemment.

Un memo 2009 de trois pages d’une division du Ministère de la Sécurité publique aux départements de la police locale obtenu par Epoch Timeshttp://www.theepochtimes.com/n2/images/stories/large/2011/04/10/img_no_signature.jpg] montre que ce harcèlement a été dirigé par le gouvernement central vietnamien dans un effort pour plaire au régime chinois.

On peut y lire entre autre : “La propagation du Falun Gong au Vietnam et la diffusion de toute information à propos de la persécution des pratiquants en Chine affecte directement les relations diplomatiques entre le Vietnam et la Chine …

“Le gouvernement et le ministère de l’investigation et de la sécurité donnent les ordres directs d’arrêter la pratique du Falun Gong dans le pays pour éviter les problèmes avec la Chine. Il ordonne aux autorités de traiter la situation dès qu’ils la détectent. »

La répression du Falun Gong au Vietnam demandée par le régime chinois appartient à un plus vaste scénario d’efforts du régime chinois pour interférer avec le Falun Gong dans le monde. Cette interférence peut impliquer les actions directes de fonctionnaires consulaires, ou, comme c’est le cas au Vietnam, des pressions sur les autorités locales. Falun Gong est pratiqué dans plus d’une centaine de pays dont la plupart ignorent les requêtes officielles chinoises leur demandant d’interférer avec le Falun Gong.

Les pratiquants de Falun Gong disent que le harcèlement en dehors de Chine est une extension de la campagne de persécution engagée sur le continent.

En juillet 1999, le chef du Parti communiste chinois d’alors, craignant la popularité du Falun Gong et la possibilité que la population chinoise préfère de plus en plus les croyances du Falun Gong à la doctrine communiste, ont ordonné une campagne pour " éradiquer " la pratique.

Selon le Centre d’information de Falun Dafa (CIFG) des centaines de milliers de pratiquants sont détenus en Chine et à n’importe quel moment donné. Le CIFD peut confirmer les décès de 3400 pratiquants suite à la torture et la violence, mais estime le nombre réel de morts sous la persécution à des dizaines de milliers.


Avec un reportage de Thanh Le.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.