Appel urgent du CIFD : La Corée du sud doit cesser de déporter des pratiquants de Falun Gong vers la Chine

Un jeune couple fait face à une déportation imminente, 50 autres pratiquants de Falun Gong, demandeurs d’asile courent le même risque
 

NEW YORK—Le gouvernement sud-coréen doit prendre immédiatement des mesures afin d’assurer qu’aucun réfugié du Falun Gong ne soit déporté vers la Chine, a déclaré lundi, le Centre d’information de Falun Dafa. La semaine dernière, les fonctionnaires de l’immigration ont détenu un pratiquant de Falun Gong de 25 ans, toujours en détention en vue d'un éventuel rapatriement pouvant avoir lieu à tout moment. S’il devait être déporté, il ferait face à un risque sérieux d’emprisonnement, de torture et même de mort.

"Renvoyer des réfugiés du Falun Gong en Chine, est inhumain, injuste et contraire aux lois internationales." affirme Levi Browde, directeur exécutif du Centre d’Information de Falun Dafa. "Nous pressons le gouvernement de Corée du sud de résister à toute pression émanant du Parti communiste chinois (PCC) et d’offrir aux pratiquants de Falun Gong un havre sûr face à la persécution. "

“Nous savons que dans le passé, le gouvernement sud-coréen a permis aux pratiquants de Falun Gong de demeurer en sécurité en Corée du Sud, même sans statut officiel de réfugié, et nous les exhortons à reprendre cette pratique .”

Le 6 septembre 2011, deux agents du ministère de la justice et quatre agents de police locaux se sont rendus au domicile de M. Jin Jingzhe, âgé de 25 ans et de son épouse, Mme Ma Yue. Ils ont arrêté le couple sur la base de leur statut illégal d’immigration après que leur demande d’asile ait été refusée. M. Jin a été emmené dans le " centre de détention et de protection des étrangers ", où le personnel lui a déclaré qu’il avait sept jours pour formuler un recours expliquant pourquoi il ne pouvait être rapatrié. Mme Ma n’a pas été détenue. Selon une source, en plus de Jin, un autre pratiquant de Falun Gong, Shen Xianzhi, reste aussi dans un centre de détention pour immigrant, face à une déportation potentielle.

Depuis 2009, la Corée du Sud a renvoyé au moins 10 réfugiés du Falun Gong en Chine, indiquant le danger que court le couple. A présent, 56 pratiquants de Falun Gong supplémentaires résidant en Corée du Sud se sont vus refuser l’asile. S’ils sont détenus par la police, ils risquent aussi la déportation vers la Chine continentale.

Le Centre d’information de Falun Dafa appelle le gouvernement de la république de Corée à honorer ses engagements dans le cadre de la Convention des Nations Unies sur le Statut des réfugiés et la Convention contre la torture. La Corée du sud est signataire des deux traités, qui interdisent de renvoyer les réfugiés dans des pays où ils pourraient être soumis à la torture ou à la persécution pour des raisons religieuses ou l’appartenance à un groupe social particulier.

Les pratiquants de Falun Gong, indépendamment de leur profil ou leur importance au sein de la communauté du Falun Gong font face à la possibilité de détention arbitraire, de condamnation illégale et de torture en Chine. Des centaines de milliers de prisonniers de Falun Gong de conscience seraient détenus en Chine pour leur croyance ; dans certaines installations de détention, ils constituent la majorité de la population. Les Nations Unies, Amnesty International, les avocats des droits de l’homme chinois et les média occidentaux ont documenté la torture et les morts de personnes du Falun Gong entre les mains des autorités chinoises. Dans son rapport annuel publié début 2011, Amnesty International a déclaré que les pratiquants de Falun Gong qui refusaient de renoncer à leurs croyances "sont communément torturés jusqu’à ce qu’ils coopèrent, beaucoup meurent en détention ou peu après leur libération. "


Le Centre d'information de Falun Dafa appelle par conséquent :

  • Le gouvernement Sud Coréen à arrêter immédiatement toutes déportations de pratiquants de Falun Gong vers la Chine et à prendre des mesures pour leur garantir l'asile.

  • La Commission nationale Sud Coréenne des droits humains à investiguer et à réagir en conséquence aux précédents cas de rapatriements de personnes du Falun Gong .

  • La communauté internationale, incluant les groupes des droits humains, les représentants des gouvernements étrangers, et les citoyens concernés à immédiatement contacter les représentants du gouvernment Sud Coréen et à les exhorter à protéger les réfugiés du Falun Gong


Complément d'information

M. Jin a appris le Falun Gong en Chine avec sa mère alors qu'il était à l'école élémentaire. Après que le Parti communiste ait lancé la campagne pour persécuter le Falun Gong en 1999, Jin a été forcé abandonner le lycée et sa mère a été détenue dans un camp de travail de Pékin. En 2008, Jin est arrivé en Corée, où il a été un membre actif de la communauté du Falun Gong.

Parmi d'autres activités, il a travaillé comme journaliste pour la Station de Télévision indépendante New Tang Dynastie, couvrant toutes sortes de sujets considérés comme politiquement sensibles par le PCC. Parmi lesquels les appels des pratiquants de Falun Gong pour la fin des abus des droits humains en Chine et des sujets en lien avec la Corée du nord.

Ces dernières années, 23 membres du Congrès américain ont écrit au gouvernement de la République de Corée, leur demandant d'aider à protéger les pratiquants de Falun Gong sur des bases humanitaires, mais les rapatriements ont continué. Roger Helmer, un membre du Parlement européen a écrit le 9 septembre à l'Ambassadeur Coréen au Royaume Uni, faisant part de sa préoccupation pour le couple et demandant l'assurance que la Corée remplisse ses obligations internationales envers les demandeurs d'asile.


POUR PLUS D'INFORMATION, VEUILLEZ CONTACTET LE CENTRE D'INFORMATION DE FALUN DAFA Contacts: Gail Rachlin (+1 917-757-9780), Levi Browde (+1 845-418-4870), Erping Zhang (+1 646-533-6147), or Joel Chipkar (+1 416-731-6000)
Fax: 646-792-3916 Email: contact@faluninfo.net, Website: http://faluninfo.net/

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.