Un avocat des droits de l’homme est invité à intervenir à l’Université de Boston à propos des prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong par le PCC

Un célèbre avocat des droits de l’homme canadien, David Matas, a fait un discours à l’Université de Boston le 11 avril 2011, à l’invitation d’Amnesty International. Il a donné des détails sur le rapport sur lequel David Kilgour, ancien secrétaire d'État (Asie-Pacifique) pour le Canada et lui ont travaillé indépendamment pour enquêter sur le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant par le Parti communiste chinois (PCC).

L’avocat des droits de l’homme canadien David Matas s’ exprime à l’Université de Boston le 11 avril 2011 et expose les crimes brutaux de prélèvement d’organes à vif par le PCC

M. Matas a été alerté sur le prélèvement d’organes par le PCC par des pratiquants de Falun Gong en 2006, quand l’ex femme d’un médecin chinois a révélé que son ex mari prélevait des cornées sur des pratiquants du Falun Gong de leur vivant.

Après avoir conduit une enquête détaillée en juillet 2006, M. Matas et M. Kilgour ont publié leur Rapport concernant les allégations de prélèvement des organes de pratiquants de Falun Gong en Chine. Plus tard ils ont publié Bloody Harvest (Récolte sanglante) et ont mis à jour le rapport concernant les allégations.

M. Matas a déclaré qu’il y avait suffisamment de preuves montrant que le prélèvement d’organes a continué en Chine après la publication du rapport. En tant que juif, il a fait remarquer que les Nazis ont nié le génocide durant la IIème Guerre Mondiale et que les faits ont été exposés seulement après que les Nazis aient été vaincus. Il a dit que peut être que tous les faits concernant le prélèvement d’organes de pratiquants du Falun Gong ne seront pas exposés avant l’effondrement du PCC.

M. Matas et M. Kilgour ont visité plus de 80 villes dans plus de 40 pays pour exposer les crimes sanglants du PCC. Il a dit que pour comprendre la situation des droits de l’homme en Chine, on doit être au courant de la persécution du Falun Gong en Chine. Il n’y a pas de liberté de parole en Chine, ce qui rend difficile au public de connaitre les faits. M. Matas a souligné l’importance de travailler pour les droits de l’homme en Chine et de s’opposer ouvertement à la persécution du Falun Gong.

A la fin, M. Matas a suggéré au public d’écrire des lettres aux medias, sénateurs et députés ainsi qu’aux dirigeants du PCC appelant à la fin de la persécution. Il a dit que la clé est la persévérance et qu’il faut continuer jusqu’à la fin de la persécution.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.