Promenades dans la forêt d’abricotiers : Hua Tuo et les pivoines


[ Note de l’éditeur : en Chinois , “Forêt d’abricotiers” est un autre terme pour la communauté médicale.]


La légende raconte que le célèbre docteur Hua Tuo des Trois Royaumes plantait différentes sortes de fleurs et d’herbes dans sa cour et son arrière-cour. Il insistait pour goûter soigneusement chaque herbe afin d'en découvrir les propriétés avant de les prescrire à ses patients ; ainsi, il n’avait jamais fait une prescription nocive.


Un jour, quelqu’un donna à Hua Tuo un plant de pivoines, qu’il planta dans sa cour. Après qu’il en ait goûté la feuille, la tige et la fleur, il décida qu’il n’y avait rien là de spécial, et qu’en tant que plante médicinal la pivoine n’avait pas d’intérêt. Aussi ne l' utilisa-t-il pas pour ses prescriptions.


Un soir tard, Hua Tuo était en train de lire un livre sous la lampe, lorsqu’il entendit soudain une femme pleurer. Il leva la tête et vit par la fenêtre une belle femme affligée en pleurs, dans le vague clair de lune. Hua Tuao, déconcerté, sortit dans la cour, mais il ne vit personne. Là où il avait vu la femme il y avait un plant de pivoine. La pensée lui vint que la femme était la pivoine, mais presque immédiatement il secoua la tête et rit de cette idée absurde. Hua Tuo dit à la pivoine, « tu n’as rien d’unique de la tête au pied, comment pourrais-je t’ utiliser pour la médecine ? » Il regagna sa chambre et poursuivit sa lecture. Dès que Huao Tuo s’assit, il entendit la femme pleurant de nouveau. Lorsqu’il sortit pour vérifier pour la seconde fois, il n’y avait toujours rien, excepté la pivoine. L’incident se répéta plusieurs fois cette nuit-là.


Déconcerté par l’étrange incident, Hua Tuo réveilla sa femme pour lui raconter en détail ce qui s’était passé. Sa femme contempla les fleurs et les herbes dans le jardin et dit : chacune des herbes, chacun des arbres de ce jardin a servi à sauver de nombreuses vies, sauf cette pivoine. Je suppose que cette pivoine s’afflige parce que tu l’as déclarée inutile comme herbe médicinale avant de découvrir ses propriétés. » Hua Tuo rit et dit, « J’ai testé toutes les herbes et soigneusement appris leur nature médicinale. J’a toujours tiré le meilleur parti de chaque herbe sans en oublier une seule qui puisse servir à soigner. Quant à cette pivoine, j’en ai goûté la feuille, la tige et la fleur de nombreuses fois avant de décider finalement qu’elle n’avait pas de propriétés médicinales. Comment peux-tu dire que je lui ai porté tord ? » Sa femme répondit, tu as goûté tout ce qui était au-dessus de la terre, mais as tu goûté sa racine ? » Hua Tuo las du sujet alla dormir. Sa femme remarqua que son mari n’était pas aussi réceptif aux conseils des autres qu’il l’était jusque là, et commença à s’inquiéter qu’il ne commence à commettre des erreurs.


Plusieurs jours plus tard, elle eut ses règles. Le sang jaillissait à flot continuellement, comme une source. De plus, elle avait des crampes persistantes et sérieuses dans le bas de l'abdomen. Sans le consentement de son mari, elle déterra la racine du plant de pivoine, la fit bouillir et en but le brouet. En à peine un jour, la douleur se dissipa graduellement et le flux sanguin redevint régulier. Lorsqu’elle en parla à son mari, Hua Tuo réalisa finalement qu’il avait vraiment mal jugé le plant de pivoine. Il remercia sa femme pour lui avoir enseigné par son expérience que la pivoine avait des propriétés médicinales arrêtant la douleur et les saignements.


[en chinois la pivoine est appelée “Shao Yao” qui signifie belle »]

Version chinoise
http://www.zhengjian.org/zj/articles/2003/1/18/20074.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.