Des cas de persécution de professeurs et d'élèves récemment soumis aux Nations unies

Ces derniers dix ans de persécution à l'encontre du Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC), de nombreux professeurs ont été soumis à la discrimination, maltraités ou même privés de leurs positions d'enseignants pour leur refus de renoncer à leurs convictions. Dans le même temps, de nombreux élèves pratiquant le Falun Gong ont fait face à une lourde pression ou ont même été renvoyés de l'école.

Deux cas récents de persécution ont été soumis aux Nations Unies par le Groupe des droits de l'homme du Falun Gong.

L'un d'eux concerne M. Yu Yaou, un étudiant en doctorat de 28 ans de l'Académie des sciences chinoise du Jardin botanique de la Chine du Sud,qui s'est vu refuser la défense orale de sa thèse de doctorat parce qu'il avait écrit dans les remerciements de fin : "Je voudrais avant tout remercier Falun Dafa." Les autorités du jardin botanique ont annulé de force sa défense orale, initialement prévue le 4 février 2010.

Selon les règlements du Ministère de l'Éducation, M. Yu a soumis sa déclaration d'explication aux départements et aux professeurs concernés, demandant à reprendre sa défense orale. Les autorités ne l'y ont pas autorisé. Un fonctionnaire du Bureau d'enregistrement de résidence du Jardin botanique lui a dit qu'il avait été renvoyé de l'école et que sa carte d'enregistrement de résidence avait été transférée à sa ville natale. Les services de sécurité du Jardin botanique ont appelé le père de M. Yu, le soumettant à des pressions pour qu'il force son propre fils à assister à une session de lavage de cerveau à Guangzhou.

L'autre cas concerne M. Zhao Zongran, 45 ans, un professeur d'anglais expérimenté à l'école de Zhaowangtai, dans la municipalité de Fuping, canton de Fuping, dans la province du Hebei. Pour sa pratique du Falun Gong, il a été intimidé puis interdit d'enseigner. Sa maison a été fouillée, et M. Zhao a été arrêté et envoyé en camp de travail forcé. Au moment des Olympiques de Pékin 2008, tout le personnel de l'École Zhaowangtai a reçu du Bureau de l'Éducation du canton de surveiller M. Zhao 24heures sur 24. En juillet 2008, l'École Zhaowangtai a suggéré que M. Zhao postule pour une promotion à un rang plus élevé du Bureau de l'Éducation du canton. Lorsque son épouse est allée s'informer davantage au Bureau de l'Éducation , on lui a dit que Zhao remplissait les conditions mais n'était pas autorisée à demander une promotion du fait de sa pratique du Falun Gong. le refus était basé sur un mémorandum d'un niveau plus élevé du gouvernement ainsi que sur une décision du Comité du Bureau de l'Éducation.

L'École Zhaowangtai a cessé de verser le salaire de M. Zhao durant l'année où il a été emprisonné dans le camp de travaux forcés. Lorsque M. Zhao a été relâché en 2008, on lui a dit que son salaire avait été rétrogradé. En mars 2009, M. a été renvoyé de sa position d'enseignant et travaillait comme gardien à l'école. En septembre 2009 il a été renvoyé de l'école.

Le droit à l'éducation est un droit humain de base, mais les élèves et les professeurs en Chine sont expulsés de l'école ou démis de leurs positions d'enseignants pour leur croyance en Falun Gong. Ce phénomène montre la sévérité de la persécution. Asma Jahangir, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la Liberté de religion ou de croyance, dans son rapport à la Septième session du Conseil des droits de l'homme (voir A/HRC/7/10/Add.1, para. 32) a déclaré qu'elle "réitérait l'assertion de son prédécesseur qu'à part les mesures légales prévues contre les activités préjudiciables, ce n'est pas l'affaire de l'État ni d'aucun groupe ou communauté d'agir en tant que le gardien des consciences de la population et d'encourager, imposer ou censurer une croyance religieuse ou conviction quelle qu'elle soit '"(E/CN.4/1997/91, para. 99). La Rapporteuse spécial poursuivait, "De la même façon, durant l'élaboration du commentaire général N°22, le membre du Comité des droits de l'homme Rosalyn Higgins était 'résolument opposée à l'idée que les États puissent avoir complète latitude pour décider de ce qui est ou n'est pas une authentique croyance religieuse. Les contenus d'une religion devraient être définis par les croyants eux-mêmes; quant aux manifestations, l'article 18, paragraphe 3, existait pour les empêcher de violer les droits des autres'" (CCPR/C/SR.1166, para. 48). Jahangir a dit qu'elle était "très préoccupée par les violations continuelles de la liberté de religion ou de croyance subies par les pratiquants de Falun Gong ." (see E/CN.4/2005/61, paras. 37-38; E/CN.4/2006/5/Add.1, para. 109; A/HRC/4/21/Add.1, para. 88)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.