Un avocat disparu, important pour le futur de la Chine

Une photo prise en 2006 du Vice Président du Parlement européen Edward McMillan-Scott (G) avec Albert Ho, président du Parti démocratique à Hong Kong à côté d’une photo de l’avocat des droits humains de Chine continentale Gao Zhisheng à présent disparu. (Mike Clarke/AFP/Getty Images)

Un Vice-Président du Parlement européen a dit que l’avocat des droits de l’homme chinois disparu, Gao Zhisheng doit jouer un rôle dans le futur d’une Chine libre.

“Gao Zhisheng doit faire partie du futur d’une Chine démocratique réformée,” a dit Edward McMillan-Scott, un Vice-Président du Parlement européen et fondateur de l’initiative de l’Union européenne pour la démocratie et les droits de l’homme.

“Le dévouement [de M. Gao] à la cause de la justice et d’un système juridique équitable lui a conféré une importance nationale en temps qu’avocat;” a dit M. McMillan-Scott après avoir appris que le respecté avocat chinois avait été honoré du Prix international des droits de l’homme par la fondation du barreau américain vendredi 6 août.

La récompense annuelle est donnée à des avocats connus pour leur position sur des affaires de droits de l’homme et qui ont à leur tour enduré la persécution en raison de leurs efforts.

“Cette récompense est parmi beaucoup d’autres qui rendent Gao indispensable pour le futur de la Chine,” a dit McMillan-Scott. 

Depuis avril de cette année, on n’a plus de nouvelles de la situation de M. Gao ou de son bien-être, et le croit détenu au secret par la police chinoise.

Chrétien dévoué, M. Gao s’est formé lui même et a été décrit par de hauts fonctionnaires chinois comme un des dix meilleurs avocat de la Chine. Il était connu pour son travail en assistant les pauvres et les personnes marginalisées en Chine, mais a déchaîné le courroux de la sécurité d’état chinoise lorsqu’il s’est avisé de défendre les droits des pratiquants de Falun Gong persécutés.

En décembre 2004, M. Gao a envoyé la première de trois lettres ouvertes aux dirigeants du Parti communiste chinois – le Président Hu Jintao et le Premier Wen Jiabao —qui décrivaient son investigation sur la persécution du Falun Gong par l’état. Ses deux lettres suivantes allaient inclure des descriptions de méthodes extrêmes de torture utilisées par la police chinoise durant leurs tentatives de forcer les pratiquants de Falun Gong à renoncer à leur foi.
 
“Sa critique du régime repoussant et corrompu de Pékin dans ses lettres ouvertes lui a donné une plus grande audience en qu’homme d’état” a dit M. McMillan-Scott.
 
“Son examen de la persécution du mouvement spirituel Falun Gong et les critiques incisives du régime qu'il a initiées le font apparaître comme un véritable prophète,” a-t-il dit.

“Ses ravisseurs devraient apprendre de l’histoire européenne et mondiale récente : la démocratie et les droits humains triompheront.”

Pour ses lettres, l’état chinois a fait fermer le cabinet de M. Gao et lui a retiré sa licence. M. Gao et sa famille ont aussi fait face à des harcèlements et intimidations constantes par des agents de la sécurité. En août 2006, il a été emmené par la police secrète et par la suite condamné pour ‘subversion’. Une condamnation à la prison qui s’en est suivie a été suspendue et il a été placé sous arrestation à domicile et surveillé.

À l’approche des Jeux olympiques 2008, il a écrit une lettre ouverte au Congrès américain, déclarant que la situation des droits de l’homme en Chine empirait. À la suite de quoi il a été placé en garde à vue plusieurs mois et torturé au point d’envisager le suicide. Après avoir été relâché il a révélé par une déclaration ce qu’il avait vécu en garde à vue, en dépit des avertissements de la police qu’ils le tueraient s’il le faisait. Sa famille a fui la Chine en janvier 2009, et un mois plus tard, M. Gao a été enlevé de nouveau par la police et a disparu pendant plus d’un an.

En avril de cette année, M. Gao a réapparu et donné plusieurs interviews restreints aux médias et on pense qu’il était étroitement surveillé par la police. À la fin de ce mois, il a été porté disparu à nouveau et il est présumé se trouver à présent en détention policière.

En 2007, la traduction anglaise des mémoires de M. Gao " Une Chine plus juste " a été publiée. En 2007, 2008 et 2010, il a été nominé Prix Nobel de la Paix.

M. MacMillan-Scott milite depuis longtemps pour la réforme et la démocratie en Chine et a été en contact avec M. Gao avant sa disparition. Selon son site Internet, en mai 2006, M. McMillan-Scott a visité Pékin lors d’une mission d’enquête et tous les Chinois avec lesquels il est entré en contact ont été arrêtés, emprisonnés et dans certains cas torturés.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.