Etre témoin de la gentillesse des pratiquants de Falun Gong m’a aidé à voir à travers les mensonges du régime communiste

Durant la période où j’ai été détenue dans le centre de détention Laiwu de l’agglomération de Shandong, j’ai rencontré deux pratiquantes de Falun Gong. L’une était Mme Liu Aifang ; l’autre sa belle-sœur.

Dés que j'ai appris qu’elles pratiquaient Falun Gong, j’ai eu peur et n’osais pas les regarder en face, craignant qu’elles puissent me nuire dans leur recherche de réalisation. Il y avait tant de propagande dans les informations TV et les journaux pendant les premières années de la répression, au sujet d' incidents horribles dont les pratiquants de Falun Gong étaient accusés, que j'étais effrayée dés que quelqu’un mentionnait Falun Gong. Je pensais en moi-même : ‘’Comment puis-je gérer la situation maintenant que je vis avec elles ?’’

Après quelque temps, j’ai réalisé qu’elles n’étaient pas comme la propagande les avait dépeint. J’ai alors demandé à d'autres en privé : ‘’On dit que les pratiquants de Falun Gong ‘s’immolent’’ et ‘tuent les autres’. Comment pouvez-vous ne pas être effrayés par elles ?’’ En voyant mon visage effrayé, elles ont rit et ont dit : ‘’Les pratiquants de Falun Gong sont vraiment bienveillants et de bonnes personnes.’’ Confuse, j’ai répondu : ‘’Penses-tu vraiment que le Parti communiste chinois ait pu fabriqué des preuves contre Falun Gong de toutes pièces ?’’ Toutes m'ont trouvée par trop naïve, disant : ‘’La poudre de lait toxique est exempte de tests gouvernementaux. De même, de nombreux lycéens ont été tués lors de la répression du 4 juin, lors de la démonstration démocratique de 1989, mais ils continuent à dire que personne n’a été tué Place Tienanmen. Y a t-il quelque chose de vrai de nos jours à la TV ?’’

La salle des femmes où je me trouvais contenait environ 20 détenues qui avaient commis toutes sortes de crimes, meurtre, trafic de drogue, la prostitution, etc. Les deux pratiquantes se démarquaient de toutes les détenues. Elles étaient très compatissantes envers les autres, et nous ont souvent encouragées à être de bonnes personnes si nous pouvions sortir de là . Elles nous parlaient du principe selon lequel : ‘’Le bien est récompensé par le bien et le mal par le mal.’’ Chaque jour, elles étaient volontaires pour aider les détenues âgées ou malades à laver leurs vêtements et faire le ménage. Elles lavaient les draps de lits sales que personne d’autre ne voulait laver. Dés que quelqu’un n’avait pas le moral ou se battait avec les autres, elles prenaient l’initiative d’intervenir et ramenaient la paix.

Le plus méritoire est la façon dont ces deux pratiquantes s'arrangeaient pour dormir dans l’espace extrêmement limité de la cellule. Ce qui était un véritable dilemme en dormant sur le coté. Chaque nuit, les autres détenues se querellaient entre elles pour un peu plus d’espace et de confort. Seules les deux pratiquantes ne se plaignaient jamais. Quelquefois, une posait ses jambes sur les jambes de l’autre pour dormir. Quelquefois, elles pratiquaient à tour de rôle les exercices de Falun Gong simplement pour que les autres puissent avoir suffisamment d’espace pour dormir. Même ainsi, les gardes les injuriaient souvent sans aucune raison.

Mme Liu Aifang et sa belle-sœur pleuraient souvent en parlant de quatre des membres de leur famille détenus, laissant les personnes âgées et les enfants, à la maison, sans attention. Quelquefois, la belle-sœur de Mme Liu n'arrivait pas à s'endormir, et n’était pas accoutumée à la nourriture. Parfois, lorsqu’elle faisait les exercices, elle devait rester en alerte pour ne pas être surprise par les gardes. Quelquefois, elle devait faire face à des interrogations irrationnelles. Une fois, elle a été menottée et enchaînée. Tous ces mauvais traitements ont eu raison d'elle et elle est tombée malade. Certains de ses symptômes incluaient des palpitations et des étourdissements. Plus tard, le personnel de l’hôpital lui a diagnostiqué de multiples maladies. Toutes deux m’ont dit qu’elles avaient pratiqué Falun Gong pendant plus de dix ans et n’avaient pas eu besoin de prendre un seul médicament ; cependant, leur santé s’était détériorée après vingt jours de mauvais traitements constants dans le centre de détention.

Une fois, la belle-sœur de Mme Liu avait les larmes aux yeux après un session d'interrogatoire. Il s’est avéré qu'elle y avait vu son époux. Un garde lui avait ordonné de faire un rapport aux gardes en faisant face à porte. Il a refusé et le garde l’a giflé au visage.

L’histoire des centres de détention battant les pratiquants de Falun Gong remonte à loin, et n’implique pas seulement un ou deux pratiquants. En 2008, un pratiquant, professeur retraité(e) sexagénaire et qui était en parfaite santé est décédé(e) suite aux passages à tabac après prés de vingt jours dans le centre de détention. Un autre pratiquant du nom de Lu Changming a été menotté et enchaîné durant sa détention. Les gardes ont poussé les détenus criminels à le battre brutalement et ont déclaré : ‘’ Vous pouvez tuer les gens, commettre des incendies criminels et violer des femmes, nous ne nous en soucions pas. Cependant, vous ne pouvez pas pratiquer Falun Gong.’’ Le 13 janvier 2009, un pratiquant nommé Wang Hui a été arrêté alors qu’il marchait dans la rue. Dans le centre de détention, Wang Hui a résisté à un ordre irrationnel émanant des gardes. Sur la décision du chef du centre de détention, Chen Fayong, Wang Hui a été détenu pendant seulement deux jours, puis a été illégalement envoyé dans un camp de travaux forcés.

L'autorité du Parti communiste chinois (PCC) et la soi-disant ‘’stabilité’’ sont totalement soutenus par la violence et les mensonges. Leur théorie de gouvernement est basée sur la philosophie de la lutte et de la bataille. En termes clairs, leurs politiques favorisent et encouragent les méfaits des gens, faisant que les gens dévient de plus en plus loin de leur bonne nature originale ; en retour la société entière devient plus violente. De nos jours, les dépenses médicales sont très onéreuses. Les gens du commun ne peuvent pas s’offrir de soins médicaux lorsqu’ils sont malades. N’est-ce pas le but de la ,pratique de Falun Gong d’avoir un corps en bonne santé ? Comment le PCC peut il persécuter les pratiquants de Falun Gong et de ne pas leur permettre de s’exprimer et de demander justice ?

21 juillet 2009

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/7/22/205063.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.