Neuf Commentaires sur le Parti communiste : Questions fréquemment posées

Affiché sur un mat : "Déclaration de démission du PCC. Après avoir lu les Neuf commentaires, nous reconnaissons entièrement la corruption du PCC, ses brimades envers la population, ses calomnies des Dieux et des Bouddhas. Le PCC s’oppose à l’humanité … et à l’univers. "


Que sont les ‘Neuf Commentaires ?
Série éditoriale publiée par The Epoch Times en novembre 2004, se basant sur des annales officielles du Parti communiste chinois (PCC) des témoignages de parties tierces et quantité de témoignages personnels, les Neuf Commentaires offrent une analyse complète du règne du PCC en Chine et des 80 millions de morts à son actif, combinant les preuves historiques à des aperçus des méthodes utilisées par le PCC pour régner. Avec des chapitres sur " Comment le PCC a détruit la culture traditionnelle " et "L’histoire de tuerie du PCC ", la série ne se contente pas d’évaluer les coûts humains du règne du PCC, mais aussi ses implications morales pour la société chinoise. Elle a été récompensée en 2005 du Prix national du journalisme par l’Association des Journalistes Asio-Américains.


Un aspect central de l’analyse est d’encourager la population chinoise en Chine continentale et dans le monde à examiner honnêtement l’histoire du règne du Parti, à rechercher la vérité sur les atrocités qu’il a commises, et à œuvrer ensemble pour un futur plus paisible, juste et humain pour la Chine, qui soit basé sur la connaissance gagnée de 5000 ans de civilisation continuelle. Les Neuf Commentaires ont eu une résonance au sein de nombreux publics chinois, que ce soit en Chine continentale, à Hong Kong ou dans les Chinatowns à travers le monde.


Quel a été leur impact ?
Deux principales tendances ont émergé en réponse à la publication des Neuf Commentaires :

Une vague de démissions : La publication des Neuf Commentaires a suscité une vague de démissions du PCC, de ses organisations de jeunesse (La Ligue de la Jeunesse et les Jeunes Pionniers), et d’autres démissions symboliques du Parti. Tout juste quelques semaines après leur publication, des démissions ont commencé à être postés sur un site Internet à cet effet. L’impulsion initiale n’a cessé de prendre de l’ampleur avec les années. Au début de 2005 environ 10.000 personnes publiaient quotidiennement de telles déclarations. Aujourd’hui ce sont environ 50 000 personnes qui démissionnent chaque jour et parmi elles de hauts fonctionnaires et d’éminents dissidents.

L’action de démissionner est largement symbolique, avec beaucoup de gens de Chine continentale qui signent sous des alias, par peur des représailles du gouvernement. Une démission typique de 2005 énonce : " J’ai 85 ans et j’ai été membre du PCC depuis 1940. J’ai consacré toute ma vie au PCC. J’ai vécu tant de ses mouvements politiques et assisté à scènes après scènes de tragédie. [Le PCC ] a trompé des générations de bonnes gens avec ses mensonges … il se soucie comme d’une guigne de la vie des petites gens … Je me retire immédiatement du pervers PCC et de toutes ses organisations. "

De telles actions symboliques ont un impact concret : désintégrer pacifiquement le PCC de l’intérieur, changer la culture politique en Chine, et créer des électeurs prêts à envisager la fin de l’autorité du régime actuel. A part être directement postées sur les sites Internet à cet effet, de telles déclarations de Chinois du continent ou d’outremer, sont aussi exprimées par téléphone, emails ou faxes, où affichées dans les endroits publics en Chine. En mars 2009, selon des sites Internet rendant compte du phénomène, le nombre total de personnes ayant renoncé à leur association avec le PCC et ses organisations correspondantes atteignait 50 millions.

Démissions de personnes en vues :
Depuis 2005, un certain nombre d’anciens fonctionnaires chinois à la fois de la communauté diplomatique et des forces de sécurité ont déserté, en citant les Neuf Commentaires comme un catalyseur, et ont eux-mêmes publiquement démissionné du PCC, tout en exposant certains aspects des opérations de l’état-parti, incluant l’espionnage et la torture. Trois des plus connus de tels exemples ont été :


Chen Yonglin—Ancien Premier Secrétaire du consulat chinois à Sydney, Australie, a déserté en juin 2005. Par la suite Chen a témoigné devant le Congrès des Etats-Unis et pour les médias occidentaux à propos d’opérations d’espionnage mises en œuvre par le personnel diplomatique chinois dans les pays étrangers, focalisées en particulier sur les groupes dissidents et les minorités religieuses persécutées comme les adhérents du Falun Gong et les Tibétains.
Voir :
http://commdocs.house.gov/committees/intlrel/hfa22579.000/hfa22579_0f.htm

Hao Fengjun—Ancien officier au sein du Bureau de la Sécurité publique à Tianjin et plus tard au “Bureau 610’ de la ville, un corps expéditionnaire extra-légal chargé de mener et de coordonner la campagne d’éradication contre le groupe spirituel Falun Gong en Chine . Hao a déserté l’été 2008 emportant avec lui plusieurs documents confidentiels du Bureau 610 à Tianjin, dont un citant les efforts des agents locaux pour identifier les adhérents du Falun Gong ayant symboliquement démissionné du PCC. Le document, daté du 14 décembre 2004 et disponible sur demande, déclare :

“… quatre membres du Falun Gong dans notre ville ont publié la soi-disant "déclaration de démission du PCC et de la Ligue de la jeunesse. " À part une personne qui l’a fait sous le surnom d'" Éveillé", les autres ont utilisé leurs vrais noms. Les détails sont comme suit : 1. Le 5 décembre, Mu Xiangjie (f. date de naissance : 16 juillet 1976, nationalité Hui, vit à présent à l’étranger) a publié une déclaration “Je me retire sans hésiter de la Ligue de la Jeunesse communiste.” 2. Le 5 décembre, Gu Wang (l’époux de Wu Yanxia, un [pratiquant de] Falun Gong déterminé dans le comté de Ji de notre ville, vit à présent au Canada) a publié une soi-disant " déclaration de démission du PCC" au Comité du Parti de l’institut de recherche de design de transmission électrique de Tianjin. 3. Le 13 décembre, Zhang Rongfa, un citoyen dans notre ville, a publié une soi-disant déclaration de " Quitter le pervers PCC ." À présent, une investigation plus poussée est en cours concernant cette personne. "

Li Fengzhi—Ancien officier du Ministère de la sécurité d’état de la Chine; a déserté pour les Etats-Unis en 2007 et publiquement démissionné en mars 2009. Li a renforcé les révélations faites par Chen au sujet d’efforts d’espionnage étendus aux Etats-Unis et dans les autres importantes nations occidentales.
Voir :
http://www.washingtontimes.com/news/2009/mar/19/exclusive-chinese-spy-who-defected-tells-all/;
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ipXYPkPBNnz9RtuBT4RrTEiKDddg ;
http://www.theepochtimes.com/n2/content/view/14000/

Quelle a été la réponse du régime chinois ?
Craignant que la propagation des Neuf Commentaires et le genre discussions qu’ils suscitent ne nuisent à la main-mise du PCC sur le pouvoir, le Parti et ses agences de sécurité ont pris plusieurs mesures pour essayer de limiter l’impact de la publication, en particulier à l’intérieur de Chine.


Interdire le livre et ordonner aux employés de l’état de ne pas le lire
En janvier 2005, le Ministère de la Sécurité publique a publié un ordre à l’échelle nationale de réprimer la propagation des Neuf Commentaires. Dans les mois qui ont suivi, plusieurs sites Internet du régime faisaient référence à la publication, dont celui qui suit

Le site Internet du Département financier du district de Xixiu dans la province de Guizhou a donné parmi d’autres les instructions suivantes : “(1) Stoppez fermement la propagation des Neuf Commentaires ... (4) Éduquez nos employés et fonctionnaires à ne pas écouter, croire, lire, et propager les Neuf Commentaires . Mais rapportez et remettez le livret au Bureau du PCC. Ceux qui gardent et font circuler davantage les Neuf Commentaires seront punis; les plus actifs seront passibles d’inculpation criminelle .”

Un site Internet du régime dans la ville de Harbin a cité une directive de "donner la plus grande priorité à empêcher et réprimer la production et la distribution des Neuf Commentaires " Voir l’étude d’octobre 2006 de l’Organisation pour investiguer la persécution du Falun Gong (WOIPFG) :
http://www.zhuichaguoji.org/en/index2.php?option=content&task=view&id=169&pop=1&page=0

Utiliser le Grand Parefeu pour en bloquer systématiquement l’accès :
Deux études par l’Open Net Initiative, un projet de collaboration entre plusieurs universités pour documenter les pratiques de filtrage internet, ont découvert que Neuf Commentaires étaient un des termes le plus systématiquement bloqué.

Une étude de 2005 a découvert que 90 pour cent des sites Internet en langue chinoise liés aux Neuf Commentaires étaient bloqués, en plus de 19 pour cent de ceux en langue anglaise. Significativement plus que les sites Internet traitant plus largement les questions des droits de l’homme, de la démocratie et de la libre expression. Bien que l’étude complète ne soit plus disponible sur le site Internet ONI, un graphique décrivant cette dynamique peut être consulté ici :
http://www.publications.parliament.uk/pa/cm200607/cmselect/cmfaff/269/269we08.htm#n20

Punir ceux qu’on pense être impliqués dans la rédaction, la promotion, ou la distribution :
Zheng Yichun—Etant donné la sensibilité politique des Neuf Commentaires, l’identité du ou des auteurs de la publication n’a pas été, comme il est compréhensible, rendue publique. Néanmoins , les autorités chinoises n’ont rapporte-t-on pas ménagé leurs efforts pour essayer d’identifier qui étaient ces individus. En 2005 ; Zheng, un professeur d’anglais qui avait aussi contribué à des articles de commentaire politique pour la version chinoise d’Epoch Times, a été condamné à sept ans de prison.

Selon le Comité pour la protection des journalistes et d’autres, la longue condamnation serait due en partie au fait que les autorités chinoises le suspectaient de pouvoir être un des auteurs des Neuf Commentaires ou d’avoir un lien avec eux.

Voir :
http://www.rsf.org/article.php3?id_article=15123 et
http://www.cpj.org/reports/2008/06/12iii-2.php


Tan Xiuxia—“Selon un article dans le People's Net, en novembre 2005, un pratiquant de Falun Gong du nom de Tan Xiuxia de la ville de Shizuishan dans la Région autonome de Ningxia Hui, a été arrêté et condamné à quatre ans de prison par la Cour de district de Dawukou de la ville de Shizuishan. Elle a été rapporte-t-on condamnée pour avoir distribué des imprimés et des VCD liés aux Neuf Commentaires dans le quartier résidentiel de Zhengtong.”
Voir :
http://www.publications.parliament.uk/pa/cm200607/cmselect/cmfaff/269/269we08.htm#n20;
http://www.zhuichaguoji.org/en/index2.php?option=content&task=view&id=169&pop=1&page=0

Wang Xuejun—En octobre 2005, Wang (43 ans) qui avait voyagé en Chine avec la Compagnie de danse de Sydney a été déporté du pays, forcé à retourner en Australie, et s’est vu refuser la permission de poursuivre avec la tournée après que les autorités de Shanghai aient découvert qu’il avait donné un exemplaire des Neuf Commentairesà un habitant.
Voir :
http://www.smh.com.au/news/world/dancer-calls-for-china-condemnation/2005/10/15/1128796739407.html%20%E2%80%93


M. Chen Jinshu—“Le 29 janvier 2008, la Cour de district de Bao’an à Shenzhen, dans la province du Guangdong a condamné Chen [ 49 ans], un résident de Hong Kong et adhérent du Falun Gong à six ans de prison lors d’un procès à huis clos. Chen avait été détenu en avril 2007, alors qu'il rendait visite à son père âgé en Chine. Il a alors été accusé d’expédier des exemplaires des Neuf Commentaires sur le Parti communiste (Parti communiste chinois) à destination de la Chine continentale .

Le livre, une série éditoriale sur l’histoire du Parti communiste chinois, est interdit en Chine, mais circulait librement à Hong Kong. La famille de Chen et son avocat ont rejeté les accusations, déclarant que le dit cas avait déjà été clos en 2005, lorsqu’un autre adhérent du Falun Gong avait été condamné .”
Voir :
http://www.faluninfo.net/article/863/?cid=154; http://english.ntdtv.com/?c=145&a=1777

Se propagent-t-ils malgré tout en Chine ? Comment ?
Les Neuf Commentaires continuent à se propager en Chine en dépit des efforts des autorités pour limiter leur distribution. Ceci à travers un réseau d’adhérents du Falun Gong, d’activistes de la démocratie, et d’autres à l’intérieur et à l’extérieur de Chine qui ont mailé, faxé, posté par courrier le document, l’ont fait entrer clandestinement en Chine en personne, ont envoyé des textos à son propos ou l’ont téléchargé d’Internet après avoir utilisé des outils de mise en échec.

Par exemple la Dynamic Internet Technologies (DIT), une compagnie qui emploie des systèmes de mise en échec appelés Dynaweb et Ultrareach ont écrit dans un rapport publié en le 31 mai 2005 que 307,202 personnes avaient utilisé ces systèmes pour accéder aux Neuf Commentaires. L’information expliquant comment utiliser ces systèmes pour accéder aux articles étaient envoyé aux gens de Chine continentale par e-mail: en juin, 2.3 millions de messages avaient été envoyés.
Voir:
http://www.dit-inc.us/report/9p200505/9preport.php

Comment savons nous que telle est bien la réalité ?
Si malheureusement la publication des Neuf Commentaireset le phénomène concomittent de démissions symboliques du PCC et de ses organisations affiliées, ont été raremement pour ne pas dire jamais couverts par les principaux médias occidentaux, il y a une abondance d’anecdotes et certaines preuves documentaires qui s'y réfèrent.

Démissions et Déclarations correspondantes d'activistes en vue des droits de l’homme et de la démocratie :
Gao Zhisheng et son épouse Geng He—Dans ses mémoires récemment publiées A China More Just, l’éminent avocat chinois et nominé pour le Prix Nobel de la Paix Gao Zhisheng, a inclut un chapitre spécifique sur le mouvement de gens quittant le parti. Cette section incluait sa propre déclaration de démission de décembre 2005. moment qu’il qualifiait de ‘jour le plus fier de ma vie,’ la déclaration de sa femme, et un commentaire appelant davantage de Chinois à ré-évaluer le PCC et à rejoindre le mouvement.
Pour la déclaration de Gao voir :
http://www.theepochtimes.com/news/5-12-14/35773.html.
Voyez ici pour l’information sur son livre :
http://www.broadpressusa.com/index.php?option=com_content&task=view&id=33&Itemid=1

Zheng Enchong—Zheng, un avocat bien connu de Shanghai qui a purgé trois ans de prison en représailles de ses efforts pour aider les habitants expulsés de leurs maisons, a enregistré un message à un rassemblement à Flushing, New york soutenant ceux qui ont quitté le PCC et ses organisations affiliées. Dans son message vidéo, publiquement diffusé en décembre 2008, il déclarait :

“Je suis Zheng Enchong, un résident et ancien avocat de Shanghai. Je suis très reconnaissant de pouvoir communiquer avec des amis à Flushing. Comme beaucoup de Chinois du continent, j’ai renoncé à mon appartenance à la Ligue de la Jeunesse communiste et aux Jeunes Pionniers cette année (2008) sous mon vrai nom … Après que j’ai annoncé mon intention de me retirer du PCC sous mon vrai nom, beaucoup de Shanghaiais m’ont félicité. Ils sont nombreux à avoir aussi démissionné sous un pseudonyme. Durant mon précédant voyage à Hong Kong, j’ai rencontré plus de 30 personnes qui se sont retirées du PCC, et environ une dizaine d’entre elles l’ont fait sous leurs vrais noms."
Voir :
http://www.theepochtimes.com/n2/content/view/10338/


Wei Jingsheng—Wei, un célèbre dissident chinois qui a purgé 18 ans dans les prisons chinoises pour ses écrits pro-démocratie, a déclaré : "Les Neuf Commentaires sont un point de repère très important . Le mouvement Quitter le PCC donne aux gens une opportunité de nettoyer à fond leur conscience. Beaucoup de gens méprisent le PCC, mais ils sont pourtant incapables de dire le vrai du faux parce que les gens qui les entourent racontent tous des mensonges. Un des effets que Les Neuf Commentaires auront est que même des citoyens ordinaires qui n'ont rien à faire de la politique oseront un jour dire ouvertement : "Nous nous opposons au PCC.'"
Voir :
http://www.broadpressusa.com/index.php?option=com_content&task=view&id=10&Itemid=1

Photos en provenance de Chine:
Des photos comme celle accompagnant cet article ont été envoyées de Chine, illustrant qu’à l’intérieur du pays, au moins certaines personnes affichent leurs déclarations de démission en public.

Preuves anecdotiques d’individus récemment sortis de Chine
Qu’ils soient adhérents du Falun Gong, anciens fonctionnaires, ou activistes de la démocratie, plusieurs individus récemment sortis de Chine ont relayé des preuves anecdotiques d’avoir soit distribuer eux-mêmes les Neuf Commentaires, de les avoir obtenus d’autres, ou d’avoir découvert que nombre de leurs connaissances les avaient déjà lues.

Stands ‘Quitter le Parti' et distribution des Neuf Commentaires en dehors de Chine:
Tandis qu’une distribution ouverte et publique des Neuf Commentairesdemeure impossible en Chine, on voit couramment dans les Chinatowns à travers le monde des stands 'Quittez le Parti.' On peut y voir des bénévoles (en particulier des adhérents du mouvement spirituel Falun Gong) sur une base quasi quotidienne distribuer des copies des Neuf Commentaires, discuter de leur contenu avec les passants et convaincre leurs concitoyens chinois de remplir des déclarations de démission.


Si les passants n’acceptent pas tous le dernier point, pour celui capable de capter et de comprendre les conversations ayant lieu, l'évidence est qu’un pourcentage important accepte.


Également en dehors de Chine continentale, à Hong Kong en 2004, les premières 60.000 copies de l’édition des Neuf Commentaires publiées par Dajiyuan étaient, rapporte-t-on, toutes distribuées quelques heures après leur impression, dans certains cas à des touristes de Chine continentale qui ont dit qu’ils rapporteraient le journal chez eux pour le montrer à d’autres.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.