Les autorités sans foi ni loi de la ville de Jinan cambriolent les domiciles de pratiquants de Falun Gong

Récemment les autorités de ville de Jinan pillent les maisons des pratiquants de Falun Gong sans la moindre procédure légale . Les policiers ne fournissent ni ne conservent de listes des objets confisqués , et ils prennent aussi l'argent comptant et les cartes d'identité aux domiciles des pratiquants.

Mme Yang Suhua, une pratiquante âgée de plus de 50 ans est une ancienne employée du Réservoir pétrolier du Département de logistique de la région militaire de Jinan,. Elle réside au dortoir de la compagnie. Elle avait été ré-embauchée comme comptable, après sa retraite. Vers le 22h le 16 juillet 2008, des membres du Bureau de sécurité nationale ont essayé de pénétrer par effraction chez elle, mais ils ont été arrêtés par le gardien de service au dortoir. Plus tard, ils ont obtenu l'aide du directeur du dortoir et l'ont emmenée. Ils ont fouillé son domicile sans mandat et confisqué ses ordinateur , imprimante, brûleur de CD, photocopieur, téléphone portable et du matériel d'information de Falun Gong. La situation actuelle de Mme Yang est inconnue.

Vers 23h, le 16 juillet 2008, plus de vingt personnes du Bureau 610 local et la police du commissariat local ont fracturé la porte de M. Zhang Xingwu et sont entrés en force chez lui. Ils ont arrêté illégalement M. Zhang et son épouse Liu Pinjie. Ce soir-là, M. Zhang a été emmené au centre de détention de Jinan. Le lendemain, Mme Liu est retournée chez elle avec sa famille après qu'elle ait payé la caution de 10.000 yuans. Ce soir-là, la police a saccagé leur maison et confisqué plusieurs objets, y compris leurs carte d'identité, carte bancaire, téléphone portable, ordinateur, imprimante, coffre-fort avec plusieurs centaines de yuans comptant à l'intérieur qui représentaient leurs épargnes de toute une vie. Les fonctionnaires ont alors changé la serrure et sont restés dans la maison pendant deux semaines. Le 6 août, Mme Liu est allée au commissariat de police de Weijiazhuang pour exiger une liste des objets confisqués. Elle a été arrêtée et emmenée dans un centre de détention.

En même temps, des policiers habillés en civil sont allés à la maison de Mme Luo Xiufang. Quand, Mme Luo a refusé d'ouvrir la porte, ils sont entrés de force par une fenêtre au deuxième étage. Ceci s'est produit à 3h. Ils ont procédé à l'arrestation de Mme Luo et sa fille, Sun Jing. Mme Luo a été détenue au centre de détention de Jinan le matin du 17 juillet, mais sa fille a été libérée. Plus tard, plus de dix policiers du commissariat de district de Shizhong et du commissariat de rue de Dongguang ont trouvé quelqu'un au bureau de réception à la Banque d'agriculture. Ils lui ont ordonné de dire à Mme Sun Jing que sa voiture avait été endommagée et qu'elle devait venir voir le dommage. Quand son père a ouvert la porte, la police est entrée en masse dans la maison et a emmené Mme Sun. Ils ont également confisqué un ordinateur de table, un ordinateur portable, un ordinateur, une imprimante, trois téléphones portables et d'autres articles..

La police a dit publiquement qu'elle avait le droit d'arrêter les pratiquants de Falun Gong et de faire comme bon leur semble sans considération pour des procédures judiciaires. Avec l'excuse de vouloir, « protéger les Olympiques » ils ont offert des récompenses de 10.000 yuans à ceux qui dénoncent les pratiquants de Falun Gong. Des incursions coordonnées sur les maisons des pratiquants, telles que celle menée en soirée du 16 juillet dans le district de Shizhong de la ville de Jinan ont lieu beaucoup trop fréquemment.


Traduit de l'anglais au Canada le 9 septembre 2008

Version anglaise disponible à : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2008/9/9/100495.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.