Partage à la conférence de Fa d’Israël

[Pour les nouveaux lecteurs de Claire Harmonie, nous suggérons qu’avant de lire les articles de partages d’expériences, ils commencent par lire Zhuan Falun (le livre essentiel du Falun Gong) Pour s’assurer que les idées et les principes auxquels réfèrent ces articles ne soient pas mal compris.]

Peu après avoir commencé de cultiver dans Falun Dafa, j’ai fait un rêve : je courrais en direction d’un bus, la porte était presque fermée et je savais que je ne pourrais pas y monter. Tout à coup, j’ai vu un vieil homme entouré de nombreuses valises. Il était manifestement embarrassé et voulait demander mon aide. Cela me semblait être la décision la plus importante que j’ai jamais du prendre dans ma vie : soit monter à bord du bus et l’oublier, soit aider le vieil homme et laisser partir le bus. Je me suis arrêté. Je ne suis pas monté dans le bus.

Deux ans et demie ont passé depuis ce rêve. Pourtant il me semble que cette décision je dois la prendre chaque jour. Ne suis-je pas un pratiquant de Dafa en cette période particulière ? Le but de ma cultivation ne diffère-t-il pas du but de ceux qui ont cultivé dans la passé ? Je me suis demandé suis-je supposé aider le Maître pour que les gens qui ont une affinité prédestinée obtiennent Fa [Loi et principes du Falun Gong] ? Ne suis-je pas venu ici pour remplir la mission d’un pratiquant de Dafa ? Mon propre salut n’est il pas inclu dans cette même mission ? Mon désir égoïste d’abandonner mes attachements et d’atteindre la perfection aussi vite que possible n’est-il pas devenu un obstacle dans ma cultivation ? Lorsque j’atteins une telle conscience, quelque chose s’ouvre dans mon esprit, et naturellement les pensées justes surgissent de mon être intérieur. Alors je sens que j’accède au critère d’un pratiquant de Dafa . Cependant, lorsque cette conscience ne monte plus la garde, que mes omissions sont exploitées, alors de nouveau, je tombe dans le même piège, à la poursuite de mon propre salut . N’est-ce pas comme si je ne pouvais pas remplir la promesse donnée dans mon rêve, et qu'après m’être arrêté et avoir laissé partir le bus, je le regrette et laisse en arrière le vieil homme et ses bagages en m'élançant derrière le bus.

J’aimerais partager avec vous une autre compréhension que j’ai eue. Qui est que tant que je me considère moi-même comme un pratiquant, mes divers attachements sont graduellement enlevés, et il n’est pas besoin de se concentrer ou de faire des efforts et d’enlever tel ou tel attachement avec la volonté, mais de se concentrer sur la validation de Fa partout et n’importe où. Autrement dit, je n’ai pas constamment à me demander ce que je devrais faire pour éradiquer un certain attachement, mais plutôt de faire ce que je pense le plus approprié pour Fa et agir autant que possible en accord avec Zhen, Shan, Ren [Vérité-Compassion-Patience]. De même que dissiper les maladies, l’éradication de ses propres attachements est une conséquence auxiliaire de la cultivation. Je commence juste à comprendre ce qu’il me semble que le Maître essaie continuellement de nous rappeler : « Ne rien rechercher et obtenir naturellement ». A présent, je ne me concentre pas sur mes attachements, mais plutôt je les éradique par Fa Zheng Nian [traduction approximative- émettre des pensées justes. Ici, cela réfère à utiliser le pouvoir de pensées pures pour éradiquer les pensées impures]lorsqu’il viennent perturber mes activités pour Dafa. On me demande souvent pourquoi je cultive dans Falun Dafa. Habituellement, je ne sais pas exactement comment répondre . Parfois je réponds que je cultive pour la sagesse ou la liberté, pour être un bouddha parce que rien dans le monde n’est plus important que cela, parfois simplement parce que c’est bon ou parce ce qu’il n’y a aucune autre façon. Ces réponses ne m’ont jamais donné satisfaction, mais lorsque mon esprit est clair, je sais que je cultive pour cultiver, autrement dit pour valider Fa ou Rectifier la loi. Quelquefois je sens que c’est Dafa qui se rectifie lui même à travers moi.

J’aimerais partager avec vous mon expérience de Fa Zheng Nian [traduction approximative - émettre des pensées justes.]. Je n’en comprenais pas l’importance jusqu’à ce que je relise la conférences de Floride. Après l’avoir lue, j’ai commencé à faire Fa Zheng Nian plus sérieusement et plus fréquemment même si je ne ressentais pas pouvoir irradier le Gong [énergie]. Après un moment j’ai pu clairement ressentir l’impact de sa force

Et puis un jour, alors que je préparais des photocopies des articles du Maître dans une boutique, la photocopieuse s’est soudain arrêtée de marcher, et l’employé s’est mis en colère. Je percevais aussi ma propre nervosité, mais avant de pouvoir faire un pas, une compréhension et la pensée que j’étais un pratiquant se sont imposées, j’avais besoin de ces copies pour les distribuer. Alors j’ai commencé à réciter intérieurement le verset de rectification de Fa. Au même moment, j’ai senti qu’une énergie très forte me tirait en arrière. Après trois secondes de Fa Zheng Nian, l’employé s’est détendu, et la machine a recommencé à marcher de nouveau à sa surprise. Il a levé la tête et m’a regardé. Nous nous sommes souri.

Cette expérience m’a aidé à comprendre la puissance des pensées justes, et que ce qui importe est comment je me comporte moi-même aux moments clés. Depuis lors pendant un certain temps, j’ai fait des efforts pour me souvenir d’agir ainsi dans d’autres situations. Par exemple, autrefois je me mettais en colère ou j’étais déçu , car il me semblait que nous ne pouvions pas atteindre le standard d’un pratiquant de Dafa lorsque nous discutions certains sujets lors de nos rencontres. J’avais des pensées comme : ça ne sert à rien et nous perdons tout simplement notre temps, « ce sont juste des manières ordinaires de penser et ne peut pas aider au travail de Dafa ». Quelquefois j’ai même dit ouvertement de telles choses. Cela ne faisait qu’accroître la tension générale et la perte de temps. Tout émanait d’une attitude critique, et de la pensée que je savais mieux que les autres quoi faire et comment faire. Par la suite, j’ai senti que ma réaction n’était pas juste, mais je ne savais pas comment la traiter. Après avoir compris, j’ai arrêté de penser, mais j’ai plutôt commencé à faire Fa Zheng Nian et ai enlevé la perversité qui prend avantage de nos attachements et essaie de nous empêcher de faire le meilleur pour Dafa.

Publié dimanche 3 novembre 2002

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.