Après avoir eu recours à un avocat, la famille de la pratiquante de Falun Dafa Mme Liu Jin est menacée par le Bureau de la Sécurité Nationale de Beijing

En janvier 2008, après avoir eu recours aux services d'un avocat à Beijing, la famille de la pratiquante de Falun Dafa, Mme Liu Jin, qui avait été arrêtée par la police de Shanghai, a été menacée et harcelée par les agents de la police du Bureau de la Sécurité Nationale de Beijing. On les a prévenu de n'entrer en contact avec aucun avocat, ou bien, ils pourraient "s'attirer beaucoup de problèmes".

Après que Mme Liu Jin ait été arrêtée par les agents de la police du District de Fengxian à Shanghai, sa famille s'est rendue à Beijing et a engagé un avocat des droits de l'homme très connu en Chine, Mo Shaoping, pour être son avocat de la défense. Mo ainsi que deux autres avocats ont récemment reçu la récompense française des droits de l'homme 2007. Me Mo a déjà défendu d'autres pratiquants de Falun Dafa "illégalement arrêtés", et plaidé pour leur innocence. La famille de Liu Jin a demandé à Me Mo de défendre Mme Liu. Peu après, les proches de Mme Liu à Beijing ont été harcelés et menacés par la police locale. Pendant ce temps, la police de la Sécurité Nationale de Beijing ainsi que la police du District Fengxian de Shanghai ont recommandé à la famille de Mme Liu leurs avocats d'état commis d'office et "gratuits".

Mme Liu Jin et son mari, M. Zhang Zhanjie, ont été emprisonnés pour quatre ans et quatre ans et demi respectivement pour leur ferme croyance en Falun Dafa. Ils connaissent bien tactiques de défense de ces avocats "gratuits". La majorité des avocats en Chine continentale n'ose pas défendre équitablement les pratiquants de Falun Dafa. Certains avocats ont même tiré avantage des cours de justice du Parti communiste chinois et se sont fait leurs complices pour poursuivre des pratiquants de Falun Gong.

Immédiatement après que la famille de Mme Liu Jin se soit rendue à Beijing et ait loué les services de l'avocat Mo, la police de la Sécurité Nationale de Beijing les a menacés. Les menaces de la police corroborent le fait que lorsque le Parti communiste chinois persécute les pratiquants de Falun Dafa, ils ne respectent jamais les lois. La police à Beijing possède plus de pouvoir que les cours de justice, et peut prévaloir sur les décisions de la cour pour condamner les gens selon leur bon vouloir, comme dans le cas de Mme Liu Jin, condamnée à deux ans de prison. Pour les cours, le fait d'aller à l'encontre de la volonté de la police entraînerait des conséquences graves. Nous pouvons voir que les condamnations illégales des pratiquants de Falun Dafa sont décidées arbitraitement sans aucune règle de loi.

Aujourd'hui, le Parti communiste chinois continue à tromper le monde. En surface, ils continuent de s'associer à la belle image des Jeux Olympiques pacifistes de 2008. Mais, dans le même temps, ils persécutent brutalement les chinois. La brutalité la plus haineuse est la persécution des pratiquants de Falun Dafa. Nous faisons appel à toutes les organisations qui soutiennent la justice, aux gouvernements et aux gens de ce monde afin que tous prêtent attention à la souffrance des pratiquants de Falun Dafa tel que Mme Liu Jin, et qu'ils voient à travers le mirage des Jeux Olympiques et nous aident à arrêter la persécution.

Le 18 octobre 2008

Date de l’article original: 2/3/2008

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2008/1/19/170651.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.