Le Nelson Mail, Nouvelle Zélande : Le Relais de la Flamme cible l’oppression en Chine

Vendredi 28 décembre 2007

Marche des droits de l’homme: Gabrielle Kemp (à gauche), Gary Clover président du Conseil des Eglises de Nelson et Mike Ward dirigent la marche pour manifester contre les abus des droits de l’homme en Chine

Pour de nombreuses personnes, la Flamme Olympique représente la force, le courage et la détermination. Pour ceux qui étaient réunis sur la plage de Tahunanui jeudi, l’arrivée de la flamme par la mer représentait quelque chose de beaucoup plus sombre.

Quatre pagayeurs membres du Canoe Club de Maitahi Outrigger et le Club de Motueka Waka Ama ont transporté «la flamme des droits de l'homme» attirant l'attention sur des millions de personnes persécutées et torturées en Chine.

Le Relais de la Flamme des Droits de l’Homme est parti d’Athènes en Grèce et a traversé l’Europe, l’Asie, l’Australie et une grande partie de la Nouvelle Zélande.

L’organisatrice locale Margo MacVicar, de Motueka, a dit que l’évènement était une campagne internationale pour attirer l’attention du monde sur les abus des droits de l’homme perpétrés par le gouvernement chinois tout en prétendant qu’ils avaient cessé de telles activités après avoir obtenu le droit d’accueillir les Jeux Olympiques 2008.

“Les crimes contre l’humanité et les Jeux Olympiques ne peuvent pas coexister” a-t-elle dit.

“Nous espérons qu’en le portant à l’attention du public, en montrant les violations, ça les rendra au honteux à défaut d’autre chose.”

Mme MacVicar a dit que les groupes comme le Falun Gong ne peuvent vivre leur croyance, la religion est réprimée et les prisonniers ont leurs organes prélevés de leur vivant.

Le relais de la torche “représente la lumière de la liberté, la justice et l’espoir pour le peuple chinois qui est persécuté”

Après que la foule ait entendu quelques brefs discours, un groupe dirigé par Gabrielle Kemp Nelsonian, habillée en déesse grecque de la justice, a marché le long Rocks Rd. Jusqu’à Anzac Park, où des musiciens jouaient et où il y a eu encore d’autres discours prononcés par des militants des droits de l'homme.

Kan Win, un réfugié de Myanmar, a dit que le gouvernement chinois a procuré des armes et son soutien aux dirigeants militaires de son pays.

Traduit de l'anglais de :
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2007/12/29/92603.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.