Souvenir de la pratique de 73 disciples sur la Grande Muraille à Badaling en 1999

À midi, le 17 décembre 1999, 73 disciples de Dafa venant de quinze provinces de la Chine ont commencé à pratiquer le Falun Gong en formation ordonnée sur les deux sommets de la fameuse Grande Muraille à Badalin dans la banlieue de Pékin. Quatre banderoles de Falun Dafa ont été suspendues aux deux sommets. La plus grande banderole avait cinq mètres de long et trois mètres de large. Ces banderoles étaient sacrées et merveilleuses. La musique des exercices et les paroles de la pratique étaient si claires et résonnaient dans l’air. Tous les pratiquants avaient l’air bienveillants et calmes, et ce magnifique exploit a ému le ciel. Il a fait un temps extrêmement agréable ensuite; seuls quelques nuages blancs se mouvaient dans un ciel bleu limpide. Cela a fait apparaître la Grande Muraille couverte des dernières chutes de neige encore plus magnifique.

Beaucoup de touristes se sont arrêtés pour regarder la pratique et personne n’a été les dénoncer. La pratique a duré pendant presque deux heures.
Ces 73 pratiquants s’étaient proposés spontanément d'aller sur la Grande Muraille pour pratiquer, après que leur appel à Beijing vers la mi-décembre ait été refusé. À cause de leur appel, ils ont été maltraités, arrêtés et même battus. Après l’appel, ils ont décidé de pratiquer les exercices ensemble sur la Grande Muraille. Ils espéraient dire aux gens à travers la pratique en groupe que Falun Dafa est profitable au peuple et au pays, que leur Maître est pur et droit et que les pratiquants de Dafa sont innocents.

Le fait qu’ils aient osé cet exploit a choqué la perversité. Vers 14h le 17 décembre 1999, des dizaines d’agents de police sont venus sur les sommets par téléphériques. Quand ils sont arrivés, ils ont trouvé les pratiquants récitant simplement les articles du Maître dans le calme. Ils sont restés imperturbables, même si certains policiers ont commencé à les frapper au visage et à leur donner des coups de pieds dans les jambes. Les policiers brutaux ont photographié les disciples de Dafa en train de pratiquer et ils ont fouillé illégalement les touristes qui avaient été témoins du traitement violent des disciples de Dafa, confisquant leurs appareils photos et leurs cartes d’identité. A 15h, les policiers ont fait descendre les pratiquants des sommets rang par rang. Deux pratiquants étaient escortés par un policier dans le téléphérique et les deux pratiquantes du premier rang étaient menottées ensemble. La police a amené deux cars pleins de pratiquants au centre de détention du comté de Yanqing, où on leur a donné l’ordre de rester debout dans la cour pour attendre chacun son tour d’être interrogé. Pendant qu’ils étaient là-bas, les policiers leur ont même interdit l’usage des toilettes. On les a contraints à rester debout dans la cour jusqu’à ce qu’ils aient été fouillés à 1h le matin suivant et ensuite mis dans des cellules.

Les cellules étaient sombres et froides. A côté de la planche utilisée pour dormir, il y avait un seau d’eau vide et une latrine sans chasse d'eau. Quand les pratiquants ont commencé à pratiquer dans la cellule, un policier de 50 ans les a injuriés et menacés d’utiliser sa matraque électrique sur eux s’ils n’arrêtaient pas. Après 4h du matin, 12 pratiquants – 8 sur la planche et 4 par terre – ont pratiqué la première série d’exercices du Falun Gong. Le policier est revenu avec un plus jeune officier. Il criait des jurons dans la cellule et il a appliqué sa matraque électrique à haut voltage sur la tête d’une pratiquante (une femme âgée) qui se tenait près de la porte. La vieille femme a continué à tenir ses mains tranquillement, elle n’a pas bougé d’un pouce en recevant ce choc électrique. Le policier était perplexe et il a à nouveau essayé la matraque, des éclairs bleus électriques en sortaient. La matraque sifflait sur les tempes de la vieille femme, mais elle ne bougeait toujours pas tandis que la matraque à haut voltage touchait sa tête. L’officier a vérifié à nouveau sa matraque électrique et il a continué le test sur la tête de la pratiquante. Il a essayé sur une tempe puis sur l’autre, il a aussi essayé sur la nuque, mais cela n’avait aucun effet. Il a alors essayé sur une jeune pratiquante de Liaoning et sur deux autres de Jiangsu et Guangdong respectivement. A sa surprise, il n’y avait aucun effet sur ces quatre personnes. Il a arrêté de jurer et a regardé sa matraque avec perplexité. Le jeune officier qui le suivait était également perplexe. Les pratiquants se sont rassemblés autour d’eux pour leur dire la vérité de Dafa et les persuader de ne plus maltraiter les pratiquants. En silence, il s’est détourné et est parti. Quand il est passé vers la cellule suivante où des pratiquants étaient également en train de pratiquer, il a juste crié : "Arrêtez la pratique!" deux fois et s'est en allé.

À partir du 18 décembre, les fonctionnaires du Bureau de la Sécurité Publique de Pékin ont continué à les interroger, essayant de trouver les soi-disant organisateurs de l’événement. Jour après jour, on gardait les pratiquants dans les pièces pour interrogatoires les poignets menottés. Les hommes pratiquants étaient emprisonnés avec les criminels et ils ont été battus par les criminels et les policiers. Néanmoins, aucun d’eux n’a cédé. "Nous n’avons aucun organisateur et nous l’avons fait de notre propre volonté.", ont dit les pratiquants. Ils ont démontré une détermination inébranlable dans Dafa. Plus tard, tous ont été envoyés en détention dans leur propre ville ou dans des camps de travaux forcés, où ils ont été cruellement torturés. Certains d’entre eux ont été très probablement battus ou torturés à mort. Cependant, la lumière de la vérité qu’ils ont émise en pratiquant les exercices du Falun Gong ensemble sur la Grande Muraille à Badaling a effrayé la perversité. On se souviendra pour toujours dans l’histoire de l’univers de la puissante vertu qu’ils ont établie.

http://www.minghui.org/mh/articles/2002/9/3/36024.html
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/9/20/26690.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.