The Epoch Times : L’ennemi public numéro un de la Chine à la Porte de Brandebourg (Photos)

Le 25 juillet 2007

Tout au long de son existence, le Parti communiste chinois (PCC) a considéré les individus ayant d’autres idéologies ou croyances comme les « ennemis publics de la Chine », Bouddhistes, Tibétains, Chrétiens fidèles à l’église Catholique Romaine, démocrates, et les derniers mais non les moindres les pratiquants de la pratique de méditation Falun Gong. Une guerre était inévitablement déclarée pour les combattre. Depuis 1999, une centaine de millions de pratiquants de Falun Gong qui méditent et vivent selon les principes de Vérité, Compassion et Tolérance, ont été attaqués comme « ennemi public numéro un de la Chine. » environ deux tiers des personnes torturées en Chine sont des pratiquants de Falun Gong selon Manfred Novak, un Rapporteur spécial des Nations Unies sur la Torture.

Marianne Klotzbach médite sur Pariser Platz, à la Porte de Brandebourg, le jour marquant l'anniversaire du début de la persécution du Falun Gong. (Photo: Jason Wang/German Epoch Times)
La persécution du Falun Gong dure depuis huit ans. “Elle doit cesser immédiatement!” a déclaré Marianne Klotzbach. La berlinoise femme au foyer se tient là, le visage tournant légèrement au rouge sous le soleil et la chaleur, après plusieurs heures devant la Porte de Brandebourg. Elle parle avec les passants et distribue une information. Elle a organisé une veille pour l’anniversaire de la persécution du Falun Gong sur Pariser Platz à la Porte de Brandebourg. Elle a pratiqué le Falun Gong neuf ans. Cela fait six ans qu’elle a commencé à protester deux fois par semaine contre la persécution devant l’ambassade chinoise, par tous les temps, qu’il pleuve, gèle ou vente.


"Les résidents du quartier me connaissent bien à présent. Ils me saluent dès qu’ils me voient. J’ai donné à la plupart d’entre eux l’information à propos de la persécution et ils comprennent très bien ce qui se passe en Chine ; » confie Marianne Klozbach. Chaque conversation individuelle sur ce pont la rapproche un peu plus de son but. Elle veut que chacun apprenne ce qui se passe dans les camps de travail et les cliniques psychiatriques en Chine, y compris la torture inhumaine, le lavage de cerveau, les injections avec des drogues psychiatriques, et la collecte inhumaine d’organes sur des personnes vivantes.

"L’ennemi public numéro un de la Chine"

Entre 1992 et 1999, le Falun Gong a reçu le soutien public du régime du PCC pour ses effets remarquables sur la santé des citoyens chinois. Pourtant, le 20 juillet 1999, la pratique de méditation a été interdite par ce même régime. Depuis ce jour, il est devenu illégal et même dangereux de pratiquer le Falun Gong en Chine, et quiconque l’ose peut être confronté aux camps de travaux forcés et à la torture.

Un journal chinois d’outremer a expliqué ainsi la situation : « Les habitants de Pékin sont vraiment spéciaux. Ils sont par nature pleins d’humour et courageux. Ils parlent même de dieu et du monde et n’hésitent pas à aborder des sujets impopulaires, comme critiquer l’ancien président Jiang Zemin. La seule chose qu’on ne les verra pas faire c’est d’aller Place Tiananmen et d’annoncer qu’ils pratiquent le Falun Gong. Il y a seulement trois mots que les pékinois n’osent pas mentionner : « Falun Dafa Hao ! » (Falun Dafa (ou Falun Gong) est bon !). Ils n’osent pas non plus parler publiquement des valeurs d’authenticité, compassion et tolérance, les principes de la pratique de méditation Falun Gong, depuis que le régime l’a interdite.

Depuis 1999, le Falun Gong est devenu l’ « ennemi public numéro un de la Chine », même avant Taiwan, ceci sur la base de l’opinion prévalente en Chine et en dehors des démocrates chinois et des principales organisations de droits de l’homme telles Amnesty, la Société Internationale pour les Droits de l’Homme et des experts de la Chine Manfred Novak, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la Torture a confirmé dans son rapport qu’environ deux tiers des personnes torturées en Chine sont des pratiquants de Falun Gong. L’organisation de droits de l’homme CIPFG (Coalition d’Investigation sur la persécution du Falun Gong) a documenté au moins 3.061 morts suite à la torture depuis 1999. Un nombre encore plus grand de gens, jeunes en particulier, ont été assassinés pour leurs organes pour remplir les poches de gens cupides.


Un rapport d’enquête par David Kilgour (ancien membre du Parlement canadien et ancien Secrétaire d’État du Gouvernement du Canada pour la région Asie Pacifique, ainsi qu’ancien Procureur de la Couronne) et l’avocat canadien David Matas (avocat des droits de l’homme, de l’immigration et des réfugiés dans sa pratique privée à Winnipeg) suggèrent qu’il y a approximativement 41.500 pratiquants qui ont été assassinés pour leurs organes.


L’effet du Falun Gong sur la Chine est manifeste

Le petit Gabriel, 22 mois ne s’entraîne pas pour les Olympiques mais il pourrait être le plus jeune porteur de la Flamme Durant le Relai de la Flamme des droits de l’homme lorsqu’elle arrivera à Berlin le 18 août. Les autorités chinoises ont refusé de prolonger le visa de sa mère pour lui faire faire un passeport parce qu’elle pratique le Falun Gong (Photo: Jason Wang/German Epoch Times.)
L’avocat des droits de l’homme canadien, David Matas, a clairement déclaré à propos de la pratique de méditation après une enquête : « Il est évident que l’impact du Falun Gong sur la Chine est très important et que les répercussions sont plutôt considérables. Autrement, le régime chinois ne consacrerait pas autant d’efforts pour interdire le Falun Gong. La pratique de méditation est aussi très importante du fait de sa popularité, et il a beaucoup de pratiquants en Chine, » a dit Matas. Il a poursuivi : » Ce n’est pas seulement qu’ils sont nombreux, mais aussi cela a à voir avec l’idéologie qui est à l’opposé du communisme. » Le Falun Gong a de profondes racines dans la tradition chinoise, mais pas le communisme. Sans le PCC il y aurait pas mal de Chrétiens et de Tibétains, mais la majorité pratiquerait le Falun Gong.

Le Relais de la flamme des droits de l’homme avant les Jeux Olympiques 2008

Martin Duffner, un ingénieur en informatique aime à parler avec les passants du « Relais de la flamme des droits de l’homme. » L’idée est née dans le cerveau de la CIPFG et a vu le jour comme une alternative à la Flamme Olympique dans l’espoir d’attirer l’attention du public sur la terrifiante situation des droits de l’homme en Chine.


Le 8 juin 2007, la CIPFG a envoyé une lettre publique aux dirigeants chinois Hu Jintao et Wen Jiabao, demandant que toute répression des pratiquants de Falun Gong, ainsi que la récolte d’organes prennent immédiatement fin. Le 8 août 2007, était la date butoir de cette demande. Si rien ne se passait, la CIPFG s’unirait à tous les individus et organisations justes dans le monde pour boycotter les jeux Olympiques 2008 à Pékin. » Ce sont les mots exacts figurant sur le bulletin d’information distribué par Duffner à l’événement.


La lettre stipule aussi que les Jeux Olympiques 2008 ne peuvent pas avoir lieu en Chine tant que les cruautés susmentionnées continuent, elles vont contre l’esprit de la Charte Olympique, en particulier l’établissement d’une société pacifique qui respecte la dignité humaine, et tourneraient en dérision la Charte Olympique


Espérer la fin

Martin Duffner, ingénieur informatique et pratiquant de Falun Gong parle avec l’actrice Ruth Spichtig. Je soutiens le Relais de la flamme des droits de l’homme. Il aura un effet direct sur la Chine . » a dit Duffner ((Photo: Jason Wang/German Epoch Times).
"J’espère la fin rapide de la persécution grâce à l’attention de la communauté internationale, et que le Relais de la flamme accomplisse cela," a déclaré Ruth Spichtig, une actrice de Berlin. Elle était venue avec des amis de France Porte Brandebourg ce samedi. Elle a été profondément choquée par les photos de torture exposées au stand d’information. En même temps elle croit que c’est quelque chose qui doit être dénoncé et que nous ne devrions pas l’ignorer.

L’actrice Ruth Spichtif a conseillé : « Vous devriez mettre davantage d’emphase sur les trois principes du Falun Gong : « Authenticité, Compassion et Tolérance, » et qu’on peut vivre une vie meilleure quand on adhère à ces principes. Le stress et l’afflux d’information empêcheront les gens de comprendre leurs propres besoins et nature et par conséquent empêcheront le courage, la responsabilité, et la capacité d’avoir sa propre opinion libre de l’interférence de la foule et des médias. Ceux qui ont peur seront manipulés et deviendront paralysés. La méditation rend une personne plus forte. Il y a toujours une sorte de peur qui empêche l’individu de faire le bien et de faire ce qui vient du cœur. »


Regardant quelques pratiquants de Falun Gong s’exercer à leurs exercices de qigong au son de la musique, Spichtig a dit « ils rayonnent d’énergie. »


"Lorsque j’entre en méditation sans aucune pensée, je peux sentir mes origines,” a dit la jeune pratiquante chinoise de Falun Gong, Yawan Zhen, qui vit à Berlin. Le facteur le plus important de la pratique est de vivre selon les principes Vérité, Compassion et Tolérance. La moralité élevée montrée par les pratiquants est la raison pour laquelle le régime communiste n’a pas pu éradiquer le Falun Gong. « Le Falun Gong est le plus grand défi pour le PCC, » dit Zhen.


Si la pression internationale devait faire perdre au PCC le droit d’accueillir les Jeux Olympiques, la chance de voir la fin de la persécution serait grande.


Le relai alternatif de la flamme des droits de l’homme de la CIPFG a une signification spéciale pour Zhen : “Tout le monde peut soutenir cela. C’est un défi à la conscience de ceux qui vivent en occident ! »

Publié originellement en allemand : http://de.clearharmony.net/articles/200707/38784.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.