Traitements sadiques, criminels et contraires à l’éthique par le personnel médical de l’Hôpital de la Police Armée de la ville de Shenzhen.

Faire ingérer de force de l’alcool à haute teneur par un tube nasal
L’Hôpital de la Police Armée de la ville de Shenzhen (également connu comme Hôpital de la police armée des patrouille de frontières de la province de Guandong) est l’institution médicale désignée par le « Bureau 610 » de Shenzhen pour les « classes de lavage de cerveau ». Pendant plus d’une année, des dizaines de pratiquants de Dafa qui ont fait des grèves de la faim pour protester contre la persécution ont été kidnappés et amenés dans cet endroit et y ont reçu injections et gavages forcés. Cet endroit est devenu un autre point pervers du « Bureau 610 » pour persécuter les pratiquants de Falun Gong.
A environ 1h30 du matin le 30 mars 2002, dans la chambre 329 du département de Médecine Interne, l’équipe médicale a fait ingérer de force par deux fois à Liu Xifeng , pratiquant de Falun Gong, (ancien professeur au collège de Nantou dans la ville de Shenzhen) par un tube nasal de l’alcool à haute teneur afin de le torturer. Ce pratiquant n’avait ni mangé ni bu depuis 16 jours. [Note : les pratiquants de Falun Gong ne fument ni ne boivent d’alcool aussi ce genre de procédé n’avait il pour seule intention que de dégrader et de nuire à ce pratiquant.] Xiao Shizhong un chef de section du Bureau de la Sécurité Nationale de la ville de Shenzhen, a ordonné à l’officier de police Wang Wei d’acheter une bouteille d’alcool à haute teneur qui a été remise à l’infirmière en chef Lu Min. Ce pratiquant a dit à Lu Min, « il est dangereux de faire ingérer de l’alcool concentré à une personne qui est en grève de la faim. Le pratiquant de Dafa Zhang Junsheng de la ville de Shuangcheng, province de Heilongjiang est mort d’une telle injection d’alcool par le nez. Si quelque chose arrive serez vous responsable ? » Devant toutes les personnes présentes, Xiao Shizhong a appelé le chef du Bureau de la Sécurité Nationale de son portable pour recevoir de plus amples instructions. Puis il a agitté son portable et a dit, « Le chef a donné l’ordre. Nous pouvons injecter de l’alcool par le nez. Exécutez l’ordre à présent ! »
Ce pratiquant de Dafa a fermement résisté et exposé en criant le comportement criminel de ses persécuteurs. Xiao Shizhong a ordonné qu’on ferme les portes et les fenêtres pour qu’on n'entende pas le pratiquant. L’officier de police Wang Wei a sorti quatre paires de menottes, a attaché respectivement les mains et les pieds de Liu Xifeng à un lit et a injecté une seringue pleine d’alcool dans le tube nasal. Liu Xifeng vomissait en quittant le bâtiment. Xiao Shizhong était furieux et a crié, « reviens et on recommence de nouveau . » Xiao Shizhong a ordonné au garde de sécurité Song Shichao et à une autre personne de la Sécurité de Longgang de traîner Liu Xifeng de force au troisième étage et de lui insérer de nouveau le tube dans l’estomac. Puis ils ont injecté deux fois la quantité d’alcool qu’ils lui avaient administré la première fois en menaçant, « Si tu vomis de nouveau, nous t’injecterons la bouteille entière ! » En moins d’une heure ils ont donc inséré deux fois le tube et injecté deux fois de l’alcool. La deuxième fois lorsqu’ils ont retiré le tube, il était couvert de sang. Ce pratiquant de Falun Gong Liu Xifeng a souffert une grave torture physique et mentale.

Expériences sur le corps humain
Aux alentours de midi le 22 mars 2002, Liu Xifeng qui était en grève de la faim a été emmené contre sa volonté dans la chambre 301 de la première section du Département de Médecine Interne pour y être gavé de force. Le chef de section Xiao Shizhong criait dans le corridor, « ponctionnons ce cochon à mort. Faisons une expérience sur son corps. Que celui qui veut apprendre vienne ! » Les gardes de sécurité Zhang et Tang Jianfeng de la ville de Shenzhen, équipe de sécurité de Longgang, ont dit « Nous voulons apprendre comment insérer les tubes dans l’estomac lorsque nous injectons des produits à un animal. » L’infirmière en chef Liu Min a approuvé leur requête. Alors, l’insertion du tube a été faite par les gardes de sécurité qui n’étaient pas personnel médical. Comme ils ne savaient pas comment le faire, ils inséraient le tube et le retiraient encore et encore, ce qui était horriblement douloureux pour Liu Xifeng. Finalement, les procédures impropres lui ont causé des troubles respiratoires, tout son corps s’est convulsé et sa vie paraissait en danger. Ils ont du le mettre sous surveillance cardiaque pour réanimation d’urgence. Le Docteur Liu qui était de service (une femme d’une quarantaine d’années) a prescrit une injection d’IV dans les deux bras. Pendant ce moment critique, les gardes de sécurité Zhang et Tang Jianfeng ont encore une fois insisté pour apprendre à insérer l’aiguille d’injection. Ces deux gardes s’y sont repris à une vingtaines de fois, faisant éclater des vaisseaux sanguins à de nombreux endroits. Cela a continué pendant plus de dix minutes. Alors Liu Xifeng a commencé à présenter des battements de cœur irréguliers, des difficultés à respirer et tout son corps a commencé à avoir une attaque. L’infirmière en chef Liu Min a eu peur qu’il ne meure et a interrompu l’expérience.

Lorsque les vies des pratiquants de Falun Gong étaient en danger, une groupe de l’équipe médicale de l’hôpital de la Police Armée de la ville de Shenzhen n’a pas procuré les premiers secours mais a au contraire joué avec les vies des gens et conduit des expériences sur leurs corps pour les torturer. Ces genres de traitements sadiques, criminels et contraire à l’éthique par le personnel médical n’est pas vu depuis les excès des mouvements fascistes. Nous espérons que les gens de bien dans le monde entier prêteront attention à cette affaire et feront tout leur possible pour arrêter ces actes.


Téléphone de l’Hôpital de la police armée de la ville de Shenzhen : 86-755-25567566
Source: http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/9/7/26237.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.