Dagbladet (Journal du Norwegian Daily Website) : L’opposition [de la Chine] dans les hôpitaux psychiatriques

Les hôpitaux psychiatriques chinois sont pleins d’opposants politiques. Nombre d’entre eux ont aussi été torturés, déclarent des psychiatres occidentaux.
Les hôpitaux psychiatriques chinois sont pleins de dissidents politiques. Les Chinois qui critiquent activement les dirigeants ne risquent pas seulement d’être placés de force dans des hôpitaux psychiatriques, mais aussi d’être torturés déclarent des psychiatres occidentaux.
Le nombre des dissidents placés de force dans les hôpitaux psychiatriques se compte probablement par milliers. La situation ressemble de près à ce qui prévalait en Union Soviétique, selon un nouveau rapport des organisations de droits de l’homme Human Rignts Watch et Genève Initiative on Psychiatry.
Parmi ceux enfermés dans des hôpitaux psychiatriques il y a de nombreux membres du mouvement spirituel du Falun Gong, […] Des membres d’organisations professionnelles indépendantes et les individus qui se plaignent de la persécution risquent aussi d’être enfermés, déclare le rapport.
Demande d’ouverture
Une demande que la Chine ouvre ses institutions à l’inspection internationale a été proposée lundi à la rencontre générale de l’Association Psychiatrique Mondiale à Yokohama au Japon. Un votre sur la proposition n’était pas attendu avant lundi soir heure Norvégienne au plus tôt.
Dans une rencontre associée au congrès de Yokohama, Viviana Galli, une psychologue pour enfants de l’état Américain de l’Ohio, qui est aussi pratiquante de Falun Gong, a dit lundi que plus de 1000 pratiquants sont enfermés dans des hôpitaux psychiatriques. Ils y partagent les mauvais traitements avec des Chrétiens, des protestants et Catholiques … et des Bouddhistes a-t-elle ajouté.
Elle a aussi souligné que beaucoup de ces « patients » étaient torturés de nombreuses façons. Ils sont attachés pendant des jours d’affilée, brutalement immergés dans l’eau, ou forcés à prendre certains produits, a dit Galli, tandis que d’autres participants au congrès ont dit qu’il était grand temps que la communauté internationale fasse quelque chose.
"Des preuves suffisantes"
Nous avons suffisamment de preuves de sources indépendantes que le harcèlement a lieu contre d’autres outre les pratiquants de Falun Gong. Ceci est particulièrement vrai des syndicalistes indépendants et des gens qui se plaignent de la corruption dans la vie publique, dit Jim Birley, membre de l’équipe du Geneva Initiative on Psychiatrie
Dans sa commission précédente en temps que Chef du Collège Royal Britannique des Psychiatres, Birley en 1991, avait conduit une délégation qui avait enquêté sur la situation d’admissions forcées de patients en Union Soviétique. Il pense que la situation dans la Chine d’aujourd’hui ressemble à ce qu’il a vu et entendu alors.
Jim Birley a vivement conseillé aux gens d’être réaliste à propos des chances que des professionnels internationaux puissent visiter les institutions psychiatriques en Chine. La question existe si ou non une résolution du WPA sera prise sérieusement à Beijing, a-t-il dit lundi.

[Note: Cet article étant écrit, l’Assemblée générale de l’Association Psychiatrique du Monde a voté pour envoyer une délégation sur la persécution actuelle des pratiquants de Falun Gong

Publié dans les pages web du Norwegian daily Dagbladet 2002-08-26, fourni par NTB-AFP


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.