Juges de la dynastie Qin, de la dynastie Song du Sud et de Hong Kong

Le verdict forcé de Symon Wong et ses fausses déclarations délibérées


Voici deux mille ans, il y avait un eunuque du nom de Zhao Gao qui servait au palais de Qin Shihuang, le premier empereur de la Dynastie Qin. Expert pour flatter les gens, il comprenait les intentions de Qin Shihuang et accusait de nombreuses personnes pour les mettre en prison. Donc, et Qin Shihuang et son fils le tenaient en haute estime et le considéraient comme un loyal serviteur. Plus tard, Zhao Gao aida Hu Hai à voler son trône et à être nommé Qin II. Qin II prit Zhao Gao pour juge à un procès pour « conspiration » impliquant plus de 20 princes et princesses. Zhao Gao manifesta pleinement ses intrigues effrénées et les condamna tous à mort. Puis il assassinat le Premier Ministre et prit sa place. Après qu’il se soit élevé au pouvoir, il mis en scène la fameuse pièce « appeler un cerf un cheval. » Un jour, il dit à Qin II qu’il lui présentait un cheval. Qin II regarda l’animal et dit, « Mais c’est un cerf. » Zhao Gao maintint que c’était un cheval. Alors Qin II demanda l’opinion d’autres officiels. Finalement plusieurs personnes courageuses reconnurent que c’était un cerf. Pour cela, Zhao Gao les exécuta tous. Avec un aussi vil personnage au pouvoir, la vie du peuple était intolérable. La Dynastie Qin périt trois ans seulement après que Qin II en ait assumé le trône.

Mille ans passèrent et la Dynastie Song du Sud apparut. Le Premier Ministre Qin Hui acheta quelques personnes ignobles et accusa faussement le loyal et valeureux jeune général, Yue Fei, en montant un coup. Il mit alors Yue Fei et son fils Yue Yun en prison. Zhou Sanwei, le juge de la cour suprême à l’époque, sut que Yue Fei était un loyal général lorsqu’il vit les mots « Absolu dévouement à la nation » tatoués sur le dos de Yue Fei. Comme Zhou ne voulait pas aider un malfaiteur, il rendit sa robe de juge et se retira de la position. Le Ministre Consultant Mogi Xie prit sa place. Mogi tortura Yue Fei sévèrement, mais Yue ne reconnut aucun méfaits. Néanmoins, Mogi fabriqua des preuves et déforma délibérément les mots de Yue Fai pour dénaturer la vérité. Finalement, ils tuèrent Yue Fei par le poison dans le Pavillon Fengbo Ting. Son fils Yue Yun et un officier furent décapités. A cette époque, Qin Hui eut beaucoup de pouvoir et les officiels du pays tout entier louaient ses actions. Cependant, lorsque le nouvel empereur arriva sur le trône, il construisit immédiatement des statues et des mémoriaux de Yue Fei afin que les gens puissent lui rendre respect. De plus, il fit faire des statues coulées dans l’acier de Qin Hui et de Mogi Xie à genoux les mains attachées dans leurs dos pour que les gens les insultent et leur crachent dessus.

Près d’un millier d’années plus tard, nous nous focalisons aujourd’hui sur la Hong Kong actuelle – cinq ans après que la Chine ait regagné la souveraineté sur le territoire. Un procès qui n’aurait jamais du avoir lieu s’y est déroulé. Seize pratiquants de Falun Gong, qui faisaient pacifiquement appel pour la fin de la torture et des meurtres de gens innocents par le régime de Jiang Zemin en Chine, occupaient un espace d’à peine 7 mètres carrés (sur un trottoir de 140 mètres carrés) en face du Bureau de Liaison Chinois. Pourtant ils furent arrêtés par une soixantaine d’officiers de police, qui utilisèrent la force physique, et furent inculpés d’ « obstruction de la voie publique » et d’ « agression à la police » . Les accusations étaient manifestement collusoires.

Pendant le procès marathon des pratiquants , Symon Wong juge de Hong Kong favorisa encore et encore les plaignants et utilisa un langage insultant envers l’avocat de la défense. Après un procès de pure forme, il déclara que toutes les accusations de la police de Hong Kong étaient valides. A un moment, Symon Wong dit sarcastiquement à l’avocat de la défense qu’il devait « se battre comme un homme. » Mais lui-même cédait à la pression du dictateur, allant et contre sa conscience et contre l’accord du « un pays, deux systèmes », et a mis en danger la liberté et la prospérité de Hong Kong. Est-ce là le comportement d’un homme noble ?

Symon Wong manifesta pleinement son insignifiance et ses déformations délibérées lorsqu’il lut le verdict. Par exemple, au cours du procès, il dit, « Selon le témoin N°2, du jour X au jour Y, il n’a vu personne utiliser l’entrée principale du N° 160, il ne savait donc pas que sa présence bloquait la circulation des piétons. Mais il déclara aussi qu’il avait consulté un avocat auparavant pour savoir si le fait de tenir une démonstration à cet endroit pouvait être considéré comme obstruer la voie publique. L’avocat avait dit que non. Ma question est , si vous n’avez jamais vu personne passer par l’entrée principale, pourquoi avez-vous pris le soin de consulter un avocat à ce sujet ? C’est une bonne preuve qu’il savait que son action bloquerait la rue. » (Cité des nouvelles sur Sina.com).

Les mots de Symon Wong montrent qu’il a plus d’imagination que Zhao Gao et Moqi Xie. Par exemple, s’il devait accuser un conducteur innocent, heurté par un autre véhicule ayant grillé un feu, d’avoir causé l’accident, il dirait, « Selon le témoin N°2, du jour X au jour Y, il n’avait jamais vu personne ni aucun véhicule passer le coin de la rue Z. Par conséquent, il ne pensait pas qu’il allait causer un accident en passant le coin de la rue Z en voiture. Mais il déclara aussi qu’il regardait le feu avant de passer le coin de la rue et qu’il était alors vert. Ma question est, si vous savez que personne ne passe le coin, pourquoi avez-vous soigneusement regardé les feux ? C’est une bonne preuve qu’il savait que son action allait causer un accident. Il est par conséquent coupable d’avoir causé l’accident. »

Symon Wong dévoila aussi son talent pour inventer une ligne irrationnelle de questions. Il demanda comment les pratiquants de Falun Gong savaient qu’ils ne bloquaient pas la rue alors qu’ils pratiquaient la méditation les yeux clos. Le ridicule de la question est évident. Les pratiquants n’ont ils pas des oreilles ? Ne pouvaient-ils pas parfois ouvrir les yeux ? Après tout, ils ne dormaient pas. De surcroît, il n’accepta pas la preuve que les médecins avaient prescrit des analgésiques à certains pratiquants blessés par la police lors de l’arrestation. Mais le cri de la policière de Hong kong causé par une blessure feinte, fut acceptée comme irréfutable.

Pour prouver un peu plus le talent de Symon Wong pour une réflexion illogique, il dit alors que le procès arrivait à sa fin, “Ironiquement, bien qu’aucune preuve ne montre que les policiers sont adeptes du Falun Gong, leur performance ce jour là et à la cour illustre qu’ils ont suivi la Vérité, la Compassion et la Patience. » (Cité des nouvelle sur Sina.com)

La performance de la police de Hong kong dans cette fausse accusation du “mouton mangeant le loup” montre leur niveau de “Vérité”. Leur utilisation de la force pour disperser un appel pacifique montre leur niveau de « Tolérance ». Leur arrestation des pratiquants de Falun Gong par la force devant le Bureau de Liaison de la Chine et leur expulsion par la force des pratiquants à la douane montre leur incapacité à manifester de la « Compassion. »

Si Symon Wong était un fonctionnaire en Chine, il décrirait la torture sanglante des pratiquants de Falun Gong par le régime de Jiang Zemin comme ‘les brises et les pluies de printemps qui donnent la vie. » S’il l’avait été lors de la Dynastie Qin, il aurait certainement appelé un cheval un cerf. Juge dans la Dynastie Song du Sud et appointé par Qin Hui pour s’occuper du cas de Yue Fei, il aurait dit en déclarant Yue Fei coupable, « ironiquement, bien que son Excellence Qin Hui n’ait pas les mots « Absolu dévouement à la Nation » tatoués sur le dos, sa performance nous dit qu’il est absolument dévouée à la nation. »

Seule la vérité passera l’épreuve du temps. L’Histoire jugera qui est vraiment innocent et qui est vraiment coupable dans le procès de Hong Kong.

version chinoise :
http://minghui.ca/mh/articles/2002/8/19/35187.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.