Russie : Succombant à la pression du Parti communiste chinois, le gouvernement russe déporte des réfugiés des Nations Unies (Photo)

Le 28 mars 2007, la pratiquante de Falun Gong Ma hui et sa fillette de 8 ans Ma Jingjing, qui avaient obtenu un statut de réfugiés des NU à St Petersbourg, en Russie, ont été emmenées de chez elles par six officiers des services de déportation du Bureau de l'immigration à St Petersbourg, en Russie. la nuit du 28 mars, une femme policier russe et plusieurs représentants du gouvernement chinois ont forcé Ma Hui et Ma Jingjing à monter à bord du vol FV-215 pour Pékin, et les ont déportées en Chine. L'avion a décollé de St Petersburg à 19h 50.

Le 29 mars 2007, de membres de la famille de Ma Hui allés les rencontrer à l'aéroport international à Pékin , ils n'ont pas vu Ma Hui et sa fille. Par la suite, ils ont appris que Ma Jinging avait été envoyée chez une soeur de Ma Hui, mais ils restaient sans nouvelles de Ma Hui. Les membres de famille de Ma Hui ont reçu un appel d'un homme qui leur a dit que Ma Hui et sa fille étaient arrivés à Harbin, et que Ma Jingqing était chez la soeur de Ma Hui. L'homme leur a dit aussi qu'il n'était pas clair si Ma Hui pouvait ou non rentrer chez elle. La famille de Ma Hui croit que Ma Hui est détenue par le Bureau de la Sécurité nationale. La situation de Ma Hui et de Ma Jingjing a attiré l'attention internationale.

Une arrestation bien planifiée

Le matin du 28 mars, après que Ma Hui et Ma Jingjing aient pris leur petite-déjeuner, six officiers du Département des déportations du Bureau de l'immigration à St Petersbourg se sont présentés chez elles. Ils ont débranché le téléphone et ont demandé à Ma Hui de les suivre. Ma Hui n'a pas été autorisée à prendre un porte-feuille qui contenait son passeport.

Ayant appris l'arrestation de Ma Hui, le bureau du Haut Commissaire aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR) a immédiatement agi pour les secourir. Des fonctionnaires de l'UNHCR, la Croix Rouge internationale, des avocats, le mari de Ma Hui et plusieurs pratiquants de Falun Gong sont allés à l'aéroport et ont tenté de secourir Ma Hui et sa fille. Au début, les fonctionnaires de l'aéroport ont nié que Ma Hui et sa fille fussent là. Ce qui a pourtant été vérifié par la suite, puis l'aéroport a refusé de permettre à l'avocat et à la famille de Ma de les rencontrer. Les fonctionnaires de l'UNHCR n'ont pas cessé d'appeler le Bureau de l'immigration de Russie et sa branche de St Petersbourg. Le Bureau de l'Immigration a menti et dit qu'ils avaient déjà laissé tomber l'ordre de déportation. Mais lorsque les officiers de l'UNHCR et la famille de Ma Hui ont parlé avec les officiers de l'immigration à l'aéroport, l'aéroport a dit qu'ils ne pouvaient pas trouver d'officiers pour les aider. Ils n'ont donné aucune réponse directe à la famille de Ma même après que l'avion ait décollé. Durant tout le processus, plusieurs personnes chinoises non identifiées ont été vues au département de police et à l'aéroport.

M. Li, mari de Ma Hui, a exprimé que la déportation était une procédure complexe, mais la déportation de Ma Hui a été exécutée si vite. Il croyait que tout le scénario de la déportation avait été planifié à l'avance. Chaque étape était inhabituelle. Il y avait un vol de St Petersbourg pour la Chine le 28 mars, ils ont dont agi ce jour là. Ils ont même acheté le ticket à l' avance, mais Ma Hui et sa famille n'en ont rien su avant qu'elles ne soient arrêtées. On peut voir l'empreinte du Parti communiste chiois à chaque étape de tout le processus de déportation.

La Société condamne le gouvernement russe pour avoir assisté le PCC dans sa persécution du Falun Gong

Ma Hui et son mari sont tous deux pratiquants de Falun Gong. Ils ont vécu en Russie depuis de nombreuses années. Après que le PCC ait lancé la persécution du Falun Gong en 1999, ils n'ont pas pu retourner en Chine. Ma a demandé un statut de réfugié des Nations Unies qui lui a été accordé il y a trois ans. Cependant le Bureau de l'Immigration en Russie refuse d'accorder le statut aux pratiquants de Falun Gong, donc son cas est resté en suspens pendant longtemps. Son cas devait être jugé le 30 mars. Selon les lois russes, elle peut rester légalement en Russie avant le jugement.

La déportation de Ma Hui et de sa fille ont attiré l'attention de la société internationale. Un membre du Parlement européen qui est aussi ancien président du Comité de coopération Duma-Union européenne a écrit au gouvernement russe, demandant l'annulation de la déportation. Il s'inquiétait que Mme Ma Hui soit arrêtée dès sa descente d'avion en Chine. Il a exprimé ne pas pouvoir imaginer ce qui arriverait car les pratiquants de Falun Gong sont persécutés quotidiennement, y compris torturés et leurs organes prélevés.

Un représentant de la Croix Rouge internationale a exprimé que la déportation viole non seulement les lois russes mais aussi la Convention européenne des Droits de l'Homme et les lois internationales sur la déportation. De plus, avant la déportation, le gouvernement russe devrait informer les représentants de la Croix Rouge et les avocats et obtenir la signature de la famille des déportés.

Six médias russes ont couvert la déportation. Ils ont souligné que déporter une femme et un enfant avec un statut de réfugiés des NU alors que leur jugement pour un statut de réfugié russe est imminent est à la fois immoral et viole la loi.

M. Li, mari de Ma Hui a indiqué que le PCC était derrière toute l'affaire de déportation, et que c'est encore un cas de persécution du Falun Gong par le PCC outremer; Le PCC amène le gouvernement russe à s'impliquer dans la persécution du Falun Gong en promettant un partenariat économique, et le gouvernement russe a déraisonnablement accepté l'instigation du PCC. M. Li a exprimé que succomber à la pression du PCC ternissait méchamment l'image internationale de la Russie et était un danger pour tout le pays.

Date de l'article original: 31/3/2007
Categorie: Témoins oculaires
Version chinoise disponible à http://www.yuanming.net/articles/200703/61409.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.