Un avocat de la ville de Jinan, dans la province du Shandong, M Liu Ruping, est torturé au Camp de travail forcé de Wangcun

M. Liu Ruping, 46 ans, est avocat et maître de conférence à l’Ecole du Parti communiste du district de Changqing, agglomération de Jinan, province du Shandong. C’est une personne honnête et bonne qui fait un excellent travail. Il est le plus jeune à avoir jamais tenu une telle position dans cette province.

M. Liu a été détenu par les autorités dans le Centre de détention de Changqing pour avoir affiché des annonces concernant l’Association de Falun Dafa. Après qu’il ait publié un article intitulé : « Cessez le brutal lavage de cerveau infligé aux pratiquants de Falun Gong, » il a été envoyé quinze mois dans un camp de travaux forcés. Le 15 décembre 2005, il a été envoyé au Camp de travaux forcé N°2 (Camp de travaux forcés de Wangcun) ; où il a été soumis à une torture brutale. Ce qui suit est un récit partiel d’un témoin oculaire.

Dès que M. Liu est arrive au camp de travail, les gardes ont ordonné à plusieurs collaborateurs de la harceler. Mais il est demeuré ferme dans sa croyance en Authenticité, Compassion et Tolérance. Il a été envoyé à la Section 8 de Gestion stricte par le Chef de division Sun Fengju. M Liu a été forcé à s’asseoir sur un petit banc dans le couloir de 5h du matin à 11 h du soir, le visage face au mur, les jambes jointes, les mains sur les genoux et le dos droit.

Il fait très froid au Camp de travaux forcés de Wangcun qui est situé en altitude, tout particulièrement dans le couloir où M. Liu était assis. Il tremblait de froid et ses fesses étaient atrocement douloureuses. Même pendant la période des congés de Nouvel An, il a été forcé à rester assis comme ça toute la journée. Après une longue période de temps, ses fesses saignaient et la chair déchirée collait à ses pantalons. Pourtant les gardes ne l’ont pas autorisé à prendre une douche ni à laver ses vêtements.

Pendant que M. Liu était assis dans le froid glacial face au mur dans le couloir pendant 45 jours, le garde Sun Fengjun l’a violemment frappé à la tête à coups de poings tout en l’injuriant et se moquant de lui. Par la suite, M. Liu a été envoyé dans la zone de Gestion stricte, où plusieurs détenus criminels aidaient les gardes à torturer les pratiquants. Luo Guangrong, garde à la 8ème division ordonnait aux pratiquants de ne pas dormir avant minuit et d’être debout à 4h30. Ils n’étaient pas autorisés à faire de pause, ils n’avaient droit qu’à deux tasses d’eau, et le temps qu’ils passaient aux toilettes était limité. S’ils avaient besoin d’aller aux toilettes, ils devaient attendre le « moment autorisé » pour y aller. En conséquence les pratiquants ont contracté divers maux corporels. M. Liu et de nombreux autres pratiquants devaient effectuer le travail forcé le jour et le soir ils étaient forcés à s’asseoir sur de petits bancs. S’ils s’assoupissaient où parlaient, les détenus criminels les punissaient.

En avril 2006, M. Liu Ruping et M. Liu Jinyi, un pratiquant détenu dans la Division n°7, ont été envoyés à une autre division pour y être torturé davantage. Le chef du personnel, Li Gongming, n’a pas laissé Liu Ruping dormir pendant trois jours. M. Liu a continué à clarifier la vérité et avec Wang Housheng, un autre pratiquant détenu dans la Division N°7, a refusé de regarder les programmes vidéo qui calomniaient Dafa. En conséquence tous deux ont été forcés à se tenir debout pendant une période prolongée en guise de punition.

A deux occasions, Liu Ruping a refusé de laisser les gardes le fouiller et d’être étiqueté détenu du camp de travail. Il n’a signé aucun document qu’on lui a ordonné de signer. Le garde Li Gongming a battu et injurié M. Liu à répétition. M. Liu a contracté des problèmes d’audition et des contusions sur son visage. Un collaborateur du nom de Fan Lincheng l’a aussi tabassé plusieurs fois. Un détenu l’a frappé à coups de pied faisant que ses ongles de pieds sont tombés. Malgré tout ça, M. Li n’a pas été ébranlé. Au contraire, il est devenu plus déterminé dans sa croyance.

Ayant épuisé tous les moyens possibles, Li Gongming a rapporté M. Liu à la direction, qui a décidé de le torturer davantage. Le 14 juillet, M. Liu a été menotté à une chaise alors qu’il était assis par terre, et ses poignets ont été attachés derrière son dos. Deux gardes lui ont marché sur les jambes, deux autres ont tenu ses bras et un dernier lui a tenu la tête. Ils ont utilisé deux matraques électriques pour le frapper à l’intérieur et à l’extérieur des cuisses. Malgré la douleur, il n’a pas flanché. Il a crié la formule de l’émission des pensées droites. Pour le faire taire, les gardes l’ont électrisé à la bouche avec une matraque électrique. Après trois heures d’une telle torture, ses cuisses étaient couvertes d’ampoules et sa bouche méchamment enflée. Après cette série de tortures, les gardes mis M. Liu en incarcération solitaire dans le sous-sol, où il été suspendu par ses entraves. Par la suite il a été attaché au lit. Il n’était autorisé à porter que des shorts, même pendant la nuit. Il faisait très froid dans le sous-sol et les moustiques pullulaient. Les gardes voulaient exposer M. Liu aux moustiques comme moyen de torture. En fait, le détenu qui le gardait a été le plus piqué.

En conséquence de la torture à l’électricité, M. Liu ne pouvait plus rien prendre par la bouche, pas même de l’eau, durant les sept jours d’incarcération solitaire. Il pouvait dormir mais n’était autorisé à porter que son short, même lorsque la température était très basse dans le sous sol où il était incarcéré. M. Liu était le dixième pratiquant sur qui les gardes ont utilisé un bâton électrique pour le torturer. Les neuf autres pratiquants ont été réassignés à une division normale.

En conséquence de la torture, M. Liu a du être sorti de son incarcération solitaire et envoyé à la Division N°6 pour récupérer. Deux semaines plus tard, il a été de nouveau envoyé à la 8ème division. Le garde Zheng Wanxin avait intensifié le travail forcé et toutes les autres mesures réservées aux pratiquants. Les pratiquants ne pouvaient pas même prendre un congé le dimanche. Les gardes les faisaient travailler, en particulier ceux qui étaient sous Gestion stricte, le soir ou pendant les congés, avec très peu de temps pour dormir jusqu’à 23 h ou minuit.

Les gardes ayant échoué à “transformer” M. Liu, ils ont décidé de prolonger sa peine à encore duex mois.

Numéro de téléphone du Camp de travaux forcés N°2 de la province du Shandong
Division No. 8: 86-533-6680420 (Chef: Zheng Wanxin; Chef adjoint : Wang Baohua, Zhang Fengjun)
Division N°7 : 86-533-6680427(Chef Jing Xusheng; Chef adjoint : Li Gongming)
Bureau du Camp de travail : 86-533-6680417
Téléphone de la Commission disciplinaire: 86-531-6689551

Date de l’article original: 10/2/2007

Version Chinoise disponible sur :
http://minghui.ca/mh/articles/2007/1/20/147246.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.