Ma mère de 80 ans est morte de chagrin après que la police lui ait menti et refusé de la laisser me voir en détention trois fois

Je suis de constitution très fragile. Pendant longtemps, j’ai dû prendre différents types de médication et injections et j’ai même dû être hospitalisée. En mars 1997, j’ai été la plus heureuse lorsqu’on m’a présenté la pratique du Falun Gong. Mon corps s’est rétabli en bonne santé à travers la pratique. Au cours des deux années suivantes, Je n’ai pas dépensé un seul penny en médicaments. J’ai présenté la pratique à ma mère. À travers la pratique, sa dépendance aux médicaments a grandement diminué, et, finalement, sa santé a été entièrement rétablie et elle n’avait pas besoin d’être sous médication. Ma mère et moi sommes devenues toutes deux en bonne santé. Nous avons commencé à bénéficier de l’expérience et du ressenti d’un vrai sens d’éveil dans un corps sain. Après avoir cultivé pendant un certain temps, ma mère a vu des scènes dans d’autres dimensions en plus d’autres choses que les gens ordinaires ne peuvent pas voir.
Le 20 juillet 1999, la persécution du Falun Gong a commencé. De nombreux compagnons de pratique se sont rendus à Beijing pour valider la Loi. J’étais très inquiète. Les trois générations dans notre famille s’étendent de ma mère âgée de 80 ans à ma fille de 10 ans. J’ai pensé que je ne pouvais pas voyager jusqu’à Beijing, mais qu’il était possible pour moi d’être volontaire pour valider la Loi dans notre région. Je suis donc allée au poste de police de Gaoshi pour clarifier la vérité. Au poste de police, Liu Renpin, le policier en fonction m’a demandé le but de ma visite. J’ai répondu que j’étais venue pour clarifier la vérité sur le Falun Dafa, pour chercher justice pour Dafa, et pour rétablir la réputation de notre Maître. J’ai été illégalement enfermée pendant deux jours et une nuit avant d’être finalement relâchée. Il y avait beaucoup d’autres pratiquants qui étaient déjà enfermés dans les cellules. À partir de ce moment-là, chaque fois qu’une « date sensible » approchait, la police est venue chez moi pour harceler ma famille, confisquer les biens de ma famille, et intimider, menacer, insulter et nous persécuter.

Le 4 février 2003, le policier Liu Renpin a organisé un groupe de personnes pour faire irruption dans ma maison et effectuer une rafle. Ils se sont emparés de tous mes livres de Falun Gong, de tout notre matériel de clarification de la vérité, des cassettes des conférences et de la musique des exercices. Ils m’ont aussi arrêtée et emmenée au poste de police. Trois jours plus tard, ils m’ont envoyée à la prison du comté de Weiyuan pour cinq jours. La police m’a ensuite transférée ainsi que quelques autres compagnons de pratique au centre de détention de la ville de Neijiang.

Le centre de détention de Neijiang est un enfer sur terre. La police est connue pour les tortures brutales, les battements, les jurons, et l’extorsion d’argent des détenus. Leurs actes envers les pratiquants de Falun Gong sont les plus brutaux et cruels. J’ai été emprisonnée à Neijiang pendant une demi-année environ.
Au cours de cette période, ma mère âgée de 80 ans a été livrée à elle-même avec personne pour prendre soin d’elle. Ma fille a été contrainte à quitter la maison pour trouver du travail. Inquiète pour moi, sa fille, ma mère a visité le poste de police de Gaoshi pour demander ma libération. Les policiers Liu Renpin, Li Gang et d’autres lui ont crié des insultes. Ils l’ont aussi menacée et intimidée, en disant, « Votre fille est en ce moment en train de squatter le cachot d’eau au centre de détention de Neijiang. Vous n’avez aucun espoir de la revoir, ce n'est donc pas la peine que vous reveniez. »

La santé de ma mère a commencé à se détériorer à cause du harcèlement et de ses soucis à propos de ma situation.

À sa deuxième visite au poste de police pour demander de me voir, ma mère était déjà sérieusement malade. La police a continué à la menacer, l’intimider, et lui mentir. Ils lui ont dit : « Depuis que votre fille pratique le Falun Gong, elle refuse de reconnaître sa famille. Elle ne vous veut pas comme mère, elle ne veut pas sa fille non plus. Pourquoi ne la délaissez-vous pas ! Cette vieille veuve est incompétente, si incapable même d’élever sa petite-fille de seulement dix ans, qu’elle a dû l’envoyer pour qu’elle gagne son propre gagne-pain. C’est mieux pour elle de mourir que de vivre. L’escouade de feu devrait tirer sur elle. » Voici les mensonges et insultes qu’ils ont utilisées pour tromper ma mère. Après que ma mère est rentrée à la maison, elle était si bouleversée qu’elle pleurait tous les jours. Sa maladie s’est empirée et elle a été hospitalisée plusieurs fois.

À sa troisième visite au poste de police pour demander ma libération, ma mère a dit à la police qu’elle connaissait la fille qu’elle avait élevée, et quoi qu’ils disent, elle ne le croirait pas. Qu’elle soit vivante ou morte, elle voulait voir sa fille. Les policiers ont continué leurs calomnies et mensonges, disant : « Votre fille ne va pas revenir. Elle ne vous veut pas, sa fille non plus. La seule chose à laquelle elle prend soin maintenant est elle-même. » Ne pouvant pas surmonter le choc et les chagrins d’inquiétude, une fois de plus ma mère a été hospitalisée à cause de sa maladie critique.

Quand ma mère était très gravement malade, ma fille s’est dépêchée de revenir de la ville pour la visiter. Lorsqu’elle a découvert que sa grand-mère était en si mauvaise forme, elle s’est rendue au poste de police pour demander ma libération de la détention pour que je visite ma mère mourante. En premier, les policiers n’ont pas voulu le permettre, mais à la suite de demandes répétées et de ses assurances personnelles finales, ils ont accepté que j’y aille. L’après-midi du 24 juillet, la police m’a permis d’aller à la maison. Le matin suivant, ma mère est morte. Sa mort était une tragédie inutile, un résultat de la persécution acharnée. Ma mère a été essentiellement assassinée.

Après que ma mère est décédée, les autorités n’ont pas voulu me libérer. Utilisant des garanties personnelles, ils m’ont trompée pour aller au poste de police. J’ai été illégalement arrêtée et envoyée au centre de lavage de cerveau de Neijiang pour subir une persécution supplémentaire.
Quelle que soit la façon dont ils me persécutent, je pratiquerais Falun Dafa jusqu’à la fin.


Traduit de l’anglais en Suisse le 19 octobre 2006
Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2006/10/4/139294.html
Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/10/16/79008.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.