Abandonner ses illusions sur le PCC après avoir considéré les faits: Prélèvements d’organes de prisonniers vivants, incinération des corps pour détruire les preuves au camp de concentration de Sujiatun

1ère Partie
 

Contenu

1. Transplantation de reins dans la ville de Shenyang, province de Liaoning en Chine La source des organes
2. Augmentation du coût des greffes de rein; les pratiquants de Falun Gong persécutés à mort sont une source bon marché d’organes pour la transplantation d’organes sur le marché noir
3. Organes manquants sur les cadavres des pratiquants du Falun Gong
4. Le camp de concentration de Sujiatun
5. Un ancien employé d'un hôpital de Shenyang a confirmé le prélèvement d'organes de prisonniers vivants
6. Que peut-on attendre du PCC?
7. Conclusion

Avant-propos : Le monde est rempli de bonheur et de tristesse. Le bien et le mal, le beau et le laid s’entremêlent tous dans la vie quotidienne des gens. Avec des cœurs apathiques, les gens s’égarent facilement et perdent leurs propres compréhensions, pensant que ce n’est « pas trop sérieux »...

Pourtant les principes cosmiques jugent également chacun d’entre nous. À un moment donné, nous devrons considérer sérieusement la situation et faire un choix perspicace pour notre futur.

J'ai lu des reportages au sujet du camp de concentration secret de Sujiatun dans la ville de Shenyang, qui a massacré des pratiquants du Falun Gong, vendu leurs organes et incinéré leurs dépouilles pour éliminer les preuves. J'ai été choqué et j’ai réfléchi profondément.

On dit que la Chine est le plus grand marché international de commerce d'organes. Les camps de travaux forcés sont devenus un marché pour les organes des détenus condamnés à mort. Les acheteurs de greffes de rein viennent en Chine de l'Asie du sud-est, de Taiwan, du Canada et d'autres endroits.

Récemment, des compagnies internationales de commerce illicites d'organes et des hôpitaux privés se sont concentrés à Sujiatun dans la ville de Shenyang, province de Liaoning. Un camp de concentration à Sujiatun a détenu environ 6.000 pratiquants du Falun Gong qui ont été transférés du nord-est et de d'autres endroits en Chine. Des médecins y prélèvent les organes des détenus. Le camp a un incinérateur. Les dépouilles des pratiquants du Falun Gong sont incinérées tout de suite après le prélèvement de leurs organes.

1. La transplantation de rein dans la ville de Shenyang, province de Liaoning en Chine

Selon un rapport du AFP du 27 février 2006, un fonctionnaire de gouvernement japonais a déclaré qu'au moins 7 patients japonais sont morts suite à des greffes d'organes en Chine. Ils étaient allés à Shanghai, ville de Shenyang dans la province de Liaoning et dans la province de Shanxi pour des greffes d'organes entre l’an 2004 et février 2006. Le fonctionnaire croit qu'ils sont allés en Chine pour des greffes parce qu'ils ne pouvaient pas trouver d’organes disponibles au Japon.

Un autre rapport de Jiji Press a déclaré que 180 Japonais avaient subi des opérations de greffe de foie ou de rein, en Chine en 2004 et en 2005. Bien que les techniques de greffes d'organe en Chine se soient améliorées, beaucoup de gens suspectent que les organes prélevés sur les prisonniers récemment exécutés sont vendus à l'hôpital pour la transplantation.

Selon un rapport du Northeast Network (http://news.nen.com.cn) du 9 décembre 2005, environ 10 hôpitaux dans la ville de Shenyang ont effectué des greffes d'organe. La plupart des transplantations ont été effectuées dans trois hôpitaux - le premier hôpital affilié à l'université médicale de la Chine, l’hôpital général militaire de Shenyang et l'hôpital 463 de l'armée de la libération populaire chinoise. Depuis le début de l’année 2005, 250 greffes de rein, plus de 70 greffes de foie, 3 greffes simultanés de pancréas et de rein, et une greffe de cœur ont été exécutées dans la ville de Shenyang seulement.

Selon le vice-président du premier hôpital affilié à l'université médicale de la Chine, qui est également le directeur du département de greffes d'organe, l'hôpital a commencé à effectuer des greffes de rein au début des années 90. Jusqu’à ce jour, ils ont effectué plus de 600 greffes de rein et 120 greffes de foie.

Puisque la Chine n'a pas encore de loi régissant les patients qui sont vivants mais sans faculté du cerveau, une organisation de distributeur d'organes n'a pas été formée. Un journaliste du Northeast Network a appris du département d'anatomie à l'université médicale de la Chine que la plupart de ceux qui ont donné leurs corps ou des organes dans la ville de Shenyang étaient des gens âgés de plus de 70 ans. Habituellement, les organes des gens de plus de 50 ans sont peu convenables pour la greffe. Donc, les corps des gens âgés sont la plupart du temps utilisés pour la recherche scientifique ou pour des buts éducatifs. Leurs organes sont rarement utilisés pour des greffes.

Alors d'où viennent tous ces organes transplantés?

2. Source des organes

La source des organes transplantés est devenue une question inquiétante.

EastDay.com a réimprimé un tel rapport de Chinese Business Morning View le 24 février 2006. Au début de 2004, le département chirurgical de l'hôpital de Fengtian affilié à l'université médicale de Shenyang (autrefois appelée le Huitième hôpital populaire de Shenyang et l'hôpital central de l'université médicale de Shenyang) ont admis une patiente qui avait subi de graves blessures à la jambe dans un accident de voiture. La patiente a eu une anesthésie générale et était étendue sur la table d’opération. Un médecin d'un autre département est tout à coup entré dans la salle d’opération. Il tenait une aiguille spéciale à la main et a extrait une quantité considérable de moelle à la patiente. Après qu'il soit parti, l'opération de la patiente a continué. Quelqu’un de l'hôpital a plus tard exposé que la moelle extraite à la patiente avait été utilisée dans des recherches expérimentales d’un autre département de culture in vitro de cellules de la moelle.

Le 4 août 2002, M. Fang Yanjun, un employé de la mine de charbon de Qiupigou de la ville de Huludao, est mort dans un accident à la mine. Le jour après l'accident, le département légal du sous-bureau de la sécurité publique du district de Nanpiao a disséqué son cadavre sans le consentement de sa famille. Certains organes de M. Fang manquaient après la dissection.

Récemment, un anatomiste a choqué le monde entier avec son exposition de Corps. Il a exposé de nombreux cadavres plastifié dont la peau étaient pelés et il a fait face à la condamnation intense des groupes de droits de l'homme. Les médias ont révélé le fait que plusieurs des corps humains utilisés étaient des prisonniers exécutés en Chine. L'anatomiste a également admis avoir reçu un cadavre avec une balle dans la tête.

La revue allemande de nouvelles Der Spiegel a révélé que cette personne a commencé son commerce de corps et de membres humains avec la Chine il y a plus de 10 ans. Il a trois compagnies de plastination, ou usines de corps humain. Sa plus grande usine est dans la ville de Dalian, province du Liaoning en Chine. Il y a engagé 170 ouvriers chinois. Il y a trois camps de travaux forcés près de l'usine.

La revue allemande Der Spiegel a également déclaré que la preuve a révélé que plusieurs des corps humains et des embryons morts préservés dans l'usine de Dalian avaient été fournis par le bureau de la sécurité publique chinoise. Der Spiegel a exposé que les embryons morts pourraient être des victimes de la politique d'un enfant du gouvernement chinois. Inclus dans la collection est le corps d'un fétus de neuf mois avec des cicatrices sur sa tête. Les archives prouvent qu'il venait du bureau de la sécurité publique chinoise.

La Chine est le pays qui a actuellement le plus grand commerce d'organes. Les corps humains tombent entre les mains du bureau corrompu de la sécurité publique. Les organes fonctionnels sont vendus aux hôpitaux ou aux patients, et certains non fonctionnels sont vendus aux compagnies de plastination pour être convertis en spécimens destinés à être utilisés dans l'exposition itinérante de Bodies.


3. Augmentation du cout des transplantations de rein; les pratiquants de Falun Gong persécutés à mort sont une source bon marché d’organes pour la greffe d’organes sur le marché noir

Le Northeast News Net (www.nen.com.cn) a rapporté qu'il n'y avait pas beaucoup d'écart de prix entre la greffe d'organe d’un parent du patient ou d'un organe d'un autre donneur. La différence est seulement d’environ cinq mille yuans. Selon le rapport, des groupes de patients de l'Asie du sud-est, de Taiwan et du Canada se rendent souvent en Chine continentale pour des opérations de greffe de rein. Il y a deux ans, 1 million de dollars de Taiwan (environ 30 mille dollars américains) pouvaient couvrir les dépenses de subsistance et d’une greffe de rein. Normalement, après que le patient reçoit l'avis de l'hôpital, il se rend tout de suite en Chine continentale. Le patient ne doit rester à l'hôpital qu’une semaine durant laquelle un rein approprié est livré. Le 12 décembre de l’an 2000, Singapore United Evening a publié l’histoire d’un groupe de transplantation de rein.

Ces dernières années, il y avait peu d’organes pour la transplantation dans le monde. Présentement, la Chine, qui compte le plus grand nombre d'exécutions par rapport à n'importe quel autre pays, utilise une injection mortelle comme peine capitale. Par conséquent, les organes des condamnés à mort ne sont pas appropriés pour les greffes d'organe. Puisqu'il est plus difficile d’obtenir des organes pour la transplantation, les prix augmentent de plus en plus et la période d'attente pour les patients est de plus en plus longue. Depuis que le bureau 610, agence secrète, créée par le PCC pour persécuter le Falun Gong, a donné les ordres suivant au pays entier, « massacrer les pratiquants du Falun Gong sera compté comme suicide, » et « ruinez leur réputation, détruisez-les financièrement et éliminez-les physiquement », les organes des pratiquants du Falun Gong persécutés à mort sont devenus une source importante et pas chère pour le marché noir d'organes en Chine.

Selon un témoin au camp de concentration de Sujiatun, on dit aux commerçants et aux médecins qui ont acheté les organes des pratiquants du Falun Gong que les pratiquants « étaient devenus fous suite à la pratique du Falun Gong » ou « qu’ils étaient condamnés à mort parce qu'ils avaient tué des personnes. » Par conséquent, les médecins qui se sont occupés du prélèvement d'organes et les commerçants qui les ont achetés le faisaient sous de faux prétextes.

4. Organes manquants sur les cadavres des pratiquants du Falun Gong

Selon un rapport d’enquête, des trous et des blessures de couteau ont été découverts sur les cadavres de quelques pratiquants du Falun Gong. Certains ont été disséqués sans le consentement de leur famille et les organes de certains cadavres ont été enlevés. Un médecin corrompu de l'institut de réhabilitation de drogue du district de Baiyun dans la ville de Guangzhou disait ouvertement aux malfaiteurs qui battaient les pratiquants du Falun Gong : « Ne frappez pas les reins, les reins sont utiles. »

Le 16 février 2001, Ren Pengwu, pratiquant du Falun Gong de la ville de Harbin, (33 ans), a été arrêté pour distribution de dépliants de clarification de la vérité au sujet de l’incident de l’ « auto immolation » à la place Tian an men. Il a été détenu au deuxième centre de détention du comté de Hulan. Avant l’aube du 21 février, seulement cinq jours après sa détention, il a été torturé à mort. Sans obtenir la permission de la famille et sous l'apparence « d’enquête du coroner » ils ont prélevé tous les organes de Ren Pengwu, de son pharynx et larynx à son pénis et ils ont alors incinéré sa dépouille à la hâte.

M. Zuo Zhigang, pratiquant de Falun Dafa, avait 33 ans et travaillait à une boutique privée d’informatique située sur la rue de Zhongshan à Shijiazhuang, province de Hebei. Le 30 mai 2001, la police du bureau de la sécurité publique et le bureau 610 l'ont arrêté à son travail et l'ont amené au commissariat du district de Qiaoxi à Shijiazhuang. Plus tard, la police a interrogé Zuo Zhigang en utilisant diverses méthodes de torture et l’ont battu à mort le jour même. Son cadavre était couvert de cicatrices. L’une de ses oreilles était pourpre et il y avait deux grands trous carrés à l’arrière de son torse, indication du prélèvement d'organes internes.

Mme Hao Runjuan de la ville de Guangzhou était en très bonne santé avant d’être arrêtée. Hao Renjuan est décédée après avoir été torturée sans interruption pendant 22 jours par la police au centre de détention de Baiyun. Les autorités policières ont fait une autopsie complète à l’insu des membres de sa famille. Quand on a demandé à la famille d’identifier le corps, elle était complètement méconnaissable, avec des taches de sang fraîches. Puisque le corps était si défiguré, personne de sa famille n'a cru que c'était Hao Runjuan, même après avoir vu le corps à deux reprises. Puis, la famille a dû amener son fils de deux ans pour un examen de ADN pour confirmer que le corps était vraiment celui de sa mère. Finalement, on a confirmé que le corps méconnaissable était celui de Hao Runjuan.

M. Sun Ruijian avait 29 ans et à quitté son foyer le 7 novembre 2000 pour faire appel pour le Falun Gong à Pékin. Il a été arrêté par la police de Pékin. Le 1er décembre, on a dit à sa famille qu'il était mort après avoir sauté du train tandis qu'il était ramené par la police. Quand sa famille a demandé à voir la dépouille, la police a caché les faits. Lorsque son épouse a vu sa dépouille, une autopsie avait été déjà effectuée. Ses yeux été saillants d’une façon saisissante.

Un homme qui a été détenu au centre de réhabilitation de drogue du district de Baiyun dans la ville de Guangzhou a révélé qu’un jour il a été témoin de plusieurs toxicomanes qui ont battu un pratiquant du Falun Gong. Un médecin du centre a également vu le passage à tabac. Le médecin a dit : « Ne le frappez pas à l’estomac. Les reins sont utiles. » Il a entendu les médecins du centre dire à ces toxicomanes plusieurs fois de ne pas frapper les pratiquants du Falun Gong aux yeux et à l’abdomen.

L'homme a également parlé de plusieurs pratiquants du Falun Gong détenus avec lui. Ils avaient entre 20 et 50 ans avec des accents nordiques. Il a personnellement vu qu'ils ont été drogués et alors ils ne sont jamais revenus. Il a également dit que bien que ces pratiquants du Falun Gong de l'extérieur de la ville de Guangzhou aient disparu, aucun membre de leur famille ne savait ou ils se trouvaient. Selon ses observations, le centre de réhabilitation de drogue du district de Baiyun a souvent incité ces toxicomanes rendus fous suite à leur toxicomanie à battre les pratiquants du Falun Gong détenus et exigeaient qu’ils gardent les organes internes intacts.
(à suivre)

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2006/3/17/123060.html

Traduit de l’anglais au Canada le 25 mars 2006
http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/3/24/71155p.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.