Suisse : Les gens sont choqués par les atrocités commises dans le camp de concentration de Sujiatun

Le 18 mars 2006, les pratiquants de Falun Gong suisses ont tenu une activité à la Paradelatz située sur le Bahnofstrasse à Zurich. Les pratiquants ont révélé aux passants les crimes commis par le régime communiste chinois dans un camp de concentration secret, qui rappelle ceux des nazis, dans le district Sujiatun de la ville de Shanyang. Au moins six milles pratiquants de Falun Gong y ont été illégalement emprisonnés. Leurs organes sont prélevés pour d’extravagants profits. Les corps des pratiquants assassinés sont incinérés afin de détruire les preuves.

Les photos exposées lors de l’activité étaient très choquantes. Une banderole énorme avec les mots "Condamnez le régime communiste chinois pour les prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong emprisonnés dans un camp de concentration secret et la vente de ces organes pour le profit" a attiré l’attention de beaucoup de personnes qui se sont arrêtées pour regarder et lire les panneaux d’information. Certains ont demandé aux pratiquants ce qu’était le Falun Gong et pourquoi il était persécuté par le régime communiste chinois. Indiquant la démonstration des exercices qui se déroulait à côté, les pratiquants leur ont expliqué que le Falun Gong est une méthode traditionnelle de cultivation avec des exercices lents et doux. Les pratiquants ont ajouté que le Falun Gong exige que les pratiquants deviennent de bonnes personnes en suivant les principes de Vérité, Compassion et Tolérance ce que le régime communiste chinois dont les fondements reposent sur le mensonge, la perversité et la violence n’a pu tolérer. Le régime veut contrôler les pensées des gens et veut les empêcher d’ avoir leurs propres opinions. En conséquence il a initié la persécution. En apprenant la vérité, beaucoup de personnes ont exprimé leur désir de signer la pétition pour soutenir le Falun Gong.

Une dame s’est approchée du stand d’informations après avoir écouté les explications des pratiquants. Elle a signé les quatre différentes pétitions, celle dénonçant le prélèvement d’organes au camp de concentration Sujiatun, celle qui demande la libération des pratiquants du Falun Gong illégalement emprisonnés en Chine, une autre pour sauver les enfants des pratiquants du Falun Gong et la dernière pour mettre fin à la persécution.

Des photos de persécution choquantes Les gens s’arrêtent pour voir la démonstration des exercices du Falun Gong

En voyant les photos qui dépeignent le vol d’organes par le régime communiste chinois, deux jeunes femmes se sont écriées: “Comme c’est horrible!” Elles ont dit qu’elles avaient été à Shanghai il n’y a pas si longtemps que ça et qu’elles avaient acheté des articles à bas prix. Les pratiquants leur ont dit que des pratiquants du Falun Gong illégalement emprisonnés dans les camps de travail sont forcés à un travail d'esclave pour fabriquer des produits destinés à l'exportation. Les deux jeunes femmes prenant conscience que les articles qu’elles avaient achetés étaient peut être fabriqués par ces pratiquants dans les camps, et que le prix minime pouvait être le fruit de leur souffrance, ont pris la décision de ne plus acheter des produits fabriqués en Chine et espéré que les populations des autres pays boycotteront aussi les produits chinois.

Comment une telle chose peut-t-elle arriver ! Un pratiquant déploie une banderole afin d’éveiller la conscience des gens

Un touriste australien a dit que dans sa ville natale il y avait un camp de concentration nazi. Les gens qui y étaient emprisonnés ont subi des tortures allant des passages à tabac et des chocs électriques à être enterrés vivants ou empoisonnés dans des chambres à gaz. Les situations étaient trop horribles à imaginer. Les pratiquants lui ont parlé du camp de concentration établi par le régime communiste chinois et de la persécution des pratiquants du Falun Gong en Chine. Il a dit que plus en plus de personnes devraient connaître la vérité et que nous devrions faire tout notre possible pour que les gens sachent ce qui se passe en Chine.

Deux jeunes hommes qui ont compris la raison pour laquelle le régime communiste persécute le Falun Gong ont posé des questions détaillées sur le Falun Gong. En partant ils ont dit à un monsieur âgé que les pratiquants du Falun Gong faisaient quelques choses de spéciale et que leurs actions étaient justes.

Un monsieur âgé, qui avait initialement refusé de signer une pétition a changé d’avis quand les pratiquants du Falun Gong lui ont parlé de la nature perverse du régime communiste chinois et combien il persécute brutalement de bonnes personnes. Les pratiquants lui ont dit qu’ils ont mis en place ce stand d’informations afin d’exposer les mensonges et d’éveiller la conscience des gens. Il a dit qu’il lirait attentivement les dépliants du Falun Gong et qu’il va peut être écrire au gouvernement suisse. A la fin, il a apposé son nom sur la pétition adressée au gouvernement suisse et aux Nations Unies leur demandant de lancer immédiatement une enquête sur le camp de concentration de Sujiatun.

Un monsieur âgé qui initialement avait refuse de signer une pétition a changé d’avis après avoir appris ce qui se passait à Sujiatun

Juste quand les pratiquants rangeaient pour partir, une dame est arrivée sur le site et s’est présentée comme étant membre d’Amnesty International. Elle a dit qu’ils avaient connaissance d’ affaires comme celles de Sujiatun et qu’elle aimerait aider les pratiquants du Falun Gong. Les pratiquants du Falun Gong continueront d’exposer les crimes du régime communiste chinois commis à Sujiatun par tous les moyens possibles.


Traduit de l’anglais sur
http://www.clearharmony.net/articles/200603/32078.html

Version chinoise disponible sur
http://www.yuanming.net/articles/200603/50409.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.