Falun Dafa en Europe : Une ‘terre pure’’ réapparaît dans le monde. Falun Gong est populaire en Suisse

Lorsqu’on parle de la Suisse, les gens pensent peut-être d’abord au beau paysage de lacs et de montagnes, ainsi qu’au Bureau des Nations Unies à Genève. Durant les six années passées environ, ces attractions touristiques et les bâtiments des Nations Unies ont été témoins des efforts incessants des pratiquants de Falun Gong pour appeler à la fin de la persécution contre Falun Gong en Chine.

Le Palais des Nations, comme le nom le suggère, est l’endroit où les représentants de tous les membres des Nations Unies se réunissent, les locaux du Bureau des Nations Unies à Genève. Chaque année, beaucoup de conférences internationales se sont déroulées ici, sur divers thèmes, de l’éducation dans les pays développés jusqu’à la légalité de la guerre en Irak. En 1998, la Conférence suisse de Partage d’Expériences sur Falun Gong s’est tenue là, dans la principale salle de conférence d’une capacité de deux mille places.

Bien que sept années se soient écoulées, les pratiquants se souviennent encore distinctement de l’atmosphère solennelle et paisible de la conférence. Le fondateur du Falun Gong, M. Li Hongzhi était présent à la conférence pour s’adresser aux pratiquants venant de différentes parties du monde et répondre aux questions qu’ils ont soulevées.

Quelques pratiquants ont partagé, avec tous ceux présents à la Conférence, leurs expériences en essayant de se comporter selon les principes ‘’ Authenticité, Compassion et Tolérance’’ et d’être une bonne personne. Leur grande sincérité, leur compassion et leur tolérance étaient profondément touchantes, en contraste éloquent avec ce qu’on peut souvent voir dans la vie quotidienne – querelles, affrontements et bagarres. Le Palais des Nations Unies était à ce moment comme un parcelle de terre pure loin du tumulte du monde.

La conférence suisse de partage d’expériences de Falun Dafa se déroulant au Palais des Nations en septembre 1998

En mars 2000, les pratiquants de Falun Gong du monde entier se sont réunis devant l’entrée du Palais des Nations Unies pour pratiquer ensemble les exercices de Falun Gong.

Depuis 2000, des groupes de personnes se sont rendus ici chaque mois de mars, lorsque la commission des droits de l’homme des Nations Unies se réunit ou à d’autres dates commémorant des évènements spécifiques des droits de l’homme. Venus de diverses parties du monde, quelques-uns de la diaspora Chinois, d’autres de divers pays occidentaux ; même des personnes âgées et des tout petits, des professeurs, médecins ou avocats célèbres, des PDG de compagnies multinationales et aussi des femmes au foyer, des étudiants, etc. Utilisant leurs propres économies et vacances pour venir sur la place spontanément et paisiblement pétitionner. Tous sont pratiquants de Falun Gong.

Afin d’appeler à la fin de la persécution sanglante perpétrée par le régime communiste Chinois depuis juillet 1999 contre les pratiquants de Falun Gong, ils ont fait des démonstrations pacifiques des cinq séries d’exercices du Falun Gong sur une belle musique traditionnelle chinoise, et ont expliqué les faits sur la persécution en cours, aux passants et aux participants venant de divers pays pour assister à la Commission des droits de l’homme aux Nations Unies. Ils ont aussi collecté des signatures pour soutenir la pétition contre la persécution.

Après avoir vu encore et encore les activités, le public en est venu à réaliser que les pratiquants veulent simplement être de bonnes personnes en se basant sur les principes d’ Authenticité, Compassion et Tolérance. Mais parce que le régime Communiste Chinois ne tolère pas ces bonnes personnes, ne permets pas aux gens d’avoir leurs propres pensées indépendantes et de connaître le critère de la différenciation entre le bien et le mal, il a fabriqué beaucoup d’accusations sans fondements pour les incriminer faussement, et mener contre eux une persécution implacable. On peut sentir leur fort désir de mettre un terme à cette persécution. Avec un traitement si injuste, les pratiquants n’ont jamais eu aucune haine ou rancune du tout, ni slogans furieux. Au lieu de cela, ils ont fait les démonstrations d’exercices et ont affiché des bannières. En les voyant pratiquer les exercices quel que soit le temps et en écoutant les expériences personnelles de pratiquants qui ont été sauvés de Chine vers les pays occidentaux grâce au soutien international, est-ce étonnant que des gens aient été touchés par leur croyance déterminée dans le maintien de la vérité et de la compassion ?

La place principale de Bern, capitale de la Suisse, abrite souvent des marchés en plein air où les gens peuvent venir vendre leur propre production de fleurs fraîchement coupées, leurs fruits et leurs légumes. Lorsqu'il n'y a aucune festivité sur la place, les gens aiment aussi y venir en promenade car elle possède vingt-six fontaines. Spécialement en été, les enfants aiment toujours jouer avec l'eau, ce qui rend la place très populaire. Les vingt-six jets d'eau représentent les vingt-six cantons de la Suisse. Les pratiquants se rendent souvent sur la place afin de faire la démonstration des exercices du Falun Gong et distribuer des brochures sur la persécution. En août 2001, ils y ont tenu une conférence de presse concluant toute une semaine de marche SOS à travers la Suisse

L'objectif de cette marche SOS était de faire appel pour la fin de la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine. En particulier, plusieurs pratiquants de Falun Gong ont été persécutés à mort dans le camp de travaux forcés de Wanjia en juin 2001, et au même moment, quelques 130 autres pratiquants de Falun Gong étaient dans une situation critique après avoir suivi une grève de la faim pendant près d'un mois dans le même camp afin de protester contre la persécution.

Afin d'aider plus de gens à connaître les faits sur la brutale persécution en Chine, les pratiquants suisses ont initié une activité "Marche SOS" avec les pratiquants de Falun Gong du monde entier. Bien que les pieds des pratiquants étaient recouverts d'ampoules après avoir marché à travers les pistes montagneuses escarpées, ils persévéraient encore et toujours à donner des brochures tout au long du chemin et à rendre visite au bureau de conseil local de chaque ville et hameau afin de s'entretenir avec les représentants des gouvernements locaux. Afin d'arriver avant la fermeture de l'agence gouvernementale de la destination suivante, ils devaient parfois marcher rapidement sans se soucier de la faim ou de la fatigue. De manière à économiser sur les dépenses d'hébergement, ils passaient parfois la nuit dans les chalets des fermiers.

En plus des épreuves liées à la marche elle-même, ils devaient faire face aux interférences du régime communiste chinois. Ils étaient suivis et filmés. Néanmoins, ils n'ont jamais pensé abandonner, étant donné que les épreuves n'étaient rien en comparaison avec les souffrances endurées par les pratiquants de Falun Gong en Chine. Sous le règne de terreur du régime communiste chinois, les pratiquants en Chine sont soumis à la torture à la fois physique et mentale, comprenant la privation de la liberté de parole et de croyance, etc.

Le gouvernement suisse, comme beaucoup d'autres gouvernements occidentaux, ne prendrait jamais une attitude de laisser-faire vis-à-vis des crimes contre les droits de l'homme. Comme on pouvait s'y attendre, non seulement les représentants de la "marche SOS" ont été protégés par la police suisse afin d'éviter une interférence de la part du régime communiste chinois, mais ils ont également été reçus par des fonctionnaires du Ministère des Affaires Etrangères suisse à la fin de la conférence de presse. Les fonctionnaires ont également souligné que la Suisse s'efforcerait de demander à la Chine de respecter les droits fondamentaux humains, y compris ceux des pratiquants de Falun Gong, et entre autres, des pratiquants qui étaient incarcérés.

Un long voyage de Genève à Bern sur la place devant le Palais des Nations

La plus grande gare ferroviaire en Suisse est la gare centrale de Zurich. Les trains sont le moyen de transport le plus important en Suisse. De nombreux groupes de pratiquants se rendent sur la place à pied depuis la gare chaque mardi et chaque dimanche afin de pratiquer les cinq séries d'exercices du Falun Gong, sans se soucier du temps qu'il fait. Ils ont fait ainsi depuis plus de cinq ans. Certains distribuent gratuitement aux passants des brochures et des journaux qu'ils ont fait eux-mêmes. D'autres s'assoient en méditation; loin du bruit et du stress de la ville, se détachant du bruit et de l'agitation du monde. Le public a commencé à s'intéresser à eux

En plus des occasions qu'ils ont de pratiquer les exercices sur la place, les pratiquants se rassemblent à la gare afin de prendre le train en direction d'autres villes pour y tenir des activités. Au fur et à mesure, plusieurs personnes demandent des renseignements sur le Falun Gong et acquièrent une meilleure compréhension des pratiquants et de leur croyance. Leurs vies sont très simples. Ils montrent toujours de la considération pour les autres et, de là, ils ne prennent pas à coeur la perte et le gain personnel. Ils sont si tolérants qu'ils vont encore chercher les possibles erreurs en eux-mêmes et ceci même lorsqu'ils sont maltraités. Leur vie peut être très simple parce qu'ils traitent toute chose selon les principes de "Vérité, Compassion et Tolérance".

Cependant, ces personnes sont également très occupées. En plus de bien faire leur travail, leurs études et de mener à bien leurs responsabilités familiales ainsi que leurs vies sociales tout comme font les autres gens, ils consacrent beaucoup de leur temps libre à mettre fin à l'actuelle persécution que le régime communiste chinois a infligé aux pratiquants de Falun Gong durant les six dernières années. Ils organisent des journées d'information dans les villes principales afin de collecter des signatures et de distribuer des brochures de façon à attirer l'attention des dirigeants politiques, des médias et du public en général sur la persécution sanglante qui a lieu en Chine. Tous les efforts consistent à faire appel aux gens qui ont le sens de la justice pour qu'ils soutiennent la liberté de croyance des pratiquants de Falun Gong. Ils savent que plus ils agiront, plus les bonnes personnes comprendront la vérité et plus ils recevront de soutien afin de réduire la persécution des pratiquants de Falun Gong et d'empêcher que davantage de familles ne soient brisées en Chine

Les pratiquants de Falun Gong accueillent chaleureusement les quatre pratiquants suisses qui ont fait un appel pacifique le 22 novembre 2001 sur la Place Tienanmen


Les chinois ont changé d’attitude vis à vis du Falun Gong

Kapell Bridge, également connu comme Chapel Bridge ou Pont de la Chapelle, est un pont au toit de bois de presque 700 ans. Il fut une fois endommagé lors d’un incendie. Toutefois, grâce à l’habileté de nombreux excellents artisans il put être entièrement restauré et de nombreux touristes sont encore aujourd’hui attirés par son charme, en particulier ceux qui viennent de l’étranger. Ce pont est la marque de fabrique de Lucerne, une des plus belles villes de Suisse, que viennent visiter de nombreux touristes et parmi eux beaucoup viennent de Chine continentale.

Dès qu’ils descendent du bus la première chose qu’ils voient c’est un stand d’information du Falun Gong, avec sur une table toute une variété d’imprimés en différentes langues, des VCD et des marque-pages avec des photos des exercices du Falun Gong. A leur grande surprise des occidentaux sont en train de pratiquer les exercices du Falun Gong au son de la belle musique chinoise traditionnelle. Peut-être que pour certains la musique leur est déjà familière, car il y avait plus d’une centaine de millions de gens qui pratiquaient le Falun Gong en Chine quand la persécution a commencé. Il y a six ans c’est une musique qu’on pouvait entendre dans presque chaque parc de Chine aux heures matinales. Mais ce qui les laisse sous le choc ce sont les terrifiantes photos de l’exposition contre la torture et les pratiquants qui simulent les méthodes draconiennes de torture infligées aux pratiquants en Chine

L’exposition anti-torture à Lugano

En regardant les photos affichées sur les panneaux, certains ont trouvé qu’elles reflétaient deux scénarios différents. Un, c’est qu’avant la brutale persécution, de nombreuses personnes se rassemblaient ensemble pour pratiquer les exercices dans une atmosphère paisible. L’autre c’est que sur toutes les photos il y a des corps de gens torturés. Comment concevoir une telle cruauté qui se produit encore aujourd’hui

Les passants lisent attentivement l’information sur les panneaux d’affichage

Ce que ces gens sont en train de regarder, c’est en fait quelque chose qui se produit quotidiennement en Chine. Ceux qui sont persécutés sont des pratiquants de Falun Gong, et ce qu’ils veulent n’est rien d’autre que de devenir une personne meilleure selon les principes de l’authenticité, la compassion et la patience. Mais ils sont torturés et ces pratiquants en dehors de Chine sont les acteurs vivants montrant au monde occidental la réalité de ce qui se passe là-bas.

L’exposition anti-torture sur la place Schwanenplatz près du Pont de la chapelle Le stand d’information sur la place de la poste près du Pont de la chapelle

Les pratiquants de Falun Gong ont installé de nombreuses fois des stands au centre de Lucerne pour éveiller les consciences sur la persécution des innocents pratiquants en Chine. Les passants se sont souvent arrêtés pour regarder les panneaux et l’information exposée, prendre quelques imprimés ou manifester leur soutien en signant une pétition. Peu à peu de nombreux chinois en sont venus à réaliser la vérité après avoir écouté à distance l’explication des pratiquants. Les pratiquants les ont aidés à voir à travers les mensonges et la propagande que le régime communiste a propagé sur les pratiquants de Falun Gong dans tous les médias chinois sous le contrôle de l’état.

Ces stands ont aussi permis à davantage de résidents et de touristes de différents endroits de mieux comprendre le Falun Gong. En même temps, beaucoup d’étudiants chinois et de touristes ont commencé à s’arrêter et à prendre le temps de regarder et de lire. Certains acceptaient un imprimé et le lisaient sur le champ, d’autres posaient des questions et d’autres encore ont dit qu’ils connaissaient déjà la vérité, car ils connaissaient des pratiquants de Falun Gong en Chine où avaient déjà obtenu une information dans d’autres pays. Certains prenaient même l’initiative de demander une copie des Neuf commentaires sur le PCC, en ayant entendu parler en Chine, sans avoir pu en obtenir une.

La raison pour laquelle les chinois ont changé d’attitude envers le Falun Gong est que les pratiquants de Falun Gong en Chine ont utilisé toutes sortes d’approches possibles pour clarifier la vérité à la population chinoise, tout en étant sous une énorme pression et la menace de la persécution. C’est aussi parce que les pratiquants de Falun Gong un peu partout dans le monde ont fait toutes sortes d’activités d’information pour aider les chinois d’outremer et les visiteurs chinois à comprendre que le Falun Gong est populaire à l’étranger, et qu’ils puissent considérer pourquoi il n’est interdit qu’en Chine. Bientôt tous les chinois s’approcheront librement des stands d’information du Falun Gong et diront aux pratiquants qu’ils ont réalisé que le Falun Gong est bon.

Le centre d’attention dans la neige

La petite ville de Davos en Suisse a peu d’habitants et est située au sommet d’une haute montagne. L’épaisse couche de neige permet aux gens de descendre la montagne en fonçant sur leurs skis, mais pour ceux qui n’aiment pas skier, l’hiver ici n’offre que froid glacial, normalement la température chute jusqu’à moins vingt degrés.

Mais durant une semaine en Janvier, la petite ville devient le centre du monde lorsqu’elle accueille le Forum économique. Les médias internationaux s’y retrouvent afin d’informer les gens dans leurs pays respectifs de questions importantes. Ces dernières années, ils ont gagné quelque chose d’inattendu. Depuis 2003, durant la semaine du forum économique pas mal de pratiquants se sont rassemblés à Davos. Ils ne viennent pas pour assister à la rencontre ni pour skier mais pour manifester. Habituellement, ils enlèvent tranquillement à la pelle une grande quantité de neige, déroulent des banderoles et exposent des photos et des documents dans toutes les langues sur une petite table. Puis quelques uns commencent à distribuer des imprimés aux passants et à leur parler. Plaçant quelques nattes sur le sol enneigé ils commencent à pratiquer la méditation dans le froid glacé de l’hiver. Mais ils semblent être protégés du froid.

En 2005, trois victimes sérieusement battues dont les blessures semblaient saigner étaient aussi sur leur stand. Une d’elles était suspendue à l’envers à un chevalet, une autre enchaînée à un « banc du tigre » et encore une autre enfermée dans une cage si petite qu’il ne pouvait pas même se tenir debout. Ces pratiquants simulaient certaines des méthodes de torture utilisées sur leurs compagnons de pratique en Chine où le PCC tente de les forcer à renoncer à leur foi.

Les médias se sont intéressés à l’exposition anti-torture à Davos

Ces expositions anti-torture visent à permettre au plus grand nombre de gens possible de réaliser la réalité de la brutalité de la persécution en Chine contre de bonnes personnes. Le Parti communiste chinois a fait circuler ses mensonges dans le monde entier et beaucoup de gens en occident ont encore ce poison dans l’esprit. Les pratiquants espèrent qu’en réalisant la vérité davantage de gens prendront l’initiative de la faire circuler à leur tour et que quand un grand nombre de gens auront l’esprit clair, la persécution prendra fin.

De nombreux journalises ont interviewé ces pratiquants de Falun Gong et photographié les scènes de l’exposition anti-torture ainsi que les photos exposées. Ils ont aussi promis d’informer le public des faits dans leurs propres pays. Certains ont signé la pétition appelant à la fin de la persécution. A part les médias, les passants, les touristes et quelques personnalités venus assister au forum ont été bouleversés par la brutalité des violations des droits de l’homme et ont signé la pétition en soutien à nos activités. Une personne a apporté du café chaud pour réchauffer les pratiquants de Falun Gong, en particulier ceux qui n’avaient pas pu bouger pendant leur longue participation aux simulations de torture.

Les passants ont été bouleversés par l”exposition anti-torture

Depuis 1999, lorsque le PCC a lancé la persécution à l’encontre des pratiquants de Falun Gong, les pratiquants suisse ont avec persistance utilisé toutes sortes de méthodes pour faire connaître les faits de la persécution. Il y a aussi de plus en plus de gens qui se sont opposés ensemble à la persécution après avoir appris les faits.

Version chinoise :
http://www.yuanming.net/articles/200602/49092.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.