Méthodes de torture utilisées au camp de travaux forcés de Jinzhou, avec photos de reconstitutions (3ème partie)

Suite des parties précédentes :
Partie 1 : http://www.vraiesagesse.net/news/0512/19/E67824_20051212_fr.htm
Partie 2 : http://www.vraiesagesse.net/news/0512/20/E68000_20051217_fr.htm

Méthode de torture n°17 : Électrochocs aux parties sensibles du corps

photo 64 photo 65 photo 66

Les gardiens enlèvent les vêtements des pratiquants lorsqu'ils sont attachés à une chaise. Pendant ce temps, deux gardiens leur choquent les parties génitales, les pieds et les paumes avec des matraques électriques. Ceci est en général accompagné de coups et cause une douleur extrême à la victime. Li Songtao, Zhang Jiabin et Feng Zibin sont trois des gardiens responsables de cette torture.
.
Méthode de torture n°18 : Porter un « appareil buccal »

photo 67 photo 68 photo 69

Pour empêcher les pratiquants de Dafa détenus de parler, les gardiens enroulent un mince fil métallique autour d'un morceau de liège et ils le leur mettent dans la bouche. Le liège appuie sur la langue et atteint le fond de la gorge. Puis ils attachent le fil autour de la tête de la victime. Toute personne torturée ainsi ressent des envies de vomir. Les gardiens leur mettent aussi des écouteurs sur les oreilles et mettent le volume au maximum, les forçant à écouter des paroles diffamatoires contre Dafa. En même temps, ils leur marchent sur la nuque et leur choquent la nuque avec des matraques électriques.

Méthode de torture n°19 : gavage avec des selles humaines et de l'urine

photo 70 photo 71 photo 72

Cela implique de bourrer la bouche des pratiquants avec du papier de toilette souillés de selles et d'urine et de leur verser de l'urine dans la bouche. Ceci est généralement fait par des prisonniers triés sur le volet.

Méthode de torture n°20 : Être assis sur une petite chaise

photo 73 photo 74

(1) C'est un châtiment physique cruel. Les pratiquants sont forcés à s'asseoir sur des chaises pas plus larges que 35 cm. et la distance entre leurs jambes est de moins de 10 cm. Ils sont forcés à s'asseoir tranquille sur ces chaises, les mains sur les genoux et les yeux ouverts. Quiconque ne fait pas ainsi est frappé. Après avoir gardé cette posture pendant longtemps, le dos et les jambes s'engourdissent et s'endolorissent, la chair aux fesses devient pourpre, douloureuse et suppure. Ce châtiment dure au moins 16 heures par jour. Certains ont été torturés ainsi pendant 3 ans.

photo 75 photo 76 photo 77

(2) Cette torture a été inventée par le gardien nommé Yan Guosheng. Pour empêcher les pratiquants de Dafa détenus de parler, les gardiens leur menottent les mains dans le dos, ils les attachent à la chaise et leur mettent une serviette dans la bouche. Les gardiens ordonnent aussi aux autres prisonniers de les surveiller afin qu'ils ne puissent pas bouger du tout.

photo 78 photo 79

(3) Les gardiens forcent les pratiquants de Dafa à s'asseoir sur des banquettes étroites et à porter des casques, les bras attachés aux lits métalliques. Les autres prisonniers les surveillent pour les empêcher de bouger.

Méthode de torture n°21 : Lavage de cerveau

photo 80 photo 81

Les pratiquants sont forcés de s'asseoir sur de petits sièges, ils sont menottés et on leur a mis des écouteurs qui retransmettent des propos diffamatoires contre Dafa. Le volume est tourné au maximum. Les prisonniers surveillent les pratiquants, les gardiens patrouillent parmi eux. Parfois, les gardiens les choquent violemment avec des matraques électriques.

Méthode de torture n°22 : Brûler les doigts avec des cigarettes

photo 82

Dans cette torture, ils brûlent les ongles du pratiquant avec une cigarette allumée.

Voici une description de certains outils de torture

1. Chaise métallique

C'est le modèle d'une chaise métallique utilisée pour persécuter les pratiquants de Dafa détenus. La chaise réelle est beaucoup plus lourde.

Tous ceux qui refusent d'être transformés ou qui refusent de coopérer avec la persécution sont attachés sur une chaise de ce genre pendant longtemps. La pratique la plus inhumaine est d'insérer un tube épais dans la gorge de la victime et de le faire aller et venir. Puis ils ouvrent la bouche de la victime et la gave alors qu'elle saigne. La plupart des victimes ont été persécutées à un point tel qu'elles ne pouvaient plus bouger leurs bras et leurs jambes et que leurs orbites étaient saillantes. Les flèches montrent les crochets utilisés pour fixer le corps.

photo 83

2. Voici des menottes, chaînes et tubes utilisés pour le gavage.

photo 84 photo 85

photo 86 photo 87

Épilogue

Les autorités du camp de travail de Jinzhou utilisent diverses sortes de torture sur les pratiquants qui refusent de leur céder. Pendant la période de soi-disant « lavage de cerveau intensif et transformation », tous les gardiens avaient reçu l'ordre de vivre dans le camp de travail et ils n'étaient pas autorisés à rentrer chez eux. Lorsque leurs tactiques usuelles ne marchaient pas, ils appliquaient toutes sortes de torture.

Pendant ces six dernières années, ce camp de travail est devenu tristement célèbre pour ses méthodes de persécution cruelles et inhumaines. Le pratiquant de Dafa Shi Zhongyan de Jinzhou a été tué par la torture. Xiao Peng du canton de Yi a été persécuté jusqu'à la folie avant de mourir.

Dou Guojun de Beizheng a été persécuté au point de développer des troubles mentaux. Des centaines de personnes ont souffert de torture dans ce camp de travail et la persécution continue encore.

Sous la torture, Shao Mingang a été sur le point de mourir, avec une tension atteignant 200. Le camp de travail a refusé à sa famille l'autorisation de le voir et ne l'a pas autorisé à être libéré pour des soins médicaux.

Qi Mingli est devenu handicapé à cause de la persécution. Son corps était couvert de gale et il avait de la peine à voir. Le camp de travail ne lui a donné aucun soin médical.

Le pratiquant de Dafa Miao Jianguo, persécuté jusqu'à ce qu'il soit en très mauvaise santé, aurait dû être libéré le 2 juillet 2005. Mais le camp de travail a refusé de le libérer en utilisant l'excuse qu'il n'avait pas été transformé. En 2003, le camp de travail a extorqué 7'000 yuans à ses parents âgés de 80 ans, mais l'argent ne leur a pas été rendu. Les parents de Miao supportent beaucoup de chagrin alors que leur fils leur manque et qu'ils ne peuvent pas rembourser l'argent qu'ils ont emprunté pour payer la police.

Dirigés par Zhang Haiping, Jin Fuli, Li Fenglin et de la deuxième équipe par Bai Jinlong et Li Songtao, les crimes commis pendant ces six dernières années au camp de travail de Jinzhou ne resteront pas impunis.

Traduit en Suisse le 26 décembre 2005

Version anglaise disponible à :
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2005/12/23/68221.html

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.ca/mh/articles/2005/11/28/115288.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.