Grandir dans Dafa (2ème partie)

Deuxième Conférence de Partage d’expériences sur Internet de Chine continentale
 

Lire la première partie à : http://fr.clearharmony.net/articles/200512/23564.html

Fabriquer des supports de clarification de la vérité

Plus tard, j’ai entrepris une tâche de validation de la Loi dans la région. J’ai découvert que j’avais toujours des attachements au travail qui refaisaient surface fréquemment. En fait je ne les ai pas enlevés complètement. Maître a dit :

    " Bien que ce que vous avez fait dans ce monde ressemble à ce que fait l’homme ordinaire habituellement, en réalité le point de départ du disciple de Dafa et l’objectif de ce qu’il fait sont totalement différents " ("Teaching the Fa at the 2004 International Fa Conference in New York")


Si nous traitons le travail de Dafa avec la mentalité de “faire les choses” alors notre fondation n’est pas juste. Au lieu d’avoir le but de sauver les gens, exposer la perversité et valider Dafa, nous nous validerons nous-mêmes, plaçant Dafa au second plan et nous-mêmes au-dessus de Dafa. Si les pratiquants qui font fonctionner un site de production ne sont pas purs, la source des matériaux n’est pas pure, et cela aura un impact négatif sur le salut des êtres, et le résultat ne sera pas bon. Si nous avons peur au cours du processus de fabriquer des documents, les gens ordinaires auront-ils le courage de les accepter ? Tandis que j’écris cet article, je ne cesse de me dire à moi-même que mon doit être dans la Loi et doit être pur dans le processus de valider la Loi.

2. Harmoniser les relations entre pratiquants

Me cultiver moi-même dans les conflits

Jamais je n’aurais imaginé avoir des conflits avec les autres pratiquants. Je pensais que nous étions tous pratiquants et que nous regardions toujours en nous-mêmes et que par conséquent les conflits ne surgiraient pas. Pendant un an, cependant, j’ai été embourbée dans les conflits avec les autres pratiquants, à cause des attachements que j’ai mentionné précédemment. Je ne me considérais pas comme un pratiquant durant les conflits. Maître a dit :

    " Cependant, puisque vous avez ces attachements, ils peuvent se manifester à travers vos propos et vos comportements dans votre cultivation et dans votre pratique, dans votre vie quotidienne et dans différents environnements, ils peuvent même se manifester ordinairement dans chacune de vos pensées, de vos idées. Si vous êtes entraînés par le cœur de l’homme ordinaire, dans ce court laps de temps ou pendant cet instant-là, sur cette affaire-là, votre comportement est pareil à celui d’un homme ordinaire?" ("Teaching the Fa at the 2004 Chicago Conference")


Les paroles du Maître martelaient mon cœur. Quels attachements me séparaient de Dafa et de mes compagnons de pratique ? je devais le découvrir.

En regardant les conflits surgis durant l’année précédente, mes compagnons de pratique comme moi avons eu des omissions qui ont été utilisées par les démons pourris, par conséquent il y avait une distance entre nous. En fait, c’était le résultat d’attachements accumulés que nous n’avions pas éliminés.

Tout d’abord, je ne faisais pas les trois choses sur une base solide. La Loi ne pénétrait pas mon cœur, et je ne faisais pas les exercices. Lorsque je clarifiais la vérité et faisais le travail de clarification de la vérité, je le prenais comme un travail ordinaire. Je ne garantissais pas le minimum de quatre émissions de pensées droites chaque jour, sans parler des autres fois, et j’essayais de l’éviter. Je savais que ce n’était pas moi et j’étais piégé dans un cercle vicieux sans pouvoir m’en sortir pendant toute l’année dernière. Lorsque les conflits surgissaient, je ne considérais ni Dafa ni Maître ni ne regardais en moi-même ; au lieu de cela, je regardais les erreurs des autres pratiquants et m’en prenais à eux. J’avais des attachements mêlés à des notions de personnes ordinaire.

Je n’abandonnais pas non plus mon attachement à la reconnaissance et à mon propre intérêt. Je n’avais pas une compréhension claire de la question du mariage et par conséquent ma base était déviée. Lorsqu’un autre pratiquants ne se conformait pas à mes attentes, j’en suis venu à des mesures extrêmes à cause de mon attachement à ma réputation, à mon propre intérêt, et à la mentalité de me mettre en avant. Lorsque je trouvais que quelqu’un avait une belle apparence, était influent et avait une belle position et partageait les mêmes intérêts que les miens, je ne faisais plus attention mais devenais attachée à l’amour entre homme et femme. Maître a arrangé les choses selon mon niveau de xinxing. Lorsque mon attachement était touché, j’ai dit à Maître que je ne pouvais pas passer le test, ce qui est loin de l’exigence qu’un disciple de Dafa de la période de la rectification de la Loi devrait avoir.

Je me complaisais dans Qing et ne le réalisais pas, ce qui causait tribulation sur tribulation jusqu’à ce que je ne puisse plus les franchir. Maître a dit :

    "Pourquoi l’homme peut-il être homme ? c’est précisément parce qu’entre les êtres humains, il y a des émotions, et que les êtres humains ne vivent que pour ces émotions. Les liens familiaux, l’amour entre un homme et une femme, l’amour filial, l’affection, l’amitié, les égards—tout est affaire de sentimentalité, dans aucun domaine les gens ne parviennent à se séparer de ces émotions ; vouloir faire quelque chose, ne pas vouloir faire quelque chose, être content, ne pas être content, aimer, détester –Tout sans exception dans la société humaine provient des émotions" ("L’élévation du xinxing " quatrième leçon, Zhuan Falun, traduction 2005)


Si je ne complaisais pas dans les sentiments d’amour, j’avais des sentiments de haine et j’étais contrariée, ce qui est encore une manifestation de Qing. Pour pratiquer la cultivation je dois transcender ces émotions superficielles. Maître a dit :

    " Car une personne qui veut être sauvée doit sortir par elle-même de cet environnement difficile, des difficultés, des intérêts et des désirs sentimentaux. Toute chose peut concerner les propres intérêts du pratiquant, toute chose peut vous toucher en tant qu'individu, vos sentiments et votre humeur, votre Xinxing et les choses auxquelles vous êtes attaché dans votre esprit. Comment vous engagez-vous ? Que choisissez-vous ? Là c'est différent. Dans le cas contraire, c'est tout simplement un homme ordinaire. Si vous arrivez à sortir des principes et des attachements des gens ordinaires, alors vous êtes une divinité. ("Teaching the Fa at the 2004 International Fa Conference in New York")


Maître a dit également ,

    " Lorsque vous raffermissez votre pensée droite, lorsque vous pouvez rejeter ces choses, je les enlève pour vous peu à peu ; autant vous arrivez à faire, autant je vous en enlève, autant je les élimine pour vous.." ("Teaching the Fa at the 2004 Chicago Conference")


A présent je vois vraiment le moi réel, et je sais comment avancer sur le chemin de cultivation qui reste. Lorsque je veux vraiment me cultiver et nier Qing, Maître l’enlèvera pour moi. Merci Maître, pour me le rappeler avec compassion. Merci compagnons de pratique pour votre aide cette année passée. Sans vous, je n’aurais jamais analysé des couches d’attachements comme cela. Je dois vraiment remercier mes compagnons de pratique.

Apprendre à s’harmoniser

J’ai souvent entendu d’autres pratiquants dire que nous devrions coopérer mutuellement, mais je n’étais pas clair sur ce concept, et à présent je sais finalement ce que nous devrions faire. Durant le projet de compiler des informations sur la persécution, j’ai appris que beaucoup d’autres pratiquants qui travaillaient sur des sites de production de documents avaient été torturés à mort, et certains étaient encore incarcérés. J’ai commencé à m’inquiéter en pensant aux pratiquants qui avaient la mentalité d’attendre et de compter sur les autres, sans faire un pas en avant spontanément, moi-même y compris, parce que nous sommes partiellement responsables pour la persécution de ces pratiquants. Nous n’avions pas pris la responsabilité que nous aurions du endosser et ces pratiquants n’avaient pas d’autre choix que de tout faire. En conséquence, il n’avaient plus le temps de bien faire les trois choses, ce qui a mené à la gravité de la persécution contre eux. Comment pouvons-nous dire que nous ne sommes pas responsables ? Si ils étaient libres, combien de gens pourraient être sauvés ? Lorsque je vois des pratiquants avec des attachements qui refusent de faire un pas en avant, je suis vraiment inquiète et quelque fois je suis en colère contre eux.

J’ai vu aussi certains pratiquants ignorer les détails lorsque nous fabriquons des documents pour clarifier la vérité, ce qui revient à gaspiller du papier. Je ne le supportais plus. Peu importe ce que je dis, j’ai encore des attachements. Pourquoi est-ce que je vois ces insuffisances ? Ne devrais-je pas regarder en moi-même lorsque je vois deux personnes se disputer ? Je sais que j’ai beaucoup d’attachements qui doivent être abandonnés, parce que la façon de faire des autres pratiquants bousculent des notions profondément enracinées. J’ai réalisé à de nombreuses occasions que mes notions arrêtées m’éloignaient des autres pratiquants. Après un moment je formais des idées arrêtés sur d’autres pratiquants, et la seule manière de dépasser l’éloignement est de manifester l’empathie, parce que ce qui les concerne me concerne moi aussi, et vice-versa. Lorsque les autres pratiquants ont des problèmes, je devrais commencer par regarder en moi-même si je fais quelque chose d’erroné, jugé sur la base de la Loi. Si le problème est celui du pratiquant, je le lui indiquerais et ferais de mon mieux pour le résoudre avec compassion. C’est une des responsabilités élémentaires d’un disciple de Dafa de la rectification de la Loi.

Prendre la Loi pour maître

Parce que la plupart des pratiquants qui m’entourent sont plus âgés, j’ai compté sur leur expérience en omettant de me rectifier moi-même avec la Loi. J’acceptais tout ce qu’ils disaient si cela correspondait à mes propres notions. A cause de cela, je n’ai pas corriger les compréhensions des situations après les avoir comparer avec la Loi, donc ma cultivation n’était pas solide comme le roc. Par la suite, j’ai même commencé à imiter les manières et le ton de voix des autres pratiquants, et j’ai pris les gens au lieu de la Loi pour maître. Lorsque nous avions des conférences de Loi, je disais souvent : « Un pratiquant a dit ceci, et un autre pratiquant a dit cela, » au lieu de « Maître a dit ceci et cela. » Je copiais aveuglément le comportement des autres pratiquants et leurs façons de faire les choses ans y réfléchir. Je prenais les gens pour maîtres et me plaçais moi-même au dessus de la Loi.

J’avais aussi la mentalité de me mettre en avant. Le résultat était terrible. Je n’étudiais pas bien la Loi. J’ai toujours été chef de classe depuis mon jeune âge, et j’ai même adopté « l’esbrouffe des fonctionnaires », un produit du lavage de cerveau du PCC (Parti communiste chinois) et me plaçais moi-même au-dessus des autres. J’essayais d’afficher les choses que je faisais face aux autres. En fait, je devrais d’abord juger si quelque chose est juste ou erroné sur la base de la Loi et me traiter moi-même comme une pratiquante ordinaire. Ce n’est qu’en prenant la Loi pour maître qu’on peut avancer sur un chemin droit.

(à suivre )


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.