Protéger un livre de Dafa durant un voyage de milliers de kilomètres

Cette histoire vient du Bureau Forestier de Weihe, Ville de Shangzhi, Province de Heilongjiang.

Un pratiquant de Dafa s’est rendu dans la ville natale de ses parents dans la province de Shandong pour chercher du travail, mais le Bureau 610 local l'a découvert et l’a renvoyé chez lui sous escorte.

Pour des raisons de sécurité il a laissé son livre de Dafa chez ses parents, mais il ne voulait pas rester sans le livre même un seul jour. Que pouvait-il faire ? C'était en Mai 2002. Il y avait partout des points de contrôle policiers. Les gens étaient fouillés à chaque intersection ferroviaire.

L'épouse du pratiquant a décidé de lui rapporter le livre. Elle était sûre de réussir.

Elle a voyagé jusqu’à la Province de Shandong pour aller chercher le livre. Ses beaux-parents étaient réticents à lui laisser reprendre le livre, puisque c'était plutôt dangereux. Cependant, elle leur a dit : « Ne vous inquiétez pas. Rien ne va m’arriver. » Elle est allée à l’entrée de la gare. La police était partout. Tout le monde était fouillé, et chaque bagage était inspecté. La police emmenait les gens chaque fois qu’il y avait selon eux un problème.

« Que devrais-je faire ? » a-t-elle pensé. Elle a soudainement eu une idée. Elle a acheté un bouquet de fleurs fraîches et deux sacs plastique. Elle a rempli les sacs plastique avec de l'eau et a mis les fleurs dans les sacs. Puis elle les a placées à l'intérieur du sac où elle gardait le livre. À l'entrée, quand le contrôleur a vu les fleurs, il l'a laissée passer sans la contrôler. Dès qu'elle a été passée, elle s'est assise et a sorti le livre et l'a mis dans sa poche, ne voulant pas qu'il soit mouillé.

Alors qu’elle s'approchait de la station de transfert, elle s'est demandée comment elle porterait son bagage. Soudain le soldat assis devant elle lui a offert son aide. Quand ils sont arrivés à la station de transfert, il a porté tous ses bagages. Elle a averti le soldat que la police contrôlerait chaque sac. Il a souri et dit : « Ne vous inquiétez pas, ils ne fouillent pas les soldats. » Il l'a invitée dans la salle des Soldats. Alors il a demandé à quelqu'un d'autre de l'aider quand son train arriverait. Elle est rentrée chez elle saine et sauve. Elle était si ravie ! Elle a rendu le livre à son mari et lui a raconté son expérience. Elle lui a également dit : « C'est ainsi que notre Maître m'a protégé. »

Le 22 Mars 2005

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.