AFP: L’Union Européenne avertit la Chine de ne pas confondre terrorisme et dissidence

BRUXELLES, 11 Mars (AFP) – L’Union Européenne a avertit la Chine, lundi, de ne pas utiliser la lutte contre le terrorisme pour réprimer la dissidence, tandis qu’elle prenait ses marques à l’approche de la conférence sur les droits de l’homme des Nations Unies.

"Tout en notant les préoccupations du gouvernement Chinois à propos de prétendus actes de terrorisme en Chine… le combat contre le terrorisme devrait être mené en plein respect des droits de l’homme et des valeurs fondamentales," ont dit les ministres des affaires étrangères de l’Union dans un déclaration anticipant la 58ème Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève.

La session ouvre le 19 Mars.

En conclusion a la fin de leur rencontre mensuelle à Bruxelles, les ministres des affaires étrangères ont exprimé leur "profonde préoccupation devant les sérieuses violations des droits de l’homme en Chine et du manque de progrès dans un certain nombre de domaines."

Ils ont dit que l’Union Européenne presse la Chine de mettre des limites à son utilisation de la peine de mort "tout en visant son abolition," et de montrer du respect pour les "liberté d’expression, de religion et de croyance et pour le droit d’association incluant la liberté du syndicalisme."
[...]

L’Union Européenne maintient un dialogue des droits de l’homme avec la Chine, dont le dernier round a eu lieu à Madrid, Mardi et Mercredi derniers, dans le cadre de la prise de la présidence de l’Union Européenne par l’Espagne .

Collant à sa position des années précédentes, l’Union Européenne a dit qu’elle "considérerait favorablement" le vote pour l’adoption d’un projet de résolution sur les droits de l’homme en Chine s’il y en a un de présenté à la commission des Nations Unies.

Mais elle s’est abstenue de dire qu’elle mettrait une telle résolution sur la table, ou si elle en co-sponsoriserait une avec les Etats-Unis, lesquels les années précédentes ont pris la tête des critiques de Pékin quant aux droits de l’homme.

Les ministres de l’Union Européenne ont bien ont fait bon accueil à ce qu’elle a défini comme "un certain progrès pour établir l’autorité de la Loi, les principes démocratiques et les droits de l’homme" en Chine ainsi que les récents changements apportés à la loi syndicale.

Mais ils ont aussi exprimé leur préoccupation sur les "violations incessantes des droits de l’homme des activistes pro-démocratiques, des partisans de syndicats libres et des membres du [groupe] spirituel Falun Gong."

L’Union Européenne s’inquiète aussi de l'usage "généralisé"
de la torture, tout en notant un certain degré de bonne
volonté des autorités Chinoises à travailler en vue de son éradication.
[...]

http://www.ptd.net/webnews/wed/ba/Qeu-foreign-china.RWxZ_CMB.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.