Interview d’un jeune français de dix-neuf ans qui pratique depuis peu le Falun Gong

Question : Mathieu, vous êtes monté à Paris pour vos études, et maintenant vous êtes en fin de cursus ?

Mathieu :En fin de cursus, oui je suis en fin de cursus de deug, c’est assimilé en fin de cursus pour le cinéma, après on verra


Q. : Et après vous ne savez pas…

M. :Après, j’ ai plusieurs possibilités, sois je travail dans l’ apiculture, le miel, sois dans la médecine…parallèle, enfin parallèle, comme la kiné, la microkiné, l’ étiokiné, enfin je ne sais pas, quelque chose comme ça, je ne sais pas encore

Q. : Qu’est ce qui vous a amené à faire du cinéma finalement ?

M. : le cinéma c’ est ma première passion, c’ est l’ art en général qui m’ intéresse et pour les études de cinéma, je n’ avais pas vraiment d'ambition mais c’ était plus pour ma propre culture générale, que j’ ai acquise, plutôt que j’ estime avoir acquise, et j’ ai été là où j’ ai voulu aller, donc maintenant je m’ arrête, je change

Q. : vous êtes venu ici à Paris il y a deux ans… comment…

M. : Chez ma grand-mère, j’habite dans le 13ème

Q. : Et Clermont Ferrand, maintenant vous y retournez bientôt ?

M.: Oui dans trois semaines je repars là- bas

Q. Depuis combien de temps pratiquezvous Falun Dafa ?

M. : Depuis septembre, ce qui doit faire, bientôt neuf mois

Q. : Comment avez vous découvert Falun Dafa ?

M. : En fait c’est très simple,je me promenais dans le parc Baudricourt, où ils pratiquent le matin, et je les ai vus, et cela m’a ..., c’est vrai que c’est bizarre, pourquoi je me suis intéressé à eux, alors qu’à coté, comme c’est le quartier chinois, il y a beaucoup d’autres Qigong qui se pratiquent en même temps à coté et c’est eux qui m’ont intéressé, et je suis allé leur demander, j’ai rencontré Wong, très gentil. Je suis revenu le lendemain et j’ai appris à pratiquer, j’ai lu le livre Zhuan Falun peu de temps après, une pratiquante me l’a prèté, cela s’est fait très vite

Q. : Vous êtes occidental, qu’est ce qui vous a amené à la culture asiatique ?

M. : La culture asiatique;;;, je pense qu’ on peut ramener ça à « Falun Dafa est né en Chine », mais il a une percée universelle, je pense qu’il transcende toutes les cultures. Les principes : Vérité, Compassion, Patience qu’il transmet n’ont pas d’origine culturelle, cela va au-delà de ces conceptions, mais, non, la culture chinoise, je ne sais pas ce qui m’a amené là .

Q. : Vous n’avez jamais pratiqué autre chose avant ?

M. :Pas du tout de Qigong, j’avais lu beaucoup de livres sur les nouvelles spiritualités occidentales, , enfin j’étais chrétien, pas catholique je croyais au christ et en la vierge, j’étais très proche d’eux et puis je suis passé au Falun Dafa ; qui à été , je pense,non pas l’ obstacle mais le plus gros choix , parce que j’étais quelqu’un, je n’allais pas à l’église par exemple, même si je priais beaucoup, donc j’étais proche à ma manière du Christ, et devoir choisir quelle voie et quel Maître suivre, cela à été dur, surtout au début lorsque l’on a pas encore vu l’ensemble, quand on commence ce sont des questions qu’on se pose qui ne sont pas forcément évidentes


Q.: Est-ce que vous pourriez me donner une définition du Falun Dafa ?

M. : Une définition du Falun Dafa ? méthode traditionnel de Qigong, ce sont les principes universels de Vérité, Compassion, Patience, un enseignement, mais c’est aussi une façon de vivre, une façon de comprendre la vie, une voie de retour à l’origine ...

Q. : Qu’est ce que le Falun Dafa vous apporte ?

M. :Il y a plusieurs plans, déjà une école, une méthode complète, c’est pour moi le principal, donc tous les principes pour avancer, c’est à dire que dans tous les livres que j’avais lu, chacun me parlait d’une petite chose par-ci, d’une petite chose par-là et là avec Zhuan Falun on a vraiment les principes qui expliquent tout et qui permettent d'avancer sans cesse, de pouvoir toujours progresser, je pense que cela ne se retrouve pas ailleurs et personnellement je ne peux pas parler de bien être mais on sent qu’il y a des énergies qui changent, je ne sais pas si c’est la compassion qui commence à naître, mais c’est vrai que des fois il y a des choses que je ne ressentais pas avant…

Q. : Dans votre façon de vous comporter, vous pensez avoir changé ?

M. : Sur des choses mineurs, oui, par exemple quand je sors avec mes copains, je ne prend plus d’alcool, mais sinon dans la recherche de la compassion aussi, j’ai continué mon chemin, mais je pense que j’avais déjà commencé le chemin avant de rencontrer Falun Dafa, mais là c’est plus complet, on va dire que cela s’étale sur tous les aspects de la vie, c’est une méthode globale, qui englobe tous les aspects de l’existence. Sinon Falun dafa m’a permis de rencontrer un groupe de gens qui pratiquent, chez qui les principes : Vérité, Compassion, Patience sont vivants et que je n’avais pas rencontré ailleurs

Q. : Et de retourner sur Clermont Ferrand, il n’y a pas de pratiquants là-bas, ne croyez-vous pas que cela peut représenter un obstacle dans votre évolution ?

M. : Non, j’ai l’intension de créer un point de pratique, je continuerai mon chemin, où qu’il me mène, je ne me fais pas de souci pour ça, ce n’est pas grave et puis je retournerai sur Paris de temps en temps

Q. : A Clermont Ferrand, vous avez votre famille, vos amis, ils savent que vous pratiquez Falun Dafa ?

M. : Oui, oui, mon père est en train de lire le livre, ma mère aussi, et cela a été assez long en faite. Au début je pense qu’ils s ‘y intéressait surtout par crainte que ce soit une secte , il faut bien le dire, je pense que c’est parce qu’ils ne savaient pas ce que c’était au début, de plus la propagande chinoise a été véhiculée un peu partout, mais petit à petit j’ai réussis, non pas à les convaincre, mais à leur ouvrir les yeux et mon père commence vraiment à bien le lire, il est vraiment intéressé par la méthode et par ses principes, j’espère qu’il continuera ...

Q. : Comment cela c’est déroulé ?

M. :Oh ! cela ne s’est pas fait par quatre chemins, je leur ai dit que je pratiquais Falun Dafa, cela s’est fait au fur et à mesure, au début j ‘avais rencontré une méthode d’exercices chinois, je ne savais pas ce que c’était et puis après lorsque j’ai commencé à connaître, je leur ai dit un peu plus, au fur et mesure, de ce que je comprenais, et puis la dernière fois je leur ai beaucoup parlé de la persécution, je leur ai amené des dossiers pour qu’ils sachent bien ce que c’est, pour qu’ils n’aient aucune crainte et c’est sûr que quand ils ont vu que, par exemple, que le maître avait été nominé au prix nobel de la paix en 2001, 2002, 2003, ils n’ont plus eu aucune crainte et puis ils voient aussi mon évolution et ma façon d’être, donc je les convaincs naturellement sans même le rechercher, le comportement ils sont bien obligés de le voir

Q. : Et vos amis ?

M. :j’ai un ami qui a lu la première leçon, qui était très intéressé et j’ai du lui reprendre le livre, il faut que je lui ramène un autre, donc je ne sais pas ce qu’il va faire. J’espère qu’il pratiquera, la première leçon lui avait beaucoup plu donc c’est toujours bon signe

Q. : Par rapport à la persécution des pratiquants en chine lorsque vous avez commencé est ce que vous saviez qu’elle existait ?

M. :Au début je ne savais pas vu que je ne savais pas ce que c’était, mais la première fois que j’ai pratiqué après on a été boire un café, comme ils font souvent dans le treizième, donc là ils m‘ont parlé de la persécution et ce qui est amusant c’est que tout de suite, j’étais en cinéma, j’ai fait un petit documentaire sur la persécution de cinq minutes dans le cadre des ateliers, c’est un travail qui va être vu par cent, deux cent étudiants, et donc tout de suite j’ai interviewé Ping, une des pratiquantes, en faite cela s’est fait autour du personnage de Ping et justement de son combat contre la persécution, mais moi-même je n’étais pas encore complètement dedans j’avais certainement lu le livre, c’était encore extérieur…

Q. : La persécution, cela vous a-t-il fais douter de la pratique ?

M. : Non, pas du tout, cela n’a vraiment eu aucune incidence, il n’y a eu rien de positif, rien de négatif. Ensuite j’ai lu les conférences, de la première jusqu’à la dernière cela m’a bien informé

Q. : Est ce que vous distribuez des dépliants d’information, avez-vous rencontré des gens intéressés ?

M. :Oui, beaucoup, mais pas en distribuant les tracts ; c’ est plutôt en portant le petit pin's Falun Dafa, là les gens viennent vous demander ce que c’est, et vu qu’ils posent la question, vous pouvez plus leur en parler, vous leur donnez le papier d’information, et là oui, j’ai parlé de la persécution à pas mal de gens comme ça, je ne sais pas s’ils deviendront pratiquants, mais vous sentez qu’ils ont pris position pour Falun Dafa et contre la persécution .Le fait de pratiquer le Falun Dafa c’est une histoire personnelle donc, je ne pars pas avec le principe de faire en sorte qu’ils deviennent pratiquants, cela ne dépend pas de moi. Je parle du Falun Dafa mais j'en viens très vite de la persécution

Q. : Qu’est-ce qui fait qu’ils vont prendre plus position contre cette persécution plutôt qu’une autre persécution dans le monde ?

M. : Je pense que c’est l’ampleur et la façon dont on en parle, les chiffres c’est assez terrifiant. Je pense qu’en France les gens sont naturellement portés à être contre une persécution, ils sont facilement d’accord, de plus cette persécution s’attaque à une méthode, à la nature des pratiquant. Ce qu’ils recherchent et ce qu’on leur fait c’est certainement ça qui est le plus horrible

Q. : Bien sûr…, c’est cela qui vous a touché, quand on vous a parlé de la persécution, c’est cela qui vous a touché ?.

M. : Au début je n’ai pas vraiment été touché, on ne peut pas dire ça mais au début…les témoignages, si ça c’est…si c’est ça qui me touche le plus, c’est la grandeur d’âme des pratiquants et ce qu’on leur fait, c’est le plus terrible…

Q. : Merci Mathieu

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.