Un policier qui connaît la vérité sur Falun Dafa

Le Bureau de la Politique et de la Sécurité a arrêté un pratiquant qui affichait des prospectus expliquant la vérité. Le chef de la BPS a ordonné à deux agents de garder à vue ce pratiquant prévoyant de l’interroger le jour suivant. Les deux agents ont divisé leurs tâches en se relayant. Alors le pratiquant a commencé à clarifier pour eux la vérité à propos du Falun Gong.

Lors d’une conversation avec l’un des agents, le pratiquant a appris que ce dernier avait été récemment diplômé du collège avant d’être assigné à la Section Politique et Sécurité. Après seulement quelques mois, il avait réalisé avoir choisi la mauvaise profession. Il avait été très idéaliste et pensait auparavant que les policiers étaient censés arrêter les mauvaises personnes, renforcer la loi, s’opposer à la brutalité et soutenir les faibles, ainsi que protéger les vies et les biens de la population. Mais après avoir été assigné au BPS, il a découvert que ce n’était pas du tout comme il l’avait pensé. La plupart des agents n’avaient aucun sens moral, ils étaient piètrement éduqués et n’avaient aucun sens du système légal. Tout ce qu’ils faisaient c’était manger, boire, s’amuser et commettre même des crimes pires que ceux des hooligans de la région ? Les gens ne disaient rien devant eux, mais derrière leur dos, ils les insultaient. En particulier maintenant, ils ne savent pas ce qu’ils sont supposés faire si ce n’est brutaliser les pratiquants de Falun Gong qui ne rendent pas les coups ni les injures.

Il dît au pratiquant : « J’ai lu beaucoup de vos documents qui clarifient la vérité. C’est très clair. Vous êtes de bonnes personnes. Où de nos jours peut-on trouver d’aussi bonnes personnes ? Certainement le Falun Gong sera réhabilité. Vous devez continuer à faire ce que vous avez fait jusque là. Je pratiquerai le Falun Gong un jour pour m’améliorer. »

Il dît : « Lorsque les pratiquants qui affichent les prospectus sont arrêtés ils sont envoyés dans les camps de travail. Mais , tu es une si bonne personne, je ne peux pas supporter de t’ envoyer dans cet enfer pour y souffrir ? Ce n’est pas une endroit pour un être humain. Je te relâcherai cette nuit.

Le pratiquant demanda : « Que vas-tu faire si tu me relâches ? En tant que pratiquant de Dafa nous devons prendre en considération les autres d’abord. Je ne peux pas te mettre dans les difficultés. Je n’ai pas peur des camps de travail ? Mais je te remercie beaucoup. Ton bon cœur sera certainement récompensé ! »
Il dît, « Ne t’en fais pas, j’ai les moyens d’arranger ça. Tu t’en vas simplement. »

Le pratiquant était très heureux, en tenant les mains de l’agent il lui a dit : “Merci pour ton bon cœur. Tu auras assurément un avenir merveilleux. » l’agent détacha les menottes et accompagna personnellement le pratiquant jusqu’à la grille pour le voir sortir.


Chinese version available at http://minghui.ca/mh/articles/2001/12/10/21174.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.