Pour le cinquième anniversaire de "l’Appel du 25 avril "– se souvenir du 25 avril 1999

Le correspondant de Clearwisdom, Gu Anru, rapporte : Voici cinq ans le 25 avril 1999, environ 10.000 pratiquants de Falun Gong allèrent faire appel au Bureau des Appels du Conseil d’Etat rue Fuyou à Beijing. Le monde s’arrêta lorsque les pratiquants de Falun Gong firent appel de manière pacifique, rationnelle, sincère, tolérante et avec beaucoup d’ auto-discipline.

Pourtant, le 20 juillet de la même année, les cohortes de Jiang Zemin commencèrent une persécution systématique du Falun Gong, utilisant la machinerie du gouvernement pour calomnier et attaquer le Falun Gong. La nation chinoise et le monde tout entier furent inondés d’énormes mensonges. Le Falun Gong a souffert l’injustice pour cela. Pendant une période, beaucoup de gens ont pensé que les pratiquants de Falun Gong qui étaient allés faire appel avaient des motivations politiques, et que l’ « Appel du 25 avril » avait provoqué la persécution.

Lors du cinquième anniversaire de l’”Appel du 25 avril”, j’essaierais de passer en revue les histoires, la cause et l’effet de l’”Appel du 25 avril”, et de restaurer les faits historiques afin d’exposer davantage la vérité à propos de l’événement du “25-4”, et d’aider les gens à considérer la catastrophe qui est arrivée en Chine et l’appel lui-même, et en tirer des conclusions en connaissance de cause.

L’incident du Falun Gong du 25 avril 1999 n’était un événement ni soudain ni accidentel, pas plus qu’il n’était le genre de démonstration politique entourant un important bâtiment du gouvernement comme l’a prétendu le groupe de Jiang Zemin. Des attaques écrites qui commencèrent avec l’incident du Guang ming Daily en juillet 1996 à la mobilisation policière et l’usage de la violence à Tianjin en avril 1999, le développement et l’escalade de la persécution se sont produits sur une période trois ans.

Contexte historique de l’Appel pacifique du 25 avril

1.La vaste introduction publique de Falun Dafa

Le 13 mai 1992, M. Li Hongzhi tenait le premier atelier de Falun Gong à Changchun et commençait à présenter publiquement Falun Dafa à la société. Depuis lors, Falun Dafa s’est propagé dans toute la Chine, bénéficiant à des millions de gens. Ceux qui pratiquaient Falun Gong devenaient sains mentalement et physiquement, et leurs standards moraux s’élevaient. Le gouvernement chinois a soutenu et promu Falun Gong et lui a décerné des récompenses.

The Qigong Research Association of China (QRAC), which was administrated by the government, awarded Mr. Li Hongzhi a Qigong Master certificate. In 1993, QRAC also issued the Falun Gong Research Association Beijing a "QRAC Accredited Qigong School Registration Certificate," officially indicating the classification of the Falun Gong Research Association as an "academic organisation." Its range of operations was "theoretical studies and research, promoting the practice; consultative services” and the scope for these activities was all of China.

L’Association de Recherche sur le Qigong de Chine (QRAC) qui était administrée par le gouvernement a récompensé M. Li Hongzhi d’un certificat de Maître de Qigong. En 1993, la QRAC a également émis un « Certificat d’Enregistrement d’Ecole de Qigong Accréditée de la QRAC » à l’Association de Recherche de Falun Gong à Beijing en tant qu’ « organisation académique ». Son champ d’opération étant les études théoriques et la recherche, la promotion de la pratique, les services consultatifs » et l’ étendue de ses activités toute la Chine.

Le 31 août 1993, la Fondation Jianyi Yongweil (CJYF) [une fondation sous l’administration du Ministère de la Sécurité Publique pour récompenser les gens qui combattent volontairement les criminels par conscience et moralité] a écrit une lettre à la QRAC pour remercier M. Li Hongzhui pour avoir offert des traitements de guérison et de réhabilitation aux délégués à la « Troisième Conférence Nationale du CJYF Honorant des Individus Remarquables. » Le Journal de la Sécurité Publique du Peuple, publié par le Ministère de la Sécurité Publique, publia même cet événement en première page le 21 septembre 1993. le 27 décembre, la CJYF conféra à M. Li Hongzhi un certificat honoraire.

En 1983, M. Li Hongzhi fut honoré par l’Expo Santé de l’Orient de Beijing de la plus haute récompense lors de la conférence, “La Récompense pour l’Avancée en Sciences Frontières,” ainsi que la “Récompense d’Or Spéciale”. On lui conféra aussi le titre de « Maître de Qigong le plus acclamé. »

En janvier 1995, le livre Zhuan Falun, écrit par M. LI Hongzhi, fut publié par une maison d’édition du gouvernement, la China Broadcasting and Television Publishing House. Le livre devint un des best seller à Beijing listés par le Beijing Youth Daily en janvier 1996.

Début 1999, selon une étude du gouvernement chinois, au moins 70 millions de gens de toutes couches sociales dans toute la Chine, pratiquaient le Falun Gong.

2.Persécution sous jacente

En quelques années, le nombre de pratiquants de Falun Gong s’est accru rapidement, atteignant des dizaines de millions. Certains dirigeants au sein du Gouvernement Communiste Chinois se sont inquiétés que cela ne devienne une affaire politique. Quelques individus ont alors utilisé la circonstance pour créer des troubles à fin d’obtenir un capital politique individuel. D’où les incidents comprenant nombre d’investigations, la propagande mensongère et les traitements injustes ayant pour but de continuellement porter atteinte à la réputation et à l’image du Falun Gong.

Le 17 juin 1996, le Guangming Daily, porte parole du Conseil d’Etat, publia un article d’un chroniqueur taxant le Falun Gong d’imposture. Le 24 juillet 1996, le Bureau de Publication des Informations Chinois publia une circulaire à l’échelle nationale, interdisant la distribution de toutes publications du Falun Gong à l’échelle nationale.

Début 1997, le Bureau de la Sécurité Publique commença une enquête nationale pour rassembler des preuves dans l’espoir de décréter le Falun Gong « Secte perverse ». Cependant, tous les services de la police dans l’ensemble du pays rapportèrent finalement après beaucoup de recherches, « aucune preuve n’a été trouvée jusque là. » C’est ainsi que les enquêtes prirent fin.

A la fin du mois de mai 1998, He Zuoxiu taxa le Falun Gong d’imposture dans un interview à la Télévision de Beijing, disant qu’il était dangereux. Après quoi, en montrant un interview sur un point de pratique du Falun Gong, le programme prétendait que le Falun Gong était une « superstition féodale ». Après la diffusion du programme, les pratiquants qui connaissaient l’individu qui avait été pris comme exemple par He Zuoxiu dans le programme indiquèrent immédiatement à He Zuoxiu et à la Télévision de Beijing que le programme était contraire aux faits parce que cet individu ne pratiquait même pas le Falun Gong. Dans les jours qui suivirent, selon la politique du gouvernement central des « Trois Ne pas » - « Ne pas Critiquer, Ne pas Argumenter, Ne pas Rapporter, » quelques pratiquants allèrent ou écrivirent des lettres à la chaîne télévisée pour clarifier les faits en racontant leurs propres expériences personnelles de pratique du Falun Gong. Plus tard, les cadres de la chaîne télévisée dirent que la diffusion de ce programme avait été la plus grave erreur depuis le lancement de la chaîne. Ils se rattrapèrent presque aussitôt en diffusant un programme positif sur le Falun Gong, montrant des pratiquants faire paisiblement leurs exercices matinaux dans les parcs.

Le 21 juillet 1998, la Première Division du Bureau de la Sécurité Publique émit une circulaire – N°555- « Notice Concernant le Début d’une Enquête sur le Falun Gong ». La notice adoptait la procédure qui détermine d’abord la culpabilité, pour ensuite lancer l’enquête. Elle prétendait que M. Li Hongzhi propageait des rumeurs et des enseignements pervers et que des pratiquants importants étaient engagés dans des activités illégales au nom du Falun Gong. Elle mentionnait aussi que les services de la police, de la politique et de la sécurité dans chacun des domaines devaient commencer une enquête approfondie pour obtenir une information de l’intérieur sur les activités du Falun Gong et trouver des preuves de crimes commis par les pratiquants de Falun Gong.

La notice incitait les services de police locaux dans nombre de régions du pays, sans preuves, à faire des descentes illégales sur les points de pratique du Falun Gong, à disperser de force les pratiquants, fouiller leurs maisons, entre par effractions dans les résidences privées, confisquer la propriété privée des gens etc. Comme les médias nationaux adoptaient l’attitude de « Ne pas rapporter » vis à vis de cette notice ou de ses conséquences, la majorité du public chinois à l’époque ne fut pas au courant de ce qui se passait.

3. Appréciations positives du Gouvernement après une enquête officielle

Dans la deuxième moitié de 1998, un groupe de cadres retraités du Congrès National du Peuple menés par Qiao Shi [ancien Président du Comité Permanent du Congrès National du Peuple] conduisit une enquête détaillée et une étude sur une certaine période de temps à propos du Falun Gong, parce que tant de gens dans le public avaient envoyé des lettres mentionnant le traitement illégal des pratiquants de Falun Gong par le Bureau de la Sécurité Publique. La conclusion de l’enquête était que « le Falun Gong n’apporte que des bienfaits et ne cause aucun tort à la nation ou aux gens. » Ce rapport fut remis au Politburo dirigé par Jiang Zemin.

Avant cela, en mai 1998, la Commission Nationale des Sports avait aussi mené une enquête approfondie et une étude sur le Falun Gong. En septembre, pour faire un lien avec cette étude, une équipe constituée d’experts médicaux firent une étude sur un échantillon de 12.553 pratiquants de Falun Gong dans la Province de Guangdong. Les résultats indiquaient clairement que le taux d’efficacité pour la forme et l’amélioration de la santé était de 97.9% Le 20 octobre, le chef de l’équipe de recherche envoyé à Changchun et à Harbin par la Commission Nationale des Sports déclara, « Nous pensons que et les exercices du Falun gong et leur efficacité sont tout à fait bons. L’impact sur la stabilité de la société et le renforcement de la culture spirituelle sont plus qu’évidents. Cela mérite d’être pleinement reconnu. » Durant cette période, des études non-gouvernementales sur l’efficacité du Falun Gong à Dalian, Beijing et ailleurs donnèrent aussi des résultats similaires. (source documentaire : cassette vidéo : le Groupe d’Enquête et de la revue Nationale du Qigong s’exprime à une conférence à Changchun.

(A suivre )

Version chinoise disponible à:

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.