La Vérité et sa jumelle, 1ere partie: Laquelle est réelle?

L'histoire des jumeaux et notre fascination pour eux est légendaire. Bien que la Bible ne le dise pas explicitement, Caïn et Abel sont souvent considérés comme des jumeaux ; et même s'ils ne l'étaient pas, Ésaü et Jacob, un peu plus loin dans le récit de la Genèse, l'étaient certainement. Il est intéressant de noter que le livre de Malachie dit également que Dieu aimait Jacob mais détestait Ésaü. Il y a si souvent un aspect de dissemblance fondamentale s’agissant des jumeaux ; Bien qu’ils soient clairement similaires, leurs destins sont très différents.


Nous le voyons même dans quelque chose comme la fondation de Rome : Romulus, le jumeau de Rémus, obtient tout le mérite (ce que révèle le nom de Rome) et est finalement emmené au ciel par son père, Mars (Arès), bien qu'il ait tué son frère jumeau, tout comme Caïn a tué son frère Abel.

" Le Berger Faustulus amenant Romulus et Remus à son épouse ", 1654, de Nicolas Mignard. Musée d'art de Dallas . (Domaine public)

Il n’y a pas dans toutes les histoires de jumeaux cette distinction basée sur la vertu morale ou la turpitude, mais il y a toujours une division profonde. Pollux aimait son frère jumeau, Castor, mais eux aussi étaient fondamentalement dissemblables en ce sens que Pollux était immortel alors que Castor ne l’était pas. Finalement, leur " gémellité " a été immortalisée pour nous dans la constellation que nous appelons Gémeaux.

" Castor et Pollux ", copie d’une statue antique de Joseph Nollekens. Musée Victoria et Albert. (Domaine public)


Pourquoi sommes-nous à ce point fascinés par les jumeaux? Je pense qu'il y a à cela deux raisons principales. À notre époque, ils sont devenus une source inépuisable d'informations pour aider les scientifiques à établir si c'est la nature ou l'éducation qui détermine qui nous sommes et ce que nous faisons. Si deux personnes ont des codes génétiques presque identiques, selon le raisonnement, en les séparant à la naissance, nous devrions pouvoir voir dans quelle mesure la génétique joue son rôle dans leur destinée individuelle, par rapport à l'éducation qu'elles ont reçue.


Lequel est réel ?
Mais il y a peut-être une raison subconsciente plus importante : À savoir que les jumeaux représentent pour nous, sous forme visuelle, la question de l'apparence et de la réalité. Nous avons cette faim insatiable de savoir si ce que nous voyons - l'apparence - est réel, est vrai ou ne l'est pas.


Cette question est philosophiquement vraie. Nous avons tous probablement entendu parler de l’aphorisme bouddhiste à propos de l’homme rêvant qu’il était papillon, mais qui en se réveillant se demandait s’il était maintenant un papillon rêvant qu’il était un homme ! Quoi qu'il en soit, l'importance de savoir si quelque chose est une apparence ou une réalité n'est nulle part plus cruciale pour nous que dans nos rapports avec les autres.


Toute notre histoire humaine et toute notre littérature importante, concerne cette question. Shakespeare l’a explorée de manière comique dans sa pièce « La Comédie des erreurs », qui s’articule autour de deux paires de jumeaux, que l’on prend l’un pour l’autre. Et Shakespeare aimait tant ce dispositif d’intrigue qu’il allait l’utiliser de nouveau , par exemple dans "La douzième nuit", où les jumeaux sont en fait frère et soeur et néanmoins, ils peuvent se faire passer pour l'autre. Je pense que ce dont nous parlons en réalité ici, c'est de la question de la vérité.


Comedie des Erreurs: Les Deux Dromio , 1829, de H. Richter. Collection d’images numériques Folger. (Bibliothéque Folger Shakespeare /CC BY-SA 4.0)


Veritas et Mendacium, ou Vérité et Mensonge
Esope raconte une fable qui explique comment cela est arrivé. Prométhée a créé les êtres humains et a toujours été leur grand ami. Pour les aider davantage (souvenez-vous, c'est Prométhée qui, à un coût personnel considérable, a donné le feu aux humains), il a décidé de sculpter une nouvelle forme appelée Veritas ou Vérité. Et si la Vérité devait prendre vie, alors elle aiderait les gens dans leurs interactions et leur comportement. Mais alors que Prométhée travaillait sur ce projet (il était potier), il a été convoqué par le tout-puissant Zeus et a donc dû quitter son atelier.

Fresque de Jean-Baptiste Mauzaisse représentant Prométhée (C), connu pour avoir créé l’homme et lui avoir fait don du feu. (Marie-Lan Nguyen / CC BY-SA 2,5)


Comme il venait d'acquérir un apprenti, Prométhée a laissé à Dolus (ou Déception) le soin de diriger son atelier. Pendant le court laps de temps où Prométhée était absent, Dolus, qui était ambitieux, avait accédé à l'argile et façonné une figure pratiquement identique à la Vérité que Prométhée avait créée. La seule différence était que la copie n'avait pas de pieds car Dolus était à court d'argile.


Au retour de Prométhée, Dolus pris de peur se retira, mais Prométhée fut étonné de la similitude des deux statues et, malheureusement, voulut s'attribuer le mérite des deux. Les deux modèles sont donc entrés dans le four, ont été cuits et ont été imprégnés de vie.


Ainsi, une nouvelle paire de jumeaux est née : L'une, Veritas ou Vérité, marchait d'un pas régulier et mesuré ; et la seconde, sa jumelle, Mendacium (ou Mensonge), qui, n'ayant pas de pieds, pouvait à peine se tenir debout et certainement pas bouger. Ésope a donc conclu que, bien que le Mensonge puisse sembler être une réussite, du moins au début, sa limitation due à son absence de pieds signifiait inévitablement que la Vérité prévaudrait sur elle.


Bien pensé. Si cela pouvait ne serait-ce que sembler vrai de nos jours.

Statue de Veritas (Vérité), de Walter Seymour Allward. À l’extérieur de la Cour suprême du Canada, d’Ottawa, Ontario, Canada. (D. Gordon E. Robertson/CC BY SA 3.0)

Le journal Epoch Times lui-même mène une guerre contre le jumeau Mendacium, qui semble si semblable à Veritas. Cependant, la victoire n'est pas facile et ne semble pas acquise d'avance. Mais il est d'une importance vitale que nous continuions à lutter pour la Vérité, car comme l'a dit le Dr Johnson, "l'esprit ne peut reposer que sur la stabilité de la vérité", ce qui exige, autrement dit, des pieds.


Sans la Vérité, nous sommes "sans pieds" ; nous ne pouvons aller nulle part et bien sûr nous ne sommes pas enracinés, comme dans ce Tai Chi qui consiste à être fermement ancré au sol pour que notre équilibre soit assuré. Nous sommes en somme déséquilibrés, faciles à renverser, instables.


Pour retrouver Veritas, il semblerait que nous devions examiner les choses de près, très attentivement même, afin de pouvoir repérer la différence : La quelle est Veritas, et laquelle l’idole qui semble identique, mais n’a pas de pieds ?


Dans la deuxième partie de cet article, nous examinerons quelques autres implications de ces jumeaux.


James Sale est un homme d’affaires anglais dont la société, Motivational Maps Ltd., opère dans 15 pays. Il est l’auteur de plus de 40 livres sur la gestion et l’éducation. En tant que poète, il s’est produit pour le symposium de la Society of Classical Poets au Princeton Club de New York en juin 2019. Sa plus récente collection, HellWard, suit le parcours de Dante et est disponible sur Amazon.com.

Version originale
https://www.theepochtimes.com/truth-and-her-twin-part-1-which-one-is-real_3689490.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.