Quand nos pensées sont vraiment droites

Un jour, six compagnons de pratique et moi sommes allés à la Tour de la Grue Jaune pour accrocher une banderole disant : “Falun Dafa est grand.” Au moment d’arriver, de nombreux touristes étaient déjà là. J’ai suggéré d’émettre d’abord la pensée droite ? Je me suis recueilli et j’ai émis une forte pensée, “laissez les touristes entrer dans la tour.” Peu après, les touristes sont entrés l’un après l’autre dans la tour. J’ai immédiatement sorti nos deux bannières de trois mètres de long et les ai jetées dans les arbres. Elles ont atterri toutes les deux sur les arbres en toute sécurité et bien droites, comme si elles avaient volé.


Les touristes sont bientôt sortis. En voyant les bannières avec de grandes lettres dorées “Falun Dafa est grand,” beaucoup d’entre eux les ont admirées et ont dit : “comme c’est joli !”


Des pensées et des actions droites m’ont rendu courageux
Dans mon quartier un jour, je suis sortie avant l’aube et j’ai accroché plusieurs banderoles sur les arbres et les lampadaires. Les bannières déclaraient : “Falun Dafa est grand ! Sincérité-Bonté-Tolérance est grand ! Falun Dafa est droit !” Après avoir terminé je suis allée me promener dans un parc voisin. Lorsque je suis rentrée à la maison avec mes courses, j’ai vu un grand groupe de gens qui bloquaient ma porte, y compris des autorités et des policiers de notre zone résidentielle. Ils m’ont demandé : “qui a accroché ces bannières ?” J’ai souri calmement et j’ai dit : “Waouh ! Celui qui l’a fait a fait un excellent travail ! Elles sont tendues et bien droites.” Ils m’ont regardé de la tête aux pieds. J’avais l’air sereine et posée. Ils sont partis sans plus de questions.


La pensée droite fige des policiers
Un matin, j’ai collé des post-it “Falun Dafa est grand” sur des lampadaires et des panneaux d’affichages publics alors que je marchais dans la rue. J’ai accidentellement, collé le dernier post-it de travers, alors je l’ai enlevé et j’ai réessayé mais je n’ai pas remarqué qu’une voiture de police s’était arrêtée près de moi. J’ai entendu une voix qui disait : “Hé !” J’ai levé la tête et j’ai vu quatre policiers me regardant fixement de leur voiture. L’un d’eux a crié : “Aujourd’hui, tu es cuite !” J’ai été surprise. Mon cœur s’est mis à battre.


Une pensée m’est venue à l’esprit, “Je suis une pratiquante de Falun Dafa ! Je n’ai pas peur de vous !” Les policiers ont soudainement été figés dans leur voiture. Ils ne pouvaient tout simplement pas bouger.


Je suis partie rapidement et suis rentrée chez-moi saine et sauve.


Les documents de clarification de la vérité trompent leurs yeux
Au début de la persécution, nos régions manquaient de documents de clarification de la vérité. Je me suis porté volontaire pour distribuer les imprimés. Un jour, j’ai emporté deux gros sacs remplis de documents de clarification de la vérité à mon village. Lorsque j’étais proche de chez moi j’ai croisé le chemin du secrétaire du Parti communiste de notre communauté et d’autres fonctionnaires. Ils m’ont appelé et m’ont demandé : “Que transportez-vous ? Ouvrez votre sac et montrez-nous.” J’ai répondu calmement : “C’est simplement de la nourriture que j’ai achetée.” Ils ont insisté pour que j’ouvre les sacs. J’ai ouvert l’un des sacs, sans me presser. Ils ont passé la tête pour regarder et sont partis sans un mot.


La mare se transforme en route
Un couple de compagnons de pratique a été jeté dans un centre de lavage de cerveau en 2001 après avoir fait appel pour le Falun Dafa à Pékin. Leur fille Xiao Hong, m’a supplié de l’emmener voir ses parents. Je l’ai emmenée au centre de lavage de cerveau avec quelques produits de nécessité quotidienne et les derniers écrits de Maître Li.


Au centre, le gardien a refusé de nous laisser entrer ou de rendre visite au couple. Nous avons attendu à la porte jusqu’à midi passé, lorsque la plupart des employés ont pris leur pause déjeuner. Xiao Hong et moi avons fait le tour par derrière. J’ai hissé Xiao Hong sur mon épaule. Elle a passé les fournitures et les nouveaux écrits du Maître à une compagne de pratique à l’intérieur, à travers les barreaux en fer.


La pratiquante qui a reçu les nouveaux écrits du Maître était si excitée que sa voix a été entendue par le gardien de service. Plusieurs geôliers sont sortis en courant du bâtiment et nous ont bloqué la sortie.
Sous la fenêtre, il y avait une grande mare et un marécage. Il n’y avait absolument pas d’issue. Le geôlier a crié : “Vous êtes pris !” Xiao Hong s’est mise à pleurer et m’a demandé quoi faire. J’ai essayé de la calmer, même si je ne savais pas comment nous pourrions traverser la mare.


À ce moment critique, un petit garçon est soudainement apparu devant nous. Je lui ai demandé comment sortir. Il n’a rien dit mais il a commencé à avancer. Xiao Hong et moi l’avons suivi. Alors que nous avancions, la mare se transformait en route lisse. Une femme s’est dirigée vers nous. Je lui ai demandé des indications. Comme le petit garçon, elle n’a rien dit mais a avancé. Nous l’avons suivi jusqu’au bout du chemin. Un bus est arrivé et s’est arrêté. Xiao Hong et moi sommes montés dans le bus et sommes rentrés à la maison sains et saufs.


Traduit de l’anglais :
https://en.minghui.org/html/articles/2021/1/13/189891.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.