Une femme de Pékin meurt après deux ans d'emprisonnement et un an de harcèlement

Lorsque Mme Pang Xiuqing est venue à bout de sa peine de deux ans pour la pratique du Falun Gong en octobre 2019, elle était traumatisée mentalement et physiquement. Au lieu de la laisser se remettre, la police l'a constamment harcelée chez elle la pressant de renoncer à sa foi. Le harcèlement a également eu des conséquences néfastes sur sa santé déjà détériorée. Elle est décédée le 8 décembre 2020, à l'âge de 65 ans.


Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une ancienne discipline spirituelle et méditative qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.


Mme Pang Xiuqing

Mme Pang, une résidente de Pékin, a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1996. Sa mère, son frère, sa belle-sœur et sa sœur ont également appris la pratique. Avec le début de la persécution, tous ont été persécutés à divers degrés, comprenant des arrestations, des condamnations et des peines de camp de travail. Mme Pang elle-même a été arrêtée plusieurs fois et détenue dans des centres de lavage de cerveau.


Mme Pang a été arrêtée pour la dernière fois le 6 octobre 2017, après qu'une équipe de policiers soit entrée par effraction dans sa maison et l'ai fouillée. Après avoir trouvé des documents du Falun Gong, ils ont appelé six autres policiers et ont saccagé les lieux. Ses livres de Falun Gong, des photos du fondateur du Falun Gong, des DVD et 8 000 yuans en espèces ont été confisqués.


Après avoir été emmenée au centre de détention de Nihe, les gardiens ont essayé de la forcer à prendre des pilules pour l'hypertension. Suite à son refus d'obtempérer, les gardiens ont puni tout le monde dans sa cellule afin d'inciter à la haine contre elle.


Mme Pang a été inculpée le 25 décembre 2017 et jugée par le tribunal du district de Shunyi le 20 juin 2018. Elle a témoigné pour sa propre défense et a été condamnée à deux ans de prison.


Alors qu'elle purgeait sa peine dans la prison pour femmes de Daxing, elle a été victime de violences physiques et mentales visant à la forcer à renoncer à sa foi.


Après sa libération le 5 octobre 2019, la police est revenue pour la harceler et l'intimider, elle et sa famille. Ils ont cité un ordre du Bureau 610, une agence extralégale créée spécifiquement pour persécuter le Falun Gong, comme quoi tous les pratiquants doivent être étroitement surveillés dans les cinq ans suivant leur libération de prison afin de s'assurer qu'ils ne sortent pas pour dénoncer la persécution. Les policiers ont également recueilli les empreintes digitales de Mme Pang et l'ont photographiée et filmée. Ils ont menacé de la mettre sur leur liste noire et de limiter son utilisation des transports en commun, y compris les trains et les vols.


La famille de Mme Pang a interrogé les policiers sur les crimes qu'elle avait commis, et ils ont accusé la police de violer eux-mêmes la loi en pénétrant par effraction dans leur résidence et en les harcelant. La police a répondu qu’ils suivaient juste l'ordre d'en haut en contrôlant de temps en temps Mme Pang.


Le harcèlement constant a causé tellement de stress à Mme Pang qu'elle a développé de graves problèmes de santé. Pourtant, la police a refusé de cesser de la harceler. La santé de Mme Pang s'est rapidement détériorée et elle est décédée vers 20 h 20 le 8 décembre 2020.


Version anglaise (avec articles connexes) :
Beijing Woman Dies After Two Years of Imprisonment and One Year of Harassment


Version chinoise :
北京市顺义区善良老太太庞秀清被迫害离世

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.