Voir à travers la nature du Parti communiste chinois - Réflexion sur les événements de la guerre civile chinoise

Le 9 août 1945 était une journée spéciale dans l'histoire de la Chine. Déjà huit ans après son invasion massive en Chine, les plus hauts dirigeants japonais ont appris à 4 heures du matin ce jour-là que l'Union soviétique avait déclaré la guerre au Japon. Sept heures plus tard, les États-Unis ont lancé une deuxième attaque à la bombe atomique sur le Japon. Plus tard dans la nuit, l'empereur japonais Hirohito a décidé de mettre fin à la guerre, suivi par une reddition officielle le 15 août.


Cela a également déclenché une série de changements en Chine. Bien que le Kuomintang (KMT) avait été la principale force pour contrer l'armée japonaise invasive, le Parti communiste chinois (PCC) n'a pas perdu de temps pour récolter les fruits de la victoire. Entre le 10 et le 11 août 1945, le chef du PCC de l'époque, Mao Zedong, a émis 7 ordres en 18 heures, exhortant 200 000 de ses troupes à revendiquer des territoires des régions occupées par le Japon.


Selon l'historien chinois Xin Haonian, c'était la première fois que Mao donnait des ordres officiels de contrer l'armée japonaise. Avant cela, Mao évitait toujours les conflits directs avec l'armée japonaise pour la propre croissance du PCC, tandis que des millions de soldats du KMT mouraient sur les champs de bataille pour combattre les Japonais entre 1937 et 1945.


Le double jeu du PCC
Espérant la paix en Chine, le chef du KMT d'alors, Chiang Kai-shek, a invité Mao à trois reprises entre le 11 et le 23 août 1945 pour une réunion. Bien que Mao ait hésité, le dirigeant de l'Union soviétique Joseph Staline lui a ordonné de s’y rendre et a déclaré que sa sécurité serait assurée par les États-Unis et l'Union soviétique.


Le 28 août 1945, Mao s'est envolé pour Chongqing accompagné de Patric J. Hurley, alors ambassadeur des États-Unis en République de Chine. Dès qu'il est descendu de l'avion, Mao, qui avait combattu Chiang pendant des décennies, a crié:"Vive le généralissime Chiang !" et a prononcé un discours écrit sur le thème "assurer la paix intérieure, mettre en œuvre une politique démocratique et consolider l'unité nationale".


Alors que Mao donnait la fausse impression d'être prêt à coopérer avec le KMT en surface, dans les coulisses, il faisait tout son possible pour récolter les fruits de la victoire de la guerre avec l'armée japonaise. Avant de partir pour Chongqing, Mao avait demandé à ses commandants militaires Liu Bocheng et Deng Xiaoping, le 25 août 1945, d'attaquer l'armée de Chiang autant que possible, "Ne vous inquiétez pas pour ma sécurité à Chongqing. Mieux vous vous battrez, plus je serai en sécurité et meilleur le résultat pour nous dans les négociations. "


Alors que les négociations de Chongqing, qui ont duré 41 jours, ont attiré l'attention de tout le pays, l'armée du PCC a occupé 200 villes et détruit les routes principales, empêchant l'armée du KMT d'accepter la reddition japonaise. Cela a permis au PCC de saisir au maximum les armes des forces armées japonaises qui se sont rendues.


Le 10 octobre 1945, le KMT et le PCC ont signé un accord de paix. Cependant, moins d'un mois plus tard, Mao a complètement détruit tous les accords et toutes les promesses.


Chiang: le Parti communiste est le plus grand ennemi de l'humanité
Ayant traité avec le PCC pendant des décennies, Chiang savait que le PCC ne serait pas réconcilié. Le lendemain de la signature de l'accord, il a écrit dans son journal : "Le PCC est non seulement indigne de confiance, mais aussi méprisable dans sa conduite. Ils sont pires que des animaux". Il savait très bien que la seule issue de la "coexistence pacifique" avec le régime communiste serait d'être englouti par le communisme démoniaque.


Chiang a tiré cette conclusion parce qu'il connaissait très bien le communisme soviétique et le PCC. En visitant l'Union soviétique pendant trois mois en 1923, selon la recommandation de Sun Yat-sen, Chiang a pris conscience que le système politique de l'Union soviétique était un système autocratique d'une organisation terroriste.


En 1926, alors que l'Expédition du Nord dirigée par Chiang commençait à montrer ses premiers succès dans la défaite des chefs de guerre régionaux, le PCC a incité les responsables pro-CCP au sein du gouvernement KMT à établir un autre régime dans la ville de Wuhan, dans la province du Hubei, pour interférer avec l'Expédition du Nord. Chiang a écrit dans son "Message à tous les soldats" : "Alors que notre Armée nationale révolutionnaire menait une guerre sanglante dans le Jiangxi, le Parti communiste organisait une rébellion dans le Hunan et le Hubei [pour créer des troubles] ; alors que nos soldats de première ligne se battaient férocement dans le Zhejiang et le Jiangsu, [le PCC] les autorités de Wuhan retenaient la solde des soldats et refusaient de leur fournir des munitions, même pas une balle".


Chiang était lucide sur les astuces de double jeu et de coups de poignard dans le dos du PCC, alors il a lancé un mouvement à grande échelle pour purger les communistes travaillant au sein du gouvernement et des forces militaires du KMT.


À la fin de la campagne de Huaihai en janvier 1949, l'une des dernières guerres avant que le PCC ne prenne le pouvoir en Chine, Chiang a émis un ordre d'arrêter les combats et de quitter la Chine continentale pour Taiwan. Son garde du corps personnel a rappelé le désespoir de Chiang à l'époque: il a reposé sa tête et ses bras sur le bureau et a pleuré avec une grande tristesse. En pleurant, il murmurait pour lui-même. " Plus de combats, plus de combats ; les soldats tombés au combat sont tous chinois ", a-t-il dit, " cela pourrait être mon destin. Maintenant, les Chinois croient tous en eux (les fonctionnaires du PCC) - il ne sert plus à rien de se battre. Quand ils [le peuple chinois] verront progressivement la vérité, ils aspireront à notre retour. "


Après que le PCC ait usurpé le pouvoir, Chiang a continué à exposer la nature vicieuse du PCC. En 1960, Chiang a déclaré dans son "Témoignage du Vendredi saint" :
« Les gangsters communistes arrogants ont crié qu'ils détruiraient toutes les religions du monde, et qu'ils détruiraient tous les êtres humains qui n'adorent pas le communisme, et que le communisme dominerait le monde. Toutes leurs persécutions, luttes, cadrages et procès publics d'aujourd'hui sont exactement comme le démoniaque « Satan » à l’époque du Nouveau Testament il y a 1 900 ans.


"Nous pouvons nous calmer et nous demander si nous sommes arrivés à la fin d'un millénaire, comme le mentionne le chapitre 20 de l'Apocalypse ? Satan sera libéré de sa prison et sortira pour tromper les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, pour les rassembler dans le combat, dont le nombre est aussi grand que le sable de la mer. Les spécialistes de la Bible pensent qu'une fois que Satan sera libéré de sa prison, il sera peut-être très puissant. Le communisme, l'incarnation de Satan, non seulement lutte contre Dieu, mais joue aussi délibérément des tours à Dieu".


Chiang s'est rendu compte du rythme incroyable de l'agression communiste. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pas moins de 800 millions de personnes vivaient sous le rideau de fer du communisme, et il n'y aurait pas de paix dans le monde tant que le communisme existerait. Il pensait qu'il n'y avait pas d'issue en suivant le Parti communiste et a déclaré : "Toute tentative de compromis avec les communistes revient à tomber volontairement dans le piège du Parti communiste ou à ouvrir la porte pour inviter des voleurs. Si le monde libre suit cette voie, il échouera non seulement à reconstruire le temple de Dieu, mais il ouvrira également la voie à sa propre annexion. Ce genre de compromis consiste à inviter Satan à diriger le monde".


Chiang a réalisé le rythme incroyable de l'agression communiste. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pas moins de 800 millions de personnes vivaient sous le rideau de fer du communisme, et il n'y aurait pas de paix dans le monde tant que le communisme existera encore. Il pensait qu'il n'y avait pas moyen de suivre le Parti communiste et a déclaré: «Toute tentative de compromis avec les communistes équivaut à tomber volontairement dans le piège du Parti communiste ou à ouvrir la porte pour inviter des voleurs. Si le monde libre suit cette voie, non seulement il échouera à reconstruire le temple de Dieu, mais il ouvrira également la voie à sa propre annexion. Ce genre de compromis consiste à inviter Satan à diriger le monde.


En 1966, lorsque le PCC a lancé la Révolution culturelle, Chiang a déclaré que la nature criminelle et démoniaque des gangsters de Mao était en contradiction absolue avec la culture traditionnelle chinoise. "Sous le prétexte de la soi-disant " révolution culturelle", elle a commis des atrocités horribles de destruction de la culture. Le continent d'aujourd'hui a été transformé en une immense prison, dans laquelle les sentiments entre père et fils, la gratitude entre mari et femme ... sont tous considérés comme traîtres, et les personnes manifestant de tels sentiments sont soumises à de sévères critiques à tout moment! a-t-il écrit.


En 1972, Chiang a prédit avec précision la désintégration des pays communistes européens en 1990, et le PCC serait également désintégré un peu plus tard. Jusqu'à sa mort, l'idée de "sauver la Chine" était toujours dans l'esprit de Chiang. Il a affirmé dans l'un de ses discours: "Personne ne peut détruire la culture chinoise! La force juste qui reflète le caractère indépendant et la capacité de notre nation ancrée dans notre culture traditionnelle chinoise finira par éliminer les bandits communistes !"


Le secret derrière la lutte de classe du PCC
Yan Xishan a été gouverneur du gouvernement provincial de Shanxi, puis premier ministre de la République de Chine. Dans un discours prononcé lors d'une grande conférence en 1949, il a déclaré que certaines personnes, tant en Chine qu'aux États-Unis, considéraient à tort le Parti communiste chinois comme un "parti politique". Ils n'ont pas reconnu qu'il s'agissait en fait d'un "parti de rebelles perfides".


Yan, qui a beaucoup souffert en luttant contre le PCC pendant de nombreuses années, a acquis une profonde compréhension des pratiques du PCC et de son idéologie fondamentale. Lorsqu'il était au Shanxi, il a obtenu deux documents du Parti communiste, ce qui lui a permis de comprendre pourquoi le Parti communiste était si fervent de la lutte des classes. À cette époque, la tactique du Parti communiste dans ses relations avec les habitants de la Chine rurale consistait à punir les gens étape par étape. Tout d'abord, il attirait la classe moyenne supérieure à ses côtés pour punir les riches fermiers ; ensuite, il faisait appel aux petits fermiers pour régler de vieux comptes avec les fermiers de la classe moyenne ; enfin, il incitait les paysans pauvres à faire de même avec les petits fermiers.


Enfin, le PCC s'occuperait des paysans pauvres. Mais les cadres locaux n'étaient pas d'accord avec cela et pensaient que ce n'était pas nécessaire. Afin d'unifier leurs esprits, le PCC a demandé aux cadres au niveau du canton ou au-dessus de faire circuler secrètement un document dans lequel il disait: «Notre objectif révolutionnaire est de libérer le monde entier ... et cela inciterait les impérialistes britanniques et américains à nous attaquer avec les forces alliées. Lorsque cela se produira, nous devrons battre en retraite, emportant discrètement des personnes et des ressources matérielles pour que nos ennemis n’en sachent rien. Lorsque nous nous retirerons à une certaine distance, nous leur couperons toute voie pour s’échapper, les piégerons et les tuerons. C'est la seule façon de faire face à l'attaque des impérialistes.


D'ici là, nous n'autoriserons même pas un seul contre-révolutionnaire parmi notre peuple, et nous ne tolérerons aucune personne ayant une attitude neutre. Même ceux qui sympathisent avec nous ne sont pas fiables. Nous devons nous assurer que personne ne puisse survivre sans notre régime, et ce n’est qu’alors qu’ils pourront se battre à nos côtés et ne pas révéler notre situation au monde extérieur. Si nous ne réglons pas nos comptes avec les pauvres paysans, ils pourraient vivre de leurs propres efforts, et lorsque les impérialistes nous attaqueront, ces paysans se laisseraient sûrement influencer, ou du moins adopteraient une attitude neutre. C'est pourquoi nous devons également régler nos comptes avec les paysans pauvres afin de garantir notre victoire finale".


Alors, comment s'occuper des paysans pauvres ? Le document le souligne : "En ce qui concerne la manière de traiter les paysans pauvres, nous n'avons pas besoin de faire quelque chose de spécial, mais de leur expliquer : L'Armée populaire de libération se bat pour le peuple, et ceux qui ne sont pas en première ligne doivent livrer le grain fiscal au gouvernement ; exigez d'abord d'eux le grain fiscal de cette année, et s'ils ont encore du grain de rechange, dites-leur de livrer le grain fiscal de l'année dernière ; s'ils ont encore des restes, exigez d'eux qu'ils livrent le grain fiscal de l'année précédente, jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus survivre. Ensuite, nous leur offrirons du grain de secours et des outils de production, de sorte qu'ils devront compter sur nous pour gagner leur vie, et ce n'est que lorsqu'ils auront un tel lien avec nous qu'ils pourront se battre avec nous jusqu'au bout".


Yan a été très choqué par ce qui était dit dans le document car cela montrait comment le PCC a pris en otage toute la population chinoise et a obtenu leurs ressources et la main-d'œuvre en brûlant, tuant et en pillant, et a pu se développer rapidement en conséquence. Il a dit: «Nous sommes un État national et nous faisons de notre mieux pour protéger le peuple; le PCC est un parti de voyous et ils font tout leur possible pour punir les gens afin de les garder sous son contrôle. Le PCC ne veut pas que les gens vivent en paix, ils ont besoin que les gens créent le chaos avec eux ... ils recherchent l'argent des riches et la terre des propriétaires, et les utilisent comme fonds pour créer des problèmes ; par-dessus tout, ils veulent que les pauvres servent de chair à canon dans leurs stratégies de combat.


Yan a également prédit qu'une fois que le parti communiste aurait communisé la Chine, il ferait certainement de même pour l'Asie du Sud-Est et l'Inde, et finalement il essaierait de communiser le monde entier. Le communisme est internationalement agressif et toutes les guerres lancées par le Parti communiste étaient des guerres internationales. Il a également obtenu un autre document interne du PCC, qui encourageait les cadres du PCC «à ne pas avoir peur des bombes atomiques», et a confirmé davantage l'ambition du PCC de communiser et de prendre le contrôle du monde.


Le document expliquait les "bombes anti-atomiques" que le PCC avait entre les mains: "Les impérialistes britanniques et américains ont des bombes atomiques, nous devons donc avoir des bombes anti-atomiques pour faire face aux bombes atomiques des ennemis. Ils ont des bombes atomiques militaires, alors que nous avons des bombes atomiques politiques. Les impérialistes britanniques et américains nous attaqueraient pour contrôler les zones industrielles et bombarder les grandes villes, mais nous avons réussi à organiser le vaste territoire d'Asie et les masses populaires de manière à ce qu'elles deviennent inséparables de nous, et c'est ce que nous pouvons utiliser comme contre-mesure contre les bombes atomiques, et cela peut empêcher les bombes atomiques de l'ennemi d'exercer leurs effets. C'est notre approche contre les bombes atomiques, c'est-à-dire que nous avons des dispositifs anti-bombes atomiques, et nous n'avons pas peur des impérialistes britanniques et américains. De plus, nous avons déjà des bombes atomiques. Nous pouvons bombarder les grandes villes de Grande-Bretagne et des États-Unis et détruire leurs zones industrielles, et pourtant, elles n'ont pas de système organisationnel anti-bombe atomique comme le nôtre. Ils se sentiront certainement impuissants. Nous n'avons pas peur de la troisième guerre mondiale. Au contraire, nous nous réjouissons de la troisième guerre mondiale. "


En concluant pourquoi il croyait que le communisme balayerait le monde, Yan a déclaré que l'approche du parti communiste était sans précédent dans l'histoire, une stratégie politiquement agressive de masses armées. Le Parti communiste a toujours utilisé la stratégie politique pour manipuler la stratégie militaire, et utiliser la stratégie militaire pour manipuler les tactiques, et en même temps se charger de fausse propagande.


Il a dit : "Le PCC prétend être un parti politique normal en apparence ; il semble être très enthousiaste pour la "paix", la "démocratie" et le "progrès" dans sa propagande ; il avait l'habitude de parler de "négociation" et de "consultation" en politique. Cependant, derrière ces tenues magnifiques et éblouissantes, le PCC pointe toujours une arme sur le cœur de son adversaire. Lorsqu'il ne peut pas gagner sur le champ de bataille, le Parti communiste chinois vient dans la salle de réunion. Lorsqu'ils ne peuvent pas gagner dans la salle de réunion, le Parti communiste chinois se précipite à nouveau sur le champ de bataille. Les mots "violence" et "paix" ont été utilisés comme un couteau à double tranchant, brandi devant un gouvernement compromettant !


Chen Cheng: le terrorisme et le communisme n’ont jamais été séparés. Mon rêve de toujours est de «construire Taiwan et de reprendre le continent»
Chen Cheng, qui fut autrefois le numéro deux de la politique taïwanaise, avait toujours suivi Chiang pour éradiquer les communistes avec un engagement total. Il a loyalement défendu Chiang tout au long de la guerre civile entre le KMT et le PCC et a servi comme chef d'état-major et commandant en chef de la marine nationale. Il s'est fermement engagé à éradiquer les communistes tout au long de sa vie, a servi le pays loyalement et n'a jamais oublié de "reprendre le continent".


Dans ses mémoires, Chen a qualifié l'Armée rouge du PCC de "bandits rouges", soulignant qu'il s'agissait d'un banditisme créé par l'Internationale communiste soviétique et que le PCC, créé en 1921, était une organisation perfide qui trahissait les intérêts nationaux.


Chen a analysé la stratégie de Sun Yat-sen de "coopérer avec le communisme" et a déclaré que "coopérer avec le communisme" ne consistait pas à accommoder le communisme, encore moins à permettre aux membres du Parti communiste de rejoindre le KMT. Lorsque Li Dazhao (co-fondateur du PCC) et d'autres communistes ont proposé de rejoindre le KMT, ils ont dit qu'ils rejoindraient le KMT en tant qu'individus, plutôt que d'ajouter un groupe au KMT.


"Avec la tolérance et la générosité du 'Père de la Nation' [Sun Yat-sen], il n'y a eu aucune discrimination à l'égard des 'êtres humains'. Cependant, lorsque les gens ont rejoint le Parti communiste, ils n'ont plus de nature humaine. Comment le "Père de la Nation" pouvait-il comprendre cela au début ?" "Après que les membres du PCC aient rejoint le KMT en tant qu'individus, ils ont immédiatement commencé à désintégrer le KMT, créant des "gauchistes", des "droitiers" et des centristes"... le PCC a révélé ses vraies couleurs."


Chen a souligné que les meurtres sanglants du PCC ont établi à eux seuls un record sans précédent. La famine était également une forme de massacre chronique (environ 45 millions de personnes sont mortes pendant la Grande Famine en Chine entre 1959 et 1961). Le PCC était l'ennemi de la valeur universelle de l'humanité parce qu'il "nie que les humains sont des humains et affirme que les humains sont aussi des objets" et "du début à la fin, le terrorisme et le régime communiste ne se sont jamais séparés", a déclaré Chen.


Chen a présidé la réforme agraire de Taiwan sans verser de sang. En même temps, il a accompli l'accumulation de capital nécessaire à l'industrialisation et a accéléré le développement économique rapide de Taiwan. En revanche, au moins deux millions de propriétaires terriens ont été tués pendant la réforme agraire du PCC, et de nombreuses personnes ont perdu leur famille et leurs proches. Les terres que les paysans pauvres ont obtenues en volant les propriétaires fonciers ont été confisquées par le PCC avant même d'avoir eu le temps de nettoyer les mauvaises herbes.


Chiang et Chen connaissaient bien le PCC et ils avaient toujours voulu sauver le peuple chinois et la civilisation chinoise d'être empoisonnés et détruits par le PCC. Il y a 70 ans déjà, ils ont vu à travers la nature perverse du communisme et du PCC, sachant qu'ils sont des démons qui visent à détruire la Chine et à communiser le monde entier.


Malheureusement, de nombreux citoyens chinois et membres de la communauté internationale n’ont pas accordé suffisamment d’attention à cette réalité. Alors que le PCC grandit pour dominer le monde et pousse son programme de communisme, et que le monde entier souffre de la pandémie de coronavirus en raison de la mauvaise gestion de l'épidémie par le PCC, il est temps pour nous de réfléchir à ces questions et de trouver une voie à suivre.


Version anglaise :
Seeing through the Chinese Communist Party’s Nature—Reflecting on Events During the Chinese Civil War

Version chinoise :
慧眼识魔-历史的绝响引人深思.

Image :Des troupes communistes au cours de la guerre civile en Chine : des chars de l’Armée populaire de libération lors de campagne Liaoshen qui a conduit au siège Changchun en 1948. (Domaine public)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.