Une prison chinoise fabrique des combinaisons de protection défectueuses destinées à l’exportation

Alors que le coronavirus, également connu sous l’appellation virus du PCC (d’après le nom du Parti communiste chinois), ravage actuellement le monde, les équipements de protection individuels (EPI) sont énormément demandés.


Des détenus de la Prison de Zhengzhou dans la Province du Hénan, ont reçu l’ordre de travailler plus de dix heures par jour, sept jours par semaine, pour produire des combinaisons de protection et des masques chirurgicaux pour répondre à la demande.


La Prison de Zhengzhou est située dans la région montagneuse de la ville de Xinmi. Cette prison était auparavant le Camp de travail forcé n°15 de la Province du Hénan. Pour l’extérieur, il était l’usine de Cimenterie de Qiligang, et a depuis changé son nom en Guantai Industrial Co., Ltd.


Selon des détenus de la Prison de Zhengzhou, ils ont reçu des commandes tant nationales qu’internationales d’EPI. Les gardiens ont ordonné aux détenus de se concentrer seulement sur le fait d’atteindre les quotas, sans se préoccuper de la qualité, lorsqu’ils travaillent sur les commandes à l’international.


Par exemple, aucunes mesures n’ont été mises en place pour masquer ou colmater les trous laissés par l’aiguille de la machine le long des coutures des combinaisons de protection, ce empêchera alors d’obtenir le résultat de protection escompté.


Mais concernant les commandes nationales, les gardiens ont insisté sur le fait que les détenus doivent appliquer du scellant pour boucher tous les trous d’aiguilles et autres cavités, pour empêcher le virus d’entrer.


Version anglaise disponible à:
Chinese Prison Makes Faulty Protective Suits for Export

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.