Fahui allemand 2019 - Suivre le cours naturel des choses et jouer mon rôle

Dans le but de trouver de nouvelles opportunités en tant que speakerine, j’ai contacté une station radio près de l’endroit où je vis.


En essayant de passer la porte, il est vite devenu clair que ce n’était pas la bonne approche. On m’a dit que le groupe des présentateurs se trouvait dans une autre ville, et que les candidatures seraient soumises sur internet.


Je suis restée un moment perplexe, puis j’ai remarqué un grand présentoir avec des flyers à la porte. J’ai demandé si je pouvais aussi présenter des flyers de Falun Dafa. En même temps, j’ai clarifié la vérité sur la persécution du Falun Dafa à la femme qui était à l’entrée. J’ai remarqué qu’elle était visiblement touchée. Elle m’a suggéré de contacter un éditeur et de lui demander comment mettre en avant certains sujets à la radio. Elle semblait vouloir s’impliquer.


En contactant l’éditeur au téléphone, elle m’a informée qu’un groupe de discussion était prévu le jour suivant, un vendredi soir, à la station de radiodiffusion. Elle m’a dit que le correspondant des quartiers généraux situés à Shanghai serait présent en direct. Une personne du Forum de Chine dans notre ville serait aussi présente ainsi que l’éditeur en chef de la station radio.


Comme je devais aller voir mon mari le jour suivant, j’ai pensé que ça n’allait pas car je ne pourrais pas être là. À ce moment-là, j’ai senti que ce serait une formidable opportunité si ce soir-là, la persécution du Falun Dafa par le Parti communiste chinois (PCC) était mentionnée.


Groupe de discussion : Mentionner Dafa et la Persécution
Ce soir-là, pour une raison ou une autre, ma sœur cadette m’a demandé de ne pas partir avant le Samedi. J’ai compris que ce n’était pas une coïncidence. Ainsi, je suis allée à l’événement le Vendredi soir, après avoir fait une recherche plus approfondie sur l’événement lui-même. J’ai glané l’information que le Forum de Chine était en coopération avec l’Institut Confucius. À ma grande surprise, la discussion a été très critique du gouvernement chinois, et le correspondant faisait bien la distinction entre la Chine et le PCC.


Lorsque l’auditoire a été invité à poser des questions, j’étais certaine que je voulais aborder le sujet du trafic d’organes et de la persécution du Falun Dafa. Bien qu’il y de 200 à 250 personnes dans l’auditoire, j’ai été capable de parler calmement et clairement. J’ai aussi mis l’accent sur le fait qu’une distinction devait être faite entre le pays la Chine et le parti au pouvoir. Le résultat de cette soirée a été une brève interview télévisée mais réussie, au sujet du Falun Dafa.


Organiser une conférence sur le cinéma
Quelques mois auparavant, j'ai commencé à organiser une conférence vidéo sur un certain film avec l'ELSA (Association européenne des étudiants en droit), qui allait être donnée à l'Université de mon lieu de résidence. Parfaitement organisée, la date du film coïncidait avec le moment des entretiens préliminaires pour l'interview, et a servi de fil conducteur parfait pour aborder le sujet.


Rétrospectivement, même si tout s’est déroulé avec aisance, les négociations ont nécessité beaucoup de patience et de persistance. Par exemple, j’ai été confrontée à de nombreuses portes fermées à l’ELSA. Il était ainsi très difficile d’obtenir un rendez-vous avec l’éditeur en chef. De plus, l’espace alloué dans l’université est aussi devenu un problème. Hormis cela, j’étais menée par l’idée que tout devait être acceptable et satisfaisant pour tous ceux impliqués. Face aux difficultés, je n'ai pas cherché à savoir qui devait se sentir coupable et trouvé des moyens pour que les personnes concernées renoncent à leurs avantages, c'est-à-dire quand un rendez-vous me conviendrait le mieux. Il était important que j'agisse normalement et que je n'aille pas à l'extrême.


Je ne sais pas pourquoi mais j’ai à peine pu garder un cœur calme et les pensées de sauver les êtres. À un moment, j’ai même demandé à un compagnon de pratique de mon groupe d’étude du Fa d’envoyer des pensées droites lorsque je faisais face à des interférences. Lorsque j’ai remarqué un développement positif, je me suis mise en garde de ne pas être trompée par l’attachement à la satisfaction et au renom. Je devais considérer la personne devant moi et son salut.


Ce qui a été vraiment intéressant, c’est que tous les détails s’accordaient, comme dans un puzzle. A la fin, on m’a offert une rencontre avec le Maître de conférence. C’est arrivé sur la recommandation du journaliste qui m’avait interviewée et qui était aussi un membre actif de l’équipe. Le Maître arrange tout parfaitement.


Cultiver au sein de la famille
Malheureusement, je me suis rendue compte que je traitais ma famille différemment que lorsque j’étais impliquée dans les projets de Dafa. Lorsque je traitais de questions concernant Dafa, j’essayais de me concentrer et d’agir attentivement en utilisant les principes de Dafa. J’apprends souvent du comportement de mon mari ou de mes deux filles ce que signifie être sincère, compatissant, généreux et indulgent, et ce que signifie penser aux besoins des autres avant tout.


Récemment je conduisais la voiture avec mon mari et ma fille. Mon téléphone a sonné et ma fille me l’a tendu. Comme je devais m’arrêter pour que ma fille puisse sortir, j’ai pris le téléphone. C’était un pratiquant qui appelait pour parler d’un projet de Dafa. A ce moment-là, des pensées ont traversé mon esprit " - Maintenant, mon mari va s’énerver. Mais je vais lui prouver que je peux gérer plusieurs choses sans qu’il soit désavantagé." Cette pensée ne m’a pas arrêtée et j’ai continué de conduire tout en parlant – même si mon mari m’a demandé deux fois de m’arrêter pour finir ma conversation. Il s’est énervé et j’ai refusé de l’écouter. Maintenant, je réalise que c’était l’attachement à vouloir être meilleure que les autres qui était la cause de ce conflit.


Lorsque je coopère au lieu de me battre, la question de la culpabilité n’est plus pertinente. Donc, je n’ai plus besoin de montrer aux autres où ils ont tort et à quel point je fais bien les choses. Lorsque je m’observe, j’obtiens constamment des indices des divinités, que ce soit un programme radio qui parle d’un conflit au sein d’une famille. Il peut y avoir un poadcast Minghui qui correspond à ma situation, ou un commentaire de quelqu’un. Si j’accepte que tout ce qui m’entoure est une réponse à mon comportement, la vie devient beaucoup plus excitante et intéressante, même si cela peut être douloureux.


Ma famille a eu d’importants problèmes financiers pendant des années. J’ai réalisé que si je reste calme lorsque je suis provoquée, nous pouvons gagner un meilleur revenu. Cependant, lorsque je commence à discuter, les gens venant de louer notre appartement, vont annuler le contrat.


Il y a juste quelques jours, j’ai pris connaissance qu’un important montant complémentaire devait être versé à mon assurance maladie. En regardant à l’intérieur, je me suis souvenue que je condamnais tous ceux qui se compromettaient pour de l’argent et qui faisaient un travail qu’ils n’aimaient pas. Je regardais avec mépris la soi-disant " masse laborieuse "qui ne pouvait tout simplement pas comprendre que vivre sa vie était bien plus que de juste avoir de l’argent Cependant, dans quelle mesure est-ce que je crois au Maître et au Fa, au lieu d'être guidée par de vieilles croyances, telles que "On ne peut pas gagner d'argent avec des activités artistiques". Je suis rempli d'amertume, au lieu d'accepter avec joie que c'est ma chance de m'élever.


Nouveau membre de la Fanfare Tian Guo
Pendant assez longtemps, j’ai hésité à rejoindre la Fanfare Tian Guo car je joue de la flûte allemande, et j’étais fascinée par l’énergie que dégageait l’orchestre. Cependant, pendant une longue période de temps, j’ai été rebutée par l’uniforme que je trouvais peu attrayant et trop américain.


Finalement, j'en suis arrivé à un point où tout est passé au second plan, et le désir de parler au monde de Falun Dafa a pris le dessus. Je savais que c'était un défi financier, mais je ne voulais pas que cette question m'arrête.


Il y avait deux personnes de mon groupe de lecture qui participaient déjà à la Fanfare Tian Guo. Cela rendrait plus facile de participer et de se déplacer. Après une audition et un test rythmique au téléphone avec un coordinateur, il m’a suggéré de jouer de la trompette, car il y avait déjà suffisamment de musiciens qui jouaient de la flûte allemande.


Au début, j’ai été surprise, puis, je me suis dépêchée de me préparer. J’ai emprunté durant un mois un instrument dans un magasin de musique, après quoi, j’obtiendrais un instrument de l’orchestre. J’ai trouvé un professeur, et j’étais incroyablement fière lorsque j’ai pu jouer « Ode à la joie ». Malheureusement, j’ai joué une octave trop bas d’après mon professeur.


Puis, j’ai participé à mon premier défilé à Paris, où j’ai été enregistrée comme nouveau membre de la Fanfare Tian Guo Guo, et où on m’a demandé de distribuer des dépliants. C’était incroyablement merveilleux de pouvoir participer au programme en entier. Nous avons commencé la journée avec les exercices et l’étude de Fa. Nous avons ensuite débuté les défilés et deux performances debout, étalées sur deux jours.


Sans besoin d'en parler, j’ai ressenti l’esprit de la communauté et la force qui en découlait. Cet ordre presque militaire n’avait rien à voir avec l’esprit de combat mais avec la détermination calme et la bravoure qui venaient du coeur.


Je voulais devenir un membre à part entière le plus tôt possible, pour que je puisse jouer dans les défilés, et finalement être acceptée par l’orchestre. Étant donné cet attachement, j’ai demandé une nouvelle fois au coordinateur s’ils n’avaient vraiment pas besoin d’une autre joueuse de flûte allemande. Il m’a répondu par la négative. Le jour suivant, il a demandé à me parler et a suggéré après mûre réflexion, si je pouvais commencer à jouer du petit tambour, car des personnes familière avec cet instrument seraient nécessaires. De cette façon, je pouvais rejoindre l’ensemble après six mois au lieu des deux ans requis pour un joueur de trompette. Même s’il avait senti mon désir de participer aussi rapidemment que possible, cette suggestion m’a piqué le cœur et irritée.


J’ai senti que c’ était un test, et j’ai réussi à rester calme sans montrer ma confusion. D’un côté, l’entrée rapide était tentante, mais avec un instrument que je ne maîtrisais pas du tout. D’un autre côté, la trompette, que j’appréciais de part son élégance et sa légèreté, et qui était aussi l’instrument dont jouait le Maître, était aussi hors de ma portée.


Après une lutte intérieure,j'ai finalement accepté la proposition, j'ai suivi ce cours naturel et, surtout, je ne voulais pas causer de problèmes à la fanfare Tian Guo. Mais je me sentais déçue. Je n'étais pas très enthousiaste à l'idée de travailler sur le petit tambour. Je me suis demandée où je pourrais trouver rapidement quelqu'un qui puisse m'apprendre les rudiments de ce tambour ? J'ai fini par comprendre qu'il n'était pas si facile de devenir membre de la Fanfare Tian Guo. Je devais être prête à abandonner quelque chose et éliminer mes attachements le plus vite possible.


Le Maître a dit :

    “Dans l’univers, il y a un principe qui dit: sans perte, pas de gain; si vous obtenez quelque chose, vous devez perdre quelque chose; si vous ne perdez pas, on vous y forcera. Qui exerce ce rôle? C’est précisément la nature de l’univers qui le fait, par conséquent cela ne marchera pas si vous voulez seulement être gagnant.” (Première leçon, Zhuan Falun)


Quoi qu'il en soit, il y a eu de nombreuses discussions avec d'autres pratiquants qui ne comprenaient pas pourquoi je ne pouvais pas commencer avec l'instrument que je connaissais déjà. Je le connaissais déjà et je savais en jouer. J'avais l'impression que mon esprit de lutte essayait de passer au premier plan, mais je savais que je devais coopérer sans condition avec le coordinateur. En outre, le déroulement de ma recherche d'instrument était amusant.


Finalement, une pratiquante a suggéré que je pratique les deux instruments et m’a prêté sa trompette. Je trouvais cette idée absurde mais ensuite, j’ai commencé à y prendre goût. En même temps, j’ai entendu dire que l’orchestre manquait de trompettistes. Ainsi, je dispose maintenant de deux instruments et je pratique sur l’un et l’autre. J’attends avec impatience le week-end d’entraînement du Nouvel an pour faire mieux connaître le Falun Dafa et purifier ciel et terre.


En espérant que cet article puisse aider les autres pratiquants, je souhaite remercier chacun pour son aide. Par dessus tout, je souhaite remercier notre vénérable Maître pour cette opportunité inestimable d’être un disciple de Dafa.


Traduit de l’anglais :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/1/31/183025.html

Version allemande

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.