Sensibiliser à la persécution du Falun Gong en Hongrie dans le contexte de la Conférence mondiale 2019 sur la médecine traditionnelle chinoise

Les pratiquants de Falun Gong de Hongrie ont organisé deux jours d'activités les 8 et 9 novembre, à l'extérieur du Centre des Congrès de Budapest où se tenait la Conférence mondiale 2019 sur la médecine traditionnelle chinoise. L'événement a attiré des médecins chinois et des universitaires du monde entier, y compris de Chine.


Les pratiquants ont présenté le Falun Gong aux participants et les ont informés de la campagne de persécution du Parti communiste chinois (PCC) longue de déjà 20 ans, notamment du prélèvement autorisé par l'État, des organes de pratiquants du Falun Gong de leur vivant. Des centaines de signatures ont été recueillies par les pratiquants au cours de ces deux journées.

Les pratiquants de Falun Gong font la démonstration des exercices à l'extérieur du Centre des congrès de Budapest où se tenait la Conférence mondiale 2019 sur la médecine traditionnelle chinoise.


Eszter Fricskó, représentant l'Association hongroise de Falun Dafa, a saisi l’occasion d’un tel événement et écrit une lettre ouverte invitant le secrétaire d'État parlementaire du ministère des Ressources humaines, Bence Rétvári, à exprimer publiquement sa préoccupation pour les pratiquants de Falun Gong qui sont illégalement détenus, violentés et même tués pour leurs organes en Chine.


Les passants se sont arrêtés pour prendre des dépliants, discuter avec les pratiquants et signer la pétition. De nombreux participants chinois à la conférence ont lu l’information affichée et ont pris les grandes bannières et la démonstration des exercices en photo.


Un homme âgé qui faisait une pause pendant la conférence s'est entretenu avec les pratiquants. Il a dit qu’il était allé à Beijing à la fin des années 1990 et avait le sentiment qu'à cette époque, le PCC avait commencé à assouplir son contrôle sur la population. Mais après avoir lu les dépliants distribués par les pratiquants, il a dit qu’il réalisait que le PCC n'avait jamais cessé de bafouer les droits de l'homme, et qu'il était même pire qu'avant.


Le dernier jour de la conférence, une femme qui sortait est allée directement à la table des pratiquants leur disant que des participants l’avaient informé de la possibilité de signer en sortant une pétition pour la fin de la persécution du Falun Gong en Chine. Elle a signé pour manifester son soutien aux efforts des pratiquants.


Un flot continu de participants à la conférence est venu cet après-midi-là et a signé la pétition. Un participant chinois a demandé aux pratiquants de l'aider à démissionner des organisations du parti communiste qu'il avait rejoint.


Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2019/12/5/180976.html<:a>

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.