" C'est merveilleux d'avoir un Maître ! "

Bonjour estimé Maître et compagnons de cultivation.


Je suis un pratiquant de Falun Dafa (aussi appelé Falun Gong) de la province du Heilongjiang et je cultive depuis vingt ans. C'est la première fois que je participe à un Fahui chinois.


D'un scélérat à un pratiquant de Dafa

Ma mère m'a rendu visite dans un petit village de montagne de la province du Jilin en été 1999. Je l'ai vu lire un livre et faire des exercices tous les jours. J'étais curieux. Elle m'a dit que le livre était le Zhuan Falun et qu'elle pratiquait le Falun Gong, une méthode de cultivation de l'école Bouddha. J'étais intéressé et je me demandais si cela pourrait m'aider à abandonner certaines de mes mauvaises habitudes. Ma mère m'a encouragé à essayer.


À cette époque, j'avais beaucoup de mauvaises habitudes : je buvais, je fumais, je jouais à des jeux d'argent, je me battais et je battais ma femme. Parce que j'avais tendance à avoir des ennuis, ma femme s'inquiétait toujours pour moi. Je savais que ce que je faisais était mal, mais je n'arrivais pas à me contrôler.


Après avoir commencé à lire le Zhuan Falun, j'ai été profondément impressionné par les principes qui y sont décrits. J'ai rejoint un groupe d'étude du Fa et j'ai fait les exercices tous les jours. Petit à petit, j'ai changé et je me suis débarrassé de mes mauvaises habitudes. Je me sentais entouré par les bénédictions du Bouddha.


Quelqu'un de notre groupe d'étude du Fa avait un diabète sévère. Elle s'est complètement rétablie après avoir pratiqué Dafa pendant une courte période. Le fait d'être témoin de son rétablissement a encore renforcé notre croyance en Dafa.


Peu de temps après que j'ai commencé à pratiquer, cependant, la persécution du Falun Dafa a commencé. La propagande calomniant Dafa a inondé les médias. Tous les pratiquants de notre groupe d'étude du Fa ont démissionné. C'était difficile pour moi de continuer, et ma femme et moi avons caché nos livres de Dafa. Mais il m'était impossible de lâcher complètement Dafa dans mon cœur. Après m'être éloigné de Dafa, mes mauvaises habitudes sont revenues. J'étais bouleversé tous les jours, mais je ne savais pas quoi faire.


J'ai déménagé dans une autre ville de la province du Heilongjiang en 2006. Le Maître a arrangé que je rencontre les pratiquants locaux et, avec leur aide, j'ai repris la pratique. Je me suis encore une fois débarrassé de mes mauvaises habitudes. Ma relation avec ma femme s'est améliorée et nous nous entendions bien. J'ai travaillé avec diligence et traité les gens avec gentillesse.


J'ai deux enfants, un garçon et une fille. Ma fille avait une mauvaise santé depuis sa naissance, et elle tombait facilement malade. Quand elle est tombée malade à nouveau et n'arrêtait pas de pleurer, ma femme et mon fils ont décidé de l'emmener voir un médecin. Sur le chemin, ils ont rencontré un pratiquant qui a mis une amulette avec les mots "Falun Dafa est bon "à côté d'elle. Elle a immédiatement cessé de pleurer et s'est endormie. Ils sont rentrés à la maison au lieu d'aller voir le médecin. Quelques heures plus tard, ma fille s'est réveillée et a commencé à jouer.


Ma femme a été témoin de l'incroyable rétablissement de notre fille et a décidé de pratiquer Dafa. Elle souffrait de graves problèmes cardiaques et d'hyperplasie osseuse, dont elle s'est remise après avoir pratiqué Dafa pendant trois mois.


Marcher sur le chemin de la rectification de Fa

Le pratiquant Ming m'a invité à distribuer des brochures sur le Falun Dafa et à clarifier la vérité avec lui pendant l'hiver 2006. J'étais enthousiaste, mais les autres pratiquants n'étaient pas heureux de voir quelqu'un qu'ils ne connaissaient pas, pour des raisons de sécurité. Je me sentais mal à l'aise, mais Ming a dit qu'il ferait équipe avec moi.


En route vers notre destination, nous avons émis la pensée droite pour éliminer toute interférence. De mon œil céleste, j'ai vu le Falun protéger notre destination. Je savais que le Maître m'encourageait.


Nous sommes sortis par groupes de deux. Quand j'ai mis une brochure sur la première porte, je l'ai vu rayonner d'une lumière vive. Ces gens avaient la chance de recevoir des informations aussi précieuses.


Alors que j'étais sur le point de mettre une brochure sur une autre porte, j'ai vu un chien à l'intérieur sur le point d'aboyer. J'ai dit au chien : " Je suis là pour sauver ton maître." Le chien semblait comprendre et n'aboyait pas.


Au cours d'un autre voyage dans un village, une maison était isolée à environ 100 mètres de toutes les autres maisons. J'allais m'y rendre à pied, mais l'autre pratiquante a essayé de m'en dissuader.


Je lui ai dit : " Ne ratons aucune maison. "Elle a dit : "Bien sûr, je vais émettre la pensée droite pour toi. "Quand je suis revenu après avoir laissé un imprimé à la porte, elle m'a demandé si la personne qu'elle avait vue m'avait demandé quelque chose. J'étais déconcerté, car je n'avais vu personne, juste un tas de briques. Mais elle a dit qu'il y avait quelqu'un près de la maison. Quand j'ai regardé en arrière, le tas de briques avait disparu.


Le pouvoir de l'altruisme

Neuf d'entre nous – trois hommes et six femmes – se sont rendus dans les zones rurales pour distribuer des brochures du Falun Dafa en juillet 2009. Ma femme était l'une d'elles.


Après en avoir fini avec quelques villages, je rentrais chez moi chercher d'autres brochures quand j'ai vu des voitures de police tourner dans les villages où nous venions d'aller.


La pratiquante Ling m'a vu et m'a dit : " La police arrive. Allons-nous-en." Elle est montée sur ma moto et nous avons démarré, mais une voiture de police bloquait la route juste devant. Ling est descendue et s'est enfuie. Je me suis calmé et j'ai continué à me diriger vers la voiture de police. Tous les agents ont commencé à la pourchasser, comme s'ils ne me voyaient même pas.


Je me suis arrêté à la voiture de police, me demandant comment l'aider. Soudain, j'ai entendu des coups dans la voiture. Une autre pratiquante était enfermée à l'intérieur et ne pouvait pas baisser la vitre. J'ai trouvé une grosse pierre et j'étais sur le point de m'en servir pour briser la fenêtre, quand la fenêtre s'est effondrée toute seule, et elle a sauté dehors. Je l'ai emmenée dans un endroit sûr et un autre pratiquant l'a ramenée chez elle.


Je suis revenu et j'ai continué à chercher Ling et les autres pratiquants. Tous nos portables étaient éteints. J'ai erré sans penser à ma propre sécurité et sans m'inquiéter pour ma femme, mais je n'ai trouvé personne d'autre. Un pratiquant m'a appelé vers 16 h et m'a dit de rentrer chez moi. J'ai appris plus tard que trois pratiquants avaient été arrêtés, dont ma femme.


Les efforts pour les sauver ont commencé la même nuit. La coordonnatrice craignait qu'on s'immisce dans ma vie à cause de ma sentimentalité pour ma femme et elle ne m'a pas demandé de participer. De retour chez moi, j'ai étudié le Fa avec un esprit calme. Je savais que la sentimentalité humaine ne pouvait pas interférer avec moi et que je devais me joindre à l'effort de sauvetage.


Le lendemain, j'ai parlé à la coordonnatrice de ce que je ressentais et lui ai fait part de mon idée d'inviter le directeur de la Division de la sécurité intérieure à dîner. Elle a accepté. Le directeur a accepté mon invitation et est venu au dîner avec sa femme ce soir-là. Deux autres pratiquants se sont joints à nous.


Nous n'avons pas tourné autour du pot, mais nous sommes allés droit au but peu après avoir commencé à parler. Le directeur a été très surpris que je sois un pratiquant de Falun Dafa. Il a convenu qu'il était bon d'avoir la foi. Nous avons partagé nos histoires personnelles avec lui et sa femme et leur avons dit combien Dafa est merveilleux et pourquoi le gouvernement persécute Falun Dafa. Son épouse a exprimé son intérêt à lire le Zhuan Falun après avoir appris la vérité. Le directeur a accepté de libérer les pratiquants.


Les trois pratiquants sont rentrés chez eux deux semaines plus tard.


Expérimenter le pouvoir de Dafa

Plus d'une dizaine d'entre nous se sont rendus dans une région rurale pour distribuer des brochures sur le Falun Gong en mai 2009. Nous avons été signalés, et la police locale est venue.


Sept policiers m'ont poursuivi jusqu'à ce que je trébuche et tombe. Ils m'ont encerclé avant que je puisse me relever. Juste au moment où ils allaient me donner un coup de pied, j'ai crié : " Maître, sauvez-moi ! "Leurs pieds se sont arrêtés dans les airs, tout près de mon visage. Le Maître les a congelés. Il serait difficile d'imaginer les conséquences si le Maître ne m'avait pas protégé.


Ils m'ont emmené au poste de police. Un autre pratiquant m'a appelé juste après mon arrivée. Je lui ai rapidement dit que j'étais au poste de police et j'ai raccroché en glissant le téléphone dans ma poche. La police m'a ordonné de rendre mon téléphone. J'ai refusé parce qu'il contenait les numéros de téléphone de nombreux pratiquants. J'ai dit : " Tu ne l'auras jamais. " Ils sont tous venus me voir et ont essayé de me l'enlever, mais ils n'ont tout simplement pas pu. Ils étaient perplexes, mais le Maître m'a encore protégé.


Plus tard, il ne restait plus qu'un seul agent de police, Wang, pour me garder. Je lui ai dit la vérité sur le Falun Gong et le Parti communiste chinois (PCC). Il a démissionné du PCC.


Deux autres pratiquants ont été amenés au poste. Wang a reçu l'ordre de nous surveiller tous les trois. Quand j'ai eu besoin d'aller aux toilettes, Wang m'a ouvert la voie. Je lui ai demandé si la porte était verrouillée. Il a dit que la porte d'entrée l'était, mais que la porte latérale ne l'était pas. Il m'a également indiqué la porte latérale.


Quand je suis revenu, j'ai remarqué que nous étions retenus dans une pièce près de la porte latérale. Il serait facile de sauter par la fenêtre et de s'échapper. J'ai dit aux deux autres quoi faire. Puis j'ai emmené Wang dans le couloir pour discuter avec lui. Nous avons entendu le bruit de la porte se refermer et nous avons souri. Cinq minutes plus tard, il m'a laissé entendre que je devais m'échapper aussi, mais quand je suis revenu dans la pièce, j'ai vu que le pratiquant Ming, qui était plus âgé, était toujours là. Il m'a dit qu'il était trop fatigué et que je devais y aller. Je ne voulais pas l'abandonner et j'ai décidé de rester. Wang nous a dit que son quart de travail était presque terminé et qu'il n'y aurait aucune chance pour nous de nous échapper après cela. Mais je savais que tout était sous le contrôle du Maître.


L'agent Chen a remplacé Wang pour nous surveiller. Je lui ai également dit la vérité sur Dafa et les atrocités commises par le PCC. À ma grande surprise, il voulait en savoir plus sur Bouddha et la cultivation dont je lui ai parlé. Il a démissionné du PCC et de ses organisations pour la jeunesse, puis nous a dit " de ne pas nous échapper " et est allé faire une sieste. J'ai compris et j'ai dit à Ming qu'on pouvait s'échapper ensemble. Mais il ne pouvait toujours pas, alors j'ai choisi de rester avec lui. Quand Chen s'est réveillé et nous a vus encore là, il a secoué la tête.


Après la garde de Chen, Zhang l'a remplacé. Il m'a écouté lui dire la vérité sur le Falun Gong et s'est endormi. Quand il s'est réveillé le lendemain matin et qu'il nous a vus encore là, il a dit : "Vous n'avez plus de chance de vous échapper. Des officiers de la Division de la sécurité intérieure vont venir vous chercher. "


Ming et moi avons été emmenés au centre de détention. Dans notre cellule, j'ai commencé à émettre la pensée droite, mais Ming avait trop peur. Je savais que le Maître était avec nous, et je n'avais pas peur.


Quand le chef de cellule a appris que j'étais détenu pour avoir pratiqué le Falun Dafa, il a été respectueux.


Cette première nuit, nous nous sommes levés pour faire les exercices. Mais en les faisant, la chaîne de la porte de la cellule a tremblé, alors nous sommes rapidement retournés à nos lits et avons fait semblant de dormir. Un garde est venu et nous a maudits. Je me suis rendu compte que j'avais l'attachement à la peur et j'ai décidé de faire mieux le lendemain. La même chose s'est produite la nuit suivante. Après avoir entendu un cliquetis de chaîne, je n'ai pas bougé et j'ai fini de faire les exercices. J'ai entendu des bruits de pas, mais rien de plus. J'ai fait les exercices tous les soirs après ça.


Avec l'aide de nos pratiquants locaux, nous avons été libérés en 15 jours.


Être tolérant et abandonner l'attachement à la compétition

J'ai travaillé dans une usine de polissage du granit en 2010. J'ai engagé quatre ouvriers pour faire un travail particulier. Ils ont terminé le travail, mais le client n'était pas satisfait du lustre et a insisté pour qu'il soit refait. Sinon, il déduirait 4000 yuans de sa facture. Nous étions proches du Nouvel An chinois, et les ouvriers ne voulaient pas le refaire, alors je leur ai demandé de partager la perte de 4000 yuans entre eux et ils ont accepté.


Cependant, après mon retour dans ma ville natale pour les vacances, ils m'ont trouvé et m'ont demandé de leur payer les 4000 yuans. J'ai refusé. Alors trois d'entre eux ont commencé à me frapper.


Je me suis souvenu de ce qu'a dit le Maître :

"Que veut dire le cœur de grande patience ? Comme personne qui pratique le gong, vous devez d’abord parvenir à ne pas rendre " les coups " quand on vous frappe, à ne pas rétorquer quand on vous insulte ; vous devez exercer le Ren. Sinon, comment seriez-vous digne d’être un pratiquant de gong ? " (Neuvième conférence, Zhuan Falun)


Je suis un pratiquant et je n'ai pas riposté. Au lieu de ça, je suis resté planté là. La zone autour de mes yeux était blessée et saignait. Cela les effrayait et ils se sont arrêtés.


J'ai dit : " Vous avez donné suffisamment de coups." Ils ont flanché. Je leur ai dit : " Vous n'avez pas à avoir peur. Je ne me défendrai pas puisque je suis un pratiquant de Falun Dafa. Si vous avez fini, vous devriez partir. " J'avais l'impression d'être énorme et ils étaient minuscules.


Une personne qui les accompagnait m'a proposé de m'emmener à l'hôpital. Je l'ai remercié et je suis retourné chez mon frère. Mon frère était furieux quand il m'a vu et voulait se venger.


J'ai dit : " Ils ne seraient pas mes adversaires si je me défendais comme auparavant. Je ne voulais pas me battre avec eux maintenant. " Il a dit que j'étais stupide et m'a aussi dit que je devrais aller à l'hôpital. Je lui ai dit que je me rétablirais après avoir lu un chapitre du Zhuan Falun.


Lui et mes autres frères étaient si sceptiques qu'ils m'ont regardé lire. Quand j'ai terminé, le saignement s'était arrêté, l'enflure avait disparu et la chair déchirée était fermée. Tout ce qu'ils pouvaient dire c'était : " C'est incroyable. "


Clarifier la vérité pour la police des chemins de fer

J'ai accepté une offre d'emploi à Lhassa, au Tibet, il y a quelques années. Lorsque j'ai pris le train pour Lhassa, deux agents de la police des chemins de fer sont venus confirmer mon numéro de siège et m'ont ordonné de venir avec eux. Je les ai suivis avec une seule pensée en tête : " Je vous sauverai tous les deux."


Dans la voiture suivante, ils se sont arrêtés et m'ont dit d'ouvrir mes bagages. L'un d'eux a dit : " Tu souris encore. Voyons combien de temps tu vas continuer comme ça. " Ils ont trouvé mon ordinateur portable et m'ont dit de l'ouvrir. Je m'y suis conformé. L'agent de police le plus âgé a commencé à y jeter un coup d'œil. Le plus jeune m'a dit de déverrouiller mon portable aussi. J'ai obéi, et il l'a remis à l'agent le plus âgé, qui m'a demandé si je pratiquais encore le Falun Dafa. J'ai répondu : " Bien sûr, c'est une pratique merveilleuse." L'agent le plus âgé a dit au plus jeune de me surveiller et il est parti.


J'ai commencé à discuter avec le jeune agent : " Pourquoi fais-tu ce genre de travail ? Tu es si jeune. " Il a répondu : " Les pratiquants de Falun Dafa se sont mis le feu. " Je savais qu'il s'était fait avoir par le coup monté des auto-immolations. J'ai demandé au Maître de m'aider à éliminer les éléments pervers derrière lui et à le sauver. Je lui ai dit la vérité sur les auto-immolations. Il a écouté attentivement et a compris. Il m'a dit qu'il ne ferait plus jamais une chose pareille. J'ai dit qu'il devait s'arrêter ici. Il a accepté. Quand l'agent le plus âgé est revenu, il est parti. J'étais heureux qu'une vie ait été sauvée.


L'agent le plus âgé m'a dit de le suivre. Je l'ai fait joyeusement et j'ai demandé au Maître de m'aider à le sauver aussi. Nous nous sommes arrêtés entre les wagons de train et il a dit : " N'essayez pas de me faire la morale. Je suis un vétéran du Parti communiste. " Je lui ai juste souri. Il m'a dit de supprimer les livres de Falun Dafa sur ma tablette et de faire un enregistrement vidéo du renoncement au Falun Dafa. Puis il me relâcherait.


Je lui ai dit : " Si je fais ce que tu me demandes, ce sera vraiment mauvais pour toi. " Il a été surpris et a demandé pourquoi. Je lui ai dit que le Falun Dafa est une méthode de cultivation de l'école de Bouddha et que ce serait une très mauvaise action s'il faisait faire à un pratiquant du mal au Fa de Bouddha. Il a été bouleversé par ce que j'ai dit et il y a réfléchi.


Puis il a dit : " Lorsque tu me diras que tu quitteras le Falun Dafa, je te laisserai partir. " Il m'a traité d'entêté et était sur le point de salir Dafa. Je l'ai stoppé sur-le-champ et je lui ai parlé davantage du Falun Dafa et des mauvaises choses dont le PCC était responsable.


Il a écouté attentivement et a compris à quel point le Parti est mauvais. Il m'a demandé : " Que dois-je faire de toi ? " J'ai répondu : " C'est facile. Laisse-moi partir. " Il a souri et m'a libéré.


J'étais si heureux de le voir sourire. J'ai ressenti la compassion du Maître, sa présence et sa protection.


Après plus de vingt ans de cultivation, je continue d'avoir ce sentiment étonnant – c'est merveilleux d'avoir un Maître.


Traduit de l'anglais
Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2019/11/19/180783.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2019/11/11/395393.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.