La Commission exécutive du Congrès sur la Chine exhorte le Parti communiste chinois à mettre fin à la persécution du Falun Gong

La Commission exécutive du Congrès sur la Chine (CECC) a publié une déclaration le 20 juillet 2019, exhortant le Parti communiste chinois à cesser de persécuter le Falun Gong. "Au cours des vingt dernières années, les adeptes du Falun Gong ont été victimes de violations épouvantables et inacceptables des droits de l'homme en Chine ", écrit le communiqué.


Cette déclaration a été faite par le représentant James McGovern, président du CECC, et son coprésident, le sénateur Marco Rubio. La déclaration peut être consultée sur le site Web de la Commission à l'adresse www.cecc.gov

 
Le représentant James McGovern (au centre), président de la CECC.
 
Le sénateur Marco Rubio est coprésident de la CECC.


Depuis que le Parti communiste chinois a commencé à réprimer le Falun Gong le 20 juillet 1999, de nombreux pratiquants du Falun Gong "ont été soumis à la détention arbitraire, à la torture, au travail forcé et au harcèlement constant".


"En ce triste anniversaire, le gouvernement chinois devrait mettre fin à la persécution du Falun Gong et permettre une enquête indépendante et transparente de l'ONU sur les violations des droits humains subies par le Falun Gong au cours des deux dernières décennies ", poursuit la déclaration.


Deux cas mis en évidence

La déclaration cite deux cas dans lesquels des pratiquants sont actuellement emprisonnés pour leurs croyances. "Nous exhortons également le gouvernement chinois à libérer immédiatement et sans condition Deng Cuiping, Zuo Hongtao et de nombreux autres pratiquants du Falun Gong, et à respecter la liberté de tous les pratiquants du Falun Gong d'avoir leurs croyances et leur droit de pratiquer conformément à ces croyances garanties par les normes internationales des droits humains et par la constitution chinoise elle-même ", écrit la déclaration.


Le CECC a été créé par le Congrès américain en octobre 2000 pour surveiller les droits de l'homme et le développement de l'État de droit en Chine, et soumettre un rapport annuel au Président et au Congrès. Il se compose de sénateurs, de membres de la Chambre des représentants et de hauts fonctionnaires de l'administration nommés par le Président.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.