"Ce n'est qu'en se cultivant bien que l'on peut sauver les gens"

Le 17 mai 2019, près de dix mille pratiquants de Falun Gong (aussi appelé Falun Dafa) venus du monde entier ont participé à la " Conférence de partage d'expériences de Falun Dafa de New York 2019 " au Barclays Center, à Brooklyn. Le matin, Maître Li Hongzhi est venu en personne à la conférence, accueilli par un tonnerre d'applaudissements.


Maître Li a enseigné le Fa aux disciples pendant 1 heure et 55 minutes. À la fin de l'enseignement, tous les disciples se sont levés de nouveau, accompagnant le départ du Maître avec de chaleureux applaudissements. Après avoir entendu l'enseignement du Maître, des disciples de l'étranger ont senti que le temps pressait, qu'il fallait absolument se dépêcher de bien se cultiver pour rattraper le processus de rectification de Fa et bien faire les trois choses, ce n'est que comme ça que nous pourrons accomplir nos vœux.


Travailler ensemble

 

Lin Shenlin, disciple de Dafa de Toronto, Canada


Lin Shenli, un pratiquant de Falun Dafa de Toronto, a obtenu le Fa en 1996 à Pékin. Après 23 ans de xiulian, il a dit : " Aujourd'hui, après avoir entendu l'enseignement du Maître, j'ai senti un sérieux et une urgence. En 1999, sous la persécution aussi acharnée du PCC, nous faisions tous face et résistions à la persécution. En Chine j'ai été arrêté plusieurs fois, condamné à deux ans de travaux forcés, j'ai subi toutes sortes de torture. Il ne faut surtout pas se relâcher aujourd'hui, c'est aussi ce que le Maître attend de nous. "


"En 2002, j'ai été secouru et je suis sorti de Chine grâce à l'action des pratiquants à l'étranger. Je suis arrivé au Canada le 24 février 2002. Cette fois, le Maître a aussi dit que les disciples de Dafa de l'étranger étaient vraiment formidables, toute la situation à l'étranger a été rectifiée grâce à eux. À l'époque, la persécution à l'étranger n'était pas directe, mais seulement indirecte, tous les médias du monde entier relayaient les mensonges du PCC. À l'époque, les disciples de Dafa étaient peu nombreux à l'étranger, beaucoup d'entre eux venaient d'obtenir le Fa et ont tout de suite pris leur place dans la résistance à la persécution. En menant de front leur cultivation personnelle et le xiulian pendant la rectification de Fa, ils ont pu rectifier l'environnement à l'étranger, ce qui a eu un grand effet en réduisant la persécution des disciples de Dafa en Chine, c'est pour cela que le Maître les trouve formidables.


J'avais justement bénéficié de leur aide, à l'époque, quand ils étaient allés clarifier la vérité aux gouvernements, et j'ai pu être secouru."


Après avoir écouté l'enseignement du Maître, Lin Shenli a senti que le plus urgent était de mettre une grande énergie à bien se cultiver soi-même. Car sinon, comme l'a dit le Maître, on ne pourra pas sauver les gens.


Il a poursuivi : "Par exemple, une fois, je suis allé accrocher des imprimés aux portes pour la promotion de Shen Yun. Comme le plan imprimé n'était pas très clair, il était très difficile à le lire, alors les pratiquants se plaignaient sans cesse : “Ce plan est tellement pas clair, comment voulez-vous que je m'y retrouve ? Ça nous empêche de progresser et ça manque de précision.” J'ai eu alors beaucoup de peine. J'ai pensé aux disciples de Dafa en Chine qui allaient distribuer des documents (pour expliquer la situation sur le Falun Gong) dans des régions reculées, parfois il y avait du brouillard, de la pluie ou des orages, parfois on ne retrouvait pas la route, parfois on perdait la direction. Tout ce à quoi ils pensaient, eux, c'était de demander de l'aide au Maître, ils ne se plaignaient pas des autres, mais réfléchissaient à comment éliminer les interférences. Ils demandaient au Maître de les renforcer. Souvent, une lumière apparaissait soudain et en la suivant, on retrouvait le chemin. En pensant à tout cela, j'ai dit au pratiquant qui lisait le plan : “Ne nous énervons pas, émettons la pensée droite pour éliminer les interférences.” À peine avais-je fini de parler que notre voiture est arrivée sur la route que nous cherchions. Cela nous a tous frappés : voilà ce qu'est la collaboration. Il devrait en être ainsi dans tous nos projets, il ne faut surtout pas se plaindre les uns des autres ni se disputer entre nous, ce que le Maître veut que nous fassions, c'est collaborer. "


Des pratiquants de New York : l'expérience de trois personnes d'une même famille

 
Les pratiquants de Falun Gong Feng Ling, son mari Wu Shengyong et leur fille Emily


Les pratiquants de Falun Gong Feng Ling, son mari Wu Shengyong et leur fille Emily ont tous les trois participé au Fahui, ils ont partagé leur ressenti.


Feng Ling a dit : " Après avoir écouté l'enseignement du Maître, mon impression la plus forte c'est qu'il ne faut pas perdre de temps, que si nous n'avons pas bien fait les trois choses, nous devons vite bien les faire. "


" Le Maître veut que nous voyions le bon côté des autres, y compris quand j'éduque ma fille. Parfois, il lui arrive de se faire maltraiter à l'école, etc., mais je lui fais toujours voir le bon côté de ses camarades. C'est pareil pour moi, dans mon travail, dans les projets. J'ai découvert que quand j'agissais vraiment selon ce principe, ne cherchant à voir que le bon côté des gens, quelle que soit la personne, que ce soit une personne ordinaire ou un pratiquant, la situation changeait, j'ai davantage de marge de manœuvre pour bien traiter le problème, et tout se passe bien. "


Wu Shengyong travaille dans la recherche médicale. Il a dit : "J'ai obtenu le Fa en décembre 1997 à Tianjin. Aujourd'hui, à Montréal, j'ai retrouvé des compagnons de cultivation qui avaient étudié le Fa avec moi à l'époque. C'est un collègue qui m'a présenté Dafa, j'étais alors médecin en radiologie, c'était un collègue de mon service qui m'en a parlé. Maintenant j'ai retrouvé des compagnons de cultivation d'antan. Dans une certaine mesure, je pense que c'est le Maître qui me donne des indices. Ma compréhension, c'est qu'il faut cultiver comme au premier jour. "


Il a dit : "Après avoir écouté l'enseignement du Maître aujourd'hui, pour parler clairement, j'ai senti que le Maître espérait ardemment que tous les disciples s'élèvent, s'améliorent. Les manquements dans le xiulian dont il a parlé, je les ai tous. Surtout quand il a donné l'exemple des problèmes qu'avaient les pratiquants venus de Chine continentale, je pense que je me situe dans cette catégorie. Effectivement, quand j'étais en Chine, je n'en faisais déjà franchement pas assez, alors je devrais d'autant plus me rattraper ici. Ce n'est qu'en faisant mieux que l'on pourra se regarder en face et être digne du Maître."


La gratitude d'un pratiquant croate

 
Kristian Palacek de Croatie.


Kristian Palacek, venu de Croatie a déclaré : " C'est la première fois que j'écoute le Maître enseigner en personne. Pour moi, venir au Fahui de New York est très spécial, je suis très reconnaissant, parce que cela a été très difficile pour moi de venir à New York, il y avait beaucoup de choses à régler, merci beaucoup au Maître pour ses arrangements. "


" J'ai commencé le xiulian en 2003, je vais commencer à participer à un projet de média. Comme le Maître l'a dit, les médias ont un très grand effet, ils sont très puissants dans le salut des gens. J'ai besoin de temps pour bien m'installer, c'est un défi pour moi. Je vais devenir plus diligent, bien étudier le Fa, pratiquer les exercices tous les jours, je veux absolument bien me cultiver. Ce n'est que comme cela que je pourrais bien faire les choses de validation de Dafa. Il faut absolument être diligent, sinon on reste à la traîne. "


Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2019/5/20/387534.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.