New York : Se remémorer l'appel pacifique des pratiquants de Falun Gong il y a 20 ans

Les pratiquants de Falun Gong se sont rassemblés devant le consulat de Chine à New York pour se remémorer solennellement leurs compagnons de cultivation morts durant la persécution qui se poursuit en Chine. Le 20 avril 2019 au soir, les pratiquants ont organisé une veillée aux chandelles pour rappeler au monde comment dix mille pratiquants sont allés à Pékin pour demander pacifiquement au gouvernement de leur accorder leur droit fondamental de croyance. À leur consternation, quelques semaines plus tard, le Parti communiste chinois (PCC) lançait la persécution du Falun Gong en juillet 1999.


Des milliers de pratiquants ont été torturés et tués au cours de ces vingt années passées simplement parce qu'ils refusaient d'abandonner leur pratique spirituelle. Les pratiquants, rassemblés devant le consulat de Chine, ont exhorté que Pékin cesse immédiatement la persécution et ils ont demandé à la société internationale de prêter main-forte pour y mettre fin.


 
 
 
 
 
Le 20 avril 2019, au soir, les pratiquants de la ville de New York ont organisé une veillée aux chandelles devant le consulat de Chine pour commémorer les pratiquants morts durant la persécution en Chine. Ils ont fait la démonstration des exercices pendant leur activité solennelle.
 
 
 
Alors que le crépuscule enveloppait tranquillement New York, les pratiquants tenaient des lampes de lotus pour commémorer leurs compagnons de cultivation morts au cours de la persécution qui dure depuis vingt ans.


Selon des statistiques incomplètes du site Minghui.org, 4296 pratiquants sont morts des suites directes de la persécution.


La pratiquante Mme Han Yu a dit que son père, M. Han Junqing, lui manquait lequel était aussi un pratiquant. Le 4 mai 2004, il est mort trois mois après avoir été illégalement arrêté. Mme Han a vu le corps de son père juste avant qu'il ne soit incinéré et sous haute sécurité policière. Il avait des blessures au visage et des morceaux de chair manquaient sous son œil gauche. Sa tante et son oncle ont réussi à ouvrir la chemise de son père et ils ont vu une incision sur toute la longueur de son abdomen. Quand ils ont appuyé sur son ventre, ils ont constaté qu'il était rempli de cubes de glace et qu'il n'y avait plus d'organes. Elle a dit qu'il y avait plus d'une centaine de policiers autour d'eux et que les caméras étaient interdites. Le corps de son père a été incinéré peu de temps après.


 
Les pratiquants ont déployé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : "Traduire Jiang Zemin en justice " et " Arrêter la persécution du Falun Gong ". D'autres messages demandaient à Pékin de libérer les pratiquants qui sont actuellement incarcérés pour leur croyance.
 
M. Zhang Wei (au milieu en jaune) de la province du Shandong demandait à Pékin de libérer immédiatement sa mère, Mme Zhang Aili. Elle est illégalement emprisonnée depuis novembre 2018.

Les pratiquants se remémorent l'appel pacifique d'il y a 20 ans

Mme Li Dianqin a parlé de ce qu'elle a vu il y a vingt ans. Dix mille pratiquants étaient alignés tranquillement le long du trottoir devant le Bureau des appels, croyant que leur gouvernement les écouterait. Tout le monde était tranquille et ordonné. Personne n'a crié de slogans ni n'a bloqué la circulation, ni sur le trottoir ni sur la rue. Quand ils sont partis, les rues étaient plus propres que quand ils étaient arrivés. Mme Li a dit qu'un des policiers a dit à ses subordonnés : " Regarde comme le sol est propre ! C'est la vraie vertu ! "


Un autre pratiquant, Tian Tian, a dit que les pratiquants qui étaient allés à Pékin faire appel étaient calmes et dignes. Certains se sont portés volontaires pour aider à garder tout le monde en ordre, même aux toilettes publiques. D'autres ont nettoyé les toilettes par la suite. Ils souhaitaient sincèrement protéger et maintenir leur croyance.


Kong Weijing s'est souvenu qu'il était là à faire appel durant plus de douze heures. Il a dit que même s'il y avait eu 10 000 pratiquants là, quand ils sont partis, il n'y avait pas un morceau de papier par terre. Ils ont même ramassé les mégots de cigarettes laissés par les policiers en service.


Des passants impressionnés par l'activité paisible

De nombreux passants ont dit qu'ils étaient impressionnés par la gentillesse des pratiquants et l'atmosphère paisible durant l'activité de New York. Un membre du personnel de MTA a commenté à quel point c'était calme et paisible alors qu'il prenait quelques informations sur l'activité.

 
Un pratiquant explique pourquoi la persécution est mauvaise.
 
Les pratiquants ont donné aux agents de police de New York des fleurs de lotus en papier avec les paroles « Falun Dafa est bon ». Les policiers ont dit qu'ils savaient que le Falun Dafa est bon et qu'il était persécuté par le régime communiste chinois.


Un étudiant chinois qui fréquente l'université de Yale s'est arrêté pour parler avec des pratiquants pendant la veillée aux chandelles. Après en avoir appris davantage au sujet de la persécution, il a accepté de se retirer de la Ligue de la jeunesse chinoise qu'il avait rejointe. Il a dit qu'il voulait se ranger du côté des gens qui sont bons et droits.


Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2019/4/27/176636.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2019/4/24/385501.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.