Tradition et recueillement dans la plus belle des maisons anciennes existant encore aujourd'hui en Corée

Éclairée par les rayons du soleil, illuminée par le chant des oiseaux, l'ancienne maison de Seon Byeong-guk au bord de la douce rivière Samcheon est aussi attrayante qu'un lotus en fleur. Cette vieille maison est le trésor de Mme Hong Young Hee, une Coréenne de 65 ans au visage aimable, noble et au sourire amical.


L’Histoire de Seon Byeong-guk

Le grand-père du mari de Mme Hong était un prince sous la dynastie Jin en Chine. Il s'est rendu en Corée, a été impressionné par la prévalence de la beauté naturelle et a décidé de s'y installer. En tant que fondateur de la première société de négoce en Corée, il s'est construit une carrière glorieuse et prospère.


Lorsque le roi Gojong mourut en 1919, à la fin de la dynastie Choson, le beau-père de Mme Hong se porta volontaire pour payer les funérailles du roi en témoignage d'honneur et de respect. En réponse à la bonne volonté de la famille, la cour décida d'envoyer une équipe de constructeurs pour leur bâtir une magnifique maison. Elle fût construite avec diligence au pied du mont Songnisan et se vît donner le nom de Seon Byeong-guk (celui du beau-père de Mme Hong) .


Embrasser l'architecture traditionnelle coréenne

La maison reflétait des aspects de l'architecture impériale ; un lotus figuratif flottant sur l'eau, symbolisant la prospérité et le bien-être des générations futures.


 
La maison reflétant un style impérial. (DKN.tv)


En règle générale, les maisons Hanok traditionnelles ne pouvaient avoir que des colonnes carrées et un maximum de 99 pièces. Cependant, la maison de Mme Hong compte 134 pièces et des colonnes rondes, tout comme celles du palais royal.


La maison est divisée en trois parties : Sarangchae (la maison d'hôtes), Anchae (une maison individuelle) et Heangrangchae (un espace ouvert). Le plancher a été construit en bois nu et poli, et de grandes portes coulissantes en bois et en papier.


À l'intérieur du hall principal, un magnifique toit en tuiles est soutenu par deux grandes poutres en bois. Les poutres sont recouvertes de placage translucide, révélant et accentuant la beauté du bois, lui-même sculpté pour ressembler aux dragons orientaux.


Il est largement admis que la maison de Mme Hong est la plus grande et la plus belle des rares maisons anciennes qui existent encore aujourd'hui en Corée.


En 2003, le mari de Mme Hong s'est installé à Séoul pour vaquer à ses affaires, laissant sa femme s’occuper de la maison. L’industrieuse Mme Hong y a accueilli des milliers de touristes, y compris des personnalités de haut rang d'importance nationale, des étudiants étrangers, des touristes américains et européens.


La maison a été classée patrimoine national par le gouvernement en 2018

 

Santé, patrimoine et bonheur

Mme Hong elle-même est une femme délicate, dont l'énergie et la nature laborieuse démentent ses 65 ans. Elle accueille encore des visiteurs tous les jours.


"Mon corps était très faible dans le passé", admet Mme Hong. "Je ne pouvais que rester allongée sans pouvoir rien faire. Cependant, grâce à un miracle arrivé dans ma vie, je suis en très bonne santé et capable de prendre soin de ma maison sans l'aide de personne."


Mme Hong a pu se rappeler de problèmes respiratoires remontant à l'époque où elle était à l'école.


Plus tard, après avoir donné naissance à son enfant, Mme Hong est devenue si fragile qu'elle ne pouvait plus bouger, même pour subvenir à ses besoins de base, comme prendre un bain ou manger. Elle était frustrée, sensible et en voulait à son état débilitant. À l'âge de 40 ans, les gens disaient avec méchanceté qu'elle "avait l'air d'une vieille femme misérable".


Mme Hong a subi de nombreuses visites à l'hôpital pour trouver une solution à ses problèmes de santé, mais les médecins lui ont dit qu'elle était selon toute apparence en bonne santé. "Je ne pouvais prendre presque aucune nourriture, même des nouilles instantanées ou du kimchi. Je pouvais tout juste manger un peu de riz, mais que j’avais quand même du mal à digérer ", décrit Mme Hong.


La bénédiction est arrivée plus tard dans sa vie, la maison que son beau-père bien-aimé a laissée à sa famille, s'est avérée être sa grâce salvatrice. La vie lui a offert "un miracle" et l'occasion de commencer un tout nouveau chapitre.


 
Mme Hong, étudiant le livre du Falun Gong. (DKN.tv)

Changement de perspectives

"En 2003, ma sœur a commencé à pratiquer le Falun Gong. Ayant entendu parler de ma maladie, elle m'a encouragée à me mettre à la pratique ", a partagé Mme Hong. "Finalement, j'ai décidé de la rejoindre. C'était une expérience tellement miraculeuse qu'en peu de temps, mon teint a peu à peu commencé à resplendir. Je me sentais aussi mieux et étais capable de nettoyer la maison et de faire des choses que je ne pouvais pas faire avant."


Ce fut un tournant, après près de la moitié de sa vie à souffrir. Plus Mme Hong pratiquait, plus elle découvrait une ouverture d'esprit. Et avec un esprit ouvert, un changement radical de perspective s'est opéré.


"J'ai réalisé que toutes mes pensées et mes actions dans le passé étaient vraiment égoïstes, étroites d'esprit et méprisantes ", a réalisé Mme Hong. "Comparé au principe de sincérité, de bonté et de tolérance du Falun Gong, je suis loin derrière."


"J'ai commencé à être plus altruiste, a-t-elle poursuivi. "Maintenant, quand je rencontre un conflit, j'essaie de trouver en moi-même mes propres insuffisances, et ainsi calmer mon esprit. La paix et la tranquillité sont ce qu’il y a pour moi de plus précieux."


 
Sincérité, bonté et tolérance : Mme Hong goûte la joie de l’instant. (DKN.tv)

Un héritage familial de gentillesse

Le beau-père de Mme Hong était un homme de mérite ; il traitait parfaitement ses voisins et les membres de sa famille.


Au cours de sa vie, il a rencontré de nombreux élèves qui n'avaient pas les moyens de payer leurs études, alors il s'est porté volontaire pour construire une école pour les élèves défavorisés dans le village.


En Corée du Sud, les propriétaires terriens imposaient des taxes très élevées aux agriculteurs. Cependant, le beau-père de Mme Hong a exempté de cette taxe de nombreux agriculteurs sans le sou. Il donnait même du riz à ceux qui luttaient pour nourrir leur famille. Les villageois reconnaissants, lui donnèrent à leur tour des baguettes et des cuillères.


Leurs cadeaux sont maintenant coulés dans une plaque commémorative en métal devant la porte de l'ancienne maison.


 
La plaque commémorative en métal rappelant la gratitude des villageois. (DKN.tv)


Mme Hong poursuit à sa façon l'héritage de bonté de son beau-père. "Chaque semaine, je vais à la clinique voisine pour enseigner aux personnes âgées comment faire les exercices de Falun Gong. Et quand la maison était en rénovation, je préparais parfois des repas pour les ouvriers. je sentais qu'ils méritaient d'être respectés."


 
Rien n’est plus précieux que sincérité, bonté, et tolérance – a dit Mme. Hong (DKN.tv)


Adopter un nouveau mode de vie

Le Falun Gong a aidé Mme Hong à redéployer ses forces après tant d'années passées à vivre dans un corps apparemment sans défense. Aujourd'hui, Mme Hong espère éduquer les autres par son exemple vivant.


"Chaque année, notre famille accueille entre 30 000 et 50 000 visiteurs ", a commencé Mme Hong. "Je pense que c'est une grande opportunité pour moi de présenter aux gens la beauté du Falun Gong et la persécution inhumaine qui a lieu en Chine."


À la lumière des persécutions, beaucoup de gens considèrent le Falun Gong avec prudence, supposant que c'est une pratique illégale. Mme Hong espère les faire changer d'avis.


Il y a trois ans, Mme Hong a également commencé à organiser des cérémonies du thé à l'intention des touristes afin de célébrer les valeurs et les pratiques traditionnelles. Dans l'espace majestueux de l'ancienne maison, et en synergie avec l'esprit paisible de sa propriétaire, les visiteurs goûtent cette occasion de déguster des thés délicats et de revivre l'esprit de l'aristocratie coréenne.


 
(DKN.tv)


Depuis qu'elle pratique le Falun Gong, Mme Hong a découvert que le retour à son vrai soi et aux valeurs traditionnelles est de toutes choses la plus précieuse.


Source: https://www.dkn.tv/van-hoa/chu-nhan-ngoi-nha-co-dep-nhat-han-quoc.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.