7e chapitre : La destruction de la famille (Ière partie)

Le spectre du communisme n’a pas disparu avec la désintégration du Parti communiste en Europe de l’Est
 

The Epoch Times sérialise une traduction du chinois d’un nouveau livre " Comment le Spectre du communisme gouverne notre monde" par l’équipe éditoriale des 'Neuf Commentaires sur le Parti communiste.'

Table des matières
Préface

1. La famille traditionnelle établie par Dieu
2. Le but du communisme d'éliminer la famille
3. La promotion de la promiscuité par le communisme
4. La pratique du partage des épouses sous le communisme

a. Le partage des épouses en Union soviétique
b. La libération sexuelle à Yan'an
5. Comment le communisme détruit les familles en Occident
a. Promouvoir la libération sexuelle
b. Promouvoir le féminisme et rejeter la famille traditionnelle

Références


Préface

Depuis les années 1960, divers mouvements anti-traditionnels, dont le féminisme moderne, la libération sexuelle et les droits des homosexuels, ont pris de l’ampleur en Occident. L'institution de la famille a été la plus durement touchée. Aux États-Unis, le Family Law Reform Act de 1969 a donné le feu vert au divorce unilatéral. D'autres pays ont rapidement adopté des lois similaires.


Aux États-Unis, le ratio divorce/mariage a plus que doublé entre les années 1960 et 1980. Dans les années 1950, environ 11 % des enfants nés dans une famille mariée ont vu leurs parents divorcer et en 1970, ce ratio a grimpé à 50 %. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis, plus de 40 % des nouveau-nés aux États-Unis en 2016 sont nés hors mariage. En 1956, ce chiffre était inférieur à 5 %. [2]


Dans les sociétés traditionnelles de l'Est et de l'Ouest, la chasteté dans les relations entre hommes et femmes était considérée comme une vertu. Aujourd'hui, on pense que c'est bizarre et même ridicule. Le mouvement du mariage homosexuel, accompagné du mouvement féministe, a cherché à redéfinir légalement la famille et le mariage. Un professeur de droit, actuellement membre de la Commission fédérale américaine pour l'égalité des chances en matière d'emploi, a lancé en 2006 une déclaration intitulée "Au-delà du mariage de même sexe" : Une nouvelle vision stratégique pour toutes nos familles et nos relations." Elle préconisait que les gens forment n'importe quelle nouvelle famille, selon leurs désirs, quels qu'ils soient (y compris les mariages polygames, les familles mixtes de couples homosexuels, et ainsi de suite). Le professeur a également soutenu que le mariage et la famille traditionnels ne devraient pas jouir de plus de droits juridiques que toute autre forme de "famille". [3]


Dans les écoles publiques, les rapports sexuels pré maritaux et l'homosexualité, considérés comme honteux depuis des milliers d'années dans la société traditionnelle, ont non seulement été inculqués comme normaux, mais dans certaines écoles, ils sont même tacitement ou explicitement encouragés. De ce point de vue, l'orientation sexuelle de l'enfant devrait être librement développée et choisie, avec pour conséquence évidente une augmentation de l'homosexualité, de la bisexualité, de la transsexualité, etc. Par exemple, en 2012, le district scolaire de Rhode Island a interdit la tradition d'une école d'organiser des danses père-fille et des matchs de baseball mère-fils, affirmant que les écoles publiques n'ont pas le droit d'inculquer aux enfants des idées selon lesquelles les filles aiment la danse ou que les garçons aiment le baseball. [4]


La tendance à la destruction progressive de la famille traditionnelle est à présent évidente. L'élimination de la famille prônée par le communisme deviendra une réalité avant l'élimination longtemps promise des différences de classe.


Dans les sociétés occidentales, la destruction de la famille comporte de nombreux aspects. Cela inclut l'impact non seulement du féminisme, de la libération sexuelle et du mouvement homosexuel, mais aussi la toile de fond sociale plus large du militantisme de gauche, du progressisme et d'autres choses du même genre, qui toutes sont présentées sous les bannières de la "liberté", de l'"équité", des "droits" et de la "libération". Ces idées sont étayées explicitement et implicitement par des lois, des interprétations juridiques et des politiques économiques appuyées par d'autres idéologues. Tout cela a pour effet d'inciter les gens à abandonner et à transformer le concept du mariage et de la famille traditionnels.


Ces idéologies remontent au début du XIXe siècle et sont profondément imprégnées de facteurs communistes. Le spectre maléfique du communisme excelle dans les mutations et tromperies continuelles, ce qui a conduit à une confusion permanente sur ce que les gens soutiennent exactement lorsqu'ils approuvent ces politiques et idéologies. Le résultat est une immersion dans une vision du monde dont les paramètres ont été fixés par des idées communistes. La situation tragique d'aujourd'hui - la dégradation de la famille traditionnelle et la confusion de la population quant à la véritable nature de cette tendance - est le résultat d'une planification minutieuse et d'une mise en œuvre progressive de l'esprit communiste au cours des deux cents dernières années.


La conséquence en est que non seulement la famille est éliminée en tant qu'unité de base de la stabilité sociale, mais la morale traditionnelle établie par Dieu est également détruite, et le rôle que joue la famille dans la transmission et l'éducation de la génération suivante dans le cadre des croyances traditionnelles est également perdu. Ainsi, la jeune génération n'est pas restreinte par les idées et croyances traditionnelles et devient un jouet pour la possession idéologique du spectre communiste.


1. La famille traditionnelle établie par Dieu

Dans les cultures traditionnelles de l'Orient et de l'Occident, le mariage a été établi par les dieux et est considéré comme étant arrangé par le Ciel. Une fois formé, le lien du mariage ne peut être rompu. Les hommes et les femmes ont été créés par les dieux selon leurs propres images, et ils sont tous égaux devant les dieux. En même temps, les dieux ont aussi rendu les hommes et les femmes différents physiquement, et ont établi pour eux des rôles respectifs. Dans la tradition occidentale, la femme est l'os de l'homme et la chair de sa chair. [5] Un homme doit aimer sa femme comme si elle faisait partie de son propre corps et, si nécessaire, se sacrifier pour la protéger.


À son tour, une femme devrait coopérer avec son mari et l'aider, faisant ainsi du couple un tout intégral. Les hommes ont la responsabilité de travailler dur et de gagner leur vie pour subvenir aux besoins de la famille, tandis que les femmes souffrent lors de l'accouchement. Tout cela provient des différents péchés originaux que les gens portent.


De même, dans la culture traditionnelle orientale, les hommes sont associés au yang du yin et du yang, qui est symboliquement lié au soleil et au ciel. Cela requiert donc qu'ils s'efforcent continuellement de progresser et assument la responsabilité de prendre soin de la famille dans les moments difficiles. Les femmes appartiennent au principe yin, symboliquement lié à la terre, ce qui signifie qu'elles portent et nourrissent tout avec une grande vertu. Elles devraient donner aux autres et les prendre en considération, et ont le devoir de soutenir leur mari et d'éduquer leurs enfants. Ce n'est que lorsque les hommes et les femmes jouent bien leurs propres rôles que le yin et le yang peuvent être harmonisés et que les enfants grandissent et se développent de manière saine.


Les familles traditionnelles jouent un rôle de transmission des croyances, de la moralité et de maintien de la stabilité de la société. La famille est le berceau de la croyance et le lien pour la transmission des valeurs. Les parents sont les premiers enseignants dans la vie des enfants. Si les enfants peuvent apprendre des paroles et des actes de leurs parents les vertus traditionnelles, telles que l'altruisme, l'humilité, la gratitude, l'endurance et plus encore, ils en bénéficieront pour le reste de leur vie.


La vie conjugale traditionnelle aide aussi hommes et femmes à grandir ensemble sur le plan moral. Elle exige des maris et des femmes qu'ils traitent leurs émotions et leurs désirs avec une nouvelle attitude et qu'ils soient prévenants et tolérants les uns envers les autres. C'est fondamentalement différent de l'idée de cohabitation. Les émotions humaines sont capricieuses. Si le couple est ensemble parce qu'ils aiment être ensemble et se sépare parce qu'ils n'aiment plus l’être, la relation n'est pas très différente d'une amitié quelconque sans les limites du mariage. Marx espérait en fin de compte des "rapports sexuels sans contrainte" généralisés [6], ce qui, bien sûr, revient à dissoudre le mariage traditionnel et donc en fin de compte à éliminer l'institution de la famille.


2. Le but du communisme est d'éliminer la famille

Le communisme pense que la famille est une forme de propriété privée. Pour éliminer la propriété privée, il s'ensuit donc que la famille devrait également être éliminée. Le principe initial du communisme considère que les facteurs économiques sont essentiels pour déterminer le type de relations familiales formées. Le marxisme-freudien contemporain considère le désir sexuel comme la clé des questions liées à la famille. La caractéristique commune de ces deux idéologies est leur rejet de la morale humaine fondamentale, leur culte du matérialisme, du désir et des intérêts pragmatiques. Tout cela transforme simplement les êtres humains en bêtes. C'est une idéologie tordue qui a pour effet de détruire la famille en corrompant la pensée.


L'illusion fantastique qui est au cœur du communisme est la doctrine de la libération de l'humanité. Cela ne se manifeste pas seulement par une libération supposée au sens économique, mais aussi par la libération de l'humanité elle-même. Le contraire de la libération, bien sûr, est l'oppression. Alors d'où vient donc l'oppression à laquelle il faut résister ? La réponse du communisme est que l'oppression vient des propres notions des gens qui leurs sont imposées par la morale sociale traditionnelle : Le patriarcat de la structure familiale traditionnelle opprime les femmes ; la morale sexuelle traditionnelle opprime la nature humaine, etc.


Les mouvements féministes et des droits des homosexuels des générations suivantes ont hérité de cette théorie de la libération inspirée du communisme, qu'ils ont ensuite développée. Elle conduit à une batterie complète de concepts opposés au mariage et à la famille traditionnels, ainsi qu'à la libération sexuelle, à l'homosexualité, etc. Toutes ces idées sont devenues des outils utilisés par le diable pour saper et détruire la famille. Le communisme s'oppose et souhaite renverser toutes les valeurs morales traditionnelles, comme l'affirme clairement le Manifeste communiste.


3. La promotion de la promiscuité par le communisme

Le spectre pervers communiste s'oppose à la famille traditionnelle qu'il veut détruire. Au début du XIXe siècle, Robert Owen, représentant du socialisme utopique, a semé les graines de l'idéologie du diable. Pionnier de l'idéologie communiste, Owen a fondé la communauté utopique New Harmony en Indiana en 1824. (Elle a échoué deux ans plus tard.) Le jour où la communauté a été créée, Owen a déclaré :


Je déclare maintenant, à vous et au monde, que l'homme, à cette heure, a été, dans toutes les parties de la terre, l'esclave d'une Trinité de maux les plus monstrueux qui puissent être combinés pour infliger le mal mental et physique à toute sa race. Je fais référence à la propriété privée, ou individuelle - aux systèmes absurdes et irrationnels de la religion - et au mariage, fondé sur la propriété individuelle combinée à l'un de ces systèmes irrationnels de religion. [7]


Après la mort d'Owen, un autre communiste utopiste influent fut le Français Charles Fourier, dont les pensées ont profondément influencé Marx et les marxistes. Après sa mort, ses disciples apportèrent ses pensées à la Révolution de 1848 et à la Commune de Paris, et les répandirent plus tard aux Etats-Unis. Fourier a le premier inventé le terme "féminisme".


Dans sa société communiste idéale (appelée la Phalange), la famille traditionnelle était méprisée, et les bacchanales et les orgies saluées comme des passions humaines intérieures pleinement libératrices. Il a également déclaré qu'une société juste devrait prendre soin de ceux qui sont rejetés sexuellement (comme les personnes âgées ou les personnes non attractives) pour assurer que chacun ait le "droit" à la satisfaction sexuelle. Il croyait que toute forme de gratification sexuelle, y compris le sadomasochisme, et même l'inceste et la bestialité, devrait être permise tant qu'elle est consensuelle. Fourier peut donc être considéré comme le pionnier de la théorie queer, une branche du mouvement homosexuel contemporain (incluant les LGBTQ et autres).


Sous l'influence d'Owen et surtout de Fourier, des dizaines de communes utopiques communistes ont été créées aux Etats-Unis au XIXe siècle, bien que la plupart aient été de courte durée et échoué. La plus longue a été la commune d'Oneida établie sur la base de la théorie de Fourier, qui a duré 32 ans. La commune méprisait les mariages monogames traditionnels et prônait la polygamie et le sexe en groupe. Les membres avaient un accès sexuel "équitable" en se voyant attribuer chaque semaine l'occasion d'avoir des relations sexuelles avec la personne de leur choix. En fin de compte, le fondateur, John Humphrey Noyes, a fui par crainte d'un procès par l'église. La commune a été forcée d'abandonner le partage de la femme, bien que Noyes ait plus tard écrit des livres et soit devenu l'initiateur du communisme biblique.


Le gène de la promiscuité du communisme est une conséquence inévitable de son développement théorique. Dès le début, le démon du communisme a tenté les gens pour leur faire abandonner les enseignements pieux, nier le divin et nier le péché originel.


Selon cette logique, les problèmes sociaux causés à l'origine par la dégénérescence de la morale humaine étaient attribués à la propriété privée. Le communisme amène les gens à croire que si la propriété privée est détruite, les gens ne se battront pas pour elle. Cependant, même si tous les biens sont partagés, les gens peuvent aussi avoir des conflits au sujet de leur conjoint. Par conséquent, les socialistes utopistes utilisent ouvertement un système de partage des femmes pour résoudre de tels problèmes inhérents à la nature humaine.


Ces "paradis" communistes ont soit directement contesté la famille traditionnelle, soit préconisé un système d'épouses communes, ce qui a conduit les communautés locales, les églises et les gouvernements à les considérer comme un défi à la morale et à l'éthique traditionnelles et à prendre des mesures pour les réprimer. Le scandaleux partage communiste des richesses et des épouses est devenu largement connu.


L'échec des communes utopiques a servi de leçon à Marx et Engels : ce n'était pas encore le moment de prôner ouvertement la promiscuité du partage des femmes. Bien que l'objectif d'éliminer la famille dans le Manifeste communiste n'ait pas changé, ils ont adopté une approche plus masquée pour faire valoir leurs théories et détruire les familles.


Après la mort de Marx, Engels a publié le livre "L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État, à la lumière des Recherches de Lewis H. Morgan" pour compléter la théorie de Marx sur la famille et approfondir la vision marxiste du mariage : "[L'émergence de la monogamie] est fondée sur la suprématie de l'homme, le but direct étant de produire des enfants d'une paternité incontestée ; cette paternité est exigée parce que ces enfants doivent ensuite entrer dans la propriété de leur père comme ses héritiers naturels. Elle se distingue de l'appariement du mariage par la force beaucoup plus grande du lien matrimonial, qui ne peut plus être dissous au bon vouloir de l'un ou l'autre des partenaires." [8]


Engels soutenait que la monogamie était fondée sur la propriété privée et qu'une fois la propriété partagée, il y aurait un tout nouveau modèle de mariage fondé uniquement sur l'amour. En apparence cela semble très noble, mais ça ne l’est pas.


Les tentatives de défense de Marx et Engels semblent faibles à la lumière de la mise en œuvre réelle de la théorie communiste. Les sentiments ne sont pas fiables. Si une personne aime quelqu'un aujourd'hui et une autre personne demain, cela n'encourage-t-il pas la promiscuité ? La promiscuité qui a eu lieu après l'établissement de l'ex-Union soviétique et du régime communiste chinois (voir la section suivante) est en fait le résultat de l'application de la doctrine marxiste.


Les relations entre maris et femmes ne sont pas toujours harmonieuses. Le serment "jusqu'à ce que la mort nous sépare" lors d'un mariage traditionnel est un serment à Dieu. Il représente également l'idée que les deux parties sont prêtes à affronter et à surmonter toutes les difficultés ensemble. Ce qui maintient un mariage, ce n'est pas seulement l'émotion ou les sentiments, mais aussi le sens des responsabilités. Traiter l'autre moitié, les enfants et la famille avec soin transforme le mari et la femme en un homme et une femme mûrs ayant un sens de la responsabilité morale.


Marx et Engels se sont vantés dans L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État que dans une société communiste, la propriété privée devient publique ; les travaux ménagers se professionnalisent ; il n'y a pas lieu de s'inquiéter de s'occuper des enfants puisque c'est la responsabilité du pays de s'occuper et d'éduquer les enfants.


Ils ont écrit : " Cela supprime toute angoisse des " conséquences ", qui est aujourd'hui le facteur socio-moral et économique le plus essentiel empêchant une fille de se donner complètement à l'homme qu'elle aime. Cela ne suffira-t-il pas à favoriser l'augmentation progressive des rapports sexuels sans contrainte et, avec elle, une opinion publique plus tolérante à l'égard de l'honneur d'une jeune fille et de la honte d'une femme ?" [9]


Ce que Marx et Engels ont promu, bien qu'ils aient utilisé les expressions "liberté", "libération" et "amour" pour cacher les faits, n'était rien de plus que l'abandon complet de la responsabilité morale personnelle. Ils ont encouragé les gens à agir uniquement selon leurs désirs. Cependant, à l'époque de Marx et de Fourier, la plupart des gens n'avaient pas complètement abandonné les enseignements pieux et se méfiaient de la promotion de la promiscuité par le communisme. Cependant, même Marx lui-même aurait difficilement pu imaginer les rationalisations que les gens allaient trouver, au XXe siècle et par la suite, pour embrasser le chaos sexuel de la pensée marxiste et faire avancer l'objectif d'éliminer la famille.


Le démon rouge a arrangé que certains individus sèment ces graines de ruse et de déviance. Il a aussi systématiquement fait en sorte que les gens soient amenés à suivre leurs désirs et à s'opposer aux enseignements pieux, afin de les dépraver progressivement, jusqu'à atteindre finalement l'objectif d'éliminer la famille. Cela provoque finalement la déviation du cœur humain et conduit les gens à tomber dans les griffes du diable.


4.La pratique du partage des épouses sous le communisme

Le chaos sexuel décrit ci-dessus est une partie innée du communisme. Marx aurait violé sa bonne et fait élever l'enfant par Engels. Engels cohabitait avec deux sœurs. Lénine a eu une liaison extraconjugale avec une femme nommée Inesa pendant 10 ans, et a également commis l' adultère avec une Française. Il a aussi contracté la syphilis avec des prostituées. Staline était tout aussi lubrique et on sait qu'il a profité des femmes d'autres personnes.


Après que les Soviétiques eurent pris le pouvoir, ils instituèrent la pratique du partage de la femme. L'Union soviétique de l'époque peut être considérée comme le pionnier de la libération sexuelle en Occident. Le phénomène du partage de la femme sous le régime soviétique a été exposé dans la dixième édition du magazine russe Rodina, publiée en 1990. L'article décrivait également la vie privée des dirigeants soviétiques Trotsky, Boukharine, Antonov, Kollontaï et d'autres, indiquant qu'ils étaient aussi désinvoltes que des chiens dans leurs activités sexuelles.


a. Le partage des épouses en Union soviétique

Dès 1904, Lénine écrivait : "La luxure peut émanciper l'énergie de l'esprit - non pas pour des valeurs pseudo-familiales, mais pour la victoire du socialisme, ce caillot de sang doit être éliminé". [10]


Lors d'une réunion du Parti social-démocrate travailliste russe, Léon Trotsky a proposé qu'une fois que les bolcheviks auraient pris le pouvoir, de nouveaux principes fondamentaux des relations sexuelles seraient élaborés. La théorie communiste exige la destruction de la famille et la transition vers une période de satisfaction sans contrainte du désir sexuel. Trotsky a également déclaré que la responsabilité d'éduquer les enfants incombe uniquement à l'État.


Dans la lettre à Lénine en 1911, Trotsky écrit : " Il ne fait aucun doute que l'oppression sexuelle est le principal moyen d'asservir une personne. Tant qu'une telle oppression existe, il ne peut être question d'une véritable liberté. La famille, en tant qu' institution bourgeoise, a complètement survécu. Il est nécessaire d'en parler davantage aux travailleurs. …”


Lénine a répondu : "Et pas seulement la famille. Toutes les interdictions relatives à la sexualité doivent être abolies. ... Nous avons quelque chose à apprendre des suffragettes : Même l'interdiction de l'amour homosexuel devrait être levée." [11]


Après la prise du pouvoir par les bolcheviks, Lénine a publié une série de règlements abolissant effectivement le mariage et la punition de l'homosexualité. [12]


À cette époque, il y avait aussi le slogan "À bas la honte !" Cela faisait partie de la tentative bolchevique de créer " l'homme nouveau " de l'idéologie socialiste, et comprenait même parfois de parcourir les rues complètement nu et de hurler des slogans hystériques tels que " la honte est dans le passé bourgeois du peuple soviétique ". [13]


Le 19 décembre 1918, pour célébrer la journée de commémoration du décret abolissant effectivement le mariage, des groupes de lesbiennes ont défilé pour exprimer leur joie. Trotsky écrit dans ses mémoires que la nouvelle des lesbiennes défilant dans la joie avait rendu Lénine très heureux. Lénine a également encouragé plus de gens à marcher nus. [14]


En 1923, le roman soviétique The Loves of Three Generations a popularisé l'expression du "verre d'eau". L'auteure,Alexandra Kollontai, commissaire du peuple à la protection sociale, était une révolutionnaire issue d'une famille traditionnelle qui s'est battue pour entrer dans la faction bolchevique, à la recherche de "la libération des femmes". Le " verre d'eau " promu par le roman est, en fait, synonyme d'assouvissement sexuel. Dans la société communiste, satisfaire son désir sexuel est aussi normal et facile que de boire un verre d'eau. Le " verre d'eau " était très répandu parmi les ouvriers d'usine et surtout parmi les étudiants adolescents.


"La moralité actuelle de notre jeunesse est résumée comme suit ", écrit le célèbre communiste Smidovich dans le journal la Pravda (21 mars 1925) :


Tout membre, même mineur, de la Ligue de la jeunesse communiste et tout étudiant du Rabfak (école de formation du Parti communiste), a le droit de satisfaire son désir sexuel. Ce concept est devenu un axiome, et l'abstinence est considérée comme une notion bourgeoise. Si un homme désire une jeune fille, qu'elle soit étudiante, ouvrière ou même d'âge scolaire, alors la fille doit obéir à sa luxure, sinon elle sera considérée comme une fille bourgeoise, indigne d'être appelée une vraie communiste. … [15]


Le divorce s'est également normalisé et répandu. "Le taux de divorces a grimpé en flèche à des niveaux jamais vus dans l'histoire de l'humanité. En peu de temps, il semblait que tout le monde à Moscou avait divorcé," note Paul Kengor dans son livre Takedown : From Communists to Progressives, How the Left Has Sabotaged Family and Marriage. En 1926, l'influent magazine américain The Atlantic publia un article sur la situation étonnante de l'URSS, intitulé "The Russian Effort to Abolish Marriage". [16]


Le phénomène des "familles suédoises" - qui n'a rien à voir avec la Suède, mais fait référence à un groupe important d'hommes et de femmes vivant ensemble et ayant des rapports sexuels occasionnels - est également apparu pendant cette période de libération sexuelle. Cela a ouvert la porte à la promiscuité, au chaos sexuel, à l'homosexualité, à l'effondrement moral, à la destruction des familles, aux maladies sexuellement transmissibles, au viol, etc. [17]


Suite à l'expansion des communes socialistes, ces "familles suédoises" se sont répandues dans toute l'Union soviétique. C'était ce qu'on appelait la "nationalisation" ou la "socialisation" des femmes. Les femmes socialistes à Ekaterinbourg, en mars 1918, en sont un triste exemple : Après la prise de la ville par les bolcheviks, ils ont publié une ordonnance selon laquelle les jeunes femmes âgées de 16 à 25 ans devaient être "socialisées". L'ordre a été exécuté par plusieurs responsables du Parti, et 10 jeunes femmes ont été "socialisées". [18]


Les bolcheviks ont rapidement resserré leurs politiques sur le sexe à la fin des années 1920. Au cours d'une conversation avec la militante féministe Clara Zetkin, Lénine a déploré la philosophie du " verre d'eau ", la qualifiant d' " anti-marxiste " et " anti-sociale ". La raison étant que la libération sexuelle avait entraîné un sous-produit indésirable - de nombreux nouveau-nés. Beaucoup ont été abandonnés. Une fois de plus, il a été démontré que la destruction de la famille finit par entraîner l'effondrement de la société.


b. La libération sexuelle à Yan'an

Durant les premières années du PCC, les circonstances étaient semblables à celles de l'Union soviétique. Bien sûr, ces partis communistes sont tous des variétés de fruits vénéneux provenant du même arbre. Chen Duxiu, un des premiers dirigeants communistes, était connu pour sa vie personnelle débauchée. Selon les mémoires de Zheng Chaolin et Chen Bilan, Qu Qiubai, Cai Hesen, Zhang Tailei, Xiang Jingyu, Peng Shuzhi, et d'autres avaient une histoire sexuelle quelque peu confuse, et leur attitude envers le sexe était semblable au "verre d'eau" des premières révolutionnaires soviétiques.


La " libération sexuelle " a été adoptée non seulement par les dirigeants intellectuels du Parti, mais aussi par les gens ordinaires vivant dans les premiers " Soviets " du PCC (enclaves révolutionnaires établies avant le renversement du Parti nationaliste) dans le Hubei, le Henan et l'Anhui. En raison de la promotion de l'égalité des femmes et de la liberté absolue du mariage et du divorce, le travail révolutionnaire était souvent interrompu afin de satisfaire le désir sexuel.


Les jeunes des régions soviétiques se sont parfois engagés dans des affaires romantiques au nom du rapprochement avec les masses. Il n'était pas rare que les jeunes femmes aient six ou sept partenaires sexuels. Selon la Collection of Revolutionary Historical Documents in the Hubei-Henan-Anhui Soviet Districts, parmi les chefs locaux du parti dans des endroits comme Hong'an, Huangma, Huangqi, Guangshan, et ailleurs, "environ trois quarts d'entre eux avaient des relations sexuelles avec des dizaines ou des centaines de femmes". [20]


À la fin du printemps 1931, lorsque Zhang Guotao prit en charge les districts soviétiques Hubei-Henan-Anhui, il remarqua que la syphilis était si répandue qu'il dut faire un rapport à la Centrale du Parti pour demander des médecins spécialisés dans le traitement de cette maladie. De nombreuses années plus tard, dans ses mémoires, il se souvient encore très bien des histoires de femmes harcelées sexuellement dans les districts soviétiques, y compris certaines des maîtresses des généraux supérieurs. [21]


En 1937, Li Kenong était directeur du bureau de L'Armée de la 8e route du PCC à Nanjing, avec pour responsabilité la collecte des allocations, des médicaments et des fournitures militaires. Une fois, en consultant la liste des médicaments de l'armée de la Huitième Route, le personnel du gouvernement national a trouvé une grande quantité de médicaments pour le traitement des maladies sexuellement transmissibles. Le personnel a demandé à Li Kenong : "Y a-t-il beaucoup de gens dans votre armée qui souffrent de cette maladie ?" Li ne savait pas trop quoi dire, alors il a menti et a dit que c'était pour traiter la population locale. [22]


Dans les années 1930, cependant, la liberté sexuelle a fini par être perçue comme une menace pour le régime. Le même problème de désintégration sociale constaté en Russie soviétique était apparent, et les conscrits de l'Armée rouge ont commencé à craindre que leurs femmes ne se lancent dans des affaires extraconjugales ou ne divorcent après leur entrée dans la révolution. Cela a affecté l'efficacité au combat des troupes. De plus, la tendance à la promiscuité semblait renforcer la notoriété du slogan "propriété commune, femmes communes". Ainsi, les districts soviétiques ont commencé à mettre en œuvre des politiques protégeant les mariages militaires, limitant le nombre de divorces, et plus encore.


5. Comment le communisme détruit les familles en Occident

Les tendances idéologiques de l'esprit maléfique trouvent leur origine au 19e siècle. Après un siècle de transformation et d'évolution en Occident, elles sont finalement apparues aux États-Unis dans les années 1960.


Dans les années 1960, influencés et encouragés par le néo marxisme et diverses autres idéologies radicales, des mouvements sociaux et culturels manipulés par l'esprit maléfique sont apparus. Il s'agit notamment de la contre-culture hippie, de la nouvelle gauche radicale, du mouvement féministe et de la révolution sexuelle. La turbulence de ces mouvements sociaux a été une attaque féroce contre le système politique américain, le système de valeurs traditionnel et le tissu social.


Les mouvements se sont rapidement répandus en Europe, modifiant rapidement la façon dont le courant dominant percevait la société, la famille, le sexe et les valeurs culturelles. Pendant ce temps, le mouvement pour les droits des homosexuels s'est également développé. La confluence de ces forces a entraîné l'affaiblissement des valeurs familiales traditionnelles occidentales et le déclin de l'institution de la famille traditionnelle et de son rôle central dans la vie sociale. Dans le même temps, les troubles sociaux ont déclenché une série de problèmes, comprenant la prolifération de la pornographie, la propagation de l'abus de drogues, l'effondrement de la moralité sexuelle, l'augmentation du taux de criminalité juvénile et l'expansion des groupes dépendant de l'aide sociale.


a. Promouvoir la libération sexuelle

La libération sexuelle (aussi connue sous le nom de révolution sexuelle) est née aux États-Unis dans les années 1960. Par la suite, sa propagation rapide dans le monde a porté un coup dévastateur aux valeurs morales traditionnelles, en particulier les valeurs familiales traditionnelles et la morale sexuelle.


L'esprit maléfique s'est largement préparé à utiliser la libération sexuelle contre les sociétés occidentales. Le mouvement de l'amour libre a ouvert la voie à l'érosion progressive et à la désintégration des valeurs familiales traditionnelles. Le concept d'"amour libre" viole la morale sexuelle traditionnelle et soutient que l'activité sexuelle sous toutes ses formes devrait être libre de toute réglementation sociale. De ce point de vue, les activités sexuelles individuelles, y compris le mariage, l'avortement et l'adultère, ne devraient pas être limitées par le gouvernement ou la loi, ni faire l'objet de sanctions sociales.


Les disciples de Charles Fourier et du chrétien socialiste John Humphrey Noyes ont été les premiers à inventer le terme d’"amour libre".


Ces derniers temps, les principaux promoteurs des idées d'amour libre sont presque tous des socialistes ou des personnes profondément influencées par la pensée socialiste. Par exemple, parmi les pionniers du mouvement pour l’amour libre en Grande-Bretagne se trouvait le philosophe socialiste Edward Carpenter, qui fut aussi un des premiers militants pour les droits des homosexuels. Le plus célèbre défenseur des droits des homosexuels, le philosophe britannique Bertrand Russell, était un socialiste avoué et membre de la Société fabienne. Il a affirmé que la moralité ne devrait pas limiter la pulsion instinctive de l'humanité vers le plaisir et a préconisé des rapports sexuels avant le mariage et hors mariage.


Le principal précurseur du mouvement pour l'amour libre en France a été Émile Armand, à ses débuts un anarcho-communiste qui s'est ensuite appuyé sur le communisme utopique de Fourier, a fondé l'anarchisme individualiste français (qui fait partie de la catégorie plus large du socialisme) et a préconisé la promiscuité, l'homosexualité, la bisexualité. Le pionnier du mouvement de l'amour libre en Australie était Chummy Fleming, un anarchiste (une autre ramification socialiste).


Le mouvement de l'amour libre en Amérique a accouché d'un fruit important—Playboy, le magazine érotique fondé en 1953. Le magazine utilisait du papier couché pour le faire apparaître comme artistique et non louche. Il utilisait également des impressions couleur coûteuses, avec pour résultat que le contenu pornographique généralement considéré comme de bas niveau et vulgaire est rapidement entré dans le courant dominant, et Playboy est devenu un magazine de loisirs "haut de gamme". Pendant plus d'un demi-siècle, il a répandu le poison de la liberté sexuelle dans le monde entier et a assiégé la morale et les perceptions traditionnelles à propos du sexe.


Au milieu du 20e siècle, avec la popularité croissante de la culture hippie et l'acceptation généralisée de l'amour libre, la révolution sexuelle (aussi appelée libération sexuelle) a fait ses débuts officiels. Le terme "révolution sexuelle" a été inventé par Wilhelm Reich, fondateur de la psychanalyse communiste et communiste allemand. Il combinait le marxisme avec la psychanalyse freudienne, et croyait que le premier libérait les gens de "l'oppression économique", tandis que le second libérait les gens de "la répression sexuelle".


Un autre fondateur de la théorie de la libération sexuelle était Herbert Marcuse de l'école de Francfort. Au cours du mouvement de contre-culture occidentale des années 1960, son slogan "faites l'amour, pas la guerre" a profondément ancré la notion de libération sexuelle dans le cœur des gens.


Depuis lors, avec la publication des ouvrages d'Alfred Kinsey Sexual Behavior in the Human Male et Sexual Behavior in the Human Female, et l'utilisation généralisée des contraceptifs oraux, la notion de libération sexuelle a fait son chemin en Occident. Il convient de mentionner que les chercheurs contemporains ont découvert des données statistiques déformées dans les travaux de Kinsey, ainsi que des exagérations, des simplifications excessives, et autres erreurs motivées par ses engagements politiques et idéologiques. Kinsey a entrepris de montrer que les relations sexuelles extraconjugales, homosexuelles, etc. étaient courantes, et donc d'inciter la société à accepter la normalisation de ces phénomènes, tâche dans laquelle il a largement réussi. [22]


D'un seul coup, être "libéré sexuellement" est devenu à la mode. Chez les jeunes, la promiscuité en est venue à être considérée comme normale. Les adolescents qui admettaient être vierges étaient ridiculisés par leurs pairs. Les données montrent que parmi ceux qui ont atteint l'âge de 15 ans entre 1954 et 1963 (la génération des années 60), 82 % ont eu des rapports sexuels pré-maritaux avant l'âge de 30 ans. Dans les années 2010, les nouvelles épouses qui étaient encore vierges avant leur mariage n'étaient qu'au nombre de de 5 %, alors que 18 % des épouses avaient déjà eu 10 partenaires sexuels ou plus avant leur mariage. Le courant culturel dominant est devenu saturé de sexe, y compris dans la littérature, le cinéma, la publicité et la télévision[25].


b. Promouvoir le féminisme et rejeter la famille traditionnelle

L'idéologie communiste derrière le mouvement féministe.


Le mouvement féministe est un autre outil que le spectre communiste a utilisé pour détruire la famille. Lorsqu'il a vu le jour au XVIIIe siècle, le mouvement féministe (également connu sous le nom de féminisme de la première vague) a vu le jour en Europe et a préconisé que les femmes bénéficient du même traitement que les hommes dans l'éducation, l'emploi et la politique. Le centre du mouvement féministe est passé de l'Europe aux États-Unis au milieu du XIXe siècle.


Lorsque le féminisme de la première vague a commencé, la notion de famille traditionnelle était encore bien ancrée dans la société, et le mouvement féministe ne préconisait pas de contester directement la famille traditionnelle. Les féministes influents de l'époque, comme Mary Wollstonecraft de l'Angleterre du XVIIIe siècle, Margaret Fuller de l'Amérique du XIXe siècle et John Stuart Mill de l'Angleterre du XIXe siècle, ont tous préconisé qu'en général les femmes devraient accorder la priorité à la famille après le mariage, que le potentiel des femmes devrait être développé dans le domaine familial et que celles-ci devraient s'enrichir pour le bien de la famille (par exemple en formant les enfants et en gérant la famille, etc). Ils pensaient cependant que certaines femmes particulièrement talentueuses ne devraient pas être contraintes par la société et devraient être libres d'utiliser leurs talents, même dans la mesure où elles seraient en concurrence avec les hommes.


Après les années 1920, lorsque le droit de vote des femmes a été inscrit dans la législation de nombreux pays, la première vague de mouvements de défense des droits des femmes a progressivement reculé. Dans les années qui suivirent, avec l'impact de la Grande Dépression et de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement féministe a essentiellement replié son drapeau.


En même temps, le spectre communiste a commencé à semer les graines de la destruction visant le mariage traditionnel et l'éthique sexuelle. Les socialistes utopistes du début du XIXe siècle ont ouvert la voie aux mouvements féministes radicaux modernes. François Marie Charles Fourier, dit "le père du féminisme", a déclaré que le mariage transforme la femme en propriété privée. Robert Owen a maudit le mariage comme étant maléfique. Les idées de ces socialistes utopistes ont été héritées et développées par les féministes ultérieurs, y compris, par exemple, Frances Wright, qui, au XIXe siècle, a hérité des idées de Fourier et prôné la liberté sexuelle des femmes.


La militante féministe britannique Anna Wheeler a hérité des idées d'Owen, condamnant farouchement le mariage pour avoir soi-disant transformé les femmes en esclaves. Les militantes féministes socialistes ont également joué un rôle important dans le mouvement féministe au XIXe siècle. Parmi les publications féministes les plus influentes en France, mentionnons La Voix des Femmes, la toute première publication féministe en France, et La Femme Libre (rebaptisée plus tard La Tribune des Femmes), ainsi que La Politique des Femmes, parmi d’autres. Les fondateurs de ces publications étaient soit des adeptes de Fourier ou d'Henri de Saint-Simon, le défenseur de la modernité. En raison du lien étroit entre le féminisme et le socialisme, les autorités ont examiné le féminisme de près.


Alors que la première vague de mouvements de défense des droits des femmes battait son plein, le diable du communisme a également pris des dispositions pour introduire une variété de pensées radicales pour attaquer les concepts traditionnels de la famille et du mariage, ouvrant ainsi la voie au mouvement féministe plus radical qui a suivi.


La deuxième vague de mouvements féministes a commencé aux États-Unis à la fin des années 1960, puis s'est étendue à l'Europe de l'Ouest et du Nord, et rapidement au monde occidental tout entier. La société américaine à la fin des années 1960 a traversé une période de troubles, avec le mouvement des droits civiques, le mouvement contre la guerre du Vietnam et diverses tendances sociales radicales. Profitant de cet ensemble unique de circonstances, le féminisme a émergé en une souche plus radicale et est devenu populaire.


La pierre angulaire de cette vague de mouvements féministes fut le livre The Feminine Mystique de Betty Friedan, publié en 1963, ainsi que l'Organisation nationale pour les femmes (NOW), qu'elle a fondée. Utilisant le point de vue d'une ménagère de banlieue de la classe moyenne, Friedan a vivement critiqué le rôle traditionnel des femmes dans la famille et a soutenu que l'image traditionnelle d'une ménagère heureuse, satisfaite et joyeuse était un mythe forgé par une société patriarcale. Elle a fait valoir que les familles de banlieue de la classe moyenne sont "un camp de concentration confortable" pour les femmes américaines, et que les femmes instruites modernes devraient rejeter le sentiment d'accomplissement atteint en soutenant leur mari et en éduquant leurs enfants, mais plutôt réaliser leur potentiel en dehors de la famille. [26]


Quelques années plus tard, des féministes plus radicales ont dominé la National Women’s Organization, héritant et développant les idées de Friedan. Elles ont indiqué que les femmes avaient été opprimées par le patriarcat depuis l'antiquité et ont attribué la cause profonde de l'oppression des femmes à la famille. En réponse, elles en sont venues à préconiser la transformation complète du système social et de la culture traditionnelle, et à lutter dans tous les aspects des affaires humaines - l'économie, l'éducation, la culture et la famille - pour réaliser l'égalité des femmes.


Classer une société en oppresseur et en opprimé pour défendre la lutte, la libération et l'égalité c'est exactement ce qu'est le communisme. Le marxisme traditionnel classe les groupes en fonction de leur statut économique, tandis que les mouvements néo-féministes divisent les gens en fonction du sexe.


Betty Friedan, l'auteure de The Feminine Mystique, n'était pas, comme le décrit son livre, une ménagère de banlieue de classe moyenne qui s'ennuyait dans ses tâches ménagères. Daniel Horowitz, professeur au Smith College, a écrit une biographie de Friedan en 1998 intitulée Betty Friedan and the Making of The Feminine Mystique. Ses recherches révèlent que Friedan, sous son nom de jeune fille Betty Goldstein, avait été une militante socialiste radicale depuis ses années universitaires jusqu'aux années 1950. À différentes époques, elle a été journaliste professionnelle, ou propagandiste pour être précis, pour plusieurs syndicats radicaux dans l'orbite du Parti communiste américain.


David Horowitz, ancien gauchiste et sans lien de parenté avec Daniel Horowitz, a passé en revue ses articles publiés pour comprendre l'évolution de ses opinions. Elle était membre de la Ligue de la jeunesse communiste alors qu'elle était à l'université de Californie à Berkeley. Friedan a même demandé à deux reprises, à des moments différents, à rejoindre le CPUSA. Judith Hennesee, sa biographe autorisée, indique également qu'elle était marxiste. [28]


Kate Weigand, une universitaire américaine, souligne dans son livre Red Feminism qu'en réalité, le féminisme n'est pas resté silencieux aux États-Unis entre le début du XXe siècle et les années 1960. Pendant cette période, un grand groupe d'écrivains féministes rouges avec des antécédents communistes a ouvert la voie au mouvement féministe de deuxième vague qui a suivi. Il s'agit notamment de Susan Anthony, Eleanor Flex, Gerda Lerner, Eve Merriam, etc. Dès 1946, Anthony a appliqué la méthode d'analyse marxiste pour établir une analogie entre le blanc qui opprime le noir et l'homme qui opprime la femme. Cependant, en raison du maccarthysme de l'époque, ces écrivains ne parlaient plus de leurs antécédents rouge. [29]


En Europe, l'œuvre emblématique de l'écrivaine française Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, a déclenché l'engouement pour la deuxième vague du féminisme. De Beauvoir était une socialiste. En 1941, avec le philosophe communiste Jean-Paul Sartre et d'autres écrivains, elle a créé Socialisme et Liberté, une organisation socialiste clandestine française. Avec la montée de sa réputation de féministe dans les années 1960, Beauvoir a déclaré qu'elle ne croyait plus au socialisme et a affirmé qu'elle n'était qu'une féministe.


De Beauvoir a indiqué : "On ne naît pas femme, on le devient." Elle a fait valoir que bien que le sexe soit déterminé par des caractéristiques physiologiques, le sexe est un concept psychologique perçu de façon personnelle et formé sous l'influence de la socialité humaine. Elle a soutenu que les tempéraments d'obéissance, de soumission, d'affection et de maternité sont tous dérivés du "mythe" soigneusement conçu par le patriarcat pour son oppression des femmes, et a préconisé que les femmes brisent les notions traditionnelles et réalisent leur moi sans retenue.


Cette mentalité est en fait au cœur des notions préjudiciables d'homosexualité, de bisexualité, de transsexualisme, etc. Depuis lors, diverses pensées féministes ont émergé dans un courant constant, toutes regardant le monde à travers le prisme des femmes opprimées par un patriarcat, qui est réalisé à travers l'institution de la famille traditionnelle – faisant par conséquent de la famille, un obstacle à la réalisation de l'égalité féminine. [30]


De Beauvoir soutenait que les femmes sont restreintes par leurs maris en raison du mariage, et a qualifié le mariage d'aussi dégoûtant que la prostitution. Elle a refusé de se marier et a maintenu une "relation ouverte" avec Sartre. De même, Sartre a eu des relations sexuelles avec d'autres femmes. Son point de vue sur le mariage est la norme chez les féministes radicales contemporaines. De telles liaisons et relations sexuelles chaotiques sont précisément le système des épouses communautaires envisagé par Charles Fourier, précurseur du communisme utopique au XIXe siècle.


Références

[1] W. Bradford Wilcox, “The Evolution of Divorce,” National Affairs, Number 35, Spring 2018. https://www.nationalaffairs.com/publications/detail/the-evolution-of-divorce
[2] See Table 1–17. “Number and Percent of Births to Unmarried Women, by Race and Hispanic Origin: United States, 1940–2000,” CDC, https://www.cdc.gov/nchs/data/statab/t001x17.pdf
[3] “Beyond Same-Sex Marriage: A New Strategic Vision for All Our Families and Relationships,” Studies in Gender and Sexuality, 9:2 (July 1, 2006): 161–171. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15240650801935198.
[4] Victoria Cavaliere, “Rhode Island School District Bans Father-Daughter, Mother-Son Events,” http://www.nydailynews.com/news/national/rhode-island-school-district-bans-father-daughter-mother-son-events-article-1.1162289#nt=byline.
[5] Genesis 2:23, http://biblehub.com/genesis/2-23.htm.
[6] Engels, Frederick. n.d., “Origins of the Family. Chapter 2 (IV),” accessed June 17, 2018. https://www.marxists.org/archive/marx/works/1884/origin-family/ch02d.htm.
[7] “Robert Owen, Critique of Individualism (1825–1826),” n.d., Indiana University. Accessed June 17, 2018. https://web.archive.org/web/20171126034814/http://www.indiana.edu:80/~kdhist/H105-documents-web/week11/Owen1826.html.
[8] Engels, Frederick, n.d. “Origins of the Family. Chapter II (4.),” accessed June 17, 2018. https://www.marxists.org/archive/marx/works/1884/origin-family/ch02d.htm.
[9] Engels, Ibid.
[10] This translation is from the Russian: Melnichenko, Alexander, 2017. “Великая октябрьская сексуальная революция [The Great October Sexual Revolution].” Russian Folk Line, August 20, 2017, http://ruskline.ru/opp/2017/avgust/21/velikaya_oktyabrskaya_seksualnaya_revolyuciya/. This and other sources draw on the work of former Menshevik Aleksandra Kollontai.
[11] Ibid.
[12] Ibid.
[13] Ibid.
[14] Ibid.
[15] Наталья Короткая,“Эрос революции: “Комсомолка, не будь мещанкой – помоги мужчине снять напряжение!” https://lady.tut.by/news/sex/319720.html?crnd=68249.
[16] Paul Kengor, Takedown: From Communists to Progressives, How the Left Has Sabotaged Family and Marriage (WND Books, 2015), 54.
[17] See Melnichenko (2017).
[18] Xia Hou, “The Promiscuous Gene of Communism: Sexual Liberation,” The Epoch Times (Chinese edition). April 9, 2017, http://www.epochtimes.com/gb/17/4/9/n9018949.htm; The Weekly Review, Volumes 4–5 (National Weekly Corporation, 1921), 232, available at https://goo.gl/QY1gBc; for the incident of Red Army commander Karaseev socializing 10 girls, see Olga Greig (Ольга Грейгъ), Chapter 7 of “The Revolution of the Sexes,” or “The Secret Mission of Clara Zetkin” (Революция полов, или Тайная миссия Клары Цеткин), available at https://rutlib5.com/book/21336/p/8
[19] Clara Zetkin, “Lenin on the Women’s Question,” My Memorandum (transcribed from the Writings of V.I. Lenin, International Publishers, available at https://www.marxists.org/archive/zetkin/1920/lenin/zetkin1.htm)
[20] Huang Wenzhi, “‘What Happened after Nora Left’: Women’s Liberation, Freedom of Marriage, and Class Revolution: A Historical Survey of the Hubei-Henan-Anhui Soviet Districts (1922–1932),” Open Times no. 4 (2013). Chinese: 黃文治:〈 “娜拉走後怎樣”:婦女解放、婚姻自由及階級革命——以鄂豫皖蘇區為中心的歷史考察(1922~1932)〉《開放時代》,2013年第4期.
[21] Huang Wenzhi (2013), Ibid.
[22] “Yang Ning, “Why Did the Eighth Route Army Purchase Medicines for Sexual Transmitted Diseases?” The Epoch Times (Chinese), http://www.epochtimes.com/gb/18/1/18/n10069025.htm
[23] Judith A. Reisman, Ph.D.; Edward W. Eichel, Kinsey, Sex and Fraud: The Indoctrination of a People (Lafayette, Louisiana: Lochinvar-Huntington House, 1990); “Dr. Judith A. Reisman and her colleagues demolish the foundations of the two (Kinsey) reports.”; “Really, Dr Kinsey?” The Lancet, Vol. 337 (March 2, 1991): 547.
[24] L. B. Finer, “Trends in Premarital Sex in the United States, 1954–2003,” Public Health Reports 122(1) (2007): 73–78.
[25] Nicholas H. Wolfinger, “Counterintuitive Trends in the Link Between Premarital Sex and Marital Stability,” Institute for Family Studies, https://ifstudies.org/blog/counterintuitive-trends-in-the-link-between-premarital-sex-and-marital-stability.
[26] Betty Friedan, The Feminine Mystique (New York: W.W. Norton & Company, 1963).
[27] David Horowitz, Salon Magazine, January 1999, http://www.writing.upenn.edu/~afilreis/50s/friedan-per-horowitz.html
[28] Joanne Boucher, “Betty Friedan and the Radical Past of Liberal Feminism.” New Politics 9 (3). http://nova.wpunj.edu/newpolitics/issue35/boucher35.htm.
[29] Kate Weigand, Red Feminism: American Communism and the Making of Women’s Liberation (Baltimore, Maryland: Johns Hopkins University Press, 2002).
[30] Simone de Beauvoir, The Second Sex, trans. Constance Borde, Sheila Malovany-Chevallier (New York: Vintage Books, 2011).

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.