5e chapitre: Infiltrer l’Ouest (2e partie)

Le spectre du communisme n’a pas disparu avec la désintégration du Parti communiste en Europe de l’Est
 

The Epoch Times sérialise une traduction du chinois d’un nouveau livre " Comment le Spectre du communisme gouverne notre monde" par l’équipe éditoriale des 'Neuf Commentaires sur le Parti communiste.'


Table des matières (suite)


6. Les nouveaux marxistes qui vénèrent Satan

7. La Longue Marche de la Gauche à travers les institutions

8. Politiquement Correct : la police de la pensée du diable

9. La propagation du socialisme en Europe

10. Pourquoi tombons-nous dans les pièges du diable ?

Références (suite)


6. Les Nouveaux marxistes qui vénèrent Satan

Lorsque la révolution populaire des jeunes Occidentaux battait son plein dans les années 1960, il s’en est trouvé un pour condamner leur naïveté, leur sincérité et leur idéalisme. “Si le vrai radical trouve que ses longs cheveux mettent des barrières psychologiques à la communication et à l’organisation, il se coupe les cheveux”, a-t-il déclaré. Cet homme était Saul Alinsky, un activiste radical ayant écrit des livres, enseigné à des étudiant et ayant personnellement supervisé la mise en application de ses théories, devenant finalement l'agitateur "para-communiste" à l'influence la plus néfaste depuis des décennies.


En plus de son admiration pour Lénine et Castro, Alinsky a aussi explicitement vénéré le diable lui-même. Dans son livre Règles pour les radicaux, l'un des épigraphes indique : "N’oublions pas au moins une reconnaissance de principe envers le tout premier radical : de toutes nos légendes, mythologie et histoire (et qui sait où la mythologie s'arrête et où l'histoire commence), le premier radical connu de l'homme pour s'être rebellé contre le pouvoir établi et l’avoir fait si efficacement qu'il a au moins gagné son propre royaume - Lucifer."


La raison pour laquelle Alinsky est plus justement qualifié de "para-communiste" est que, contrairement à l'Ancienne Gauche (gauchistes politiques) des années 1930 et la Nouvelle Gauche (gauchistes culturels) des années 1960, Alinsky a refusé d'affirmer clairement ses idéaux politiques. Sa vision d'ensemble était que le monde a "ceux qui ont", "ceux qui ont un peu et veulent plus" et "ceux qui n'ont pas". Il a proposé à "ceux qui n'ont pas" de se rebeller contre "ceux qui ont" par tous les moyens et de saisir la richesse et le pouvoir de façon à accomplir une société complètement "égale". Il a cherché à s'emparer du pouvoir par tous les moyens, tout en détruisant en même temps le système social existant. Il a été qualifié de Lénine de la Gauche post-communiste et son "Sun-Tzu". (1)


Dans Règles pour les radicaux, publié en 1971, Alinsky expose systématiquement sa théorie et ses méthodes d'organisation communautaire. Ces règles comprennent "une tactique qui traîne trop longtemps devient un frein", "Maintenir la pression", "La menace est généralement plus terrifiante que la chose elle-même", "Le ridicule est l'arme la plus puissante de l'homme" et ""Choisissez la cible, figez-la, personnalisez-la et polarisez-la". (2) L'essence de ses règles consistait à utiliser des moyens peu scrupuleux pour atteindre ses buts et obtenir le pouvoir.


La nature des règles apparemment dures d'Alinsky pour l'organisation de la communauté devient claire lorsqu'elles sont appliquées au monde réel. Alors que la Guerre du Vietnam était toujours en cours en 1972, George H. W. Bush, alors ambassadeur des États-Unis à l'ONU, a fait un discours à l'Université Tulane. Les étudiants de l'université étant contre la guerre ont demandé conseil à Alinsky, qui a indiqué que protester par les méthodes conventionnelles ne ferait probablement qu'entraîner leur expulsion. Il a ainsi suggéré qu'ils enfilent des habits du Ku Klux Klan, et que dès que Bush défendrait la Guerre du Vietnam, ils se lèvent avec des pancartes et scandent "le KKK soutient Bush". Les étudiants l'ont fait "avec succès, et obtenu beaucoup d'attention". (3)


Alinsky et ses partisans ont été enchantés de deux autres manifestations qu'il avait prévues. En 1964, dans des négociations avec les autorités de la ville de Chicago, Alinsky a préparé le plan d'organisation de 2500 activistes qui occuperaient les toilettes de l'aéroport international O'Hare, l'un des aéroports les plus fréquentés du monde, afin de forcer ses opérations à s'arrêter. Avant d'effectuer réellement son plan, il l'a laissé fuité, forçant ainsi les autorités à négocier. (4)


De façon à forcer Kodak, le principal employeur à Rochester, New York, d'augmenter son ratio d'employés noirs par rapport aux blancs, Alinsky a mis en place une tactique similaire. Saisissant l'occasion d'une tradition culturelle importante dans la ville - une performance à venir du Rochester Philharmonic Orchestra - Alinsky avait prévu d'acheter des centaines de billets pour ses activistes et de les nourrir auparavant de haricots pour qu'ils puissent remplir le théâtre et ruiner la performance avec des flatulences. Cet épisode ne s'est pas réalisé, mais sa menace, ainsi que les autres tactiques d'Alinsky, ont renforcé sa position dans les négociations.


Le livre d'Alinsky laisse de l'homme l'impression d'un individu sinistre, froid et calculateur. Son utilisation de "l'organisation communautaire" était vraiment une forme révolution graduelle. (5)


Les différences entre Alinsky et ses prédécesseurs sont multiples. Premièrement, aussi bien ceux de l'Ancienne que de la Nouvelle Gauche étaient au moins idéalistes dans leur rhétorique. Alinsky a quant à lui dénué la "révolution de son placage idéaliste et l'a exposée comme une lutte féroce pour le pouvoir. Quand il dirigeait la formation pour les "organisations communautaires", il demandait régulièrement aux stagiaires : "Pourquoi s'organiser ?" Certains disaient alors que c'était pour aider les autres, à quoi Alinsky aboyait : " Vous voulez vous organiser pour le pouvoir !" (6)


Dans le manuel d'entraînement que suivait les partisans d'Alinsky, il était écrit : "Nous ne sommes pas vertueux en ne voulant pas le pouvoir ... Nous sommes vraiment lâches de ne pas souhaiter le pouvoir" et "le pouvoir est bon. ... L'impuissance est le mal." (7)


Deuxièmement, Alinsky ne tenait pas en haute estime la jeunesse rebelle des années 1960 qui était publiquement contre le gouvernement et la société. Il a souligné que, dans la mesure du possible, il fallait entrer dans le système, et attendre l'occasion de le subvertir de l'intérieur.


Troisièmement, le but ultime d'Alinsky était de subvertir et de détruire, non de bénéficier à un quelconque groupe. Ainsi en mettant son plan en preuve, il était nécessaire de dissimuler son objectif réel avec des objectifs localisés ou par étape qui semblaient en eux-mêmes raisonnables ou inoffensifs, afin de mobiliser de larges foules en action. Une fois les gens habitués à être mobilisés, il était relativement facile de les rassembler pour agir en vue de buts plus radicaux.


Dans Règles pour les radicaux, Alinsky écrit : "Tout changement révolutionnaire doit être précédé d'une attitude passive, affirmative et incontestable envers le changement parmi la masse de notre population ... Souvenez-vous : une fois que vous organisez les gens autour d'une chose aussi communément acceptée que la pollution, alors une population organisée est en mouvement. À partir de là, c'est un petite et naturelle étape vers la pollution politique, vers la pollution du Pentagone."


Un chef de la Students for a Democratic Society ayant été fortement influencé par Alinsky a résumé l'essence des manifestations radicalisées : "Le problème n'est jamais le problème ; le problème est toujours la révolution". La Gauche radicale après les années 1960 était profondément influencée par Alinsky et a toujours transformé la réponse à tout problème social en insatisfaction à l'égard du statu quo dans son ensemble, comme un tremplin pour faire avancer la cause révolutionnaire.


Quatrièmement, Alinsky a transformé la politique en une guérilla sans retenue. En expliquant sa stratégie pour organisé la population, Alinsky a indiqué à ses partisans qu'ils devaient frapper les yeux, les oreilles et les nez de l'ennemi. Comme il l'écrit dans Règles pour les radicaux : "D'abord les yeux ; si vous avez rassemblé une large organisation populaire de masse, vous pouvez la parader visiblement devant l'ennemi et montrer ouvertement votre pouvoir. Deuxièmement les oreilles ; si votre organisation est faible numériquement, faites alors ce qu'a fait Gédéon : dissimulez en les membres dans l'obscurité mais faites un vacarme qui fera croire aux auditeurs que votre organisation a beaucoup plus de membres qu'en réalité. Troisièmement le nez ; si votre organisation est trop petite même pour le bruit, empestez l'endroit."


Cinquièmement, partant de ses actions en politique, Alinsky a mis l'emphase sur le fait d'utiliser les aspects les plus maléfiques de la nature humaine, comprenant l'indolence, l'avidité, l'envie et la haine. Parfois les participants dans ses actions gagnaient de petits gains, mais cela ne faisait que les rendre plus cyniques et éhontés. De façon à subvertir le système politique et l'ordre social des pays libres, Alinsky était heureux d'amener ses partisans à la faillite morale. À partir de cela il peut être déduit que s'il en était venu à vraiment gagner le pouvoir, il ne se serait occupé ni n'aurait eu la moindre pitié pour ses anciens camarades.

Des décennies plus tard, deux figures proéminentes de la politique américaine ayant été profondément influencées par Alinsky ont aidé à conduire la révolution silencieuse ayant subverti la civilisation américaine, ses traditions et ses valeurs. En même temps, les manifestations sans restriction de type guérilla prônées par Alinsky sont devenues populaires en Amérique à partir des années 1970. C'est ce qui ressort clairement de la manifestation "vomit-in" en 1999 contre l'Organisation mondiale du commerce à Seattle (où les manifestants ont ingéré une drogue provoquant le vomissement, puis ont collectivement vomi sur la place et dans le centre de conférence), du mouvement Occupy Wall Street, du mouvement Antifa et ainsi de suite.


Il est frappant de noter que dans l'une des pages d'introduction de Règles pour les radicaux Alinsky offre sa "reconnaissance au tout premier radical", Lucifer. De plus, dans une interview avec le magazine Playboy peu avant sa mort, Alinsky a indiqué que lorsqu'il serait mort, il "choisirait sans réserve d'aller en enfer" et de commencer à organiser le prolétariat car "ils sont mon type de personnes"(8)


7. La Longue Marche de la Gauche à travers les institutions

Ce fut Antonio Gramsci, un communiste italien renommé, qui a promu l'idée d'effectuer une "longue marche à travers les institutions". Il a découvert qu'il était difficile d'inciter des personnes de foi à initier une révolution pour renverser un gouvernement légitime. Donc, afin de provoquer une révolution, les communistes comptent sur un grand nombre de fantassins qui partagent leur sombre vision de la moralité, de la foi et des traditions. La révolution du prolétariat doit commencer avec la subversion de la religion, de la moralité et de la civilisation.


Après l'échec des révolutions de rue dans les années 1960, les rebelles ont commencé à entrer dans le monde universitaire. Ils ont obtenu des diplômes, sont devenus des universitaires, des professeurs, des fonctionnaires du gouvernement et des journalistes. Ils sont entrés dans le courant principal de la société pour mener à bien la "longue marche à travers les institutions". Ils ont ainsi infiltré et corrompu les institutions de la société occidentale, qui sont cruciales pour le maintien de la moralité dans la société. Cela comprend l'Église, le gouvernement, le système éducatif, les corps législatif et judiciaire, le monde de l'art, les médias et les ONG.


Les États-Unis, après les années 1960, ont été comme un patient atteint d'une maladie dont on ne peut identifier la cause. Les idées para-marxistes se sont infiltrées profondément dans la société américaine et métastasées.


Parmi les nombreuses théories et stratégies révolutionnaires qui ont été avancées, la stratégie Cloward-Piven proposée par deux sociologues de l'Université Columbia est devenue l'une des plus connues et a été testée avec un certain succès.


Le concept fondamental de la stratégie est d'utiliser le système public de protection sociale pour forcer le gouvernement à s'effondrer. Selon la politique du gouvernement américain, le nombre de personnes admissibles aux allocations sociales est bien plus élevé que le nombre de personnes en recevant réellement les bénéfices. Aussi longtemps que ces personnes sont encouragées ou organisées pour en tirer des bénéfices, elles utiliseront bientôt les fonds du gouvernement, de sorte que le gouvernement ne sera finalement plus en mesure d'en assumer les coûts.


La mise en œuvre spécifique de cette stratégie est la National Welfare Rights Organization (NWRO). Selon des statistiques, de 1965 à 1974, le nombre de familles monoparentales recevant des subsides est passé de 4,3 millions à 10,8 millions - plus du double. En 1970, 28 % du budget annuel de la ville de New York a été consacré aux dépenses d'aide sociale. En moyenne, sur deux personnes travaillant, une personne recevait des prestations sociales. De 1960 à 1970, le nombre de personnes bénéficiaire de prestations sociales à New York est passé de 200 000 à 1,1 million. En 1975, la ville de New York était au bord de la faillite.


La stratégie Cloward-Piwen vise à créer une crise. Elle peut ainsi être considérée comme une autre application des théories d'Alinsky, dont l'une est de "faire en sorte que l'ennemi respecte son propre livre de règles".


Depuis la révolution Bolchevique conduite par Lénine, le Parti communiste a su intriguer et manigancer. Avec un très petit nombre de personnes, il a créé de puissantes "révolutions" et des "crises" dont il a pu tirer parti.


Des choses semblables se produisent dans la politique américaine. Par exemple, certaines idées de la gauche aux États-Unis sont si radicales qu'elles semblent incompréhensibles pour la plupart des gens. Pourquoi, par exemple, les législateurs et les élus semblent-ils ne représenter que la voix des minorités extrêmes (comme les transgenres), mais ignorer les questions importantes de subsistance de la majorité ? La réponse est simple : Ils ne représentent pas une véritable opinion publique.


Lénine a dit un jour que les organisations syndicales sont les "courroies de transmission du Parti communiste aux masses". (9) Les communistes ont constaté que tant qu'ils contrôlent les syndicats, ils contrôlent un grand nombre de votes. Tant qu'ils contrôlent les votes, ils peuvent faire en sorte que les élus et les législateurs fassent ce qu'ils veulent. Par conséquent, les communistes cherchent à prendre le contrôle des syndicats, contrôlant ainsi un grand nombre de parlementaires et d'élus pour transformer le programme politique subversif des communistes en programme politique de la gauche.


W. Cleon Skousen a écrit dans son livre The Naked Communist (Le communiste mis à nu) que l'un des 45 objectifs des communistes est de capturer "l'un ou les deux partis politiques aux États-Unis", et que cela est atteint par une telle opération. Les travailleurs ordinaires sont obligés de s'affilier aux syndicats afin de maintenir leurs droits et intérêts fondamentaux, et ils deviennent ainsi les pions des syndicats. Un principe identique est à l'œuvre lorsqu'il s'agit de payer des frais de protection aux gangs du crime organisé.


L'analyse de Loudon sur la façon dont les partis communistes détournent les pays démocratiques en dit long sur ce point. Il divise le processus en trois étapes :


Première étape : Élaboration de la politique. Pendant la guerre froide, l'Union soviétique et ses alliés ont élaboré des politiques destinées aux pays démocratiques. Le but était d'infiltrer et de désintégrer ces pays, de les transformer pacifiquement de l'intérieur.


Deuxième étape: l'endoctrinement. Pendant la guerre froide, des milliers de communistes du monde entier ont été formés chaque année en Union soviétique et dans les pays socialistes de l'Est. La formation s'est concentrée sur la manière d'utiliser les mouvements ouvriers, les mouvements pacifistes, les églises et les groupes non gouvernementaux pour influencer les partis de gauche dans leur propre pays.


Troisième étape : Mise en œuvre. Après la guerre froide, les groupes socialistes et communistes locaux des pays occidentaux ont commencé à jouer un rôle plus dominant. Un grand nombre d'Américains influencés par l'idéologie communiste sont entrés dans le courant social dominant. Ils se sont engagés dans la politique, l'éducation ou la recherche académique, ou sont entrés dans les médias ou les organisations non gouvernementales. Ils utilisent les expériences accumulées depuis plusieurs générations pour transformer les États-Unis de l'intérieur, et les États-Unis sont presque tombés entre leurs mains.


Les systèmes des pays démocratiques ont été conçus à l'origine pour des individus d'une certaine disposition morale et d'un certain niveau. Pour ceux qui utilisent tous les moyens pour atteindre de mauvaises fins, ce système comporte de nombreuses lacunes. Il existe de nombreuses façons superficiellement légitimes de subvertir une société libre.


Il y a un dicton en Chine qui dit : "Nous n'avons pas peur des voleurs, nous avons juste peur qu'ils y pensent". Les communistes et ceux qui agissent en leur nom par ignorance tentent de subvertir le système politique et social des sociétés libres par tous les moyens possibles. Après des décennies de planification et de fonctionnement, les gouvernements et les sociétés des États-Unis et d'autres pays occidentaux ont été sévèrement érodés, à mesure que la pensée et les éléments communistes sont entrés dans le corps politique américain.


8. Politiquement Correct : la police de la pensée du diable

Les pays communistes exercent un contrôle strict sur la parole et la pensée. Cependant, depuis les années 1980, une autre forme de contrôle de la parole et de la pensée est apparue en Occident. Cette police de la pensée utilise la bannière du "politiquement correct" pour se déchaîner dans les médias, la société et le système éducatif, en utilisant des slogans et des critiques de masse pour restreindre la parole et la pensée. Même si beaucoup ont déjà ressenti le pouvoir maléfique de son contrôle, ils n'ont pas saisi ses origines idéologiques.


Des expressions telles que "politiquement correct", "progrès" et "solidarité" sont utilisées depuis longtemps par les partis communistes. Leur signification superficielle est d'éviter d'utiliser un langage discriminatoire envers les minorités, les femmes, les personnes handicapées et les autres. Par exemple les "Noirs" doivent être appelés "Afro-Américains", les Américains indiens "Amérindiens", les immigrants illégaux doivent être appelés "travailleurs sans papiers", etc.


Cependant, l'implication cachée derrière le politiquement correct est de classer les individus en groupes en fonction de leur statut de victime. Ceux qui sont les plus opprimés devraient donc bénéficier du plus grand respect et de la plus grande courtoisie. Indépendamment de la conduite et du talent de chacun, ce jugement n’est rendu que sur sa seule identité, et constitue donc la base de ce que l'on appelle la "politique identitaire".


Ce style de pensée est extrêmement populaire aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux. Selon cette logique, les lesbiennes noires, qui sont opprimées par les vecteurs de la race, du sexe et de la préférence sexuelle, sont classées au premier rang des victimes. Au contraire, les hommes hétérosexuels blancs sont considérés comme les plus privilégiés et, dans la logique de la politique victimaire, devraient se trouver au bas du classement.


Ce type de classification est identique à ce qui se passe dans les pays communistes, où les individus étaient classés dans les "cinq classes de rouges" ou les "cinq classes de noirs" selon leur richesse et leur statut social avant la révolution. Le Parti communiste chinois a éliminé et opprimé les propriétaires terriens et les capitalistes en raison de leur " mauvais " statut de classe, a attaqué les intellectuels comme le " Vieux neuvième puant " et a chanté que " les pauvres sont les plus intelligents ; les nobles, les plus bêtes ".


Pour des raisons historiques complexes, y compris des raisons sociales et individuelles, certains groupes ont une position politique et socio-économique inférieure, qui ne peut s'expliquer simplement par l'oppression. Mais le politiquement correct trace une frontière artificielle dans l'esprit des gens. Il établit une pensée binaire, en indiquant que seuls ceux qui sont d'accord avec les prétentions du politiquement correct doivent être considérés comme moraux. Ceux qui sont en désaccord sont accusés d'être racistes, sexistes, homophobes, anti-Islam, etc.


Les universités, qui devraient promouvoir une culture de la liberté d'expression, sont devenues des prisons pour l'esprit. Le monde est réduit au silence et incapable de s'attaquer ouvertement et sincèrement à un certain nombre de questions politiques, économiques et culturelles. Au nom du politiquement correct, certaines organisations poussent davantage la religion traditionnelle hors de la sphère publique. En outre, certains pays ont élargi la définition du "discours de haine", l'ont inscrit dans le droit et l'ont ainsi utilisé pour forcer les écoles, les médias et les entreprises Internet à se conformer à cette définition élargie. [10] Il s'agit d'un pas vers les mêmes restrictions sur la parole que celles que l'on trouve dans les États communistes.


Après l'élection présidentielle américaine de 2016, les États-Unis sont devenus encore plus divisés. Des manifestations de protestation ont éclaté dans les grandes villes, et les violations de la liberté d'expression se sont multipliées. En septembre 2017, une apparition de l'auteur conservateur Ben Shapiro, qui avait été invité à prendre la parole à l'Université de Californie-Berkeley, a déraillé en raison des menaces d'Antifa de provoquer un conflit violent. La police de Berkeley s'est tenue prête et a envoyé trois hélicoptères de police ; les dépenses de sécurité ont été estimées à plus de 600 000 $[11].


Un journaliste a demandé à un jeune étudiant qui protestait : "Et le Premier amendement ?" L'étudiant a indiqué qu'il ne s'agissait plus d'un document pertinent. Ironiquement, l'un des événements marquants qui a marqué le début du mouvement étudiant en 1964 a été la lutte pour la liberté d'expression à Berkeley. De nos jours, la gauche utilise le droit à la parole dans ses tentatives de priver les autres d'un exutoire légitime pour leur propre voix.


En mars 2017, le sociologue américain Charles Murray a été invité à prendre la parole au Middlebury College du Vermont. Pendant qu'il s'y trouvait, il a été agressé physiquement et un professeur l'accompagnant à l'université a été blessé. En mars 2018, Amy Wax, professeure titulaire à la faculté de droit de l'Université de Pennsylvanie, a été relevée de certaines fonctions d'enseignement après avoir publié un article "politiquement incorrect". D'autres organisations, agissant sous la bannière de l'opposition au discours de haine, ont qualifié les groupes conservateurs réguliers de " groupes haineux "[13]. De plus, il y a eu des cas où des auteurs et des universitaires conservateurs ont été menacés s'ils prenaient la parole ou assistaient à divers événements. [14]


L'intrusion de la Gauche dans la liberté d'expression ne fait pas partie du débat normal entre personnes ayant des idées différentes. Au lieu de cela, il s'agit du spectre du communisme qui utilise des gens avec de mauvaises intentions, les provoquant à obscurcir la vérité et à réprimer les voix justes, ou du moins normales. Le politiquement correct, en substance, consiste à substituer des normes politiques et morales déviantes aux normes justes ; c'est la police de la pensée du diable.


9. La propagation du socialisme en Europe

L'Internationale socialiste est née de la Deuxième Internationale, fondée par Engels en 1889. Au moment de la création de la Deuxième Internationale, il existait plus de 100 partis politiques fondés sur le marxisme dans le monde. Parmi eux, 66 étaient des partis au pouvoir qui adhéraient au socialisme dans leurs pays respectifs. Le nom "Internationale socialiste" a vu le jour en 1951 après la Seconde Guerre mondiale et se composait de partis sociaux-démocrates du monde entier.


Il y a des partis socialistes descendant de la Deuxième Internationale partout en Europe, et beaucoup d'entre eux sont même devenus des partis au pouvoir. Les premiers socialistes comprenaient Lénine, qui encourageait la révolution violente, et des personnes comme Karl Johann Kautsky et Eduard Bernstein, qui encourageaient la réforme progressive. Au sein de l'Internationale socialiste, la démocratie socialiste et le socialisme démocratique étaient presque identiques. Ils ont tous deux promu l'idée que le socialisme est le nouveau système qui remplacera le capitalisme. Actuellement, l'Internationale socialiste compte plus de 160 organisations et membres. C'est la plus grande organisation politique internationale au monde.


Le Parti socialiste européen, actif au Parlement européen, est également une organisation d'alliance de l'Internationale socialiste. Ses membres sont les partis sociaux-démocrates de l'UE et des pays voisins. C'est également un parti politique au sein du Parlement européen, créé en 1992, dont les membres comprennent la majorité des organisations européennes, y compris le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil européen.


À ce jour, le Parti socialiste européen compte 32 partis membres issus de 25 pays de l'UE et de Norvège, huit membres associés et cinq observateurs, pour un total de 45 partis politiques. Il s'engage dans un immense éventail d'activités. Les principaux objectifs revendiqués par le Parti socialiste européen lui-même sont de renforcer le mouvement socialiste et social-démocrate au sein de l'UE et dans toute l'Europe et de développer une coopération étroite entre les partis membres, les groupes parlementaires, etc. Essentiellement, il s'efforce de promouvoir vigoureusement la cause socialiste.


Le Parti social-démocrate suédois, le parti au pouvoir en Suède, affirme ouvertement qu'il utilise le marxisme comme guide théorique. Au cours des décennies qu'il a passées au pouvoir, il a promu les idéologies socialistes de l'égalité et de l'aide sociale. Des portraits de Marx et d'Engels sont toujours accrochés dans les salles de fête aujourd'hui.


Les principes directeurs du Parti travailliste britannique sont basés sur le socialisme fabien. Comme discuté précédemment, le socialisme fabien n'est qu'une autre version du marxisme, mais il met l'accent sur l'utilisation de méthodes graduelles pour effectuer la transition du socialisme au communisme. Il préconise également des impôts élevés, des prestations sociales élevées et d'autres idées socialistes. Le Parti travailliste est devenu le parti au pouvoir en Angleterre à plusieurs reprises au cours des dernières décennies et a toujours défendu les idées socialistes fabiennes.


Le Parti communiste britannique a également été très actif en essayant d'influencer la politique britannique, ayant même son propre journal, The Morning Star. Le Parti communiste britannique a été créé en 1920 et à son apogée, des membres du Parti ont été élus à la Chambre des communes. Au début de récentes élections en Angleterre, le Parti communiste britannique a soudainement annoncé son intention de soutenir le principal homme politique de gauche du Parti travailliste.


Un membre important du Parti travailliste a passé 40 ans à promouvoir la nationalisation des biens et le socialisme. En septembre 2015, il est devenu chef du Parti travailliste, avec une avance écrasante de 60 %. Ce politicien a été pendant des années un participant de premier plan aux événements et activités LGBT. Lorsqu'un journaliste de la BBC lui a demandé ce qu'il pensait de Marx, il a fait l'éloge de Marx comme d'un grand économiste et d'un "personnage fascinant qui a beaucoup observé et dont nous pouvons beaucoup apprendre ".


Le Parti socialiste est le plus grand parti politique de centre-gauche de France et membre de l'Internationale socialiste (IS) et du Parti socialiste européen (PSE). Son candidat à la présidence a été élu à la tête du pays en 2012.


Le vétéran communiste italien Antonio Gramsci a non seulement fondé le Parti communiste d'Italie en 1921, mais il en a également été le secrétaire général. Jusqu'aux années 1990, le Parti communiste italien a été très actif et a longtemps maintenu sa position de deuxième plus grand parti politique. En 1991, le parti a été rebaptisé Parti démocratique de gauche.


L'Allemagne ne fait pas exception: c'est le lieu de naissance de Marx et d'Engels et le foyer de l'influente École de Francfort, une autre expression du marxisme.


D'autres pays européens, comme l'Espagne, le Portugal et d'autres, ont tous des partis politiques communistes très actifs qui exercent une influence significative. Toute l'Europe, et pas seulement les pays d'Europe de l'Est, est dominée par le communisme. Les pays non communistes d'Europe du Nord, d'Europe du Sud et d'Europe de l'Ouest encouragent et accueillent tous, intentionnellement ou non, des idéologies et des politiques communistes. Dire que l'Europe est "entre les mains de l'ennemi" n'est pas une exagération.


10. Pourquoi tombons-nous dans les pièges du diable ?

Dans son livre Political Pilgrims, Le sociologue américain Paul Hollander, a raconté l'histoire de nombreux jeunes intellectuels épris du communisme qui se sont rendus en Union soviétique, en Chine maoïste et à Cuba communiste. Alors que des abus horribles s'y produisaient, ces jeunes touristes politiques n’ont rien pu voir de tout cela et à leur retour dans leur pays, ont écrit avec enthousiasme des livres glorifiant les politiques socialistes. [15]


L'idéologie communiste est une idéologie du diable. Au fil du temps, les gens ont vu de plus en plus clairement que partout où va le communisme , il s'accompagne de violence, de mensonges, de guerre, de famine, de dictature. La question est, pourquoi y a-t-il encore tant de gens qui aident de tout cœur le diable à répandre ses mensonges, devenant même ses outils obéissants ?


Aux États-Unis, par exemple, des gens de différentes époques ont été attirés par le communisme pour différentes raisons. Les tout premiers membres du Parti communiste américain étaient des immigrants. Leur statut économique était faible et il leur était difficile de se fondre dans la communauté. Ils ont ainsi rejoint le Parti principalement sous l'influence de leurs pays d'origine (principalement la Russie et les pays d'Europe de l'Est).


Après la Grande Dépression, l'influence du marxisme en Occident s'est considérablement accrue, et presque toute la classe intellectuelle occidentale a commencé à virer à gauche. De nombreux intellectuels sont allés visiter l'Union soviétique et, de retour chez eux, ont prononcé des discours et écrit des livres faisant la promotion de l'idéologie communiste. Parmi eux de nombreux penseurs, écrivains, artistes et journalistes influents.


La génération des baby-boomers est entrée à l'université dans les années 1960. Ayant grandi dans l'abondance de l'après-guerre, ils ont pourtant été induits en erreur par les idéologies communistes leur faisant adopter d'autres positions contre-culturelles, sous la forme de manifestations anti-guerre, de féminisme et d'autres choses semblables. La génération suivante d'étudiants a appris à utiliser du matériel de gauche directement dans leurs manuels scolaires parce que leurs professeurs étaient les "radicaux titularisés" ; la "longue marche du communisme à travers les institutions" avait finalement réussi, initiant un cycle destiné à se reproduire et à se maintenir pour toujours.


Dans un livre consacré à la dénonciation du communisme, Masters of Deceit, le directeur du FBI, J. Edgar Hoover, dont le mandat a duré 37 ans, a classé les militants communistes en cinq groupes : ceux ouvertement membres du parti, les membres clandestins, les compagnons de route, les opportunistes (ceux qui soutiennent le parti par intérêt personnel) et les dupes [16]. En réalité, les militants communistes comptent très peu d’activistes extrêmement agressifs et purs et durs ; n'est-il pas beaucoup plus vrai que la majorité des membres du Parti communiste ont tout simplement été enrôlés ?


Les journalistes américains John Silas Reed et Edgar Snow ont joué un rôle majeur dans la promotion de l'idéologie communiste dans le monde, avec Ten Days That Shook the World de Reed et Red Star Over China de Snow. Reed est l'un des trois Américains à avoir été enterré dans la nécropole du mur du Kremlin, ce qui signifie qu'il était lui-même un activiste communiste. Sa description de la Révolution d'Octobre n'était pas un reportage objectif des événements réels, mais une propagande politique soigneusement élaborée.


Snow était un compagnon de route du communisme. En 1936, les grandes lignes de l’interview qu'il a fournies à un membre du PCC comprenait des questions dans une douzaine de domaines, dont la diplomatie, la défense contre l'invasion ennemie, les opinions sur les traités inégaux, l'investissement étranger, les opinions sur les Nazis (national-socialistes), et plus. Plus tard, Mao Zedong a rencontré Snow dans une maison troglodyte de Shanbei (la partie nord de la province de Shaanxi) pour répondre aux questions afin de créer une impression favorable du PCC. Le jeune et naïf Snow a été utilisé comme un outil par le perfide PCC lui faisant diffuser ses mensonges soigneusement élaborés au monde entier.
Yuri Bezmenov, ancien espion du KGB, se souvient de son expérience de recevoir des "amis" étrangers lorsqu'il travaillait comme espion. Leur emploi du temps a été en partie organisé par le Service du renseignement extérieur de la Fédération de Russie. Leurs visites dans les églises, les écoles, les hôpitaux, les jardins d'enfants, les usines, etc, étaient organisées à l'avance. Les personnes impliquées étaient communistes ou politiquement dignes de confiance et avaient suivi une formation visant à assurer qu'elles parleraient d'une seule voix. Il a cité en exemple l'époque où Look, un grand magazine américain des années 1960, a envoyé des journalistes en Union soviétique et fini par imprimer des documents préparés par les forces de sécurité soviétiques, y compris des photos et des exemplaires imprimés.


La propagande soviétique est ainsi sortie dans le public sous le nom d'un magazine américain, trompant les Américains. M. Bezmenov a déclaré que de nombreux journalistes, acteurs et grands athlètes peuvent être excusés d’être aveugles à la réalité lorsqu'ils visitent l'Union soviétique, mais que le comportement de nombreux politiciens occidentaux était impardonnable. Ils ont tissé des mensonges et cherché à coopérer avec les communistes soviétiques pour leurs propres réputation et profit, a-t-il dit, les qualifiant de moralement corrompus. [17]


Dans le livre You Can Still Trust the Communists ... to Be Communists, le Dr Fred Schwartz a analysé pourquoi certains jeunes hommes des classes aisées sont devenus adeptes du communisme. Il a donné quatre raisons : Premièrement, le désenchantement face au capitalisme ; deuxièmement, la croyance en une philosophie matérialiste de la vie ; troisièmement, l'orgueil intellectuel ; et quatrièmement, un besoin religieux non satisfait. L'orgueil intellectuel fait référence à l'expérience de jeunes de 18 à 20 ans qui sont facilement victimes de la propagande communiste en raison de leur compréhension partielle de l'histoire, de leur ressentiment anti-autoritaire et de leur désir de se rebeller contre la tradition, l'autorité et la culture ethnique dans lesquelles ils ont grandi.


Un " besoin religieux insatisfait " fait référence au fait que chacun a en lui une sorte d'impulsion religieuse, qui le pousse à se transcender lui-même. Cependant, l'athéisme et la théorie de l'évolution inculquées par leur éducation les rendent incapables de tirer satisfaction des religions traditionnelles. Le fantasme communiste de libérer l'humanité profite de ce besoin humain latent et lui sert d'ersatz religieux. [18]


Les intellectuels avaient tendance à se laisser berner par des idéologies radicales. Un tel phénomène a attiré l'attention des chercheurs. Dans son livre L'opium des intellectuels, le philosophe et sociologue français Raymond Aron souligne que, d'une part, les intellectuels du XXe siècle ont sévèrement critiqué le système politique traditionnel et, d'autre part, ont généreusement toléré ou même fermé les yeux sur la dictature et le massacre dans les États communistes. Il considérait les intellectuels de gauche qui ont fait de leur idéologie une religion laïque comme hypocrites, arbitraires et fanatiques.


Dans son livre Intellectuals : From Marx and Tolstoy to Sartre and Chomsky, Paul Johnson, historien britannique, a analysé la vie et les opinions politiques radicales de Rousseau et d'une dizaine d'intellectuels qui l'ont suivi. Il a constaté qu'ils partageaient les faiblesses fatales de l'arrogance et de l'égocentrisme. [19]


Dans son livre Intellectuals and Society, le chercheur américain Thomas Sowell a également illustré en détail l'arrogance extraordinaire de ces intellectuels.


Ces érudits ont fondé leur analyse des intellectuels communistes sur un jugement et une analyse méticuleux, mais nous souhaitons attirer l'attention sur une autre raison, qu'ils n'ont pas couverte, qui explique pourquoi les intellectuels peuvent si facilement être dupes.


Le communisme est une idéologie démoniaque qui n'appartient à aucune culture traditionnelle de la société humaine. Puisqu'il milite contre la nature humaine, il ne peut jamais être développé de façon naturelle par l'homme, mais doit être appliqué et inculqué de l'extérieur. Sous l'influence de l'athéisme et du matérialisme, l'université et l'éducation contemporaines ont abandonné la croyance aux dieux. La croyance aveugle en la science et le culte de la soi-disant raison humaine permettent aux gens de devenir esclaves de cette idéologie démoniaque.


Depuis les années 1960, le communisme s'est engagé dans une invasion massive de l'éducation américaine. Pire encore, de nombreux jeunes - bombardés par les médias de gauche et ayant reçu une éducation simplifiée - se laissent tenter par la télévision, les jeux vidéo, Internet et les médias sociaux. Ils se transforment en "flocons de neige", des gens manquant de connaissances, d'une perspective mondiale, d'un sens des responsabilités, d'un sens de l'histoire et de la capacité de relever les défis.


Avec les idéologies communistes ou dérivées du communisme qui leur sont inculquées par la génération de leurs parents, ils sont endoctrinés et utilisent désormais un cadre déformé pour évaluer les faits nouveaux qu'ils voient et entendent. C'est-à-dire que les mensonges communistes ont formé un film autour d'eux, les empêchant d'avoir une vision claire de la réalité.


Pour tromper les gens, le démon a largement exploité les faiblesses humaines que sont la stupidité, l'ignorance, l'égoïsme, la cupidité et la crédulité. Entre-temps, l'idéalisme et les fantasmes romantiques d'une belle vie ont également été mis à profit. C'est bien le plus triste.


En fait, un État communiste n'a rien à voir avec les fantasmes romantiques des vrais croyants communistes. S'ils vivaient réellement sous un régime communiste, au lieu de simplement faire une visite agréable, ils pourraient s'en rendre compte.


*****


Le spectre communiste a infiltré l'Occident en avançant masqué. Ce n'est que lorsque nous transcendons les phénomènes concrets et nous plaçons sur un plan supérieur que nous pouvons vraiment voir le visage et les buts du spectre.


La vraie raison pour laquelle le spectre a pu atteindre son but est que les humains ont abandonné leur croyance au divin et assoupli leurs normes morales. Ce n'est qu'en revivifiant notre croyance au divin, en purifiant notre esprit et en élevant notre moralité que nous pourrons nous débarrasser de l’influence et du contrôle démoniaques. Si toute la société humaine revenait à la tradition, le spectre n'aurait nulle part où se cacher.


Références (suite)

[1] David Horowitz, Barack Obama’s Rules for Revolution: The Alinsky Model (Sherman Oaks, CA: David Horowitz Freedom Center, 2009), pp. 6, 16.
[2] Saul Alinsky, “Tactics,” Rules for Radicals: A Practical Primer for Realistic Radicals (New York: Vintage Books, 1971).
[3] David Horowitz, Barack Obama’s Rules for Revolution: The Alinsky Model (Sherman Oaks, CA: David Horowitz Freedom Center, 2009), pp. 42–43.
[4] “Playboy Interview with Saul Alinsky,” New English Review, http://www.newenglishreview.org/DL_Adams/Playboy_Interview_with_Saul_Alinsky/.
[5] David Horowitz, Barack Obama’s Rules for Revolution: The Alinsky Model (Sherman Oaks, CA: David Horowitz Freedom Center, 2009). https://newrepublic.com/article/61068/the-agitator-barack-obamas-unlikely-political-education
[6] Ibid.
[7] Ibid.
[8] “Playboy Interview with Saul Alinsky,” New English Review, http://www.newenglishreview.org/DL_Adams/Playboy_Interview_with_Saul_Alinsky/
[9] V. I. Lenin, “Draft Theses on the Role and Functions of The Trade Unions Under the New Economic Policy,” https://www.marxists.org/archive/lenin/works/1921/dec/30b.htm.
[10] Pinkoski, Nathan. 2018. “Jordan Peterson Marks Right And Left’s Side-Switch On Free Expression.” The Federalist. February 2, 2018. http://thefederalist.com/2018/02/02/jordan-peterson-marks-fulcrum-right-lefts-side-switch-free-expression/
[11] “Antifa protests mean high security costs for Berkeley Free Speech Week, but who’s paying the bill?” Fox News, September 15, 2017. http://www.foxnews.com/us/2017/09/15/antifa-protests-mean-high-security-costs-for-berkeley-free-speech-week-but-whos-paying-bill.html.
[12] Chris Pandolfo, “TRUE COLORS: Student Leader Says 1A Doesn’t Apply to Ben Shapiro,” Conservative Review. October 20, 2017. https://www.conservativereview.com/news/true-colors-student-leader-says-1a-doesnt-apply-to-ben-shapiro/.
[13] “Penn Law professor loses teaching duties for saying black students ‘rarely’ earn top marks,” New York Daily News, March 15, 2018, http://www.nydailynews.com/news/national/law-professor-upenn-loses-teaching-duties-article-1.3876057.
[14] “Campus Chaos: Daily Shout-Downs for a Week,” National Review, October 12, 2017, https://www.nationalreview.com/corner/campus-chaos-daily-shout-downs-week-free-speech-charles-murray/.
[15] Paul Hollander, Political Pilgrims (New York: Oxford University Press, 1981).
[16] J. Edgar Hoover, Masters of Deceit (New York: Henry Holt and Company, 1958), 81-96.
[17] Tomas Schuman (Yuri Bezmenov), No “Novoste” Is Good News (Los Angeles: Almanac, 1985), 65–75.
[18] Fred Schwartz and David Noebel, You Can Still Trust the Communists…to Be Communists (Socialists and Progressives too) (Manitou Springs, Colo.: Christian Anti-Communism Crusade, 2010), pp. 44–52.
[19] Paul Johnson, Intellectuals: From Marx and Tolstoy to Sartre and Chomsky, 2007 revised edition (Harper Perennial), p. 225.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.